« About François », retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (1)

Entre fin octobre et décembre 2018 puis en novembre 2019, la création d’une pièce de théâtre – About François – a eu lieu au Théâtre National Palestinien El-Hakawati de Jérusalem-Est (TNP). Elle constitue un événement à plusieurs titres : elle porte sur l’artiste de théâtre François Gaspar dit Abou Salem (1951-2011), co-fondateur de la compagnie El-Hakawati, aujourd’hui le Théâtre National Palestinien. Il s’agit de la première œuvre créée sur ce metteur en scène et directeur de théâtre depuis sa mort en octobre 2011. La mise en scène est signée par l’allemande Lydia Ziemke et rassemble une équipe composée d’artistes européens et palestiniens.

Introduction

Ces trois billets sur la création d’About François ont été réalisés à partir d’un travail de terrain effectué entre novembre et décembre 2018 à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens. Ce séjour a eu lieu grâce à une bourse de courte durée de l’Ifpo. Notre posture méthodologique a emprunté à la sociologie par l’enquête de terrain et l’observation-participante. Nous avons donc intégré les répétitions de la pièce About François qui ont eu lieu au TNP. Notre premier travail de terrain en 2016, dans le cadre du mémoire de Master, portait sur le partenariat théâtral qui unissait alors le Théâtre des Quartiers d’Ivry et le TNP. À ce moment, nous avions concentré une partie de nos recherches sur l’histoire du théâtre de Jérusalem et de son créateur.

François Abou Salem était un auteur, un acteur et un metteur en scène de théâtre. Né François Gaspar à Provins en France, il grandit en Palestine où ses parents, Lorand et Francine Gaspar, s’installent dans les années 1950. Après avoir fait une grande partie de sa scolarité en Palestine, il effectue son lycée au Liban, chez les Jésuites. Il est par la suite formé au théâtre en France, au Théâtre du Soleil de la Cartoucherie de Vincennes. À son retour en Palestine, le jeune artiste a un projet ambitieux : « Quand je suis rentré de Paris, je voulais créer un théâtre palestinien, bien que des amis m’aient dit que ce n’était pas le bon moment. Je savais que je pouvais plus influencer par la protestation politico-théâtrale que par l’adhésion à une organisation militante. » (Snir 1995, p. 42.)

François Abou Salem, crédits Fonds François Abou Salem, TNP

François Abou Salem, crédits Fonds François Abou Salem, TNP

En 1977, François Abou Salem et Jackie Lubeck (artiste de théâtre américaine et première épouse de François Abou Salem) créent la compagnie El-Hakawati, « le conteur » en arabe. Ils affirment par ce nom un ancrage local et le respect des formes théâtrales traditionnelles. Elle est composée de Palestiniens de Cisjordanie et d’Israël (François Abou Salem, entretien avec Lew Bogdan, 1998, archive privée remise par Amer Khalil, décembre 2016). Par l’utilisation du dialecte palestinien dans les spectacles (El Sakka 2007, p. 53), et leur inscription dans le contexte socio-politique palestinien contemporain, François Abou Salem et la compagnie El-Hakawati atteignent un de leurs objectifs : faire du théâtre par et pour les Palestiniens. En 1983, la jeune troupe participe au développement du théâtre par la création du premier lieu destiné exclusivement à cette activité en Palestine. La compagnie s’installe à Jérusalem-Est et ouvre le lieu aux artistes, aux auteurs dramatiques et au public palestiniens un an plus tard. Dès lors, El-Hakawati centralise l’activité théâtrale en Palestine et surtout, il en assure la pérennité.

El-Hakawati a incarné l’ouverture du théâtre palestinien à l’international en mettant en conversation les formes théâtrales locales et le théâtre européen, entre autres via la formation de son co-fondateur au Théâtre du Soleil, l’influence de Brecht et de la commedia dell’arte, les tournées des spectacles à l’étranger (Hala Nassar 2019, p. 52). Tout au long de sa carrière, Abou Salem a collaboré avec des artistes étrangers tout comme il s’est saisi d’auteurs emblématiques du répertoire européen.

