Une bataille silencieuse au cœur des combats : La préservation des collections archéologiques du Musée national de Beyrouth (1975-1990)

Beirut national Museum

Musée national de Beyrouth. Crédits : Elie Plus, domaine public, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Beirut_Museum.jpg

En octobre 2016, le Musée national de Beyrouth[1] inaugure les salles du sous-sol dédiées aux rites funéraires. Le musée rouvre alors l’intégralité de ses salles au public pour la première fois depuis 1975[2]. Si cette renaissance est mise en avant comme un symbole de reconstruction nationale, l’histoire du musée, entre 1975 et 1990, est davantage méconnue.

Dans les salles d’exposition, seuls le trou percé dans la mosaïque du Bon Pasteur, la vitrine des objets fondus par les bombardements et l’exposition de la courte biographie de Maurice Chéhab évoquent directement le conflit. L’historiographie du musée, entre 1975 et 1991, se compose essentiellement des témoignages des membres de la Direction générale des Antiquités (DGA). En effet, les archives du directeur et du Service des Antiquités ont souffert du conflit[3].

Dans le cadre de recherches de thèse sur l’analyse comparée des plans d’urgence des musées nationaux de Beyrouth, Bagdad et Kaboul, cet article examine les mesures de protection mises en œuvre au Liban pour préserver les collections du conflit.

À la lecture des archives administratives de la DGA et de l’UNESCO[4], on constate que les mesures de protection mises en place ont été pensées en temps de paix. Toutefois, la nature du conflit libanais ainsi que l’absence de plan d’urgence bien défini ont retardé le déclenchement de ce dernier. Ensuite, les solutions proposées par Maurice Chéhab pour pallier les lacunes des systèmes de protection traditionnels marquent un tournant dans l’histoire de la préservation des collections en temps de conflit armé. Enfin, l’action conjuguée de Maurice et Olga Chéhab a garanti une relative protection des collections du Musée national de Beyrouth, montrant que l’engagement des administrateurs est un pivot indispensable pour la réussite d’un plan d’urgence.

Arrivant au paroxysme des tensions au Liban, l’affrontement sanglant survenu le 13 avril 1975 à Ain el-Remmaneh dégénère en conflit durable. Des barricades se dressent rapidement dans les quartiers de la capitale libanaise. Du jour au lendemain, la ville se retrouve divisée en deux par une ligne de démarcation qui court le long de la rue de Damas. Le Musée national borde cette rue et devient ainsi un point névralgique du conflit, puisque l’un des rares passages entre l’Est et l’Ouest de la ville se situe à son niveau.

Façade du musée national de Beyrouth, 1981

Façade du musée national de Beyrouth, 1981, tous droits réservés Magazine, https://magazine.com.lb/

C’est alors que l’émir Maurice Chéhab[5], Directeur général des Antiquités, décide de fermer les portes du musée[6]. Il avait déjà envisagé cette situation avant le début du conflit. En 1951, dans une réponse à une enquête internationale sur les mesures prises « pour la protection des biens de valeur culturelle contre les dangers de conflits armés[7] », il écrit que le Service des Antiquités possède du matériel de conditionnement pour l’emballage et l’éventuelle évacuation des collections et que des contacts ont été pris avec les « autorités militaires pour l’étude de la protection des principaux monuments et Musées du Liban[8] ». En plus de ces dispositions, Maurice Chéhab ajoute que le Musée national dispose d’un coffre blindé pour préserver les petits objets des bombardements[9]. L’éventualité d’un conflit armé est envisagée par le Directeur des Antiquités, de même que les mesures à prendre pour la sauvegarde des collections.

