« About François », retour sur une pièce de théâtre de François Abou Salem (3)

Entre fin octobre et décembre 2018 et en novembre 2019, la création d’une pièce de théâtre – About François – a eu lieu au Théâtre National Palestinien El-Hakawati de Jérusalem-Est (TNP). Cette pièce est un événement à plusieurs titres : elle porte sur l’artiste de théâtre François Gaspar dit Abou Salem (1951-2011), le créateur de la compagnie El-Hakawati, aujourd’hui le Théâtre National Palestinien. Il s’agit de la première œuvre créée sur ce metteur en scène et directeur de théâtre depuis sa mort en octobre 2011. La mise en scène est signée par l’allemande Lydia Ziemke et la pièce rassemble une équipe composée d’artistes européens et palestiniens.

Création collective et collaboration européo-palestinienne : des enjeux imbriqués

Amer Khalil est le seul membre de la distribution qui a vécu les événements dont témoignent les archives. Sa relation aux documents est donc unique au sein de la création. Par ses nombreuses anecdotes et points de vue sur l’histoire de la compagnie et sur la personne d’Abou Salem, il incarne même une archive vivante. Au fur et à mesure des répétitions, toute l’envergure de sa place dans la création s’est révélée, au point que l’on peut en venir à discuter même l’idée d’une co-mise en scène. Cette place à part a été à la fois une aide et la source de difficultés au sein de la création. Amer Khalil a été force de propositions de mise en scène et son statut de figure d’autorité bienveillante n’a jamais été contesté, ni par les membres de l’équipe ni par Lydia Ziemke. Nous avons aussi vu qu’ils ont tous deux participé à la définition du projet, de son processus et de ses objectifs. C’est une personne ressource mais aussi légitimante au sein des répétitions. Face aux différends qui ont occupé une place indéniable dans les répétitions entre Européens et Palestiniens, il a pu malgré lui, occuper un rôle de médiateur entre la partie palestinienne et la partie européenne de la distribution.

Amer Khalil, répétitions d'About François, décembre 2018, crédits Jakob Jurkosek

Amer Khalil, répétitions d’About François, décembre 2018, crédits Jakob Jurkosek

Le rôle qu’il a sur scène au sein du spectacle vient renforcer sa fonction testimoniale. Il joue son propre rôle, accueille le public puis, depuis le côté de la scène, commente l’action, rectifie certains passages en direct, prend à partie les autres personnages ou le public. Sa présence produit un effet de réel dans la création et dans le spectacle. Cependant, au regard des enjeux posés par le traitement des archives et leur passage au plateau, il nous semble que cet effet de réalité vient doubler la difficulté du travail pour les autres acteurs, qui doivent interroger les matériaux et construire des parallèles avec le présent et leurs vies tandis qu’Amer Khalil incarne une archive vivante. La mise à distance nécessaire des matériaux est donc biaisée par leur incarnation physique et sensible sur scène. Alors que l’objectif n’est pas de documenter ni de construire une biographie qui se voudrait fidèle aux évènements, Amer Khalil rappelle malgré lui que ce qui est représenté s’est réellement passé. Le processus d’expérimentation des matériaux est donc chargé d’une forme d’injonction au respect, à la justesse de l’hommage et du positionnement des acteurs. L’ambivalence du rôle d’Amer Khalil au sein de la création du spectacle a pu accentuer la difficulté de la position de la metteure en scène vis-à-vis de la distribution. La réciproque est aussi à interroger : n’est-ce pas la difficulté de positionnement de Lydia Ziemke qui a renforcé l’ambiguïté et la complexité de la place d’Amer Khalil dans le processus de création ? Au cœur du projet, ils forment un binôme de direction disparate, tant du point de vue de leurs places que de leurs objectifs respectifs, ce qui a cristallisé en un sens, les difficultés existantes entre partie européenne et partie palestinienne de la distribution.

Lucy Ellinson, Valentin Schmehl, Alaa Abu Gharbieh, répétitions d'About François, décembre 2018, crédits Jakob Jurkosek

Lucy Ellinson, Valentin Schmehl, Alaa Abu Gharbieh, répétitions d’About François, décembre 2018, crédits Jakob Jurkosek

Des discussions collectives ou en binôme européen/palestinien ou interpalestinien se sont avérées nécessaires et ont ponctué l’organisation des répétitions jusqu’à la mise en place d’une phase de travail supplémentaire pour pouvoir mener à bien le projet de spectacle (novembre 2019). Cela s’explique d’abord par la pression ressentie par les acteurs due à un programme peu malléable et un échéancier strict établis par la metteure en scène malgré le temps nécessaire à la découverte et l’expérimentation des archives (Lydia Ziemke, décembre 2018).Une question majeure a aussi été soulevée à la fin de la première phase des répétitions, lors d’un bilan en groupe initié par Lydia Ziemke. À l’occasion d’un tour de parole, Alaa Abu Gharbieh, acteur palestinien, a résumé les difficultés de la création par le fait que la partie palestinienne de l’équipe n’était pas familiarisée à un « théâtre postmoderne ». Tous ont acquiescé et l’utilisation du terme n’a suscité aucun commentaire (observation-participante, répétitions décembre 2018). L’étude des procédés mis en œuvre pour le spectacle précise les difficultés de la partie palestinienne face à la création tant du point de vue de la méthode de création que du texte créé.

