Le phénomène milicien à Tikrit : un militantisme local ? (2)

Cette série de trois billets est le fruit d’une enquête ethnographique multi-située effectuée à Tikrit et dans les localités de al-Alam (nahiya) et de Albou Ajeel (qariyya), trois sites d’enquêtes fortement interdépendants, entre 2018 et 2019. Cette recherche comprend un travail d’observation participante menée auprès des enquêtés, ainsi que des entretiens et des conversations informelles avec des cheikhs et leurs partisans, des miliciens de Asa’ib ahl al-Haqq (AAH) dans des configurations variées à l’intérieur et en dehors des centres de commandement de la milice à Tikrit et al-Alam, de la communauté soufie rifa’i de Albou Ajeel.

Le cadre physique et idéologique du groupe préalablement posé, ce second billet a vocation à traiter des formes d’appropriation très locales de AAH par l’examen des portraits sociologiques de miliciens qui se distinguent en fonction de l’environnement (urbain, semi-urbain, rural ou désertique) dans lequel ils évoluent.

Des étrangers pour gouverner ?

Si certains miliciens ont émigré avec leurs familles (dont la proportion nous est inconnue), d’autres retournent chaque week-end dans leur sud natal. Le représentant de AAH à Tikrit continue de démentir la présence de miliciens du sud soulignant qu’il aurait été contre-productif de les faire venir car « premièrement, ils ne connaissent pas les lieux », et « deuxièmement, ils ne seraient pas acceptés par la population locale ». Or, la majorité des militants qui assistent à l’entretien, son représentant compris, sont à l’exception de deux d’entre eux originaires du sud de l’Irak d’après les observations de A.

La différence de réception de l’occupation par la milice AAH entre qariyya Albou Ajeel et nahiya Al-Alam mérite notre attention dans la mesure où elle a fait apparaître en premier lieu une connaissance fine de l’environnement social et des trajectoires historiques des territoires administrés par le groupe paramilitaire lequel a su s’adapter aux contraintes du milieu. Ces formes d’appropriation très locales du groupe que nous évoquions plus haut sont la traduction d’une adaptation que l’on relève dans la diversité des profils militants. D’abord, cette occupation fait émerger des figures miliciennes distinctes entre le centre-ville où les activistes sont majoritairement des chiites du sud de l’Irak, épaulés par une poignée de chiites installés depuis plusieurs années à Tikrit, et dans les espaces péri-urbains. Il semblerait également que des Iraniens de confession chiite soient aussi présents comme en témoigne le récit de nos observations (octobre 2019) : « Le véhicule de al-Hashd al-Shaabi s’arrête devant la boulangerie face à la mosquée al-Huda. Un homme descend, cheveux courts, bruns foncés, le pas militaire. Son faciès tranche. Sa silhouette aussi. Je demande confirmation auprès de K. F. Il n’est pas d’ici. Des Iraniens, il a eu le temps d’en côtoyer au cours de la guerre. L’homme rassemble les galettes de pain chaudes et disparaît dans le véhicule. Aucun mot ne s’est échangé. Il a pris le pain et il est parti. Personne n’a rien vu. Personne n’a rien dit ».

Cette série de trois billets n’est qu’un premier retour de terrain qui mériterait d’être étayé par d’autres enquêtes ethnographiques d’où les interrogations pléthoriques posées de nature à susciter la réflexion et l’échange.

Bien qu’il soit difficile à ce jour de recueillir des informations précises, en dehors des observations conduites, sur la proportion de sudistes au sein de Asa’ib Tikrit, leur présence est avérée dans le centre-ville de Tikrit (sous l’étiquette AAH) ainsi que sur le premier tronçon de la route Tikrit – Tuz (sous l’étiquette de al-Hashd al-Shaabi). De quelle tribu sont-ils originaires ? Sur quelles bases ont-ils accepté de venir s’installer si à l’écart de leur tribu ? Cette mobilité géographique est-elle contrainte ou volontaire ? S’accompagne-t-elle de privilèges ou de contreparties, et de quel(s) ordre(s) ? Y a-t-il un système de compensation ou d’incitation financière pour ceux qui viennent s’installer à Tikrit ?