Lettre de Maurice Chéhab

Lettre de Maurice Chéhab, Directeur général des Antiquités du Liban, à J. K. van der Haagen, Chef de la Division des Musées et Monuments, Unesco, 19 janvier 1951 (archives de l’UNESCO, Division des Musées et Monuments, réf. dossier : 069.7 A 218)

Ainsi, fin février 1975, face à la montée des tensions au Liban, Maurice Chéhab semble vouloir renforcer les dispositifs de sécurité du musée pour compléter les mesures préétablies. Il se renseigne notamment auprès du ministère de l’Intérieur pour l’achat et l’installation d’une alarme au musée[10]. Toutefois, la nature du conflit libanais dépasse les mesures préparées par Maurice Chéhab. Entre affrontements et accalmies, il semble que le déclenchement du plan d’urgence du Musée national ne soit pas aisé[11]. Si le musée est bien resté fermé, Maurice Chéhab observe, dès avril 1975, la disparition de certains objets dans les vitrines, preuve que les collections n’ont pas été évacuées. Loin de vouloir lancer le plan d’urgence, Maurice Chéhab se déclare prêt à changer les serrures des vitrines, à condition qu’elles ne perturbent pas la scénographie[12]. Cette préoccupation semble indiquer que le directeur n’envisage pas une dégradation de la situation politique mais bien une réouverture proche du musée. De même, l’armée à cette période n’est pas impliquée dans la sauvegarde des collections[13]. Bien que Maurice Chéhab sollicite l’aide de l’ICCROM pour installer des appareils de protection en mai 1975, ce n’est qu’à l’automne de la même année qu’il déclenche une première phase du plan d’urgence pour le musée.

Probablement en réaction à l’incendie et au pillage des souks de Beyrouth en septembre 1975, Maurice Chéhab demande à sa femme Olga de retirer, avec l’aide d’Élie Abboud[14], chef de travaux, les objets précieux situés dans les vitrines du premier étage. Ils sont alors déposés dans des boîtes scellées à la cire rouge[15]. Le 17 octobre 1975, il reçoit l’accord sous condition de la Banque centrale pour y transférer une sélection de pièces de monnaie et de bijoux[16]. Pour cela, l’ordre doit émaner du gouvernement et les objets doivent être conditionnés sous scellés[17].

La fin d’année 1975 et janvier 1976 se caractérisent par une impasse politique puis des événements d’une férocité inédite, surtout à Damour et au camp de la Quarantaine. Ces développements incitent Maurice Chéhab à déclencher une deuxième phase du plan d’urgence. Il ordonne à Hareth Boustany, alors en charge du musée, de dresser l’inventaire des objets mis en sûreté[18]. Puis, suite à la visite dans la nuit d’un chef de guerre et d’un moine intéressés par les archives historiques conservées par la DGA[19], Maurice Chéhab enjoint à sa femme Olga de transférer l’ensemble des pièces archéologiques du premier étage vers les sous-sols[20]. La mise en sûreté de ces collections se fait progressivement jusqu’en juillet 1978[21]. En effet, le musée passe successivement aux mains des différentes factions armées. Toutefois, les périodes d’accalmie permettent à l’équipe réduite du musée de continuer la mise en sûreté des collections. Pour cela, Olga Chéhab entre en cachette dans les salles d’exposition du premier étage, par une porte communiquant avec le bureau de la DGA, alors que les soldats occupent le rez-de-chaussée du musée[22]. Bien qu’en 1977 Maurice Chéhab somme l’armée d’étudier les possibilités de mettre les œuvres en lieux sûrs[23], ces dernières restent au musée.

En parallèle, les collections ne pouvant être déplacées en raison de leur volume ou de leur poids sont préservées in situ. Elles sont tout d’abord protégées par de grosses lattes de bois cerclées de fer et des sacs de sable[24]. Malheureusement, les soldats stationnés au musée les utilisent pour leur propre retranchement ou faire du feu. Pour y remédier, Maurice Chéhab ordonne en 1977 la pose de parpaings non cimentés autour des grandes œuvres du rez-de-chaussée[25].

Malgré les mesures de protection, le musée accuse de nouveaux dégâts à l’intérieur comme à l’extérieur. En 1979, le toit est percé par les bombardements. Dans les salles, la présence des soldats représente une menace et des objets disparaissent. C’est pourquoi, Maurice Chéhab ne cesse de réclamer que les soldats restent à l’extérieur du bâtiment et ainsi évitent de faire du musée une cible[26]. Il ordonne notamment que les canons postés sur le toit du musée soient déplacés. Face à ces risques, les travaux de maçonnerie reprennent en avril 1981, lorsque l’équipe compartimente les sous-sols et en condamne l’accès. Ils se poursuivront en janvier 1982, avec la pose de caissons en béton armé autour des œuvres majeures du rez-de-chaussée.

