Mobilités et épidémies. Ce que l’histoire des épidémies au Moyen-Orient au vingtième siècle nous apprend, et ne nous apprend pas, face au Covid-19 (2). La défense sanitaire de qui ? L’Empire ottoman face aux politiques de quarantaines

À la faveur des crises pandémiques de la fin de l’époque ottomane se manifestent des stratégies institutionnelles comparables à celles déployées par les administrations actuelles des pays du Moyen-Orient.

Avant de se plonger dans les questions que pose l’épidémie actuelle à l’historienne ou l’historien, un avertissement s’impose. Les stratégies de défense sanitaire s’inspirent généralement des expériences passées, mais leur efficacité est toujours incertaine face à des maladies nouvelles. La conception des réponses aux pandémies tend à être cumulative, mais surtout adaptative.

Réponse cumulative : face au Covid-19, on s’est réapproprié des techniques issues des épidémies passées. De la « grippe espagnole » de 1918-1920 — principal référentiel de comparaison depuis le début de la pandémie — on a ainsi récupéré les principes de distanciation sociale enjoignant d’éviter les lieux fermés et d’éviter les rassemblements (certaines de ces mesures, il est vrai, n’avaient été appliquées, en France, que dans les hôpitaux et pas à l’ensemble de la population). De telles mesures résultaient d’observations empiriques sur les sentiers de contagion, et non pas d’une connaissance des agents pathogènes : en 1918-1920, la résolution des meilleurs microscopes est insuffisante pour observer des virus, si bien que l’on attribue la grippe aux bactéries entraînant les complications de celle-ci, pneumonies en particulier, ou l’on soupçonne seulement qu’il faille chercher des organismes de plus petite taille. Du reste, le SARS-CoV-2 appartient à une classe de virus différente de ceux de la grippe, et l’emprunt de techniques remontant à 1918-1920 s’explique par des observations empiriques indépendantes des caractéristiques propres aux virus. La transmission par gouttelettes est commune à la grippe et aux Covid-19, et les propriétés physiques de mobilité des gouttelettes sont indépendantes des virus. On peut voir les effets de ces recommandations au Moyen-Orient au moment de l’éclatement de l’Empire ottoman : théâtres, écoles et autres lieux publics à Istanbul sont fermés fin 1918-début 1919 (BOA DH.İUM 19-03/1093). Ces fermetures comprennent les classes des écoles de médecine, à l’exception de celles de dernière année dont les étudiants, formés à ce stade en clinique, comptent parmi les personnels « en première ligne » dans la lutte contre l’épidémie (Hadîsât, 31/10/1918). On se préoccupe du sort des habitants des institutions totales, en particulier des prisons. Les caricatures ottomanes de l’époque ostensibilisent les gouttelettes des éternuements, révélant l’angoisse suscitée par cette voie de transmission.

« İspanyol... İspanyol... »

« İspanyol… İspanyol… » (L’espagnole… L’espagnole), Diken, no 40, 29 janvier 1920, p. 12. 1/ « Oh, vous n’avez pas l’air de tenir la grande forme, grand-père… » ; 2/ « Atchoum ! Atchoum ! Atchoum ! ».

Réponse adaptative : la pandémie de Covid-19 présente des caractéristiques insoupçonnables par le passé (transmission par les aérosols), ou propres à cette maladie (proportion élevée de porteurs asymptomatiques). L’emprunt aux réponses aux pandémies du passé est toujours sujet à caution, et dans le meilleur des cas conservatoire, en l’attente de meilleures connaissances sur la maladie : des moyens utilisés par le passé et exhumés pour les circonstances peuvent se révéler impuissants, par exemple les bains de bouche (qui étaient jadis préconisés pour prévenir la méningite cérébro-spinale bactérienne). Dès lors, les réponses opposées à la diffusion du SARS-CoV-2 sont entourées d’incertitude. Les recommandations données au grand public sont réglées sur un principe de précaution. À mesure que la maladie est mieux connue, certaines procédures sont abandonnées, ce dont peut résulter une fatigue de l’autodiscipline dans le grand public face à des injonctions changeantes. Cette incertitude tranche avec le travail ordinaire des spécialistes de santé publique, confrontés à des épisodes de maladies infectieuses connues pour lesquelles les procédures sont bien établies. Les mesures sanitaires rencontrent néanmoins des obstacles communs : retracer le sentier de contagion, circonscrire les cas positifs, et obtenir l’observance de la population aux mesures préventives.

