Le phénomène milicien à Tikrit : s’engager auprès d’Asa’ib ahl al-Haqq (1)

Cette série de trois billets est le fruit d’une enquête ethnographique multi-située effectuée à Tikrit et dans les localités de al-Alam (nahiya) et de Albou Ajeel (qariyya), trois sites d’enquêtes fortement interdépendants, entre 2018 et 2019. Cette recherche comprend un travail d’observation participante menée auprès des enquêtés, ainsi que des entretiens et des conversations informelles avec des cheikhs et leurs partisans, des miliciens de Asa’ib ahl al-Haqq (AAH) dans des configurations variées à l’intérieur et en dehors des centres de commandement de la milice à Tikrit et al-Alam, de la communauté soufie rifa’i de Albou Ajeel.

Cette recherche ne saurait refléter in extenso l’ensemble de l’activité milicienne de Asa’ib ahl al-Haqq (AAH) à Tikrit en raison de la pratique de la dissimulation (takkiya) dans un environnement qui demeure malgré tout hostile à la présence milicienne et/ou chiite. Elle ne saurait non plus éluder la variété des profils militants et le spectre riche des motifs de l’engagement milicien. Il s’agissait dans cette série de trois billets d’apporter un éclairage sur l’administration milicienne de la ville à partir des données du terrain. Cet éclairage n’a vocation qu’à servir de point de départ d’un travail de terrain approfondi afin notamment de comprendre (a) la mise en réseaux des bureaux de AAH, (b) leurs rapports avec les autres forces armées régulières et paramilitaires au local et (c) évaluer la part des logiques locales dans la stratégie régionale de AAH. Répartis en trois billets, plusieurs éléments sont mis en valeur. Le premier a trait à l’administration physique de la ville et pose le cadre de l’implantation de la milice dans le paysage local venant dessiner des spécificités micro-locales. Le second et le troisième portent sur les profils des militants engagés au sein de AAH, distincts en fonction de leur environnement semi-urbain, al-Alam (2), et rural, Albou Ajeel (3).

Les vestiges de la citadelle de Tikrit côtoient les palais détruits de l'ancien président irakien

Les vestiges de la citadelle de Tikrit côtoient les palais détruits de l’ancien président irakien, Saddam Hussein, mars 2019, crédits Alulim.

Vestiges de la citadelle de Tikrit restaurés sous Saddam Hussein

Vestiges de la citadelle de Tikrit restaurés sous Saddam Hussein, mars 2019, crédits Alulim.

Dans ce premier billet, il s’agit de rappeler les conditions qui ont permis à une organisation paramilitaire, AAH, de s’implanter et développer ses activités en contexte urbain, dans le kaza de Tikrit. Chef-lieu de la province de Salah-ad-dine depuis les années 1970, la ville est surtout connue pour être un, si ce n’est « le », bastion du régime de Saddam Hussein (1979-2003). Le développement dans un « ancien » foyer baathiste d’une des milices chiites (AAH) parmi les plus puissantes forces militaires au sein des al-Hashd al-Shaabi, et aussi parmi les plus radicales (Beaumont 2014), interroge. Tikrit se distingue par l’hétérogénéité de sa population tribale (à la différence de al-Anbar), sa relative homogénéité confessionnelle dans l’hypercentre (des sunnites sur une ligne « moins dure » que leurs coreligionnaires des périphéries), son niveau d’alphabétisation supérieur à ses marges, sa mixité sociale issue des flux migratoires (en provenance de Bagdad et Yathrib notamment). Les coupures d’électricité y sont, comme partout ailleurs, fréquentes, l’eau de piètre qualité et les routes sévèrement endommagées par les blindés et les poids lourds qui traversent de jour la ville avant de rallier la capitale. Les vitrines des boutiques de l’hypercentre affichent des tenues à la mode occidentale ou des abaya noires aux motifs fantaisistes. Au détour de quelques rues, les deshdasha importées du golfe se vendent à prix fort tandis que le marché populaire de la rue des docteurs est le rendez-vous privilégié des ruraux qui y viennent chercher des occasions. L’espace, au sens large, se fragmente et la fréquentation des lieux se fonde sur des lignes socio-économiques limitant les contacts entre les différents groupes. Ces éléments topographiques posés, il s’agit de nous intéresser plus spécifiquement à l’organisation partisane qui s’est octroyé le droit d’administrer la ville.

