Deux « illustres » serviteurs de l’État dans la Ǧazīra tardo-antique des premiers marwānides (685-708)

Samsat (Samosata), Turkey

Samsat (Samosata), Turkey, Mellink, Machteld J., “Samsat (Samosata), Turkey,” Bryn Mawr Collections, accessed April 29, 2020, http://brynmawrcollections.org/home/items/show/9324.

La persistance des élites locales dans le nord des territoires sous domination arabe et omeyyade au Ier siècle de l’hégire reste mal connue en raison de l’absence de documentation papyrologique et de la rareté des attestations épigraphiques profanes. Il n’est possible de se fier qu’à quelques maigres mentions manuscrites au sein des corpus historiographiques et hagiographiques. Néanmoins, en les comparant aux sources documentaires d’autres régions, il est permis d’envisager un certain canevas chronologique, comme l’a brillamment démontré Chase Robinson dans sa monographie sur la Haute Mésopotamie des deux premiers siècles de l’hégire (Robinson 2000, p. 33-62). Nous souhaitons ici contribuer à une meilleure connaissance de cette région encore périphérique, ballottée entre les conquêtes et reconquêtes romaines et arabes, en une période politiquement et institutionnellement troublée dans les deux empires. Nous abordons un cas à la fois rare, et peut-être cependant paradigmatique, celui de deux gouverneurs non-musulmans de Haute Mésopotamie.

ʾLWSṬRYʾ fils de ʾRQ et Justinien II

La chronique anonyme syriaque de 1234 comporte cette mention étrange, à la suite de la notice sur la reprise du pouvoir par Justinien II en 705 :

Il trouva alors 6000 captifs (asīrē) ṭayyōyē et, tous, il les libéra et les expédia dans leur pays par la supplique d’ʾLWSṬRYʾ fils de (bar) ʾRQ, qui est de la cité de Ḥarrān, celui qui avait été captif au Bēt Rūmōyē (pays des Romains). [Justinien II] le libéra et l’expédia dans son pays (bēt) avec des cadeaux (Chronique de 1234, éd. p. 298/trad. p. 232, cité dans Palmer 1990, p. 165).

Michel le Syrien a pu consulter une tradition similaire qu’il résume ainsi dans sa propre chronographie : « Il trouva 6000 captifs ṭayyāyē (arabes) et les expédia dans leur pays » (Michel le Syrien, Chronographie, éd. p. 450/trad. II p. 478). Cette notice apparaît enrichie du passage concernant le retour d’ʾLWSṬRYʾ dans la Chronique de 1234 tandis qu’elle fut drastiquement abrégée par Michel. Quelques lignes après en avoir fait mention, ce dernier précise que la chronique de Jacques d’Édesse, qu’il affirme avoir intégralement (mais pas exclusivement) reproduite, est finie. Dès lors, il est possible de conjecturer que cette information y ait figuré.

En revanche, cette notice est complètement absente des chronographies grecques de Théophane le Confesseur (m. 817), et arabe d’Agapius de Manbiǧ (m. v. 942). Il est alors probable qu’elle ne dérive pas de la chronique perdue de Théophile d’Édesse, l’habituelle source commune de la tradition syro-orthodoxe et de ces deux ouvrages chalcédoniens. Ce passage n’existait donc pas dans l’ouvrage de ce chalcédonien de langue syriaque et astrologue de cour qui écrivit probablement vers 770. Cette mémoire du renvoi par Justinien II d’un général au nom improbable, à la tête de 6000 captifs arabes constitue donc selon toute vraisemblance une tradition historiographique propre au milieu syro-orthodoxe.

Porosité des frontières entre Justinien II et les Marwānides

Justinien II, le dernier des Héraclides, avait été renversé par un putsch mené en 695 par Léonce, stratège d’Amorium (thème des Anatoliques). Celui-ci était lui-même très impliqué dans les questions touchant aux frontières avec les Omeyyades. Il était lui-même originaire de Cilicie et avait été disgracié en 692 pour avoir échoué à battre Muḥammad b. Marwān (r. 686-709), le frère du calife ʿAbd al-Malik (r. 685-705), à Sébastopolis en Arménie occidentale. À cette occasion, 20 000 hommes des garnisons slaves auraient rallié les Marwānides (Théophane, Chronographie, éd. p. 366/trad. p. 511) et se seraient installées dans le tout nouveau district militaire (ǧund) de Qinnasrīn (Al-Balāḏurī, Futūḥ al-Buldān, éd. p. 132/trad. p. 202).

