Le phénomène milicien à Tikrit : déléguer pour mieux contrôler (3)

Cette série de trois billets est le fruit d’une enquête ethnographique multi-située effectuée à Tikrit et dans les localités de al-Alam (nahiya) et de Albou Ajeel (qariyya), trois sites d’enquêtes fortement interdépendants, entre 2018 et 2019. Cette recherche comprend un travail d’observation participante menée auprès des enquêtés, ainsi que des entretiens et des conversations informelles avec des cheikhs et leurs partisans, des miliciens de Asa’ib ahl al-Haqq (AAH) dans des configurations variées à l’intérieur et en dehors des centres de commandement de la milice à Tikrit et al-Alam, de la communauté soufie rifa’i de Albou Ajeel.

Le second billet nous a permis de dégager des portraits de miliciens distincts entre le centre urbain (Tikrit) et la périphérie semi-urbaine (al-Alam). Ainsi, il s’agit dans ce troisième billet d’évoquer un dernier profil que ce travail de terrain fait émerger, celui de militants du qariyya Albou Ajeel, un environnement rural singulier par le degré de destruction avancé de la localité (maisons, écoles et infrastructures agricoles), la précarité sociale et économique constante de ses habitants à partir de 2003, et la mixité doctrinale (soufis rifa’i et hanéfites), confessionnelle (sunnites et chiites) et régionale (Balad, Yathrib, Dujail, Nasiriyya), toute proportion gardée.

La milice AAH n’est pas la seule à tenter d’évincer la chefferie tribale de l’échiquier social local. Des notables urbains, et des cheikhs qui mettent en avant leur identité religieuse (sayyid.s soufis) ou des groupes tribaux qui revendiquent une identité culturelle forte (Joubour) cherchent à se poser comme des figures légitimes ou « naturelles ». À l’échelle infra-tribale, se jouent aussi des rivalités entre des groupes se revendiquant d’une ascendance lignagère commune et d’une appartenance territoriale tels que les ‘Azza, les Joubour, les Shammar. Les rivalités sont multiples complexifiant le champ des revendications et des négociations : infra-tribales (inter-claniques), inter-tribales, interconfessionnelles (rite hanéfite et soufisme rifa’i), inter-religieuses (sunnite et chiite, ou plutôt hanéfite et chiite), inter-milices (Saraya al-Salam et Asa’ib ahl al-Haqq, Kata’eb al-Imam ‘Ali, Hezbollah), inter-armées (SWAT, STR, armée régulière, police fédérale), inter–locales, et entre locaux et sudistes.

Revendication territoriale des Joubour sur le village d'Albou Ta'amat, à quelques kilomètres de l'université de Tikrit, août 2019, crédits A. A.

Rendicatevion territoriale des Joubour sur le village d’Albou Ta’amat, à quelques kilomètres de l’université de Tikrit, août 2019, crédits Alulim.

La volonté de l’ensemble de nos enquêtés de ne pas adopter une position clivante ou de lisser leur propos nous conduit à poser quatre hypothèses : le souci de préserver une identité locale menacée ; le souci d’apparaître comme une figure qui rassemble, fédère, notamment chez les cheikhs ; le souci de ne pas apparaître comme une force d’occupation (les chiites du sud de l’Irak de AAH Tikrit). Elle peut aussi signifier une manière de « se protéger derrière le diagnostic d’anomie pour éluder la question de la responsabilité du régime » (Al-Rachid, 2010). Un régime dont plusieurs acteurs ont longtemps su tirer les ficelles des réseaux clientélistes de redistribution des privilèges, et dont ils ne cachent pas leur nostalgie.

Des locaux aux barrages ?

