Life skills et awareness sessions (1) : le thème de l’hygiène

Par Hala Kerbage et Véronique Traverso

Cette série de quatre billets présente des premières analyses interactionnelles de séances de Life Skills à destination de femmes précaires et réfugiées, enregistrées dans une ONG à Beyrouth. La recherche s’inscrit dans le cadre du projet Remilas Liban.

Contexte général : les services de santé mentale et de support psychosocial pour les réfugiés au Liban

Depuis le début de la crise syrienne, plus d’un million de Syriens ont fui le conflit vers le Liban (UNHCR, 2020). Les déplacés syriens n’ont pas le statut officiel de réfugiés au Liban et vivent pour la plupart dans des conditions d’extrême précarité sociale. Dans ce contexte, les organisations non gouvernementales (ONG), en coordination avec le ministère de la Santé Publique, proposent aux réfugiés des services de santé mentale et de soutien psychosocial (Mental Health and Psychosocial support services MHPSS), définis comme « tout type de soutien local ou extérieur visant à protéger ou à favoriser le bien-être psychosocial et/ou à prévenir ou traiter les troubles mentaux » (InterAgency Standing Committee IASC, 2007) et organisés d’après les recommandations de lIASC en situation de crise. L’IASC est un organisme international de coordination entre les différentes agences de l’assistance humanitaire, établi en 1992, en réponse à la résolution de l’assemblée générale 46/182 des Nations Unies sur le renforcement de l’aide humanitaire. Ces recommandations insistent sur l’organisation des services de santé mentale selon une pyramide d’interventions, stratifiée en quatre niveaux : le niveau 1 des services assurant les besoins de base (nourriture, abri, eau, soins primaires, sécurité), suivi par le niveau 2 de renforcement du support communautaire et familial (soutien communautaire traditionnel, espaces pour les enfants), puis le niveau 3 de support psychosocial non spécialisé (soins de santé mentale de base prodigués par les médecins de soins primaires, activités de soutien) et enfin le niveau 4 des services cliniques spécialisés. La figure 1 montre la distribution de ces activités au Liban selon chaque niveau de la pyramide d’après un mapping des services MHPSS publié par le ministère de la Santé (Kheir et al., 2015, voir aussi le numéro de Rhizome 73, « Aux frontières de l’humanitaire »).


Figure 1 : distribution des activités MHPSS selon chaque niveau de la pyramide des services en 2013 et 2014. Adaptée avec permission (Kheir et al., 2015).

Soutien psychosocial et Life Skills

En pratique, la compréhension de ces niveaux est très variable selon les professionnels, ce qui se traduit par des ajustements permanents, voire des tensions entre les recommandations et leur mise en application (Traverso, 2019). De plus, l’expérience clinique sur le terrain démontre que la distinction entre services individuels et collectifs, communautaires et spécialisés, n’est pas toujours claire et qu’il existe un chevauchement évident entre les différents niveaux. Le terme « psychosocial », notamment, est celui sur lequel il y a le moins de consensus parmi les experts et les professionnels (Kerbage et al, 2020), bien que les activités de soutien psychosocial constituent à peu près 55 % de l’ensemble des services MHPSS (figure 1). Ces services peuvent inclure des sessions de sensibilisation à des thèmes médicaux et sociaux (awareness sessions), des sessions pour promouvoir les compétences de vie (life skills sessions) et des séances d’aide aux compétences parentales (parenting skills).

Dans ce contexte, et dans le cadre du projet REMILAS-Liban (Ifpo, USJ, ICAR), Dimensions linguistiques et communicatives dans l’assistance aux réfugiés et personnes déplacées au Liban, nous avons effectué un terrain d’une année (juin 2018-juillet 2019) dans différentes ONG dispensant des séances de soutien psychosocial (Beyrouth, Mont Liban, Liban Nord). Nous avons collecté un corpus de 34 séances à destination des femmes précaires et des réfugiées, ce qui représente 47 heures d’enregistrement vidéo (voir http://www.icar.cnrs.fr/sites/projet-remilas/remilas-liban/). Nous avons aussi effectué des entretiens avec des intervenants (travailleurs sociaux ou psychologues, 22 entretiens, 15 heures).

