La part des archives dans « About François » (Lydia Ziemke, 2019)

Créée en novembre 2019 à l’occasion du premier festival célébrant la mémoire de François Abou Salem, fondateur du Théâtre National Palestinien/El-Hakawati, la pièce About François de Lydia Ziemke rend hommage à l’homme de théâtre à partir des archives qu’il a conservées tout au long de sa carrière artistique.

Seul théâtre palestinien aujourd’hui en fonction à Jérusalem, le Théâtre National Palestinien/El-Hakawati occupe une place de premier plan dans l’histoire de l’activité théâtrale et artistique dans la ville et en Palestine plus largement. En effet, à son ouverture le 9 mai 1984, le théâtre El-Hakawati est le premier théâtre en tant que lieu en Palestine. Issue de la troupe éponyme, la première troupe professionnelle palestinienne à sa fondation en 1977, l’institution est devenue un lieu incontournable aussi bien pour la création théâtrale que pour la formation des acteurs et des techniciens palestiniens. Ainsi, elle prend le nom de Théâtre National Palestinien/El-Hakawati (TNP) au début des années 1990 (Thiébot 2019 : 138). C’est une institution majeure pour comprendre et écrire l’histoire, non seulement culturelle de Jérusalem, mais également urbaine et sociale.

Le premier festival célébrant la mémoire du fondateur du Théâtre National Palestinien/El-Hakawati

En 2019, l’institution a fêté ses trente-cinq d’existence. À cette occasion et pour la première fois dans son histoire, un festival était organisé pour célébrer la mémoire de son fondateur, François Gaspar dit Abou Salem (1951-2011). L’histoire de l’institution est largement liée à celle François Abou Salem, homme de théâtre français établi en Palestine. Après une enfance passée à Jérusalem, il s’y est installé au début des années 1970 et y a vécu jusqu’à sa mort en 2011. Si son rôle fait consensus auprès des praticiens comme des spécialistes, il reste malgré tout méconnu et des zones d’ombres dans la connaissance de sa vie et de son œuvre demeurent, l’érigeant en figure mythique plus qu’en personnage historique. En effet, bien que l’on constate un renouveau récent des études sur le théâtre palestinien, aussi bien du point de vue des approches que des thématiques (Al-Saber 2013 ; Šḥāda 2014 ; Wallin 2018 ; Thiébot 2019 ; Varghese 2020), aucune d’entre elles n’a été entièrement consacrée à la figure du fondateur du TNP. Cela est dû à manque de ressources qui a pu être en partie comblé par notre découverte, en avril 2014 durant nos recherches doctorales (Nakhlé-Cerruti 2017), des archives laissées par François Abou Salem à sa mort et regroupées par Amer Khalil – son ami de plus longue date et actuel directeur du TNP – et sa mère, Francine Gaspar. Entre juin et août 2015, le classement et l’inventaire de ces archives ont été réalisés par Héléna Rigaud (Nakhlé-Cerruti 2017 : 50-51). Le fonds François Abou Salem fait actuellement l’objet du programme que nous menons à l’Ifpo, intitulé « Histoire et mémoire du théâtre palestinien contemporain : Étude du fonds François Abou Salem, un fonds d’exception ».

Si ces archives constituent une source pour écrire l’Histoire et fixer une connaissance, la diversité des matériaux qu’elles contiennent et les processus de création qu’elles consignent permettent d’apporter un éclairage singulier pour renouveler la connaissance du TNP et du mouvement théâtral palestinien contemporain (Nakhlé-Cerruti 2020). Outre leur intérêt scientifique, la richesse de ces matériaux offre la possibilité de les utiliser à des fins artistiques. Ainsi, elles ont constitué le matériau principal de la pièce About François de Lydia Ziemke en 2019, présentée pour la première fois à l’occasion du festival organisé en hommage à François Abou Salem.

About François met en scène l’aventure théâtrale de François Abou Salem en Palestine, intimement liée à l’histoire de la Palestine contemporaine. Elle a été présentée sur la scène du TNP au cours de trois représentations les 27, 28 et 29 novembre 2019. Cette expérience théâtrale pose la question de la part des archives dans la création et de leur potentiel artistique et scénique plus particulièrement.

Les archives comme matériau à la création

Telle qu’elle a été décrite par Astrid Chabrat-Kajdan (2020), la création de la pièce s’est d’abord construite par un travail collectif engagé à Jérusalem. Il a été réalisé au cours d’ateliers au TNP en septembre puis novembre 2018 et en novembre 2019. Aux côtés de Lydia Ziemke, l’équipe artistique était composée de six comédiens (Fatima Abou Alul remplacée en 2019 par Mariam El Basha, Alaa Abou Gharbieh, Mays Assi, Mohammad Basha, Lucy Ellinson et Amer Khalil), d’un performer (Valentin Schmehl), d’une assistante à la mise en scène (Muna El Basha remplacée en 2019 par Amina Adileh), d’une scénographe (Claire Schirck) et d’un dramaturge (Stefan Stern). La première étape du travail a consisté en une découverte, par les membres de l’équipe, des archives contenues dans le fonds François Abou Salem, ce dont la pièce rend compte :

« Ils prennent la première boîte. Ils l’ouvrent et trouvent quelque chose qui leur paraît précieux. » (Ziemke 2019 : 6), de droite à gauche : Valentin Schmehl, Muna El Basha, Mohammad Basha, Lucy Ellinson, Mays Assi, Alaa Abou Gharbieh », novembre 2019, crédits Fares Mansour.
« Comme si elle avait trouvé de l’or, elle montre un morceau de tissu. » (Ziemke 2019 : 6), de droite à gauche : Mays Assi, Valentin Schmehl, Mohammad Basha, Muna El Basha, Alaa Abou Gharbieh, Lucy Ellinson, novembre 2019, crédits Fares Mansour.

