COVID-19 en Jordanie : analyse de la situation par Asem Al-Omari, avocat et observateur de la société jordanienne

Depuis la première contamination début mars 2020, la Jordanie avait enregistré moins de 600 cas de Covid-19 le 12 mai 2020 (https://corona.moh.gov.jo). Le gouvernement a adopté des mesures particulièrement strictes pour faire face à la pandémie. Après cinq jours de couvre-feu, puis six semaines de confinement, les Jordaniens ont dû respecter un couvre-feu nocturne hebdomadaire le vendredi, provisoirement levé depuis le 12 juin.

À partir du 30 avril, le secteur privé a progressivement repris son activité, et le secteur public a partiellement ouvert après les fêtes de l’Aïd. La circulation des personnes demeure toutefois limitée à l’intérieur du pays et les frontières fermées. Les Jordaniens expatriés acceptant de se conformer à une quarantaine dont les frais sont à leur charge, dans un hôtel de la capitale ou à la mer morte, peuvent cependant entrer en Jordanie, ainsi que les chauffeurs routiers. Ces derniers sont par ailleurs désignés par le gouvernement et les médias comme responsables de la dernière vague de contaminations (alghad.com, le 19 avril 2020). Dans ce contexte, le Royaume tente de panser les premiers effets d’une crise économique et sociale (ILO – FAFO, mai 2020).

À l’issue de la période de confinement, nous avons rencontré Asem Al-Omari afin de recueillir son point de vue sur la crise que traverse le Royaume hachémite. Ce billet est la retranscription d’un entretien réalisé le 12 mai 2020.

Quelle analyse faites-vous de la gestion de la crise sanitaire en Jordanie ?

La Jordanie a su faire front et gérer la crise sanitaire mais je crois, au demeurant, que les bonnes questions n’ont pas été posées. Durant les premières semaines, il y a eu une unanimité sur la bonne gestion. Mais, avec l’adoption successive des ordres de défense, dont la légitimité peut être par ailleurs contestable, l’appareil administratif a révélé ses limites. De plus, dans la pratique, il y a des absurdités : on a dépensé beaucoup d’argent pour isoler les cinq-mille derniers arrivants par avion en les plaçant dans des hôtels cinq étoiles à la mer Morte, mais on a négligé de suivre les chauffeurs routiers qui arrivaient de l’étranger. La dernière centaine de cas est liée à ces personnes, qui ont été mal testées, uniquement soumises à un engagement de quarantaine non surveillée ; l’échec de ce processus est entièrement lié à l’incompétence et à la corruption aux frontières.

Par ailleurs, une dimension notable est le phénomène médiatique, qui mérite d’être analysé : pour la première fois depuis vingt-cinq ans, les Jordaniens regardaient les chaines de télévision locale. C’est une situation inédite et le Roi a saisi cette opportunité pour tenter de rectifier son image. Si le ministre de la Santé (Dr. Saed Jaber) et le secrétaire d’État pour les affaires médiatiques (Amjad Al-Adaileh) sont devenus pendant un temps les favoris de la population jordanienne, la popularité des intervenants dans leur ensemble n’a pas duré.

On peut interpréter cette séquence médiatique comme une opportunité pour le Roi de redonner du pouvoir à l’armée et de revaloriser un système déjà défaillant qui ne peut rattraper plus de vingt années de mauvaise gestion. Nous sommes face à un système sécuritaire, avec sa doctrine et des prétentions de réformes productives, et démocratiques qui ne sont pas sérieuses et ne peuvent pas être crédibles.

Enfin, une des erreurs est d’avoir fait croire aux gens qu’il fallait viser le « zéro cas ». On sait désormais que l’on va devoir cohabiter avec la maladie, et pour cela appliquer des politiques qui permettent de s’adapter, d’ouvrir le pays et d’augmenter la capacité du système médical. On a commencé avec cinq équipes épidémiologiques et désormais deux cents équipes sont préparées. Il faut maintenant renouer avec le monde, tout en respectant les mesures préventives capables de minimiser les risques. Et cela, à mon avis, ne semble pas encore clair dans la tête des décideurs.