Le programme de ces séances, pour la période qui nous occupe, comprenait l’éducation des enfants, les violences sociales et domestiques, l’hygiène, la santé, la nutrition et l’usage d’internet. L’étude en cours de ce corpus fait apparaître une réalité complexe, dans laquelle les participantes ne se réduisent pas à une identité monolithique et fixe, telle que déplacée syrienne, intervenante sociale ou psychologue libanaise par exemple. Elle montre au contraire que, dans les faits, les participantes se positionnent dans l’interaction en mettant en œuvre des traits identitaires variables, ajustés à ce qui est en train de se passer, au développement de l’activité en cours et aux contributions de chacune. On ne peut nier que les séances de Life Skills accomplissent par leur existence même des attributions identitaires. En effet, consacrer une séance au droit des femmes, au stress ou à l’hygiène caractérise de fait les réceptrices comme 1) étant susceptibles de souffrir de problèmes liés à ces thématiques, 2) ne disposant pas des savoirs suffisants pour gérer ces problèmes. Une étude menée en 2016 auprès de professionnels en santé mentale travaillant avec des réfugiés syriens au Liban a révélé que les professionnels perçoivent souvent les Syriens comme manquant d’éducation, d’hygiène et de connaissances sur la santé physique (notamment reproductive) et mentale, et attribuent ce « manque d’éducation » à un trait culturel caractéristique des Syriens (Kerbage et al., 2020). Notre objectif ici est de montrer que, si ces identités attribuées formatent l’activité, elles sont retravaillées dans l’interaction in situ et se transforment au cours des échanges.

Dans une série de quatre billets, nous proposons une réflexion sur ces séances portant sur l’hygiène, incluant des observations générales (billet 1), ainsi que des premières analyses de la façon dont les différentes participantes construisent leurs positions dans l’interaction (billets 2‑4).

La perspective de notre travail n’est pas de soutenir que la situation mise en place dans ces séances est critiquable ou choquante. Quel que soit notre ressenti, nous trouvons important de prendre au sérieux ce qui se passe dans ces contextes. Ces situations existent – et elles sont nombreuses puisque les Life skills and awareness sessions font partie des formes de soutien offertes aux personnes en difficulté – et des personnes y participent : les intervenantes notamment pour gagner leur vie ; les bénéficiaires pour des raisons sans doute très variées, allant du simple fait d’avoir une occasion de sortir de chez elles, à apprendre quelque chose, rencontrer d’autres personnes, avoir leurs enfants pris en charge pour des activités collectives pendant leurs propres heures de formation, etc. À partir de là, nous cherchons à comprendre ce que les personnes font de ces séances, en partant du principe que les participantes sont toutes douées d’une agentivité et qu’elles font des choix d’action dans la situation : contester, discuter, raconter, papoter, attendre que ça passe, etc.

Le thème de l’hygiène

S’agissant de l’hygiène, le cours qui est fait aux réfugiées dans les ONG présuppose qu’elles ont besoin d’une sensibilisation dans ce domaine ou que leurs manières de faire sont à revoir. La présence d’une séance sur l’hygiène dans la formation n’est pas un choix spécifiquement fait par l’association concernée, mais le résultat de plusieurs contraintes et facteurs. Notamment, comme nous l’a fait très justement remarquer un relecteur de ce billet, les conditions de vie précaire des réfugiées dans un pays où les services publics (y compris l’accès à l’eau) sont défaillants, l’idée sur ce point pouvant être que ces séances pourraient améliorer les choses en incitant à modifier les comportements. D’un autre côté, il convient de rappeler que les bénéficiaires des séances enregistrées, bien que précaires, ne sont pas en situation d’urgence humanitaire. En effet, la crise syrienne évolue depuis 2011 et la question des déplacés syriens au Liban relève actuellement d’une crise prolongée.

Le choix du programme des séances est aussi lié à l’évaluation faite par les bailleurs des projets proposés par les associations, en fonction de laquelle ils acceptent ou non de les financer.