Cette zone militaire du Nord-Syrien recouvrait l’essentiel des anciennes provinces romaines d’Euphratésie et de Syrie. Elle était une zone d’échanges et de transferts, un espace franchissable et poreux par des groupes et des individus, à double courant (sur cette question, se reporter à Collet 2018). Ainsi, en 694, le prince d’Arménie reconnu par Léonce passa également au service des Omeyyades. Il emprunta la même voie que le père de celui qui occupait alors le trône patriarcal syro-orthodoxe : Julien « le Romain » (r. 687-708) (Michel le Syrien, Chronographie, éd. p. 447/trad. II p. 475). Dans l’autre sens, la tradition poétique arabe rapporte que le ǧazīrien al-Ǧaḥḥāf b. Ḥukaym al-Sulamī avait, à la même époque, rallié « les Romains » pour éviter d’être puni d’avoir utilisé les moyens de l’État pour opprimer la tribu rivale des Banū Taġlib au « jour de Bišr » (Ibn Ḥabīb, Dīwān Ǧarīr, p. 100 ; Abū Tammām, Naqaʾid Ǧarīr wa-l-Aḫṭal, p. 63 ; Al-Balāḏurī, Ansāb al-Ašraf, VII, p. 80-81 ; Al-Iṣfahanī, Al-Aġānī, XII, p. 412-414). Il finit par retourner au service des Omeyyades et aurait été définitivement réconcilié sous al-Walīd (r. 705-715).

En outre, celui qui fonda peu après la dynastie iconophobe des « Isauriens » était lui-même originaire de Marʿaš, haut-lieu syro-orthodoxe et « était syrien (sūryōyō) par sa nation (gensō), d’entre ses frontières (men baynōt tḥūmē) », comme le proclame le chroniqueur de Zuqnīn dans les années 770 (Chronique, éd. p. 13/trad. p. 12 ; Théophane, Chronographie, éd. p. 391/trad. p. 541, lit « Isaurien », ethnonyme qui est passé à la postérité, mais serait une opinion minoritaire et tiendrait à l’ajout d’un seul iota initial). Il est couramment admis qu’il avait été déporté en Thrace par Justinien II, peut-être après la victoire marwānide de 692, treize ans plus tôt. Cet important personnage qui prit le pouvoir en 717 sous le nom de Léon III eut une première occasion de s’illustrer et d’accéder à la charge de spathaire en appuyant la coalition de Thraces et de Bulgares qui restituèrent en 705 son trône à Justinien II. L’empereur déchu avait repris son titre et fait exécuter les usurpateurs Léonce (r. 695-698) et Tibère III (r. 698-705).

ʾLWSṬRYʾ de Ḥarrān à Samosate

Selon l’information historique syro-orthodoxe, c’est à cette occasion précise, en 705, que Justinien II ordonna le rapatriement des 6000 captifs arabes sous la direction de cet ʾLWSṬRYʾ Bar (fils de) ʾRQ. Ce personnage à l’onomastique vraisemblablement non-arabe mena ces soldats libérés à travers les ṯuġūr de Cilicie. Si le patronyme reste indéchiffrable, nous connaissons au moins un équivalent dans une source hagiographique, la Vie de Théodote d’Amid (m. v. 696). Tandis que ce saint homme « aimait à parcourir la zone de la frontière (baynōt ṭḥūmē) » et à y prêcher la vraie foi aux Romains, autant qu’aux Arabes (Vie dans Ms. Mārdīn 250, fol. 250/508),

alors s’éleva sur Samosate un archonte (arkūnō) appelé ʾLWSṬRYʾ qui était de Ḥarrān. Il expédia à Claudia un jeune de sa suite appelé Serge pour exiger des pauvres de ce pays l’impôt foncier (mdōttō = ḫarāǧ dans la version garšūnī étudiée par Jack Tannous) (Ms. Mārdīn 275, fol. 253/514).