Fondée en 2006 par Qais al-Khazali, un ancien cadre de l’Armée du Mahdi (Moqtada al-Sadr), la milice AAH s’est imposée dans le paysage tikriti à la faveur de la reprise de la ville des mains de l’Organisation État islamique (OEI) en mars-avril 2015, et aux termes d’affrontements inter-milices violents pour le contrôle de la ville en 2016. Implantée au centre et en périphérie, la milice s’est imposée comme le nouvel occupant des lieux en dépit de l’opposition de la population qui avait manifesté au début une préférence pour la milice Saraya al-salam de Moqtada al-Sadr, en charge de la ville voisine de Samarra, réputée à ses prémisses plus « souple ». L’occupation de l’espace par AAH est donc le résultat de cette lutte inter-milicienne. Elle prend la forme d’une présence visuelle soutenue en centre-ville (drapeaux, affiches à la mémoire des martyrs de la milice, écussons, écharpes, casquettes, portraits de leader, etc.) éclipsant au passage la présence résiduelle (et invisible) de miliciens issus d’autres formations (type Kata’ib Hezbollah ou Khorasan). Des logiques charismatiques s’articulent autour du chef de la milice AAH, Qais al-Khazali. Les portraits arborés dans les barrages militaires le présentent tantôt comme chef militaire (en kaki) ou comme chef religieux (coiffé d’un turban blanc et de l’habit des dignitaires religieux chiites). Il apparaît dans les bureaux de AAH de Tikrit et de al-Alam aux côtés d’Ali al-Sistani, l’autorité chiite la plus influente du pays.

Des drapeaux de la milice Asa'ib ahl al-Haqq flottent dans le centre-ville de Tikrit à l'occasion d'une rassemblement anti-américain le 2 janvier 2020, photo postée le 4 janvier 2020 sur le compte Facebook d'un militant d'AAH à Tikrit.

Des drapeaux de la milice AAH flottent dans le centre-ville de Tikrit à l’occasion d’un rassemblement anti-américain le 2 janvier 2020, photo postée le 4 janvier 2020 sur le compte Facebook d’un militant de AAH à Tikrit.

Une nouvelle organisation militaire a été ordonnée dans laquelle al-Hashd al-Shaabi joue officiellement un rôle de coordinateur des forces armées alors que les milices suivent officieusement les directives de leur commandement respectif. Outre une redistribution de l’autorité, c’est aussi le primat des identités confessionnelles (madhhabi) qui s’est manifesté en apparence au détriment des identités culturelles locales. Cette reconfiguration a induit de nouvelles formes d’organisation et/ou d’interaction entre ces trois sources d’autorité concurrentes : religieuse (confrérie soufie des Rifa’i), tribale (cheikhs) et politico-militaire (milices). Celles-ci ont pu s’exprimer sur le mode hiérarchique en établissant un ordre de priorité entre les liens politico-militaires (milices), sociaux (tribus et confréries) et enfin, religieux. L’irruption du fait milicien à Tikrit a transformé la nature du lien entre la chefferie tribale traditionnelle et les sayyids (lignées de descendants du prophète Muhammad) soufis. Cela s’est traduit par une redistribution du rôle social et une concurrence directe à la dimension fonctionnelle des tribus qui peinent à répondre aux besoins matériels de leurs membres (emploi, etc.) en contexte post-OEI. Régulièrement au centre de l’agenda politique, le corps tribal irakien continue d’être un objet de convoitise par son ordre et sa cohérence structurelle, sa capacité à mobiliser, à transcender des réalités sociales complexes. Celui-ci n’est pas exempt de contradictions ni de perméabilité aux interférences d’autres champs, politiques et militaires en particulier, qui ont pu exercer des effets structurels pérennes comme induire un changement dans le référentiel identitaire du champ tribal. Couplé à l’influence exercée par les puissances allogènes (type Iran), celui-ci pourrait participer à la modélisation de microsociétés ethnicisées (et/ou confessionnalisées) et militarisées au sein desquelles la tribu a cessé « d’exister » (un tribalisme sans tribu). À Tikrit, le contrôle milicien a ainsi induit une recomposition du champ économique (patronage des commerçants), politique (rapprochement entre chef de tribu et blocs parlementaires type Sadiqoun) et militaire (avec la victoire de AAH sur Saraya al-Salam, et l’implantation dans le paysage tikriti de références miliciennes telles que Kata’ib Jund al-Imam, Harakat al-Nujaba, Kata’ib Hezbollah, Saraya Khorasan).