Enfin, un des facteurs influençant le choix du thème de l’hygiène pourrait être lié aux représentations couramment partagées sur les réfugiés, les migrants et plus globalement les étrangers, comme « manquant d’hygiène ». Les séances consacrées à l’hygiène enregistrées dans le corpus REMILAS-Liban (avant l’épidémie actuelle) ont été effectuées avec des femmes syriennes réfugiées déplacées au Liban depuis quelque temps, vivant en milieu urbain et non dans des camps. On voit dans l’extrait ci-dessous d’une séance enregistrée en janvier 2019 comment la psychologue répond à une des femmes du groupe qui dit que l’hygiène ne doit pas devenir une obsession :

Life Skills_NaDafe1_20190122_2318
Les auteures remercient Sophie Harfouche pour la transcription des données.

Dans cet extrait, la psychologue se positionne comme détentrice du savoir. Elle légitime les principes d’hygiène qu’elle prône à travers une universalisation, notamment de la notion de ce que c’est qu’un « être propre », à travers l’établissement de « critères généraux » d’hygiène. Dans les billets suivants, nous analyserons plus spécifiquement comment les participantes attribuent à elles-mêmes et aux autres, individuellement ou collectivement, des traits identitaires à travers lesquels elles forment et transforment le groupe social dans lequel elles se trouvent.

Transcription

La transcription se réfère à la convention ARAPI (Choueiri, L. Dimachki L., Pinon C., Traverso V., 2019, https://ifpo.hypotheses.org/9335). Dans cette série de billets, le choix a été fait de n’utiliser que la ligne en graphie arabe et la traduction. La transcription phonétique n’est parfois utilisée que dans le texte. Dans la traduction, les accolades indiquent des ajouts ou commentaires pour faciliter la lecture ({bla}).

Bibliographie

Inter-Agency Standing Committee. (2007). Guidelines on Mental Health and Psychosocial Support in Emergency Settings. [en ligne] http://www.who.int/mental_health/emergencies/guidelines_iasc_mental_health_psychosocial_june_2007.pdf.

Kerbage, H., Marranconi, F., Chamoun, Y., Brunet, A., Richa, S., & Zaman, S. (2020). Mental Health Services for Syrian Refugees in Lebanon: Perceptions and Experiences of Professionals and Refugees. Qualitative Health Research, 30(6), 849–864. [en ligne] https://doi.org/10.1177/1049732319895241.

Kheir, W., Gibson, A., Kik, N., Hajal, S., Chammay, R. E. (2015). The “4Ws” in Lebanon: Who’s doing what, where and until when in mental health and psychosocial support. [en ligne] https://www.moph.gov.lb/DynamicPages/download_file/1357

Rhizome 73, « Aux frontières de l’humanitaire ». (Octobre 2019). [en ligne] http://www.ch-le-vinatier.fr/orspere-samdarra/rhizome/anciens-numeros/rhizome-n73-aux-frontieres-de-l-humanitaire-octobre-2019-2499.html ou http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/RHIZOME_Orspere-Samdarra/Rhizome_73.pdf.

Traverso, V. (2019). Sessions de soutien psychosocial avec des femmes syriennes réfugiées au Liban. Rhizome, 73(3), 9-10. [en ligne] DOI: 10.3917/rhiz.073.0009, URL : https://www.cairn.info/revue-rhizome-2019-3-page-9.html.

United Nations High Commissioner for Refugees [UNHCR]. (2020). Syria regional refugee response. [en ligne] https://data2.unhcr.org/en/situations/syria.


Pour citer cet article : Hala Kerbage, Véronique Traverso, « Life skills et awareness sessions (1) : le thème de l’hygiène », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10643, le 03 août 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]


Hala Kerbage est psychiatre à l’Hôtel-Dieu de France de Beyrouth et chargée d’enseignement à la Faculté de Médecine de l’Université Saint-Joseph. Elle est consultante pour l’Organisation Internationale de la Migration, où elle prend en charge l’évaluation en santé mentale des réfugiés syriens avant leur relocalisation dans un pays tiers. Ses principales thématiques de recherche portent sur la santé mentale dans le contexte de précarité sociale et notamment de migration, à travers une approche participative et une méthodologie qualitative.

Véronique TraversoVéronique Traverso est directrice de recherche au CNRS, spécialiste de l’analyse des interactions. Elle a dirigé plusieurs projets sur la communication entre les soignants et les personnes migrantes dans le domaine de la santé mentale. Elle est en poste à l’Ifpo Beyrouth depuis septembre 2017.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search