 

« Les circonstances de la commémoration de la bataille de Karameh et de la fête des mères ne sont pas exceptionnelles. Ce sont les petits-fils des défenseurs du pays et les enfants des femmes fortes qui ont donné naissance à toute cette volonté. Nos circonstances ne sont pas exceptionnelles, mais nos soldats sont exceptionnels, nos mères sont exceptionnelles, et notre Jordanie est exceptionnelle. Que la Jordanie soit toujours solide et immunisée. Salutations »
Photo : Capture d’écran d’une photographie postée sur le compte Instagram du Prince héritier Hussein le 21 mars 2020.

Quels acteurs se sont démarqués pendant cette période et quels ont été les absents ?

Nous avons une ambiguïté sur les acteurs. Il y a une absence de transparence et, ainsi, on ne sait pas qui endosse la responsabilité. Certes, tous les jours les téléspectateurs ont vu le ministre de la Santé et le secrétaire d’État pour les Affaires médiatiques, mais qui est le corps politique chargé de cette pandémie ?

Depuis le début de l’affaire, le conseil consultatif sur les politiques économiques s’est réuni. C’est un conseil qui n’a aucune existence constitutionnelle. On constate donc que la Jordanie n’est pas dotée d’organe capable de fournir au décideur politique un appui compétent, reconnu par la Constitution.

En parallèle à ce flou institutionnel, demeure un phénomène de sacralisation du Roi, sans aucune responsabilité. Il y avait pourtant des opportunités de présenter au public une approche professionnelle politique et de prêcher un fonctionnement moderne, adapté à l’époque.

En outre, le traitement de certains organes de l’État révèle une intention de les marginaliser. Cela s’est manifesté par l’arrestation des deux parlementaires qui ont circulé pendant une période de couvre-feu, sans y être autorisés. Il me semble inadmissible de refuser le droit de circulation aux parlementaires pendant ce type d’évènement ; ils doivent être observateurs de la situation. Les syndicats ont été eux aussi complètement délaissés, la société civile écartée.

Au début de la crise, beaucoup d’offres sont arrivées pour soutenir politiquement et socialement le pays, notamment de la confrérie des Frères Musulmans. Certaines associations d’aide sociale ont été convoquées et menacées de poursuites, notamment à Zarqa ou à Tafileh ainsi que dans certaines sous-préfectures d’Amman. Même l’action de Tkiyet Um-Ali (organisation caritative jordanienne présidée par la Princesse Haya) a été reprise par les gouvernorats et le ministère des Affaires sociales. On aurait pourtant pu imaginer un consortium social, espace de débat et de confiance entre les acteurs ; cela aurait limité les effets de la crise. Cette centralisation nous a aussi montré que le ministère n’avait pas l’ensemble des données et informations sur nos secteurs économiques.

Le système a manqué l’occasion de faire une preuve d’ouverture, de solidarité. Il n’a pas réussi à faire de cette crise une opportunité de rassemblement, pour forger une identité nationale qui manque toujours à ce pays.

Comment la population a-t-elle réagi et s’organise-t-elle pour faire face à cette crise ?

Comme pendant chaque période de crise, les réseaux de solidarité familiale, tribale, locale ont montré leurs capacités à s’adapter. Certaines mesures, comme le report de deux mois du versement des échéances d’emprunt par les banques, ont permis aux personnes qui en ont les moyens de soutenir leurs communautés. Mais il faut avoir en tête que cette aide de la société civile a ses limites, d’une part, parce que nous sommes en période de ramadan et que l’aide est fréquente pendant cette période et diminue ensuite, d’autre part parce que d’ici deux mois ce sont les personnes qui aident qui auront à leur tour besoin de soutien.

Il y a donc une vraie nécessité de mettre en place une gestion rapprochée des problèmes avec un partenariat entre les institutions gouvernementales et la société civile qui soit beaucoup plus ciblé, et ouvert à tous les acteurs sociaux et politiques.

Quelles sont les conséquences directes de la crise sanitaire aux niveaux économique et social, et quels secteurs sont les plus touchés ?