Lors de nos multiples configurations d’entretien, nos enquêtés avaient insisté sur leur identité locale – « des gens de Albou Ajeel » – sans autre précision. Franchissant le barrage qui permet d’accéder au village, nous remarquons tout à la fois un véhicule militaire blindé du Special Weapons and Tactics (SWAT), des écussons de AAH sur les uniformes des miliciens qui arrêtent notre berline blanche. Un drapeau de AAH flotte, suspendu à une structure de fer, aux côtés d’un portrait de Qais al-Khazali en kaki, couvre-chef militaire sur la tête. Sayyid B. se tait lorsqu’il s’agit d’évoquer la cohabitation avec AAH. Les activités de la takkiya (hôtellerie de derviches) prospèrent, et les fidèles affluent pour demander des intercessions. Ici nulle mention n’a été faite d’un pacte avec AAH mais le profil sociologique des militants semble indiquer un processus de recrutement local, quelque peu similaire à celui de al-Alam, à l’exception faite peut-être que c’est l’identité locale (albou ajeeli) qui est mise en avant, et non l’identité tribale (‘Azza) et locale des miliciens de al-Alam. De même, au check-point principal de Tikrit, les Asa’ib ont délégué le contrôle à des conscrits locaux de l’armée irakienne d’après nos observations : des Joubour de al-Alam (majoritaires dans la ville), des albou ajeeli (mixité tribale), des Shammar d’al-Nu‘aym (le désert limitrophe). Au barrage, des drapeaux à l’effigie de l’Imam Hussein, de Abbas, de ‘Ali ibn Abi Taleb flottent aux côtés du drapeau sur fond blanc de AAH. La carte d’identité irakienne ne suffit pas. Il faut un laissez-passer mentionnant le nom de l’ensemble des membres de la famille dont seuls les locaux peuvent disposer. En son absence, le conscrit confisque les papiers d’identité avant de les remettre à un officier installé dans un algeco à droite du barrage. À l’intérieur, la décoration y est très épurée. Des tables d’école, quelques chaises à la peinture émaillée, et un ordinateur portable pour trois officiers. Le ton est cordial. Il ne s’agit pas pour nous de procéder à un contrôle d’identité mais bien de vérifier l’authenticité et la conformité des papiers que nous arborons nécessaires à la poursuite de nos déplacements. Les barrages miliciens peuvent exiger des documents administratifs que les personnels de l’armée régulière ne demandent pas à des simples fins de rackets.

Le choix de placer des conscrits locaux aux barrages permet de fluidifier les contrôles, et donc la circulation. Tout le monde se connait, ou pour le moins, tout le monde se reconnait en référence aux accents du dialecte irakien. La diversité linguistique est un marqueur identitaire fort, et à ce titre, peut ouvrir ou fermer l’accès à un espace. Connaître ces subtilités dialectales peut s’avérer dans certaines configurations le meilleur garant de la survie des individus au point où certains n’hésitent pas à travailler ces accents.

En revanche, les barrages mobiles, improvisés sur le premier tronçon de la route Tikrit – Tuz, sont l’œuvre de chiites du sud de l’Irak ou du sud de Bagdad d’après plusieurs de nos observations. Aucun drapeau de milice ne vient trahir leur appartenance politico-militaire, mais des étendards à l’effigie de l’Imam Hussein sont arborés. Parfois des écussons visibles sur leurs uniformes viennent apporter le précieux renseignement. Ces barrages mobiles sont souvent installés aux abords des casernes des milices, facilement identifiables par leur structure rectangulaire bétonnée, lisse, surmontée d’un ou de plusieurs étendards « chiites ». La minoration, voire la dissimulation, est souvent pratiquée aux abords de ces barrages. Quelques secondes suffisent à notre accompagnateur pour identifier son interlocuteur – le faciès/la silhouette et l’accent du dialecte – et répondre en conséquence. Cette pratique illustre le primat des identités régionales et confessionnelles sunnite/chiite que les locaux ont en permanence à l’esprit.