Ces partis pris ont contribué à donner au théâtre palestinien et à ses enjeux une certaine visibilité, qui reste cependant relative. Les créations de la compagnie n’ont pas toujours reçu un accueil favorable aux États-Unis ou en Europe, souvent influencé par les évènements du conflit israélo-palestinien (la première intifada en 1988, les accords d’Oslo en 1993 et la seconde intifada de 2000). À l’inverse, la situation en Palestine a parfois entraîné la troupe à créer à l’étranger afin de bénéficier de meilleures conditions. Malgré des tournées denses (en 1988 et 1989, la compagnie tourne en Europe et aux États-Unis avec son spectacle L’Histoire de Kufur Shama), Abou Salem n’est (presque) pas connu à l’extérieur de la Palestine. La reconnaissance du travail de la compagnie en Europe est limitée. Cependant, un champ de recherche est ouvert et il est notamment très fourni en langue anglaise (Samer Al-Saber 2013, Marie Elias, Hala Nassar 2019, Radi Shehadeh 2014, Reuven Snir 1995, 2005). Alors que l’on pouvait déplorer l’absence des études théâtrales françaises sur ce sujet, de récents travaux de recherches (Najla Nakhlé-Cerruti 2017 ; Emmanuelle Thiebot 2019), laissent présager une (re)découverte de François Abou Salem et de El-Hakawati à laquelle la pièce About François peut aussi contribuer.

François Abou Salem se suicide par défenestration le 1er octobre 2011 à Ramallah. Ses archives personnelles et professionnelles ont été rassemblées par sa mère et Amer Khalil, actuel directeur du TNP. Ce dernier était le plus vieil ami d’Abou Salem (Entretien avec François Abou Salem par R. Garbarz, 1994-1995, p. 89-96). Les archives ont par la suite été organisées en treize boîtes chronologiques à l’été 2015 par une archiviste française, Héléna Rigaud. Elle a effectué un classement des documents en trois catégories : les archives personnelles de François Abou Salem (textes sur le théâtre, courriers et photographies personnelles…), les archives relatives à la création de la troupe et du théâtre (photographies, textes, articles de presses…) et les archives relatives aux pièces de théâtres (textes des pièces, captations, revues de presse, brochures, affiches…). Ces documents en arabe mais aussi en français ou en anglais pour certains, représentent une base riche pour des travaux artistiques et scientifiques. Amer Khalil souhaite, fidèle aux choix du directeur de la compagnie, poursuivre les partenariats internationaux.

Amer Khalil et Lydia Ziemke, répétitions d'About François, décembre 2018, crédits Jakob Kurkosek

Amer Khalil et Lydia Ziemke, répétitions d’About François, décembre 2018, crédits Jakob Kurkosek

Quand la metteure en scène allemande Lydia Ziemke s’est rendue en Palestine en 2016, Amer Khalil lui a montré quelques documents numériques conservés sur disques durs. Tous deux se sont accordés sur un projet de création sur François Abou Salem. Bien que les coproductions internationales soient de plus en plus fréquentes sur le marché mondialisé des arts vivants, il existe des enjeux spécifiques aux créations européo-palestiniennes. Ces trois billets cherchent à comprendre le défi que représente la création d’About François. Dans un premier temps, nous interrogerons les motivations d’Amer Khalil et de Lydia Ziemke pour la création d’une pièce de théâtre sur François Abou Salem et la pertinence de la composition d’une équipe européo-palestinienne. Nous questionnerons les modalités de production d’un projet en partenariat entre l’Allemagne et la Palestine et ses conséquences pour la création. Ensuite, nous étudierons l’écriture du spectacle à partir des archives de François Abou Salem et le travail au plateau. Enfin, les premières répétitions du spectacle ont suscité plusieurs différends et heurts entre partie européenne et partie palestinienne de la distribution. Nous tenterons d’en comprendre les causes, les manifestations et les conséquences.