Le jeune fonctionnaire zélé ordonna au monastère de St Serge où résidait Théodote l’impôt de 10 moines, menaçant, en cas de refus, de prélever la ǧizya (gzītō) sur le saint homme lui-même (résumé dans Hoyland 1997, p. 158, mentionné allusivement dans Robinson 2000, p. 57, qui renvoie à Palmer 1990, p. 162-168 ; Jack Palmer, Robert Hoyland et Jack Tannous publieront prochainement l’édition du texte garšūnī et je remercie vivement Jack Tannous de m’avoir fait lire son brouillon et indiqué le moyen de consulter le manuscrit syriaque Mārdīn 275 que je cite ici). La scène se déroule aux confins du ǧund de Ǧazīra qui venait d’être déduit par ʿAbd al-Malik à partir des districts mésopotamiens de Qinnasrīn (Al-Balāḏurī, Futūḥ al-Buldān, éd. p. 132/trad. p. 202). La citadelle de Claudia se situait dans l’actuel district turc de Pötürge (Malatya), dans le Haut Euphrate, et le monastère devait se trouver à proximité. Il ne fait que peu de doute que cet ʾLWSṬRYʾ ne fut identique à celui que Justinien II renvoya chez lui en 705.

Maintenant que nous savons qu’il était gouverneur de Samosate, il est aisé d’expliquer pourquoi il était prisonnier en Anatolie avec plusieurs milliers de captifs arabes. En effet, il avait probablement été capturé lors de l’offensive de Tibère III dans cette région du coude de l’Euphrate, en 699-700. Profitant de ce que les armées syriennes étaient occupées en Perse par la révolte d’Ibn al-Ašʿaṯ (v. 701-702), il serait parvenu à capturer 10 000 soldats saracènes/ṭayyōyē (Théophane, Chronographie, éd. p. 371/trad. p. 518 ; Michel le Syrien, Chronographie, éd. p. 448/trad. II p. 473-474 ; Agapius de Manbiǧ, Chronique, fol. 105 v). Il est dès lors très étonnant que seule la tradition syro-orthodoxe ait préservé le renvoi d’Arabes dont les sources chalcédoniennes se souviennent de la déportation. Il apparaît ainsi que la source de la Chronique de 1234, fût-ce Jacques d’Édesse, Denys de Tell Maḥrē (ou une autre que Michel n’aurait pas eue entre les mains ou pas conservée) dérive peut-être de traditions mésopotamiennes locales. En outre, elles tendent à suggérer que les Marwānides soutinrent Justinien II dans sa reconquête du pouvoir, lequel aurait en retour à tout le moins acheté la tranquillité sur la frontière syrienne en relâchant ses captifs. ʾLWSṬRYʾ b. ʾARQ de Ḥarrān, gouverneur de Samosate dut jouer un rôle non négligeable dans ces tractations romano-arabes.

Deux ʾLWSṬRYʾ archontes du Ṭūr ʿAbdīn

La même Vie de Théodote recèle deux autres mentions d’un ʾLWSṬRYʾ, lui aussi désigné comme archonte (arkūnā), mais cette fois de la cité de Dārā. Ce gouverneur aurait été sollicité par le monastère de Qellet (district turc Savur, Mardin), où Théodote avait décidé de finir sa vie comme stylite, pour une exemption « d’impôt (mdōttō) ». Ce dernier aurait alors proposé de payer lui-même la ǧizya (gzītō) du saint homme sur ses fonds propres (Ms. Mārdīn 275, fol. 266/540, résumé dans Palmer 1990, p. 167 et encore plus succinctement dans Hoyland 1997, p. 158). Il est possible qu’il s’agisse du même « gouverneur (mdabbrōnō) » que celui qui, en charge du Ṭūr ʿAbdīn, était venu vénérer Théodote en espérant la guérison d’une blessure infligée pendant « la guerre des Arabes » (Ms. Mārdīn 275, fol. 265-266/539-540). L’hagiographe rapporte que ce dernier avait « été frappé d’une flèche au moment où ils s’affrontèrent à Nisibe ». Selon nous, cette blessure aurait put lui être infligée durant une des batailles de la deuxième fitna (680-692), à l’occasion de laquelle Nisibe fut le théâtre d’affrontements entre Orientaux et Occidentaux, dont témoigne Jean b. Penkāyē (Chronique, éd. p. 155-157/trad. p. 183-185). L’hypothèse d’Andrew Palmer d’un vétéran de la conquête arabe, antérieure d’un demi-siècle au moins, nous semble très peu vraisemblable. Elle influa probablement sa traduction « in the battle against the Arabs » (Palmer 1990, p. 167) qui suggère un conflit ethnique, selon nous injustifiée.

