Le Hezbollah face à la « guerre » contre le Covid-19

« Au Liban il n’y a rien ! Pas d’école, pas d’argent, pas de travail. Tout est fermé ! Mais heureusement des cas de Corona il n’y en a pas beaucoup ! Et cela est tout le mérite du Hezbollah ! », me dit Ali, combattant au parti le 13 avril dernier.

Comment le Hezbollah est-il en train de faire face à ce que Hassan Nasrallah a défini dans une allocution du 13 mars dernier comme « une bataille mondiale », alors que nous sommes au Liban dans un pays qui a déclaré la banqueroute financière au début du mois de mars et qui vit depuis la fin de l’été la plus grave crise économique et sociale depuis la fin de la guerre civile libanaise en 1990 ? Quelles sont les mesures que ce parti a mises en place dans un pays où – comme le répètent nombre de Libanais toutes confessions confondues – « les gens ont plus peur de mourir de faim que du virus Corona » ?

Banlieue sud de Beyrouth, Dahiyeh pendant le confinement, avril 2020

Banlieue sud de Beyrouth, Dahiyeh pendant le confinement, avril 2020, Ali Moussaoui

Il faut rappeler que, sur les 150 hôpitaux existant au Liban, « les 2/3 sont privés et gérés par des institutions à but lucratif, des organisations caritatives religieuses, des ONG et des partis politiques, tandis que l’État prédomine dans le financement de soins de santé » (Cammet 2014, p. 57). Le Hezbollah est, dans ce contexte, un des acteurs majeurs dans la fourniture de soins en offrant ses services au-delà même de ses membres et de son électorat avec des grilles tarifaires différentes. Ce système de santé « se caractérise par une réglementation étatique limitée et un large éventail de possibilités pour les acteurs privés de fournir et d’obtenir de l’État des crédits pour les soins de santé » (Cammet 2014, p. 57). « Plusieurs rapports, y compris par l’organe central de surveillance de l’État, suggèrent que les hôpitaux privés ont systématiquement abusé de ces dispositions et surchargé l’État pour les services, en arrivant à déclarer des dépenses supérieures à 50 % des coûts réels du traitement » (Leenders 2012, p. 18-19).

Le système de santé a une dimension politique très importante : l’accès aux soins est facilité par les partis politiques qui peuvent accélérer les soins et les hospitalisations aussi bien dans les hôpitaux publics que privés, la disponibilité de lits étant très limitée. Dans ce contexte, l’attribution du portefeuille de ministre de la Santé – dont le budget est de 338 millions de dollars par an mais qui est toujours en déficit – est politique. Deux hommes proches du Hezbollah, Jamil Jabak dans le précédent gouvernement et Hamad Hassan actuellement, ont été nommés à ce poste. Ce ne sont pas des membres du parti, et cela afin d’éviter tout problème dans le cadre des sanctions (Hifpa) votées en 2015 contre le Hezbollah par le Congrès aux États-Unis. Pour plusieurs observateurs, l’insistance du Hezbollah à obtenir ce ministère s’expliquerait entre autres « par le fait que le parti a grandement besoin de ce tremplin pour faciliter les traitements à accorder à ses nombreux blessés dans le cadre de leur participation à la guerre en Syrie », et de faciliter l’importation des médicaments depuis l’Iran (L’Orient-Le Jour, 10/10/2018). Pour le Hezbollah, ces accusations sont « ridicules » : le parti « n’a pas besoin de ce subterfuge puisque ses blessés sont de toute manière soignés aux frais du ministère qui a des protocoles d’entente avec les hôpitaux relevant du parti », et d’ailleurs, affirme un cadre du parti, « tous les partis au Liban qui se sont succédé à ce poste ont été capables d’offrir des plus larges services à leurs bases » (L’Orient-Le Jour, 10/10/2018).

Quand le premier cas de Covid-19 a été annoncé au Liban le 21 février 2020, alors qu’une pèlerine rentrant de Qom (ville sainte chiite en Iran) avait été placée en quarantaine à l’hôpital gouvernemental Rafiq Hariri de Beyrouth, plusieurs dirigeants politiques et citoyens libanais avaient alors pointé du doigt le Hezbollah, considéré comme responsable du maintien des vols avec l’Iran (pays qui était déjà à ce moment en pleine épidémie) et du retard pris à la mise en place d’un état d’urgence sanitaire. Le 25 février, alors que ces vols sont réduits de près de 80 %, certains médias accusent le parti de faire rentrer au Liban par la frontière syrienne des citoyens iraniens et irakiens pour les soigner dans les hôpitaux de la banlieue sud de Beyrouth (Al-Modon, 23/03/2020). L’appartenance à la communauté chiite de la (supposée) première personne contaminée avait fait très vite monter dans le pays une vague anti-chiite, au point que le vice-secrétaire général du parti, Naim Qassem, dans les pages du quotidien Al-Akhbâr le 18 mars, avait dû rappeler : « Le Corona est une épidémie globale qui se propage sans aucune interdiction. Il a balayé le monde de l’est à l’ouest et il ne regarde pas la religion, la race et la couleur de la peau, mais cible plutôt tout le monde. Le virus est entré au Liban par l’est et par l’ouest », et cela au moment où la direction de la Compagnie de Jésus au Liban avait annoncé la contamination de quatre prêtres dans un couvent d’Achrafiyeh (Al-Akhbâr, 18/03/2020).