Produire le spectacle : le défi de l’équilibre

Lydia Ziemke est une metteure en scène allemande et la créatrice de la compagnie basée à Berlin, « Suit 42 ». Elle définit les pratiques de sa compagnie comme « transnationales » (Entretien avec Lydia Ziemke, décembre 2018). Forte de ses collaborations avec les pays périphériques, elle participe en 2010 au programme de leadership culturel international du British Council dans plusieurs pays arabes. Elle sélectionne des pièces de théâtre de Syrie, du Maroc et de Palestine et les met ensuite en scène. Elle collabore régulièrement avec des artistes libanais et marocains. Lydia Ziemke rencontre des artistes de théâtre palestiniens à l’occasion du festival FIND organisé par la Schaubühne, théâtre de Berlin. L’édition 2008 met la Palestine à l’honneur. François Abou Salem est présent pour une lecture de L’Histoire de Kufur Shama et Une Mémoire pour l’oubli de Mahmoud Darwich. Depuis, Lydia Ziemke a développé une relation amicale avec Abou Salem. Lors d’un voyage en Palestine, elle a notamment été conviée par les membres de la compagnie à les accompagner en tournée.

Les partenariats avec des artistes et des théâtres européens peuvent être lus comme une condition au développement du théâtre palestinien. En effet, ils permettent la mutualisation d’un ou plusieurs lieux, de matériels, de personnels mais surtout de financements. Plus spécifiquement, ils permettent aux théâtres palestiniens de « s’exporter », de jouer en dehors de leurs frontières et peuvent aussi donner une visibilité à la situation politique vécue par les Palestiniens par les pièces représentées. Un rapport de force existe de fait entre théâtres et artistes européens et théâtres et artistes palestiniens. Ainsi, les apports financiers des deux parties sont souvent très déséquilibrés et peuvent contraindre les rapports tout au long du processus de création du spectacle. Amer Khalil et Lydia Ziemke sont habitués des partenariats de théâtre et témoignent tous deux d’une ambition à l’équilibre.

Nous pouvons interroger la production du spectacle au regard de ce désir d’équilibre entre les partenaires impliqués. La diplomatie culturelle, instrument du soft-power, s’exerce pour un grand nombre de pays européens à travers les instituts culturels. Lydia Ziemke collabore régulièrement avec les pays périphériques et connaît les réseaux de financements appropriés. C’est donc auprès de l’Institut Goethe, l’institut culturel allemand, que les deux futurs partenaires s’adressent en 2017 via le fond de coproduction internationale. Ce fond qui s’élève à 25 000 euros permet de financer en partie l’écriture du spectacle et sa création.  Les conditions de candidature sont claires : le dossier doit être rempli et déposé par un partenaire non allemand et impliquer une compagnie, un théâtre ou un artiste allemand. Le budget doit garantir des fonds propres de la part du partenaire étranger (le TNP a notamment sollicité la Banque islamique de développement), un plan financier mutuel et solide, un partenariat de projet équilibré, ainsi qu’aucune domination d’un partenaire de projet. Les partenaires non-allemands issus de pays dits en voie de développement sont favorisés, (voir le site de l’Institut Goethe). Les critères de l’Institut Goethe sont en adéquation avec le désir d’équilibre d’Amer Khalil et Lydia Ziemke : « Nous avons réellement effectué cette demande de financements ensemble. Le formulaire doit être rempli par un partenaire non-allemand. C’est pourquoi Amer s’en est chargé mais j’ai beaucoup contribué à la description du projet que nous avions l’intention de faire. » (Entretien avec Lydia Ziemke, octobre 2019). Dans l’objectif de réaliser une note d’intention artistique, la participation de Lydia Ziemke a été nécessaire en tant que metteure en scène du projet. Cependant, pour la demande de financements, les deux partenaires se sont accordés sur bien des points.

