« About François », retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (2)

Entre fin octobre et décembre 2018 puis en novembre 2019, la création d’une pièce de théâtre – About François – a eu lieu au Théâtre National Palestinien El-Hakawati de Jérusalem-Est (TNP). Elle constitue un événement à plusieurs titres : elle porte sur l’artiste de théâtre François Gaspar dit Abou Salem (1951-2011), le créateur de la compagnie El-Hakawati, aujourd’hui le Théâtre National Palestinien. Il s’agit de la première œuvre créée sur ce metteur en scène et directeur de théâtre depuis sa mort en octobre 2011. La mise en scène est signée par l’allemande Lydia Ziemke et rassemble une équipe composée d’artistes européens et palestiniens.

La subvention de l’Institut Goethe obtenue en 2017, les deux partenaires se sont engagés dans le processus de création du spectacle. Lydia Ziemke depuis l’Allemagne et Amer Khalil en Palestine ont recruté une partie de l’équipe sans organiser d’auditions. Ainsi, l’équipe est constituée de cinq comédiens palestiniens (Amer Khalil, Mohammad Basha, Alaa Abou Gharbieh, Mays Assi, Fatima Abou Alul remplacée en 2019 par Mariam El Basha), d’une assistante à la mise en scène palestinienne (Muna El Basha remplacée en 2019 par Amina Adileh) et d’un performer allemand (Valentin Schmehl), une scénographe française (Claire Schirck), d’un dramaturge allemand (Stefan Stern) et d’une comédienne anglaise (Lucy Ellinson). Avec les techniciens palestiniens (Ramzi El Cheikh Qassem et Imad Samara) et la metteure en scène allemande, la composition de l’équipe est souhaitée équilibrée. Lydia Ziemke a choisi son équipe européenne pour « des raisons pratiques » (Valentin Schmehl par exemple est arabophone, francophone, germanophone et anglophone). Elle a déjà travaillé avec les membres qu’elle a recrutés pour ce projet, dans le cadre de partenariats internationaux notamment. Au-delà de l’équilibre numéraire, on peut néanmoins questionner les rôles occupés par chacun. L’assistante à la mise en scène palestinienne était nécessaire parce qu’elle peut assurer la traduction, de l’arabe à l’anglais et réciproquement. Les fonctions de direction (mise en scène, dramaturgie et scénographie) sont occupées par la partie européenne exclusivement. Cette distribution rend compte du déséquilibre des formations théâtrales proposées et du déséquilibre financier qui existe entre l’Europe et la Palestine. Les théâtres situés en Territoires palestiniens concentrent leur formation professionnelle sur l’art de l’acteur. La fonction de dramaturge, par exemple, est parfaitement légitimée en Allemagne, en cours de légitimation en France et peu ou pas occupée en Palestine. En France, le ou la dramaturge occupe une fonction considérée comme plus-value à la création mais pas une condition à cette-dernière. Dans le cadre d’une production théâtrale palestinienne, les budgets des spectacles provenant en grande partie de subventions des pays européens et de l’Union-Européenne ne permettent pas non plus d’assurer des salaires supplémentaires.

Mohammad Basha, Lucy Ellinson et Amer Khalil, répétions d'About François, décembre 2018, crédit Jakob Jurkosek

Mohammad Basha, Lucy Ellinson et Amer Khalil, répétions d’About François, décembre 2018, crédit Jakob Jurkosek