Les personnels sanitaires : « des combattants réels »

Le 2 mars le gouvernement libanais annonce la fermeture des crèches, des écoles et des universités ainsi que l’interdiction d’entrer sur le territoire libanais à tous les voyageurs venant de Chine, d’Italie, d’Iran et de Corée du Sud ; l’aéroport de Beyrouth fermera finalement le 18 mars 2020. Hassan Nasrallah dans un discours télévisé le 13 mars répond à toutes les accusations contre le parti. Le secrétaire général déclare « que le parti a suspendu toutes les visites avec l’Iran, qu’il a imposé une quarantaine obligatoire à ses combattants rentrant de Syrie et placé en quarantaine des étudiants libanais, rentrés d’Iran via Damas, dans une localité en Syrie sous la surveillance du parti ». En comparant le virus à un « ennemi massif et inconnu », Hassan Nasrallah, prenant la parole « en tant qu’expert en matière de guerre et non pas de médecine », affirme : « sachez que nous sommes confrontés à une bataille, cette bataille est comparable à celle d’une guerre mondiale […] or dans cette bataille comme dans toute bataille, et là je parle en tant qu’expert en matière de résistance, il y a un ennemi et il y a des cibles, et dans toute bataille d’habitude ce qu’on fait est d’identifier l’ennemi et de définir les moyens de défense et de résistance » (www.almanar.com.lb). Hassan Nasrallah pousse sa métaphore avec la guerre en comparant les médecins et les infirmières engagés dans les hôpitaux à soigner les malades à des « combattants réels engagés sur les premières lignes du front », en particulier il s’adresse à ceux qui travaillent à l’hôpital public Rafiq Hariri (le premier hôpital à recevoir des malades Covid-19) auxquels il propose d’offrir « un bonus pour leur sacrifice », en sachant que ces mêmes médecins et infirmiers en temps ordinaires doivent attendre deux mois avant de recevoir leur salaire. Enfin, en s’adressant à un public qui a vécu plusieurs guerres, il conclut son discours en disant : « Si nous avons survécu aux raids, aux bombardements, aux occupations, aux attentats c’est parce que nous avons la volonté de résister, on doit faire la même chose dans cette bataille ». Le 15 mars, le Premier ministre Hassan Diab annonce le confinement général qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui.

L’action du Comité islamique de Santé

Dès lors, le Comité islamique de Santé du Hezbollah, qui élabore les politiques sanitaires au sein du parti et qui compte six hôpitaux, dix-sept cliniques dans différentes régions libanaises (Cammet 2014) et un nombre important de médecins, infirmières et personnels paramédicaux, annonce son plan préventif pour empêcher la propagation au Liban de ce que l’Organisation mondiale de la Santé a défini comme une pandémie. Ces mesures, assurent les cadres de ce comité, ont été prises en concertation avec le ministère de la Santé. Ce plan de prévention comprend trois étapes : la première est celle de la constitution d’une équipe d’intervention pour renforcer les contrôles sanitaires à l’arrivée à l’aéroport de Beyrouth (tester et trier les arrivants) ; la deuxième consiste à s’assurer que les centres de santé puissent continuer à fournir des services réguliers plutôt que de se transformer en lieu de transmission pour le virus ; la troisième étape consiste à mener des campagnes régulières de désinfection organisées par le Hezbollah dans les espaces publics (églises et mosquées incluses) dans les régions où le parti est implanté et où vit son électorat (la banlieue sud de Beyrouth, le Liban Sud et la Bekaa) (Al-Akhbâr, 18/03/2020). Dans ce cadre, Michelle, une résidente de la banlieue sud de Beyrouth, m’expliquait au téléphone comment le Hezbollah avait pensé à tout le monde, car même l’église de Mar Mikhaël avait été désinfectée. Le plan du Comité islamique de Santé du parti prévoit aussi de mettre en place (ce qui à ce jour a été fait dans plusieurs régions libanaises) plusieurs hôpitaux de campagne afin d’accueillir les patients du Covid-19. Les médecins, les infirmières et les personnels paramédicaux du Comité islamique de Santé du parti sont formés pour travailler dans ces hôpitaux et pour prendre en charge les patients. Le 28 mars, Hachem Safieddine, directeur du Comité exécutif du Hezbollah, annonce le plan global du parti pour affronter le Corona : « Les ressources de guerre du parti seront désormais utilisées pour le plan de lutte contre le Corona ». Des sources du Hezbollah révèlent que « les ressources et les capacités qui avaient été consacrées à faire face à une guerre potentielle avec l’ennemi sioniste ont maintenant été détournées pour être utilisées dans le plan de lutte contre le Corona » (AsasMedia, 28/03/2020).