Les problèmes politiques impliquant des officiels chrétiens étaient alors fréquents dans la région. Ainsi, le frère du calife, Muḥammad b. Marwān aurait ordonné la crucifixion, à Ḥarrān, capitale de la Ǧazīra, du gouverneur de Nisibe, Mardanšā, et de son fils. Peut-être avaient-ils soutenu la révolte ḫāriǧite de Šabīb, que les chroniques syro-orthodoxes locales dépeignent comme un héros (Chronique de 846, éd. p. 234/trad. p. 176-177, angl. p. 582 ; Chronique de 819, éd. p. 14-15/trad. p. 9-10). À cette même époque, selon les sources syriaques, un certain Nūnā de Ḥalūgā et le gouverneur (mdabbrōnō) d’Édesse Anastase b. André furent aussi éliminés (Michel le Syrien, Chronographie, éd. p. 447/trad. II p. 473 ; ʿAmr b. Mattā, Al-Maǧdal, II, p. 60 ; Chronique de 1234, éd. p. 294/trad. p. 229). Toutefois, en dépit de ces exactions, la source commune de la Chronique de 1234 et de Michel le Syrien, probablement Denys de Tell Maḥrē, assure que, « jusqu’alors, les chrétiens étaient les scribes, les chefs (rēšōnē) et les gouverneurs (mdabbrōnē) des provinces (atrawōtō) des Ṭayyōyē » (Chronique de 1234, éd. p. 294/trad. p. 224 ; Michel le Syrien, Chronographie, éd. IV p. 449/trad. II p. 474, résume de la sorte : « Les chefs (rēšōnē) chrétiens, dans les villes et les provinces, gouvernaient (mdabbrīn) »). Tout ceci laisse supposer que cet ʾ LWSṬRYʾ de Dārā avait été impliqué dans l’un ou l’autre des errements politiques qui secouèrent la région durant les deux dernières décennies du VIIe siècle. C’est en qualité et au nombre des gouverneurs (mdabbrōnē) et nobles (ḥērē) de la région, de Dārā, de Mārdīn, de Ḥesnā d-Kēfā (Hasankeyf) et du Ṭūr ʿAbdīn, vint, une seconde fois, rendre visite au saint Théodote d’Amid (Ms. Mārdīn, fol. 284/576).

Illoustrios comme titre d’un gouverneur de kūra ?

La vocalisation du ductus de ce prénom pose problème. Néanmoins, nous proposons, à la suite d’Andrew Palmer (Palmer 1990, p. 165), de lire illūstryō, qui serait une translittération régulière d’Illoustrio(s). Ce terme constitue la forme hellénisée du titre d’illustris que portaient tous les sénateurs d’importance à la veille des conquêtes arabes. Au cours du VIIe siècle, il se déprécia pour devenir l’apanage de tous les fonctionnaires et officiers de rang, avant de disparaître au cours du VIIIe siècle (Haldon 1990, p. 390-393). La forme illoustrios est courante dans les inscriptions grecques du Diocèse d’Orient, et est attestée à Sayyāda en Emésène en 469-470 pour un certain Aétius, aussi qualifié d’endoxotatos (IGLSyr 5 2620), à Antioche pour Anastasios (IGLSyr 3,1 787) et à Korykos en Cilicie (MAMA III 504) ; et encore en Balqāʾ, au milieu du VIe siècle (IGLSyr 21,2 175 et SEG 27.1006).

En outre, une inscription grecque de 704 de notre ère, contemporaine de nos événements, a été découverte à Fāras en Nubie, près de l’actuelle frontière égypto-soudanaise. En effet, le roi Merkourios et son successeur, « le sage Markos, illoustrios et éparcḫos, gouverneur de la chose royale et épinémèséōs » y commandèrent une dédicace (Faras IV 14,1). Comme la Mésopotamie, la Nubie avait connu une hellénisation partielle qui persistait encore après plus d’un demi-siècle de contrôle arabe de l’Égypte. Dans les papyri égyptiens produits sous les premiers marwānides, le rang d’illoustrios était dévolu aux pagarques comme celui Hérakléopolis/Ihnas non loin du Fayyūm en 708-9 (Stud.pal.3.448). Comme Aétius d’Emésène, ce dernier arborait le rang honorifique d’endoxotatos (équivalent du latin gloriosissimus). Une dizaine d’ordres émis la même année 708-9 par l’administration du pagarque d’Aphroditô/Išqaw, un peu plus en amont du Nil, présentaient également leur émetteur, Basilios, comme un illoustrios (et souvent aussi comme endoxotatos) (P. lond.4.1521, 1540, 1542, 1571, 1573, 1508, 1512, 1518 et 1634).