Les fonds sont octroyés à la condition d’un partenariat équilibré sur plusieurs niveaux que les partenaires s’engagent à respecter scrupuleusement. Du point de vue du TNP, la production du spectacle est conditionnée comme pour les autres spectacles du théâtre, par l’obtention de fonds étrangers et dans le cas présent, de fonds allemands (le spectacle a aussi bénéficié par la suite de fonds du bureau de représentation allemande de Ramallah, du ministère des Affaires étrangères allemand et du PNUD, programme des Nations-Unies pour le développement). De l’autre côté, Lydia Ziemke en tant que metteure en scène doit pour ce projet avoir accès aux archives de François Abou Salem, conservées au TNP. Enfin, une grande partie des documents d’archives est en arabe. La metteure en scène qui n’est pas arabophone, a besoin d’une équipe en partie palestinienne afin de s’approprier les documents d’archives. La production du spectacle témoigne donc de l’interdépendance, à la fois financière et artistique, des partenaires engagés. Amer Khalil et Lydia Ziemke ont relevé le défi d’une production financière équilibrée entre les deux parties. Cependant, l’attribution des fonctions de direction exclusivement à la partie européenne témoigne d’un déséquilibre fréquent dans les collaborations théâtrales européo-palestiniennes.

Les archives de François Abou Salem comme « pré-texte » au spectacle : de l’écriture au plateau

L’équipe au complet s’est rencontrée pour la première fois au TNP en août 2018, autour des treize boîtes d’archives. Ce travail s’est divisé en trois temps : la découverte et les discussions autour des matériaux, la sélection et le montage et la recherche de formes.

La metteure en scène n’a pas eu accès aux boîtes avant les autres membres de l’équipe. Par conséquent, elle n’a pas eu la possibilité d’étudier et de questionner les matériaux en amont, ce qui a rendu plus difficile pour elle de répondre aux questions, aux doutes et aux envies des différents membres de l’équipe. Elle a dû se faire traduire certains documents par la partie palestinienne de l’équipe. Les matériaux sont tous des sources primaires et cela présente simultanément un atout et une difficulté. D’abord, face aux documents, la metteure en scène a pu jouir d’une forme de liberté et user de cette dernière en s’autorisant à modifier quelque peu les textes des pièces puisqu’ils sont non édités, parfois non-traduits et presque inconnus à l’extérieur de la Palestine(notamment en Allemagne, d’autant plus que François Abou Salem n’était pas germanophone). Il en est de même pour les interviews ou les documents personnels qui peuvent être interprétés différemment selon chacun. La difficulté tient au fait qu’à partir de ces documents nombreux et d’une grande hétérogénéité, la recherche semble inépuisable. (Entretien avec Lydia Ziemke, décembre 2018).

La metteure en scène a cherché quelles problématiques posées par les documents d’Abou Salem ou les pièces de la compagnie, mobilisaient particulièrement l’équipe. Des binômes sont créés, ayant pour mission de se saisir de l’une des treize boîtes, de procéder à son dépouillement, à la lecture des documents et de présenter aux autres binômes son contenu (Entretien avec Lydia Ziemke, décembre 2018). La sélection des matériaux a été réalisée à partir des échanges suscités par les archives. Si tel ou tel documents, tel texte de pièce ou autre, questionnent les membres de l’équipe, le choix est fait de l’incorporer au spectacle. Ainsi, des extraits de textes de théâtre sont retranscrits dans la pièce (L’Histoire de Kufur Shama, Dans l’ombre du martyr, L’Épopée de Gilgamesh, Mémoire pour l’oubli de Mahmoud Darwich, Um Ubu …). Majoritairement, les archives sont utilisées dans l’objectif de nourrir les acteurs et de constituer un socle de références communes pour le travail de plateau. Lydia Ziemke a utilisé les archives comme source de l’écriture de la pièce et du processus de création. Afin d’impliquer le plus de matériaux possibles (extraits de spectacles, articles de presse, notes personnelles…), elle a opté pour une écriture par collage. L’hétérogénéité et la multiplicité des matériaux l’ont confortée dans ce choix. À partir des documents et des discussions, elle a impulsé des improvisations puis a écrit les scènes.