Implantation de la milice et activités

La milice AAH déploie ses activités à Tikrit : en centre-ville, rue al-Zohoor où elle dispose d’un bureau ; à al-Alam et à Albou Ajeel. Chaque branche présente néanmoins des particularités liées aux spécificités locales. Si AAH Tikrit se concentre sur le volet social, AAH Albou Ajeel est plus actif militairement car l’endroit présente toujours un risque avéré de menaces (parce que vulnérable aux incursions de bandes ou de groupes armés, compris non pas comme des organisations et entités « fermées », mais comme « des réseaux libres de sympathisants mobilisés pour des attaques violentes ponctuelles » (Haugegaard, 2018).). Le village « fait face au désert » précise le représentant d’AAH de Tikrit. Il ajoute : « Les hommes sont en alerte permanente car on ne sait jamais ce qui peut surgir du désert ». À al-Alam, il n’y a pas non plus de projets sociaux. La milice est confinée à son rôle de défense. Afin de justifier de la création d’un volet social de l’organisation, le représentant de AAH de Tikrit déclare qu’il y a des choses qui ne peuvent être résolues par les tribus, notamment après le retour des déplacés internes (IDP’s), faisant allusion à la fragilisation de certaines d’entre elles. Le représentant s’efforce de nous démontrer les « bonnes » actions de l’organisation qui vient en aide à ceux qui sont dans le besoin « sans égard pour leur confession [N.D.A. sunnite] » souligne-t-il, dans une pièce saturée de références iconographiques au chiisme et à ses figures tutélaires. Al-Hashd al-Shaabi recrute également parmi des populations non chiites (chrétiennes, fayli, yézidies, sunnites) qui lui servent de vitrines socio-politiques, et favorisent une meilleure intégration dans les territoires qu’elle s’efforce de contrôler. Toute une série de photos postée sur Facebook met en scène ce rôle social dont la milice s’est auto-investie : on les voit aussi bien rafraîchir les peintures de la signalisation des trottoirs de la ville, délimiter les fondations d’une maison, empiler des briques de béton, manœuvrer des engins de génie civil, etc.

Bureau du représentant d'AAH à Tikrit, rue Zohoor, centre-ville, mars 2019, page officielle Facebook d'AAH à Tikrit.

Bureau du représentant d’AAH à Tikrit, rue al-Zohoor, centre-ville, mars 2019, page officielle Facebook d’AAH à Tikrit.

Bureau du représentant d'AAH à Tikrit, rue Zohhor, centre-ville, mars 2019, page officielle Facebook d'AAH à Tikrit.

Bureau du représentant d’AAH à Tikrit, rue al-Zohoor, centre-ville, mars 2019, page officielle Facebook d’AAH à Tikrit.

L’homme se défend d’un exercice arbitraire ou sectaire du pouvoir arguant :

« Tous les habitants de Tikrit ont été invités à rejoindre les rangs de la milice, y compris les populations des espaces périphériques de Beiji, Samarra et des villages alentours. Maintenant que la situation sécuritaire est satisfaisante, nous avons recentré nos activités vers le soutien apporté aux civils dans le processus de reconstruction des structures endommagées par les combats. » (mars 2019)

Il revendique la légitimité de AAH à gouverner Tikrit parce qu’elle était, au moment de la reprise de la ville, la milice la plus expérimentée citant des opérations conjointes avec le Hezbollah libanais à Saïda Zeinab dans la banlieue damascène, « outre le conseil précieux d’experts iraniens et d’anciens baathistes » précise-t-il. 

Une organisation tribale ?

Bien qu’ils se déprennent de l’étiquette « tribale », les hommes de AAH mobilisent des procédures de médiation parallèles aux instances étatiques de règlement des litiges ou conflits : « parce que nous sommes tous des hommes de tribus » déclare leur représentant à Tikrit. C’est alors tout naturellement que la milice aurait créé une division tribale, qasm, au sein de laquelle les cheikhs de clan (asheera) ou de branche (fukhud) sont « sollicités afin de régler les différends » dans le cadre de la justice tribale. Notons que Salah-ad-dine est l’une des provinces où la justice tribale fonctionne le mieux et où les tribunaux étatiques sont sollicités dans une moindre mesure. Aucune précision supplémentaire ne nous est fournie sur ce comité ad hoc. Je m’interroge : quel(s) type(s) de cheikh pourrai(en)t bien répondre à l’appel d’une milice aussi marquée idéologiquement du sceau de l’extranéité, mais au-delà de cela, répondre à l’appel d’une institution allogène ?