Ce dispositif inédit révolutionne les techniques de protection traditionnelles. Des planches de bois sont positionnées à une dizaine de centimètres des œuvres, autour desquelles le béton est coulé. Cette idée a probablement été puisée dans le rapport rédigé par André Noblecourt, en collaboration avec l’UNESCO, sur la protection des objets de musée durant les conflits armés. Cet ingénieur français a notamment été impliqué dans le plan d’urgence de sauvegarde du Musée du Louvre pendant la Seconde Guerre mondiale[27]. Selon lui, « la seule solution pour se prémunir contre un impact de bombe explosive serait la construction d’une dalle de béton armé d’épaisseur convenable »[28]. La présence dans les archives de la DGA d’actes de colloque en lien avec les travaux d’André Noblecourt ainsi que la participation de Maurice Chéhab à des formations UNESCO attestent son intérêt pour le sujet et une circulation de ces idées.

Tandis que les coffres de béton armé assurent une relative protection des grands monuments, 45 des caisses stockées au premier étage du musée sont détruites lors des bombardements de 1982[29]. Bien que nécessaires, les mesures de protection traditionnelles ne sont pas suffisantes[30]. La destruction de ces caisses incite comme ce fut le cas avec les coffres de béton, à repenser les plans d’urgence. En novembre 1982, suite à ces événements, Maurice Chéhab réévalue la protection des collections au sein du musée et privilégie une évacuation dans les coffres de la Banque centrale[31]. Malheureusement, faute d’espace de stockage, cette dernière refuse d’accueillir les œuvres du premier étage du musée[32].

La sauvegarde des collections du Musée national de Beyrouth est en grande partie due aux agents susmentionnés. L’influence de Maurice Chéhab dans les plus hautes sphères du pouvoir a garanti l’intervention de l’armée pour la protection du musée. Autonome dans sa prise de décision, il a pu contacter ministres, ambassadeurs et présidents pour assurer la sauvegarde de la majorité des collections, montrant une fois de plus l’importance de l’implication des politiques dans la réussite d’un plan d’urgence. Peu mis en avant dans l’historiographie du musée, l’engagement d’Olga Chéhab a été primordial dans la réussite des mesures mises en place. Bien que déclenché tardivement et en plusieurs phases, l’engagement et la rapidité d’action de l’équipe ont pallié certaines lacunes du plan d’urgence, notamment en proposant de nouvelles techniques de protection. Alliant traditions et innovations, le plan d’urgence du musée national de Beyrouth marque un véritable tournant dans l’histoire de la sauvegarde des collections en temps de conflit armé.

Notes

[1] http://museebeyrouth-liban.org/

[2] CHEHAB M., Le Musée national, Comité des Amis des Musées, Beyrouth, 1974.

[3] Un projet d’inventaire est actuellement en cours rendant depuis peu possible la consultation de ces dernières. Je saisis l’occasion pour remercier l’Ifpo pour la bourse d’aide à la mobilité internationale de courte durée, et tout particulièrement Michel Mouton et Dominique Pieri. Je remercie également Sarkis Khoury, directeur de la DGA, pour m’avoir accordé l’accès aux archives ainsi que Hind Younes, Amal Jawad et Bilal Mansour.

[4] Ma reconnaissance va aussi à Eng Sengavang pour son aide au sein des archives de l’UNESCO.

[5] Diplômé de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, de l’École du Louvre et de l’École des hautes études historiques, l’Émir Maurice Chéhab (1904-1994) devient en 1928 conservateur du musée national de Beyrouth. Il sera nommé chef du Service des Antiquités en 1942, puis Directeur général des Antiquités en 1944, institution qu’il administrera jusqu’en 1982.

[6] « La reconstruction du musée Beyrouth : une œuvre qui nécessiterait un million de dollars », Interview de Camille Asmar, L’Orient-le jour, source AFP, 1er mars 1991, p. 2.

[7] Lettre générique de Jaime Torres Bodet, Directeur général de l’UNESCO, au ministre en charge des Antiquités et des monuments, non datée, Unesco. Dossier : 069.7 A 218.

[8] Lettre de Maurice Chéhab, Directeur général des Antiquités du Liban, à J. K. van der Haagen, Chef de la Division des Musées et Monuments, 19 janvier 1951, Unesco. Dossier : 069.7 A 218.