Mohammad Basha, Mays Assi, Alaa Abu Gharbieh, répétitions d'About François, décembre 2018, crédits Jakob Jurkoek

Mohammad Basha, Mays Assi, Alaa Abu Gharbieh, répétitions d’About François, décembre 2018, crédits Jakob Jurkoek

Le passage de la table au plateau révèle les difficultés du traitement des archives. La metteure en scène a espéré que les acteurs interrogent leurs rapports à François Abou Salem et ses archives et les mettent en relation avec leurs expériences personnelles. Il est aussi question d’engager sur scène une réflexion métathéâtrale. Cependant, les acteurs n’entretiennent pas les mêmes rapports avec Abou Salem, le TNP, la pratique du théâtre et les thèmes abordés par les spectacles de la compagnie El-Hakawati, qu’ils soient Palestiniens ou Européens. Majoritairement, il s’agit de rapports complètement neufs (équipe européenne qui découvre le cofondateur de la compagnie dans le cadre de ce projet) ou indirects (équipe palestinienne, formée et/ou ayant travaillé avec Amer Khalil et le TNP mais pas avec François Abou Salem directement). Les acteurs palestiniens ont passé beaucoup de temps aux côtés d’Amer Khalil et au sein du théâtre. Le lieu est imprégné de l’histoire de la compagnie (affiches sur les murs, photographies…). De plus, d’autres théâtres des Territoires palestiniens avec lesquels ils ont pu travailler sont dirigés par des artistes qui ont travaillé avec Abou Salem, comme Iman Aoun et Edward Muallem du Théâtre Ashtar de Ramallah. Le rôle de la compagnie et son travail marquent nécessairement les jeunes acteurs palestiniens avec plus de force que les jeunes acteurs européens. Les thèmes abordés dans les pièces d’El-Hakawati et les notes personnelles de son créateur portent sur l’identité palestinienne entre autres, mais questionnent aussi le théâtre et sa place au sein de cette société. Établir à partir des archives un socle commun de références représente un défi étant donné que chacun porte en lui au préalable du travail, une charge et une implication bien différente.

Au cours des improvisations, il a été plus aisé pour la partie européenne de la distribution d’impliquer leurs histoires intimes. La partie palestinienne a trouvé que cela était peu pertinent : « Il est devenu clair qu’ils ne trouvaient pas que leur propre expérience de la vie de tous les jours étaient assez intéressantes. Les discussions étaient difficiles. » (Entretien avec Lydia Ziemke, octobre 2019). Là où la partie palestinienne aurait souhaité documenter sur la vie de François Abou Salem via les archives, le processus de création mis en place les a entraînés à mettre en fiction les documents et engager un point de vue sur leur contenu. Utilisés majoritairement comme nourriture ou comme base pour les improvisations, les matériaux disparaissent à l’intérieur du processus d’écriture du spectacle. Cette disparition a suscité une frustration inégalement partagée par les deux parties de l’équipe.

Bibliographie

  • François Abou Salem et Paula Fünfeck, Dans l’ombre du martyr, 2011, tapuscrit, Fonds d’archives François Abou Salem.
  • François Abou Salem et Jackie Lubeck, The Story of Kufur Shamma, 1988, tapuscrit, archive remise par Amer Khalil en 2016.
  • François Abu Salem, Pour (ré) inventer le théâtre, nous (re) faisons le monde et réciproquement, Fonds d’archives François Abou Salem.
  • Héléna Rigaud, Inventaire des archives personnelles et professionnelles (François Abou Salem), Juin-Août 2015.
  • Lydia Ziemke, About François, dans sa version première, tapuscrit, remis par l’autrice en novembre-décembre 2018, puis remis dans sa version finale en novembre 2019.

 

Pour citer ce billet : Astrid Chabrat-Kajdan, « About François, retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10190, le 31 mars 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Auteure

Astrid Chabrat-Kajdan Astrid Chabrat-Kajdan est doctorante en études théâtrales au sein du laboratoire Passages XX-XXI de l’Université Lyon 2. Ses domaines de recherche sont concentrés sur le théâtre palestinien contemporain et les partenariats de théâtre entre l’Europe et la Palestine.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search