Face aux épidémies, les réponses des autorités ont eu de longue date un caractère fortement procédural. Avec la refonte des systèmes de défense sanitaire internationale au dix-neuvième siècle, ce caractère persiste : obligation de déclaration des cas faite aux médecins, parcours systématique des voyageurs à leur arrivée dans les lazarets, fiscalisation et obligation de détention de certificats pour les personnes en mobilité. L’organisation de la défense sanitaire a dès lors de plus en plus l’air réglé comme du papier à musique, mais il n’en est pas moins l’occasion de conflits récurrents. L’adoption des mesures de défense sanitaire fait intervenir les intérêts divergents des multiples acteurs impliqués, principalement les différents États européens et les empires du Moyen-Orient. C’est dans le dernier siècle de l’Empire ottoman, après de longs débats où les références religieuses tantôt recoupent, tantôt contredisent les intérêts économiques, qu’est mise en place la quarantaine (Bulmuş 2012). Ainsi que l’a souligné Sylvia Chiffoleau (Chiffoleau 2012), les débats au Conseil Sanitaire de Constantinople et à l’Administration Sanitaire d’Alexandrie reflètent les intérêts divergents des pays européens. Ces deux institutions sont en effet chargées de surveiller les quarantaines entre l’Empire ottoman et l’Égypte d’une part, et les pays d’Europe occidentale d’autre part. Les divergences dans les mesures de contrôles sanitaires reflètent les priorités distinctes des puissances européennes. Si les conceptions des contrôles sanitaires en Méditerranée prévalant au sein de ces deux institutions, chargées de surveiller les quarantaines entre l’Empire ottoman et l’Égypte d’une part, et les pays d’Europe occidentale d’autre part, reflètent les priorités de puissances européennes, tant s’en faut que ces dernières soient unanimes. Des disparités similaires sont observables dans le contexte de la gestion de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. La France, riveraine de la Méditerranée, prône un régime de sécurité, partant des mesures d’immobilisation prolongée. La Grande-Bretagne, au contraire, voit dans la quarantaine un inconvénient pour son commerce et finit par prôner la désinfection des moyens de transport contaminés comme solution alternative.

Dans ces débats, l’Empire ottoman et le gouvernement égyptien sont souvent sur la défensive ; la mise en œuvre des mesures de quarantaine leur offre cependant aussi parfois des leviers géopolitiques pour faire valoir leur autonomie, souvent des prétextes pour consolider leurs politiques modernisatrices en interne, par le renforcement de leur administration sanitaire et du maillage territorial issu des réformes du 19e siècle. Le cordon sanitaire, pendant terrestre des quarantaines maritimes, contribue à cette nouvelle territorialisation, lorsqu’il marque physiquement des limites administratives. D’autres types d’intérêts, par exemple ceux des communautés confessionnelles, s’expriment à travers l’instauration des quarantaines et des cordons sanitaires. D’après le pastorien Pierre Nicolle, l’administration ottomane de la quarantaine est « une boîte aux Grecs », dont l’accès serait réservé aux seuls professionnels issus de la communauté Rum de l’Empire ottoman (CADN Ambassade à Constantinople E, 706, 17/08/1898). Enfin, les autorités ottomanes s’efforcent de faire jouer le traçage des épidémies dans leur sens, non sans contestation : après avoir été silencieuses sur la diffusion précoce du choléra à l’est du Jourdain en 1902-1903, avec des effets désastreux, les autorités ottomanes se retrouvent en butte à la presse à la suite du desserrement de la censure en 1908 pour contrôler l’information sur les épidémies.