Selon Safieddine le plan du parti implique « la mobilisation de 24 500 personnes, dont 1 500 médecins, 3 000 infirmiers et ambulanciers, 5 000 personnels de santé, 15 000 agents des services sur le terrain ». Le budget que le parti a dédié à cette lutte s’élève à 3,5 milliards de livres libanaises » (AsasMedia, 28/02/2020).

Dans la banlieue sud de Beyrouth, le Hezbollah transforme ainsi l’hôpital Saint-Georges (qui va comprendre 80 lits) en « Covid-Hospital » en transférant tous ses autres patients à l’hôpital al-Rasoul al-Azam, sur la route de l’aéroport (considéré d’ailleurs parmi les meilleurs hôpitaux du pays). Plusieurs volontaires du parti sont à ce jour mobilisés dans cet hôpital ; le parti a en outre recruté un grand nombre de personnels hospitaliers.

Le Hezbollah a constitué plusieurs équipes d’intervention en coordination avec les municipalités (qu’elles soient gérées par le Hezbollah ou par Amal) dans chaque village du sud de la Bekaa et dans la banlieue sud de Beyrouth, mais aussi au nord du Kesrouan et de Jbeil, tout en collaborant avec le ministre de la Santé. Une équipe du parti a identifié plusieurs écoles, hôtels et maisons inoccupés qui ont été mis à disposition pour la quarantaine.

L’entraide pour faire face au confinement

Ali, combattant au Hezbollah, m’explique comment plusieurs husseyniyyat (lieux de culte chiites) ont été transformés par le parti en centres de distribution d’aide alimentaire. Les volontaires et les militants du parti font du porte-à-porte pour remettre des cartons contenant des denrées alimentaires (huile d’olive, riz, farine, pâtes, lentilles, thé, pâtisserie, dattes, sucre) aux familles les plus démunies et sans revenus. Les militants assurent que ces aides alimentaires sont destinées dans la plupart des cas à l’électorat et aux sympathisants du parti ; elles ne sont pas destinées aux membres du parti qui continuent à recevoir leur salaire mensuel du Hezbollah comme d’habitude, qu’ils travaillent dans les différentes associations du parti, dans ses écoles comme personnels enseignants ou administratifs, ou qu’ils soient des combattants du parti.

Le 14 avril 2020, un grand convoi de 149 ambulances portant le logo du Comité islamique de santé du Hezbollah, dont certaines équipées de respirateurs, défile par les rues de Tyr au sud du pays jusqu’à l’hôpital équipé pour accueillir les potentiels patients dans cette ville. « Encore une fois, c’est le Hezbollah qui nous protège » me dit Malak, une militante du parti qui vit dans le sud du pays, alors qu’elle avait été une des premières dans sa famille (où tous les membres ont toujours voté pour le Hezbollah), lors du soulèvement populaire initié le 17 octobre, à descendre dans la rue manifester avec ses deux enfants contre un système politique corrompu, dont, à ses dires, « la corruption n’épargnait personne ».

Bibliographie

Pour citer ce billet : Erminia Chiara Calabrese, « Le Hezbollah face à la « guerre » contre le Covid-19 », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10355, le 11 Mai 2020. [ En  ligne sur hypotheses.org]

Erminia Chiara Calabrese

Erminia Chiara Calabrese est chercheure associée au Centre d’études en sciences sociales du religieux (Césor) à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris. Ses recherches actuelles portent sur la sociologie de la guerre, les engagements partisans armés et les chiismes politiques. Elle est l’auteure notamment de Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth (Ifpo/Karthala, 2016), « Ruptures et continuités dans le militantisme : parcours des combattants du Hezbollah libanais en Syrie », Revue Internationale de politique comparée, vol.25, 2018, p. 32-62. Elle a codirigé avec Robin Beaumont le dossier  « Chiismes politiques. Pouvoirs, engagements, imaginaires politiques chiites au XXIème  siècle  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranéevol.145,2019;  et avec Marie-Noëlle Abi-Yaghi  « Liban – Syrie : circulations et réactivations de réseaux militants en guerre (2011-2018) », Revue Internationale de Politique Comparée, vol.25, n.1-2, 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.