Comme nos « Illustres » de Dārā et de Samosate, les pagarques d’Ihnas et Išqaw avaient la charge administrative d’un district de l’échelon d’une kūra en Syrie et Ǧazīra, qui équivalait généralement à une cité épiscopale et à son territoire. En outre, ces archives attestent qu’ils avaient pour principale mission de collecter l’impôt (dèmosion) (Legendre 2014, p. 106). À nouveau, il s’agit d’une des attributions essentielles des arkūnē en charge de Samosate et Dārā dans la Vie de Théodote. Ainsi, nous avons vu que « l’Illustre de Ḥarrān », en poste à Samosate, avait envoyé son agent Serge à Claudia pour prélever le tribut (mdōttō). Son homologue, l’arkūnō « Illustre de Dārā », aurait quant à lui souhaité payer de sa poche la ǧizya de Théodote lors de sa visite au Ṭūr ʿAbdīn.

Ces exemples témoignent en outre d’un usage perdu, à notre connaissance, par presque toutes les sources syriaques, et par la totalité des sources arabes : celui d’appeler le gouverneur du district (kūra) par son titre gréco-romain d’illoustrios, en omettant son prénom. Cette coutume antéislamique avait perduré dans les provinces de Haute Mésopotamie ex-romaines appelées, à la fin du Ier siècle, à former le nouveau ǧund de Ǧazīra. Comme les pagarques en Égypte, les responsables de districts y étaient subordonnés à un amīr général, ici Muḥammad b. Marwān. Ces « Illustres » des kūra et leurs représentants étaient encore issus des élites locales non-arabes et avaient, comme leurs collègues égyptiens, pour principale mission la collecte de l’impôt. Ilss transmettaient, traduisaient et/ou adaptaient ensuite les ordres aux rēšōnē et mdabbrōnē des sous-districts (iqlīm) comme l’épitropos Jean à Claudia (Ms. Mārdīn 275, fol. 253/514, ʾPYṬRWPʾ (ēpīṭrūpō) cité dans Palmer 1990, p. 166).

Il semble qu’un illoustrios dirigeait la kūrā de Dārā et avait peut-être participé à la conquête militaire de Nisibe par les syriens omeyyades, vers 685-686 contre les pro-ʿAlides, ou vers 691-693 contre les pro-Zubayrides, voire encore en 695-696 contre les ḫāriǧites de Šabīb b. Yazīd. Une décennie plus tard, un (autre ?) illoustrios, venu de Ḥarrān (ou d’abord en poste à Ḥarrān) et gouverneur de Samosate, outre de s’être chargé de la collecte de l’impôt des régions des frontières mésopotamiennes, les ṯuġūr al-Ǧazīra, fut conduit à mener des soldats Arabes. Les avait-il déjà commandés en 699-700 lors de la défaite contre Tibère ou ne fut-il, en 705, qu’un guide de rapatriement vers le domaine omeyyade ? Quel rôle exact avait-il joué dans les relations diplomatiques entre la famille Marwānide et Justinien II ? Pourquoi ce souvenir se limite-t-il au milieu miaphysite ? Autant de questions pour lesquelles il reste difficile de trancher.

Une seule chose semble certaine : hagiographes et chroniqueurs syriaques interprétèrent leur titre par erreur, et ce assez tôt, comme le nom propre de ces « illustres » personnages.

Bibliographie

Sources

819, Anonyme, « Chronicon anonymum ad AD 819 », 1916-1920, éd. et trad. Jean-Baptiste Chabot, in Chronicon anonymum ad annum Christi 1234 pertinens, Louvain, Peeters, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, no 36, Louvain, Peeters, éd. et trad, p. 1-24/1-16.

846, Anonyme, 1903, Chronicon ad annum Domini 846 pertinens, éd. Ernest Brooks p. 157-238 et trad. Jean-Baptiste Chabot, p. 121-180, in Chronica Minora, Louvain, Peeters, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, no 3 ; 1897, éd et trad. Ernest Brooks, « A Syriac Chronicle of the year 846 », Londres, ZDMG 51, p. 569-588.

1234, Anonyme, 1916 et 1920, Chronicon anonymum ad annum Christi 1234 pertinens, éd. et trad. Jean-Baptiste Chabot, Louvain, Peeters, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syrii, no 36.