Ils n’ont pas souhaité réaliser de biographie de François Abou Salem. Ainsi, les artistes et directeurs de théâtre en Palestine qui ont été formés par François Abou Salem ou ont travaillé avec lui ne sont pas mobilisés dans le projet. L’objectif d’Amer Khalil semble être celui de la transmission : « Je veux faire vivre à des jeunes acteurs une expérience similaire à celle que j’ai vécue aux côtés de François [Abou Salem] », (Entretien avec Amer Khalil, décembre 2016). Cette déclaration est à interroger : qu’entend Amer Khalil par cet objectif ? Engager avec de jeunes acteurs une démarche artistique à la manière d’El-Hakawati, en expérimentant un processus de travail similaire à celui de la compagnie ? Transmettre via les archives l’expérience qu’il a vécue aux côtés d’Abou Salem tel un récit d’expérience ? Au stade de la définition du projet et de sa production, les partis pris pour la création sont : l’utilisation des archives pour l’écriture du spectacle, la composition d’une équipe jeune européenne et palestinienne et le refus de la construction d’une biographie de François Abou Salem. Le travail à partir d’archives n’était pas la démarche d’El-Hakawati et ce choix est pourtant fondateur et central pour la création d’About François. Ainsi, dès le début, le projet semble être construit sur des démarches contradictoires et peu claires. L’étape de la création consistera d’abord à questionner chacun des membres sur sa relation aux archives, sur ce qui les intéressent dans les matériaux (thèmes, périodes abordées etc.) pour l’écriture. Ensuite, la seconde étape consistera en l’expérimentation des matériaux et des méthodes de travail au plateau, empruntées à celles d’Abou Salem.

Bibliographie

  • Samer Al-Saber, Permission To Perform: Palestinian Theatre in Jerusalem (1967-1993), thèse de doctorat, Université de Washington, 2013.
  • Lew Bogdan, entretien avec François Abu Salem, festival de Nancy, 1998, archive privée remise par Amer Khalil, décembre 2016.
  • Marie Elias,  » Palestinian Theatre. The Bumpy History of a Maturing Art » [En ligne] https://www.paljourneys.org/en/timeline/highlight/10520/palestinian-theater consulté le 27 mars 2019.
  • Abaher El Sakka, « Le théâtre dans la société palestinienne », in Mohammed Habib Samrakandi (éd.). Horizons maghrébins, « Créations palestiniennes », Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2007.
  • Robert Garbaz, « Entretien avec François Abou Salem », Tsafon, revue d’études juives du Nord, n° 19-20, Hiver 1994-1995, p.89-96.
  • Najla Nakhlé-Cerruti, La Palestine sur scène. Une approche géocritique du théâtre palestinien (2006-2016), thèse en littératures et civilisations, Institut National des Langues et des Civilisations Orientales, 2017, 915 p. (dact.).
  • Hala Nassar, « Le théâtre palestinien, Résilience et détermination » in Pauline Donizeau, Yassaman Khajehi et Najla Nakhlé-Cerruti, Scènes politiques du Maghreb au Moyen-Orient, Théâtre Public n° 233, juillet-septembre 2019, p.52.
  • Radi Shehadeh, « Palestinian Theater, Past and Present » [En ligne] https://www.al-monitor.com/pulse/culture/2014/02/palestine-territories-theater-restrictions-israel.html, consulté le 27 mars 2020.
  • Reuven Snir, « Palestinian Theatre: Historical Development and Contemporary Distinctive Identity », Contemporary Theatre Review, 1995, vol. 3/2, p. 29-73. 
  • Reuven Snir, « The Emergence of Palestinian Professional Theatre After 1967: al-Balalin’s Self-Referential Play Al- ‘Atma (The Darkness) », Theatre Survey, vol. 46 / 1, 2005, p. 5–29.
  • Emanuelle Thiebot, Dramaturg(i)es du conflit israélo-palestinien en France. Entre assignations identitaires et résistances, thèse en Arts plastiques et musicologie, Université de Caen, 2019, 620 p. (dact.)

 

Pour citer ce billet :  Astrid Chabrat-Kajdan, « About François, retour sur une pièce de théâtre sur François Abou Salem (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/10183, le 31 mars 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Auteure

Astrid Chabrat-Kajdan Astrid Chabrat-Kajdan est doctorante en études théâtrales au sein du laboratoire Passages XX-XXI de l’Université Lyon 2. Ses domaines de recherche sont concentrés sur le théâtre palestinien contemporain et les partenariats de théâtre entre l’Europe et la Palestine.


Vous aimerez aussi...