[9] Ibid.

[10] Lettre de Maurice Chéhab au ministère de l’Intérieur du 25 février 1975, Direction générale des Antiquités.

[11] ASMAR C., « La protection du patrimoine dans un pays en guerre », dans ICOM, Musées, Civilisation et Développement, Amman, 26-30 avril 1994, p. 203.

[12] Ibid.

[13] Lettre de Maurice Chéhab au ministre du tourisme du 17 octobre 1975, Direction générale des Antiquités, note manuscrite antidatée du 18 juillet 1975, d’un auteur inconnu à Maurice Chéhab.

[14] MASSOUD E., « Le mystère enfin levé, Voici comment l’émir Maurice Chéhab a sauvé le musée national », La revue du Liban, 15 juillet 1983, Beyrouth, p. 36.

[15] Ibid., p. 37

[16] Lettre de Maurice Chéhab au ministre du tourisme du 17 octobre 1975, Direction générale des Antiquités.

[17] Les archives de la DGA ne permettent pas de préciser si cette action a été mise en place.

[18] MASSOUD E., op. cit., p. 36.

[19] RAYMOND C., « Des guerres de papier, ou la double vie des archives historiques libanaises de la Direction générale des Antiquités », in C. Jungen, J. Sfeir (dir.), Archiver au Moyen-Orient, Paris, Karthala [2019, sous presse], p. 13.

[20] Lettre de Maurice Chéhab à Camille Asmar de 1982, Direction générale des Antiquités. Dossier administratif : 990 (numéro provisoire).

[21] Lettre de Maurice Chéhab au ministre du Tourisme du 30 septembre 1982, Direction générale des Antiquités. Dossier administratif : 990 (numéro provisoire).

[22] Ibid.

[23] Lettre de Maurice Chéhab au ministre du Tourisme de 1977, Direction générale des Antiquités.

[24] ASMAR C., op. cit., p. 204.

[25] Entretien avec Suzy Hakimian, directeur du MIM Museum et ancienne chef du service des musées à la DGA, le 1er octobre 2019.

[26] Lettre de Maurice Chéhab au ministre du Tourisme (?) transmettant les réponses de la Direction de l’armée syrienne n°505/3 du 05/07/1978 et n°893/3 du 09/12/1978, Direction générale des Antiquités. Dossier administratif « La situation du musée national pendant la période de guerre » : 997 (numéro provisoire).

[27] VANNIER Z., Gérer une collection loin du bruit des tambours, L’évacuation et la gestion du département des Antiquités orientales du Louvre pendant la Seconde Guerre mondiale, Mémoire d’étude, sous la direction de A. THOMAS, École du Louvre, Paris, 2016.

[28] NOBLECOURT A., Rapport sur la protection des objets de musée durant les conflits armés lors de la troisième conférence générale du conseil international des musées du 6 au 18 juillet 1953. Dossier : 31 096.707.821.

[29] Lettre de Maurice Chéhab au ministre du Tourisme (?) du 26 xx 1982, Direction générale des Antiquités. Dossier administratif : 990 (numéro provisoire).

[30] ASMAR C., op. cit., p. 207.

[31] Lettre de Maurice Chéhab au ministre du Tourisme du 16 novembre 1982, Direction générale des Antiquités.

[32] Lettre de Michel Khoury n° 1388, gouverneur de la Banque centrale du Liban, à la Direction générale des Antiquités du 11 décembre 1982, Direction générale des Antiquités.

Pour citer ce billet : Zoé Vannier, « Une bataille silencieuse au cœur des combats : La préservation des collections archéologiques du Musée national de Beyrouth (1975-1990) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/9751, le 31 janvier 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Auteure

Zoé Vannier

Zoé Vannier prépare une thèse à l’École du Louvre et à Paris 1 Panthéon – Sorbonne, sous la direction d’Ariane Thomas, conservatrice des collections mésopotamiennes au Louvre, de Michel al-Maqdissi, collaborateur scientifique au Louvre et de Pascal Butterlin, professeur d’archéologie orientale à Paris 1. Ses recherches se concentrent sur l’analyse comparée des plans d’urgence des musées nationaux de Beyrouth et de Kaboul.


Vous aimerez aussi...