Abū Tammām al-Ṭāʾī, Ḥabīb b. Aws, 1922, Naqaʾid Ǧarīr wa-l-Aḫṭal, éd. Antoine Ṣalḥānī, Beyrouth, Imprimerie Catholique.

Agapius de Manbiǧ, Maḥbūb, « The missing parts of Agapius’ History from Ms Laurenziana Or 323 », éd. Robert Hoyland, in Theophilus of Edessa’s Chronicle and the Circulation of Historical Knowledge in Late Antiquity and Early Islam, Liverpool, Liverpool University Press, Translated Texts for Historians, no 57, p. 319-323.

Al-Balāḏurī, Aḥmad b. Yaḥyā, 1866, Kitāb futūḥ al-Buldān, éd. Michael De Goeje, Leyde ; 1916, trad. Philip Ḫūrī Ḥittī, The Origin of the Islamic State, New York, Studies In History, Economics and Public Law.

Al-Balāḏurī, Aḥmad b. Yaḥyā, 1996, Ansāb al-Ašraf, éd. Suhayl Zakkār et Riyāḍ al-Zarkalī, Beyrouth, Dār al-Fikr, 13 vol.

Bar Penkayé, Jean, « Histoire universelle », éd. et trad. Alphonse Mingana, Mossoul, Harrassowitz, Sources Syriaques, no 2, éd. p. 1-171/trad. p. 172-197, 1908.

Ibn Ḥabīb, Muḥammad, Dīwān Ǧarīr.

Al-Iṣfahanī, Abū al-Faraǧ, Kitāb al-Aġānī, éd. non mentionné, Dār iḥyāʾ turāṯ al-ʿarabī, Beyrouth, 1994, 25 vol.

Michel le Syrien, Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche1166-1199, éd. et trad. Jean-Baptiste Chabot, Paris, Ernest Leroux, 1899-1910, 4 vol.

Théophane le Confesseur, Chronographie, 1883, éd. Carl De Boor, Leipzig, Teubner ; 1997, trad. The Chronicle of Theophanes Confessor, Cyril Mango et Roger Scott, Oxford, Clarendon Press.

Zuqnīn, Anonyme, Chronique de Denys de Tell-Mahré : quatrième partie, éd. et trad. Jean-Baptiste Chabot, Paris, Bibliothèque de l’école des Hautes-Études no 112, 1895.

Manuscrit

Vie de Théodute : Ms. Mārdīn, Église des Quarante Martyrs, no 275, fol. 236-296/481-600 ; https://www.vhmml.org/readingRoom/view/124772

Études

Éva Collet, 2018, « Dābiq et la frontière du Dār al-Islām, histoire et représentations (Ier-Vsiècles H./VIIe-XIe siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 144, p. 237-268 ; http://journals.openedition.org/remmm/10395

John Haldon, 1997, Byzantium in the Seventh Century: The Transformation of a Culture, Cambridge, Cambridge University Press.

Robert Hoyland, 1997, Seeing Islam as Others Saw It: A Survey and Evaluation of Christian, Jewish and Zoroastrian Writings on Early Islam, Princeton, Darwin Press.

Marie Legendre, 2014, « Hiérarchie administrative et formation de l’État islamique dans la campagne égyptienne pré-Ṭūlūnide », in Annliese Nef et Fabiola Ardizzone, Les dynamiques de l’islamisation en Méditerranée centrale te en Sicile : nouvelles propositions et découvertes récentes, Rome-Bari, École française de Rome, p. 103-117.

Andrew Palmer, 1990, Monk and Mason on the Tigris Frontier: The Early History of Ṭur ʻAbdin, Cambridge-New York, Cambridge University Press.

Chase Robinson, 2000, Empire and Elites after the Muslim Conquest: The Transformation of Northern Mesopotamia, Cambridge, Cambridge University Press.

Pour citer ce billet : Simon Pierre, « Deux « illustres » serviteurs de l’État dans la Ǧazīra tardo-antique des premiers marwānides (685-708) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10345, le 28 avril 2020. [ En  ligne sur hypotheses.org]

Simon PIERREHistorien médiéviste. Doctorant depuis 2017 à Sorbonne Université, sa thèse porte sur « Les tribus arabes chrétiennes de Syrie du Nord et de Haute-Mésopotamie aux VIIe et VIIIe siècles« . Simon Pierre est à l’Ifpo Beyrouth depuis septembre 2019 dans le cadre d’une bourse AMI.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.