Les réponses à ces interrogations multiples nous permettront d’affiner le profil de ces miliciens, de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse du primat d’une identité (transnationale ?) chiite comme motif d’engagement principal et circonscrit (peut-être ?) aux sudistes de la milice AAH. Comment parviennent-ils à ménager leur identité tribale et confessionnelle ? La question se pose avec d’autant plus de pertinence qu’en Irak les tribus ne sont pas des unités homogènes : elles sont constituées d’éléments sunnites et chiites dans des proportions inégales. Les hommes des tribus mobilisent un réseau de relations d’interconnaissance et d’inter-reconnaissance complexe, multi-situé, pérenne et pluriconfessionnel. Ce capital social transcende théoriquement toute appartenance qui viendrait contrarier les relations d’échange nécessaires à la reproduction de ce capital (Bourdieu, 1980). Or, l’on constate que des paramètres internes (trajectoires micro-locales) et externes (insécurité, État prédateur, discours sur le sectarisme) au champ tribal influent sur les représentations et donc affectent les choix des individus ou de petits groupes d’individus qui de là revendiquent une identité plurielle dans laquelle le tribal est relayé à la sphère culturelle, aussi longtemps que la milice est légitime à leurs yeux, c’est-à-dire qu’elle pourvoie à l’ensemble des attentes que le corps tribal, fragilisé, est incapable temporairement de fournir. Le ralliement à la milice, ou l’allégeance qui lui est prêtée signale une perception commune à leurs membres de défense de leurs intérêts. De même, on peut se demander si leur manière de vivre leur foi est exacerbée à Tikrit ou au contraire inhibée du fait de l’environnement majoritairement sunnite dans lequel ils évoluent ? Quelles mosquées de la ville fréquentent-ils le vendredi ? Dans quels quartiers ont-ils établis leurs familles ? Y a-t-il un projet d’installation au long cours ? Dans quels établissements scolarisent-ils leurs enfants ?

L'une des mosquées du centre-ville de Tikrit, novembre 2019, crédits A. A.

L’une des mosquées du centre-ville de Tikrit, novembre 2019, crédits Alulim.

Trajectoires locales

Afin de comprendre la forme inédite qu’a prise AAH dans al-Alam revenons d’abord sur les conditions d’implantation de la milice dans ce nahiya à travers deux récits : l’un d’un puissant chef de clan local, et l’autre d’un ancien milicien de AAH tribal, membre de la tribu des ‘Azza.

Chef du plus puissant des clans des ‘Azza, les albou Muhammad, la réputation du cheikh T. n’est plus à faire. Âgé, la silhouette mince mais robuste, l’homme est un vétéran de la lutte contre les Américains. Fin observateur, il se pose en gardien des lieux. Sa sœur s’est, elle aussi, distinguée dans la lutte au point d’être gratifiée du titre de cheikha. Une femme de poigne, petite, trapue. Elle inspire un respect mêlé de crainte à ses homologues. En chef d’orchestre, elle coordonne la gestion de son domaine, modeste, et la réception de ses hôtes jusque dans les moindres détails. Le regard franc, le ton ferme, elle est de toutes les discussions et ne s’embarrasse pas des convenances que son rang de femme, s’il ne se doublait pas de ce titre honorifique, l’obligerait à observer. À l’occasion d’une visite dans leur résidence de al-Alam, A. me fait en aparté le récit de l’arrivée des miliciens de al-Hashd al-Shaabi sur les lieux où la fratrie a établi ses quartiers. Le cheikh T. est peu loquace. On ne déroge pas à la règle du silence. Nous sommes en janvier 2018, et la censure est de rigueur. Des témoignages glanés au sein du cercle familial permettent d’apporter un (modeste) éclairage des événements : « Cheikh T. est le cheikh de la plus puissante asheera (clan) de la qabeelat (tribu) ‘Azza, les albou Muhammad. Lorsque les miliciens de AAH sont arrivés jusqu’à son quartier, il s’est dressé au milieu d’eux et leur a déclaré : « Nous sommes les fils de al-‘Amur bin Ma’adi Karub al-Zubaydi. C’est un code que toutes les tribus connaissent ». Cet homme est à la base de leur arbre tribal (avant même l’arrivée du Prophète Muhammad, que la paix et le salut d’Allah soit sur lui). Il s’est illustré par sa bravoure, l’un des hommes les plus courageux de son époque. Un guerrier. Un chevalier qui maniait l’épée. Surpris, les miliciens du sud se sont alors inclinés face à cette revendication lignagère commune à des clans ou des tribus du sud de l’Irak. Aucun incident n’a ensuite été déploré dans le quartier de résidence des albou Muhammad ».

La mine anxieuse, F. nous accueille sur son lieu de travail. Des sodas et une boîte de sucreries disposés sur la table circulaire, nous prenons place sur les chaises recouvertes d’une housse blanche maquillée de petits points blancs. Proche parent de A., il aurait été difficile pour lui de refuser cet entretien. L’homme est partagé entre son devoir d’hospitalité et son souci de ne révéler aucune information sensible qui puisse être assimilée à une trahison ou compromettre son réseau très étendu d’interconnaissance.