Tout au long de la pièce, des références sont faites aux archives, les plaçant au cœur de la création. Dans cet extrait, les comédiens, engagés dans ce processus collectif, sont comparés à des chercheurs d’or pour suggérer la centralité du matériau archivistique et, par un effet de métonymie, le créateur du fonds et l’artiste de théâtre François Abou Salem.

De cette manière, la metteuse en scène et tous les membres de l’équipe assument la difficulté de l’entreprise, ou la tentative de raconter, et par-là de s’approprier l’histoire d’une figure mythique et encore intouchée, si ce n’est intouchable, du théâtre palestinien. Conscients que cette difficulté est aussi due à leur statut, étrangers à la Palestine ou artistes palestiniens de la jeune génération, ils reconnaissent également les enjeux soulevés par About François de proposer le récit d’une histoire qu’ils n’ont pas vécue devant un public qui, lui, a vécu les événements présentés sur scène.

De droite à gauche : Muna El Basha, Alaa Abou Gharbieh, Lucy Ellinson, Mays Assi, novembre 2019, crédits Fares Mansour.

Au contraire des autres, Amer Khalil est le seul à avoir à la fois connu François Abou Salem et vécu les événements racontés. Mais malgré cela, il nous a confié, le lendemain de la dernière représentation, son angoisse le jour de la première à l’idée de jouer devant un public constitué des personnes incarnées sur scène et principaux acteurs de cette période des débuts de l’histoire du mouvement théâtral dans la Palestine contemporaine. Ce sont les archives qui lui ont permis d’assumer sa position sur scène. Ainsi, à celle de matériau à la création, s’ajoute une dimension testimoniale des archives.

Conclusion : célébrer la mémoire et écrire l’histoire

Outre les dimensions artistique et testimoniale, l’emploi des archives occupe une fonction mémorielle dans cette pièce qui rend hommage à l’homme de théâtre François Abou Salem. Première expérience de ce genre dans l’histoire du mouvement théâtral palestinien, cette création s’inscrit dans un mouvement plus large de collecte des archives palestiniennes et d’un intérêt croissant pour ce qui fait archive, au-delà des utilisations politiques habituelles (Nakhlé-Cerruti 2020). On peut par ailleurs se demander si cette expérience en inspirera d’autres, ce qui participerait à un mouvement d’écriture de l’histoire du mouvement théâtral palestinien contemporain par ses figures, et par les artistes eux-mêmes. Une manière de s’approprier son histoire, d’affirmer l’existence du mouvement théâtral palestinien et de lui donner une place sur la scène internationale.

Bibliographie

  • Samer Al-Saber, Permission To Perform: Palestinian Theatre in Jerusalem (1967-1993), thèse en Philosophie, Washington, université de Washington, 2013, 203 p. (dact.).
  • Astrid Chabrat-Kajdan, « About François, retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient [En ligne] https://ifpo.hypotheses.org/10183, le 31 mars 2020.
  • Astrid Chabrat-Kajdan, « About François, retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient [En ligne] https://ifpo.hypotheses.org/10190, le 31 mars 2020.
  • Astrid Chabrat-Kajdan, « About François, retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (3) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient [En ligne] https://ifpo.hypotheses.org/10196, le 31 mars 2020.
  • Najla Nakhlé-Cerruti, La Palestine sur scène. Une approche géocritique du théâtre palestinien (2006-2016), thèse en Littératures et civilisations, Paris, Inalco, 2017, 916 p. (dact.).
  • Emmanuelle Thiébot, Dramaturg(i)es du conflit israélo-palestinien en France. Entre assignations identitaires et résistances, thèse en Arts du spectacle-théâtre, Caen, université de Caen Normandie, 2019, 620 p. (dact.).
  • Gabriel Varghese, Palestinian Theatre in the West Bank, New York City, Palgrave Macmillan, 2020.
  • Johanna Wallin (dir.), The Freedom Theatre: Performing Cultural Resistance in Palestine, New Delhi, LeftWord Books, 2018.
  • Lydia Ziemke, About François, tapuscrit, 2019.
  • راضي شحادة,  » سيرة حكواتي من فلسطين », مؤسسة عبد المحسن القطان, رام الله, 2014 (Rāḍī Šḥāda)
Pour citer ce billet : Najla Nakhlé-Cerruti, « La part des archives dans About François (Ziemke, 2019) », Les Carnets de l’Ifpo (Hypotheses.org), le 8 juin 2020. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/10379

Najla Nakhlé-Cerruti est agrégée d’arabe et spécialiste du théâtre palestinien contemporain. Elle est chercheure à l’Ifpo depuis 2017.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search