Les propos de Sayyid B. semblent confirmer l’hypothèse d’une manipulation du tissu social tribal, tout en essayant d’en atténuer sa portée : « C’est leur propre organisation [N.D.A. tanzim] ». « C’est la réalité. Pas seulement mon opinion personnelle » ajoute-t-il avant de poursuivre : « Ils [N.D.A. AAH] ont le pouvoir et peuvent contraindre aujourd’hui les gens par la force à faire ce qu’ils souhaitent. Mais ils ne peuvent pas infléchir la pensée des gens, les obliger à penser de la même manière qu’eux ». L’homme, lucide, lâche néanmoins : « au final, le pouvoir est entre leurs mains ».

Une takiyya soufie rifa'i à Albou Ajeel, mars 2019, crédits A. A.

Une takkiya soufie rifa’i à Albou Ajeel, mars 2019, crédits Alulim.

AAH tente ainsi d’imposer une nouvelle division tribale parallèle à une structure pré-existante à Tikrit. Il n’est pas exclu qu’elle se fonde aussi sur certains espaces sur la cooptation de notables. L’existence d’une sociabilité tribale ne signifie pas pour autant que la tribu fonctionne en dehors de l’autorité sociale qu’elle exerce d’où le postulat à Tikrit d’un « tribalisme sans tribu », un répertoire hautement performatif, « gouverné par des logiques de concurrence et d’hybridation » (Hachemaoui, 2012). « Un détour par la sociologie historique nous permet de mieux saisir la distinction subtile entre « tribu » et « tribalisme » : […] d’une part, l’inanité de la tribu en tant que ‘communauté exerçant une souveraineté sur un territoire’ et, d’autre part, l’efficace du tribalisme en tant que discours social et mode d’identification », « au tribalisme d’offrir la grammaire du lien de solidarité et la représentation de la société idéale » ajoute Mohammed Hachemaoui. Celui-ci démontre dans le cadre d’une ethnographie du jeu politique à Tébessa (Algérie) que le tribalisme demeure une ressource politique parmi d’autres (clientélisme, patronage, corruption, autoritarisme électoral) de la fabrique du politique. Elle représente « un dispositif de contrôle, un répertoire de revendication non programmatique et un mode d’intégration des groupes sociaux dans le système » (Hachemaoui, 2012).

À Tikrit, les frontières délimitant le périmètre de l’autorité de chacune des entités (tribales, religieuses, politico-militaires) sont brouillées. Ces entités sont travaillées par les conflits larvés qui les opposent, les stratégies de contournement mises en place et la précarité de leurs arrangements. Elles se diluent, s’érodent pour ménager la survie d’un régime politique irakien qui leur permet par son amorphisme et sa perméabilité d’assurer leur entreprise de domination.

Le représentant se garde d’évoquer les affrontements armés entre AAH et Saraya al-Salam pour le contrôle des lieux en 2016. Mentionnant les affrontements quotidiens entre milices en février 2016 et la présence du Hezbollah libanais, l’homme s’empresse alors de rétorquer que le Hezbollah était en effet présent mais de façon circonstanciée et temporaire. Il s’agissait d’entraîner les personnels de la milice. « AAH est juste envers les gens et c’est pour cela qu’elle est si bien accueillie » ajoute-t-il, imputant les calomnies dont la milice fait l’objet à une poignée de civils « opportunistes », soucieux de « tirer un maximum de bénéfices de la situation de chaos » qui régnait à Tikrit. Si certains se sont effectivement abrités derrière le label « milice » pour commettre des exactions, les pillages et crimes des milices n’en demeurent pas moins une réalité.  

Bibliographie

Pour citer ce billet : Alexia Martin, « Le phénomème milicien à Tikrit : s’engager auprès d’Asa’ib ahl al-Haqq (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10266, le 4 mai 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Alexia MartinAllocataire du ministère des Armées (2017-2018) et actuellement bénéficiaire d’une Aide à la mobilité internationale auprès de l’Ifpo Erbil (2018-2020), Alexia Martin prépare une thèse de doctorat à Sciences po Aix sous la direction de Walter Bruyère-Ostells (Cherpa/Sciences po Aix) intitulée « Tikrit n’est pas tribale! Catégoriser, intérioriser, résister: un siècle de fabrique identitaire dans le Tigre-Moyen (XXe-XXIe siècle) ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.