F. est un jeune homme grand, fort, né à la fin des années 1990. Des souvenirs de Saddam, il en a très peu. Son père était, comme nombre d’habitants ici, souligne-t-il, un fonctionnaire baathiste. Sa mère, comme la plupart des femmes tikrities nées dans les années 1960, est institutrice. Originaire de al-Alam, son père a choisi d’émigrer à la ville avec sa famille alors que F. était encore un tout jeune garçon. S’il n’affectionne pas particulièrement les lieux, il demeure profondément attaché à la tradition. Il prend son rôle d’aîné très au sérieux et multiplie les emplois pour subvenir aux besoins de sa famille et de son épouse à laquelle il a récemment fait vœu de fidélité. Manager d’un hall de mariage, responsable de la sécurité de la fête foraine du quartier de al-Qadisiyya, milicien de AAH, ce diplômé en relations publiques de l’université de Tikrit cumule les emplois. Son épouse travaille elle aussi en tant que manager dans une autre salle de mariage de la ville. « Malgré tout cela, je n’arrive toujours pas à économiser de l’argent pour acheter une voiture », lâche-t-il. F. revient ensuite sur les débuts du AAH tribal à al-Alam :  « Le cheikh R. a pris l’initiative de former une branche tribale locale du AAH, R., est quelqu’un de bien. Il fallait faire le job [créer cette branche] autrement quelqu’un d’autre [de mal intentionné], l’aurait fait. Il fallait prouver à AAH que nous n’étions pas des terroristes. Et puis, il fallait des locaux pour quadriller le territoire. AAH, ils ne sont pas d’ici. Ils ne connaissent pas le milieu comme nous […] le cheikh R. a lancé un appel, et j’y ai répondu. On n’était pas payé » ajoute-t-il, enfin.

Pour les locaux, il s’agit d’un AAH « tribal » à l’initiative d’un cheikh de clan local. La quarantaine, il a hérité de la charge de cheikh à la mort de son père. Reconnu pour son intégrité morale et sa bravoure, il était l’homme de la situation. De la tribu des ‘Azza [majoritaire dans la province de Diyala], il revendique cependant une identité locale (al–Alam) et clanique. Il incarne la conversion d’un capital symbolique en capital militaire.

Centre des opérations d'AAH, janvier 2018, crédits A. A.

Centre des opérations d’AAH, janvier 2018, crédits Alulim.

Série de portraits des martyrs d'AAH, centre des opérations d'AAH de Al-Alam, janvier 2018, crédits A. A.

Série de portraits des martyrs d’AAH, centre des opérations d’AAH de al-Alam, janvier 2018, crédits Alulim.

Rencontré en janvier 2018 dans une maison transformée en bureau militaire, ce n’est pas le chef de clan qui s’était adressé à nous mais bien le commandant d’un bataillon qui faisait un retour sur l’expérience du combat contre l’OEI. La pièce était saturée par les vapeurs de cigarette des miliciens qui vidaient avec frénésie leur paquet. Un thé brûlé noir circulait dans des gobelets en carton sur les petites tables en plastique disposées çà et là près des banquettes. En novembre 2019, repassant sur les lieux, la maison était toujours là. Ses occupants l’avaient réinvesti. Nulle trace de l’occupation précédente, des posters à l’effigie des martyrs, des portraits de Qais al-Khazali, de la carte des environs tracée à la main et maquillée de petits points. Tout avait disparu. Malgré la dissolution de Asa’ib tribal, mise sur pied pour les besoins de la lutte contre l’OEI, le cheikh R. continue d’être très actif et se mêle aux politiques des Asa’ib dans l’intérêt de sa communauté. Avec les manifestations d’octobre à Bagdad, le cheikh R. se faisait injoignable.

Bibliographie

Pour citer ce billet : Alexia Martin, « Le phénomène milicien à Tikrit : un militantisme local ? (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10270, le 4 mai 2020. [ En  ligne sur hypotheses.org]

Alexia MartinAllocataire du ministère des Armées (2017-2018) et actuellement bénéficiaire d’une Aide à la mobilité internationale auprès de l’Ifpo Erbil (2018-2020), Alexia Martin prépare une thèse de doctorat à Sciences po Aix sous la direction de Walter Bruyère-Ostells (Cherpa/Sciences po Aix) intitulée « Tikrit n’est pas tribale! Catégoriser, intérioriser, résister: un siècle de fabrique identitaire dans le Tigre-Moyen (XXe-XXIe siècle) ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.