La superposition des espaces de mobilité segmentés et des découpages administratifs est donc un fait sanitaire, longtemps avant d’être un fait politico-sécuritaire, tel que le découpage « en peau de léopard » et les couvre-feux qu’ont connus les territoires palestiniens dans l’histoire très récente. Et déjà à l’époque ottomane, la nécessité économique pousse les habitants à contourner les dispositifs de contrôle ou à chercher à en négocier le passage. Avec le Covid-19, la principale nouveauté est que l’institution qui contrôle les mobilités est une institution nationale, l’Autorité Palestinienne (AP). Celle-ci opère-t-elle alors un contrôle sanitaire en vue prioritaire des intérêts de la population palestinienne ? Si la question se pose, c’est que ladite Autorité Palestinienne est communément considérée comme ayant accepté de sous-traiter la sécurité d’Israël en contrôlant au plus près la population palestinienne. En froid avec les autorités israéliennes face aux projets d’annexion de parties de la Cisjordanie, l’AP a menacé de suspendre la coopération sécuritaire, qui amène des échanges d’informations et des patrouilles communes par les polices israéliennes et palestiniennes dans les zones sous autorité palestinienne partielle. Le contrôle sanitaire n’est pas inclus dans cette coopération ; il dépend du ministère palestinien de la Santé. Là où la question se pose cependant de savoir si l’AP organise la lutte contre l’épidémie seulement dans l’intérêt de sa population, c’est du fait de l’imposition de l’état d’urgence dès les premières semaines de l’épidémie. Cette mesure a été accusée de dissimuler une campagne liberticide, en particulier contre les activistes politiques dénonçant la collusion entre l’AP et les autorités israéliennes, par exemple en donnant à l’AP les moyens de censurer l’activisme en ligne. Par ailleurs, le Premier Ministre palestinien, le Dr Mohammad Shtayyeh, a choisi de porter les conséquences de la crise sanitaire sur la scène internationale, avec des arrière-pensées politiques probables : prenant à partie l’Organisation des Nations Unies, il a exigé qu’Israël ferme tous ses points de passage en direction des Territoires palestiniens pour assurer l’application des mesures de contrôle des mobilités (voir billet précédent). Le différentiel de taux d’infection des populations israélienne et palestinienne est le prétexte invoqué. C’est cependant aussi un moyen de rappeler les inconvénients qui découlent de l’incapacité dans laquelle l’AP se trouve de contrôler ses propres frontières non reconnues, et les conséquences négatives de l’annexion d’une partie de la Cisjordanie que prépare le gouvernement israélien avec l’aval de la Maison-Blanche. Le risque de l’instrumentalisation des outils de la lutte antiépidémique tels que les applications de traçage, dénoncé très tôt au sujet de la Chine, est également dénoncé par les activistes d’opposition à Bahreïn.

Bibliographie

ḤADISAT, 1918, « İspanyol Nezlesi Ḥaqqında Memnuʻiyet » [Interdiction relative à la grippe espagnole], n° 12, 31/12/1918, p. 2.

BULMUS Birsen, 2012, Plagues, Quarantines, and Geopolitics in the Ottoman Empire, Edimbourg, Edinburg University Press.

CHIFFOLEAU Sylvia, 2012, Genèse de la Santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS, coll. « Histoire », Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

DİKEN, 1920, « İspanyol… İspanyol… » [L’espagnole… L’espagnole], n° 40, 29/01/1920, p. 12.

Sources

Başkanlık Osmanlı Arşivi (Istanbul), DH.İUM 19-03/1093, 11/01/1919.

Centre des archives diplomatiques de Nantes, Archives des postes, Fonds Ambassade à Constantinople, Série E, 706, de Théodore Hovaguimian, Constantinople, 17/08/1898.


Pour citer cet article: Philippe Bourmaud, "Mobilités et épidémies. Ce que l’histoire des épidémies au Moyen-Orient au vingtième siècle nous apprend, et ne nous apprend pas, face au Covid-19 (2). La défense sanitaire de qui ? L’Empire ottoman face aux politiques de quarantaines", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10627, le 20 juillet 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

P. Bourmaud

Philippe Bourmaud est historien et maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Jean Moulin-Lyon 3. Ses travaux de recherche sur l’histoire de la médecine, l’histoire des sociabilités intercommunautaires et l’histoire sociale de l’alcool au Moyen-Orient l’ont amené à faire de longs séjours dans les Territoires palestiniens et en Turquie. Ses projets en cours incluent une histoire des relations entre les missionnaires et l’alcool dans les espaces anatoliens et syriens et une mise en perspective historique des présences culturelles et sociales arabes à Istanbul.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.