Des allégeances volatiles

Plusieurs facteurs expliquent le ralliement à des organisations paramilitaires implantées à Tikrit. La fluidité avec laquelle les individus passent d’une organisation à l’autre, dont le credo idéologique est souvent antinomique, interroge. L’absence de combats pour la défense de la ville au moment de l’arrivée des Américains en 2003, et plus récemment de l’OEI a conduit certains à conclure qu’il n’y avait pas de principes spécifiques régissant l’engagement des habitants en dehors de leur vulnérabilité (source anonyme). L’opportunisme est un argument qui revient régulièrement dans le fil des analyses sur l’Irak souvent d’ailleurs pour discréditer les tribus ou les individus en soulignant leur absence d’intégrité morale disqualifiant l’une des vertus maîtresses de l’arabité. En dehors du jugement moral que certaines de ces analyses portent, l’opportunisme apparaît comme une option « naturelle » pour les individus afin de tenter eux aussi de tirer leur épingle du jeu dans un environnement où l’État est prédateur. D’autres facteurs me semblent tout aussi pertinents d’évoquer : le taux de chômage, particulièrement élevé chez les jeunes ; la difficulté croissante pour se marier, une conséquence directe de l’inactivité (avec une tendance à la stagnation, voire à l’augmentation des mariages endogamiques dans les zones périurbaines ou rurales) ; le prestige et la reconnaissance liés à l’identité que ce statut d’homme en arme confère et des facteurs plus psychologiques, moraux, comme l’effet de groupe, le besoin de réparer ou de se réparer, de réhabiliter une situation, la vengeance aussi.

L’adhésion au credo de l’organisation ou du groupe peut se manifester sur une période couvrant le contrat de travail ou la mission pour laquelle l’individu a été recruté et surtout aussi longtemps que l’argent est versé puisqu’il constitue, selon nos enquêtés, l’un des principaux moteurs de l’engagement conjointement au prestige lié à la fonction, à l’impunité que cette fonction peut conférer, au réseau qu’elle peut apporter, aux opportunités qu’elle peut offrir. Mais ceci dépend bien souvent d’autres paramètres, telles que la confession, la tribu, l’origine géographique, le rang social, parfois même le diplôme (c’est moins les connaissances et compétences acquises au fil de la formation académique qui importe que le diplôme délivré à son issu). L’appartenance religieuse permet l’accès à un type de ressources et de réseaux en premier lieu.

L’examen de la trajectoire de plusieurs membres de la tribu des albou Jeissat de Beiji nous indique la fluidité de leurs alliances dictées par des intérêts complexes qu’il ne nous a pas été permis de clairement identifier au cours de ce travail de terrain. Depuis la chute de Saddam Hussein, ils se sont associés successivement à al-Qaeda en Irak (AQI), avant de rejoindre les Sahwa puis l’OEI, et enfin al-Hashd al-Shaabi. À Tikrit, on ironise d’ailleurs sur la volatilité de leurs allégeances au point d’y fabriquer un dicton : « Ils sont comme les oignons, on les trouve dans tous les plats ». Il est clair à partir de ces données factuelles qu’il n’y a pas d’adhésion idéologique à l’un ou l’autre de ces mouvements puisque chacun se distingue par une grille doctrinale propre. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il ne peut y avoir des affinités ou des sensibilités idéologiques lorsqu’un individu rallie une organisation mais c’est une motivation mineure ou secondaire de son engagement. L’individu rationnel calcule ce qui lui est le plus profitable dans un environnement où l’État est absent ou prédateur. Ces affirmations sont circonstancielles et circonscrites à Beiji, elles ne sauraient refléter l’ensemble des membres des albou Jeissat, ni même éluder les querelles entre les salafistes de al-Alam (réputés quiétistes), Beiji, Shirqat ou Dhoulouiya (réputés extrémistes et considérés comme des viviers de recrutement potentiels de groupes armés terroristes à l’instar de l’OEI).

Bibliographie

Pour citer ce billet : Alexia Martin, « Le phénomène milicien à Tikrit : déléguer pour mieux contrôler (3) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10272, le 4 mai 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Alexia MartinAllocataire du ministère des Armées (2017-2018) et actuellement bénéficiaire d’une Aide à la mobilité internationale auprès de l’Ifpo Erbil (2018-2020), Alexia Martin prépare une thèse de doctorat à Sciences po Aix sous la direction de Walter Bruyère-Ostells (Cherpa/Sciences po Aix) intitulée « Tikrit n’est pas tribale! Catégoriser, intérioriser, résister: un siècle de fabrique identitaire dans le Tigre-Moyen (XXe-XXIe siècle) ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.