Un des problèmes majeurs est que la Jordanie ne devait pas seulement faire face à une crise sanitaire, mais surtout gérer une crise économique qui est largement antérieure à la pandémie. En dépit de l’adoption de certaines mesures, comme le report des taxes, la Jordanie n’a pas investi d’argent. Finalement, la crise sanitaire a même sauvé la face de certains entrepreneurs en difficulté de paiement depuis des mois, apportant une excuse à leur faillite et leur évitant des sanctions financières. Depuis un an, il y a des dizaines d’hommes d’affaires qui ont pris la fuite à l’étranger, ne pouvant plus honorer leurs dettes ; tous les secteurs sont touchés, aussi bien les énergies renouvelables, l’artisanat, les commerces, les services… Il s’agissait donc de la gestion d’une crise sanitaire, avec une situation économique catastrophique et très peu de crédibilité politique.

Parmi les secteurs gravement touchés, celui du tourisme a reçu un coup dur. Cinq des chefs de syndicats d’association des métiers touristiques ont présenté leur démission au ministère en protestant contre l’inefficacité concernant les plans et politiques sectoriels. Le secteur aérien, du transport en général, est lui aussi touché, ainsi que l’import-export.

 

Au cours du mois de mai 2020, des propriétaires de restaurants et cafés ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour protester contre la négligence du gouvernement face à leurs revendications.
Sur la devanture de ce restaurant jordanien, les propriétaires ont affiché la pancarte de ralliement à ce mouvement :
« #et après ?
Les restaurants touristiques… ? »
Photo : Héloïse Peaucelle, Jabal Amman le 21 mai 2020

Une autre dimension catastrophique qui ne se fait pas encore trop sentir mais qui arrive, concerne les remises accordées aux expatriés. À titre d’exemple, l’Arabie Saoudite autorise le secteur privé à diminuer les salaires de 40 %, et d’ici la fin de l’année, il va falloir prévoir au moins 50 000 à 100 000 retours de travailleurs. Les transferts d’argent des expatriés sont la deuxième source de devises pour la Jordanie. En 2019, cela représentait 3,7 milliards USD. Il faut donc s’attendre à une chute de la consommation et à avoir des dizaines de milliers de travailleurs au chômage. Ce sont tous les secteurs de notre économie qui seront touchés.

À court et moyen terme, quelles seront les actions post-crises les plus appropriées ?

On entre dans une phase de récession inflationniste. Il faudra donc prendre des mesures directes pour voir comment générer de nouvelles ressources. Je pense en particulier au secteur agricole qui doit devenir un secteur stratégique. Il faudra développer les programmes de jardins privés et tous les programmes qui permettent d’accroitre la production agricole vivrière.

Il faudra également réformer la fiscalité. D’une façon générale, il est nécessaire d’ouvrir la voie à l’imagination et d’associer les acteurs qui ont été oubliés.

De plus, nous devons repenser les partenariats internationaux et faire des choix diplomatiques qui reflètent les intérêts nationaux. Les pays du Golfe sont très lourdement frappés et cette période signe la fin de l’aide financière de la part de ces pays vers la Jordanie. Le Royaume va donc devoir réévaluer ses choix stratégiques, notamment avec Israël et le Deal du siècle, pour trouver la combinaison gagnante et devra probablement se tourner vers d’autres partenaires.

Bibliographie

  • ILO-FAFO, Mai 2020, Facing Double Crises Rapid Assessment of the Impact of COVID -19 on Vulnerable Workers in Jordan, Report from the initiative Assessing the impact of COVID-19 on labour markets in Arab States.
    disponible sur internet https://www.ilo.org/beirut/publications/WCMS_743391/lang–en/index.htm
  • 19 avril 2020 ،تسلل “كورونا” عبر سائقي الشاحنات يخدش الجهود الحكومية ،(alghad.com)الغد
    disponible sur internet https://alghad.com/?p=826093

Pour citer ce billet : Héloïse Peaucelle, « Covid-19 en Jordanie : une analyse de la situation par Asem Al-Omari, avocat et observateur de la société jordanienne », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut Français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10500, le 15 juin 2020, [En ligne sur hypotheses.org]


 
Héloïse Peaucelle est doctorante en géographie à l’université de Tours sous la direction d’Anna Madœuf. Elle bénéficie d’une bourse de mobilité à l’Ifpo d’Amman issue du partenariat entre l’Ifpo et l’AFD. Ses recherches de doctorat s’intéressent aux modes d’habiter des Syriens et aux effets de leur présence dans la ville d’Irbid.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search