D’une part, l’absence totale de texte au début d’une création n’est pas habituelle dans le théâtre contemporain palestinien. D’autre part, les archives devaient constituer la matière première pour les improvisations des acteurs et l’écriture devait naître des propositions scéniques. Ainsi le fait d’improviser, sans thème général clairement identifié, fait endosser aux acteurs une véritable responsabilité créatrice. L’écriture par collage d’éléments de différents médiums non théâtraux est aujourd’hui très courante dans le théâtre contemporain en Europe mais peu expérimenté par des jeunes acteurs en Palestine (observation-participante, répétitions décembre 2018 et étude des pièces mises en scène par les théâtres professionnels des Territoires palestiniens depuis 2000). Il n’y avait pas de texte, ni une trame linéaire et structurée malgré un planning exigeant. De plus, la pièce ne comprend pas de personnages présents du début à la fin de la pièce et les vrais noms des acteurs sont indiqués avant les répliques. Ce parti pris semble convoquer une nouvelle fois leurs positionnements personnels quant aux questions soulevées par le spectacle. Lydia Ziemke affirme qu’il fallait entraîner les acteurs palestiniens à comprendre que ce qu’ils jouent reste malgré ce choix une fiction, tout comme les entraîner à saisir que la recherche effectuée sur scène peut constituer le cœur de la pièce (entretien, décembre 2018). Ainsi, elle a campé son poste de direction vis-à-vis duquel les acteurs sont maintenus en position subalterne. La part de création collective se borne aux stades de la recherche et ne s’étend pas à l’ensemble de la création du spectacle. Alors que Lydia Ziemke témoigne d’une véritable ambition à l’équilibre entre les partenaires, celle-ci se limite à la production financière du spectacle. Elle souhaite que le spectacle connaisse une tournée européenne et semble aussi répondre aux exigences du marché culturel européen qui détermine entre autres, des formes, parmi lesquelles l’écriture par collage de matériaux non-théâtraux et le travail au plateau à partir d’archives incarnent actuellement des tendances. La possibilité de transposition de ces exigences spécifiques (qu’elles soient relatives au calendrier type des productions théâtrales ou aux effets de mode dans les esthétiques théâtrales européennes) dans le contexte théâtral palestinien ne peut être garantie seulement par une production financière équilibrée entre les partenaires. Par ailleurs, l’intérêt même de cette transposition, tout comme ses effets, n’est pas consensuel et peut-aussi être contesté.

La réflexion métathéâtrale engagée sur scène a pu aussi rendre compte d’un clivage entre partie européenne et partie palestinienne. Le théâtre occupe une place toute particulière au sein de la société palestinienne est peut-être utilisé comme véritable outil de revendications. Ainsi, ce qui se dit et se fait sur un plateau peut avoir une réelle incidence au-delà de la scène. L’héritage qu’Abou Salem laisse au théâtre palestinien est discuté. Son travail et sa posture ne suscitent pas un engouement consensuel (observation-participante et entretiens menés dans cinq théâtres des Territoires palestiniens, décembre 2016, novembre-décembre 2018). Par conséquent, la pièce About François, peut être lue comme une forme de réhabilitation du travail du créateur de la compagnie El-Hakawati et vient justifier en partie, l’absence de ses anciens membres et la présence de jeunes acteurs au sein du projet. Le lieu de recherches et de répétitions, le TNP de Jérusalem-Est, est aussi le lieu choisi pour la première du spectacle. Il se destine ainsi d’abord à un public palestinien. La partie palestinienne de la distribution est donc, à bien des égards, sollicitée au cœur d’enjeux qui dépassent la simple création d’un spectacle et qui mobilisent un positionnement qui peut s’étendre au-delà du plateau.

Le déroulement de la première phase de répétitions témoigne du manque d’une étape de travail dans le processus : un travail théorique et d’expérimentations en amont, libéré impérativement de l’échéancier de la création d’un spectacle. Pour le calendrier de travail, Lydia Ziemke a voulu calquer les exigences des productions européennes sur cette collaboration. Après une étape de recherche autour des archives en aout 2018, la création devait se faire en un mois et se poursuivre par la première. La première du spectacle était initialement prévue pour décembre 2018. Une autre phase de répétitions a dû être organisée afin de mener le projet à bien étant donné que le spectacle n’a pas pu être créé dans le temps imparti. Il nous semble que cette phase de création achevée en décembre 2018 au sein TNP s’est transformée à ses dépens et aux dépens du binôme de direction, en cette étape de travail de recherche oubliée. En même temps que cette étape de travail s’est imposée, son caractère nécessaire et inévitable s’est révélé. Une seconde et dernière phase de répétitions a été organisée au TNP en novembre 2019, suivi de la première du spectacle. Trois représentations d’About François ont eu lieu au théâtre de Jérusalem-Est, le 27, 28 et 29 novembre 2019. Aujourd’hui, Lydia Ziemke tente de faire tourner le spectacle en Europe.

Bibliographie

  • François Abou Salem et Paula Fünfeck, Dans l’ombre du martyr, 2011, tapuscrit, Fonds d’archives François Abou Salem.
  • François Abou Salem et Jackie Lubeck, The Story of Kufur Shamma, 1988, tapuscrit, archive remise par Amer Khalil en 2016.
  • François Abu Salem, Pour (ré) inventer le théâtre, nous (re) faisons le monde et réciproquement, Fonds d’archives François Abou Salem.
  • Héléna Rigaud, Inventaire des archives personnelles et professionnelles (François Abou Salem), Juin-Août 2015.
  • Lydia Ziemke, About François, dans sa version première, tapuscrit, remis par l’autrice en novembre-décembre 2018, puis remis dans sa version finale en novembre 2019.
Pour citer ce billet : Astrid Chabrat-Kajdan, « About François, retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (3) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10196, le 31 mars 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Auteure

Astrid Chabrat-Kajdan Astrid Chabrat-Kajdan est doctorante en études théâtrales au sein du laboratoire Passages XX-XXI de l’Université Lyon 2. Ses domaines de recherche sont concentrés sur le théâtre palestinien contemporain et les partenariats de théâtre entre l’Europe et la Palestine.


Vous aimerez aussi...