Catégorie : Liban

Beyrouth ; banalisation de la construction intensive en chantiers escarpés. Photo Caecilia Pieri, 2012

Vivre avec une extraordinaire banalité : la vulnérabilité sismique à Beyrouth

Comme tout le pourtour méditerranéen, Beyrouth est sujette à la menace récurrente des séismes et raz-de-marée. Cette fébrilité tellurique est dangereuse compte tenu de la nature de l’urbanisation. Le parc immobilier actuel de Beyrouth est dans l’ensemble récent, rarement plus que centenaire, très dense, largement constitué d’immeubles en béton armé. Or, propice à la multiplication des étages, ce dernier souffre de la corrosion des ferraillages accentuée par le climat humide et salin, et sa rigidité réduit la ductilité sismique, phénomène aggravé pour les constructions en poteau-poutre sans murs porteurs. De plus, la qualité des bétons (ciments, aciers, sable de mer) est approximative. À la géographie de Beyrouth – un promontoire formant presqu’île –, s’ajoute enfin une menace sur l’ordre social qui inquiète experts et gestionnaires des secours par l’imbrication nocive entre densité de l’habitat, séquelles des bombardements, effondrements par vétusté, ajouts d’étages périlleux, ruines, immeubles confortés en urgence, manque de contrôle parasismique, contournement clientéliste des réglementations.

Photo The Daily Star

Retour sur l’atelier de travail sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth : une expérience unique

Les 12 et 13 juillet 2012, se tenait « l’atelier de travail » organisé par la municipalité de Haret Hreik au sud de Beyrouth et la structure d’aménagement Waad pour la reconstruction avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University. Intitulé « Waad : Une expérience unique », il avait pour but de tirer un bilan de l’action menée depuis 2006. Les orientations de Waad Rappelons qu’à...

Beyrouth, ruines et cicatrices récentes, photo J. Baldi

Entre traumatisme et résilience : quelques notes pour une archéologie des blessures récentes de Beyrouth

Le dernier recueil poétique de Vénus Khoury-Ghata (Où vont les arbres, 2011) n’est que l’un des plus récents ouvrages de la très vaste littérature traitant, d’une manière ou d’une autre, de la guerre au Liban. Le conflit est évoqué dans un monde où les arbres, calcinés, dépeuplés d’oiseaux et aux couleurs parfois étrangement déplacées, semblent rappeler La Guerre d’Henri Rousseau dit « le Douanier ». Cependant, celle-ci est...

Pont Allenby, frontière ente entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie

Frontières et circulations au Moyen-Orient. Dynamiques des espaces frontaliers et des circulations transfrontalières

L’actualité régionale – hier palestinienne ou irakienne, aujourd’hui syrienne – nous rappelle régulièrement l’importance des frontières au Moyen-Orient et la complexité des voisinages qu’elles encadrent. Des mouvements d’aller-retour entre États, volontaires ou forcés, organisent la vie de nombreux habitants de la région. Cette idée était à l’origine des journées qui ont rassemblés deux groupes de travail les 12 et 13 juin 2012 à Amman, le premier...

Beyrout, Achrafiyeh. Photo C. Pieri

The Lebanese State as Initiator of Gentrification in Achrafieh

In the past few decades, gentrification has evolved into a global urban phenomenon, as an increasing number of cities around the world are witnessing the gradual gentrification of their historical centres and adjacent quarters. Beirut presents no exception to this urban transformation; several of its neighbourhoods, such as Achrafieh, are experiencing numerous upscale real-estate developments coupled with a change in the resident population. This article aims...

La Tunisie et ses Palestine. De Habib Bourguiba à Umran Kilani Muqaddami

Drapeau palestiniens et tunisiens, entourant celui de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Manifestation, Paris, sans date. Source : UGTT Facebook (page officielle, https://www.facebook.com/ugtt.page.officielle). Cet article est le fruit d’une recherche développée par l’auteur au sein de l’Institut français du Proche-Orient : « La Palestine internationalisée ». Elle porte sur les mobilisations transnationales et les réseaux activistes globalisés autour de la question palestinienne. Il ne s’agit...

Logo du musée Mleeta

Mleeta : le Hezbollah en musée

Conçu par le Hezbollah, le site (ma‘lam) touristique de Mleeta déploie un dispositif d’auto-présentation, moins du parti que de sa branche armée et de ses activités militaires dans le cadre du conflit avec Israël. Comme tous les visiteurs, je me suis demandé ce que signifiait Mleeta ? Ce musée – ou plutôt ce mémorial ?  – a été conçu et bâti après la guerre de 2006. Il a ouvert ses...

Bombardement de Qalaat al-Mudiq (15 mars 2012)

Le patrimoine archéologique, dommage collatéral

En dépit de tentatives de protection du patrimoine archéologique, celui-ci est presque systématiquement atteint lors des conflits, souvent de manière intentionnelle.  De nombreux dégâts, irréversibles, sont recensés sur les sites et les objets. Après le conflit, ce patrimoine est encore victime de destructions, soit par manque de moyens, soit par choix. Le patrimoine de l’humanité disparaît peu à peu, entraînant avec lui notre passé et notre avenir. À l’heure où des combats ont lieu en Syrie, le pire est à craindre pour de nombreux sites archéologiques, comme par exemple Qalaat el Mudiq.

Cimétière de Mzar Mitr

Une promenade entre les tombes à Mar Mitr : considérations archéologiques

Parmi Les cités invisibles d’Italo Calvino, Melania, Adelma, Eusapia, Argia et Laudomia témoignent du rapport entre la ville et les morts : des relations concernant à la fois l’osmose démographique entre les deux mondes, les liens sociaux qui se nouent des deux côtés, et les connexions physiques, d’ordre symétrique, renversé, ou de simple continuité. Mar Mitr (Saint Dimitri) à Achrafieh (Beyrouth), comme tout cimetière, tient quelque chose...

Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah

L’assimilation des normes internationales dans l’identité politique du Hezbollah

Dans le cadre des séminaires doctoraux de l’Ifpo, Filippo Dionigi, doctorant en relations internationales à la London School of Economics, est intervenu le 28 septembre 2011 sur la thèse qu’il prépare sur les normes internationales et le Hezbollah. Il a été discuté à cette occasion par Mona Harb, Professeur associée à l’Université Américaine de Beyrouth (AUB). De « l’opprimé » au « citoyen » Pour son...

Montage photographique probablement réalisé par des partisans du shaykh Aḥmad al-Asīr, le représentant aux-côtés de Muhammad Yazbak, et faisant écho aux discours du shaykh al-Asīr de décembre 2011. On distingue un cœur où il est inscrit : « ‘Ā’isha que Dieu soit satisfait d’elle » (formule traditionnellement utilisée par les sunnites lorsque son nom est mentionnée). Cette allégorie est suivie de la question suivante : « Ô ma mère, ais-je bien respecté mon engagement (amāna) ? »

Le phénomène Aḥmad al-Asīr : un nouveau visage du salafisme au Liban ? (2/2)

Né en 1968, Aḥmad al-Asīr al-Ḥusaynī grandit dans un environnement peu religieux et ne reçoit pas de véritable éducation islamique durant sa jeunesse, ni son père, chanteur de profession, ni sa mère, de confession chiite, n’étant en effet très pratiquants. Cette situation familiale ne peut toutefois être un handicap car, si l’on remonte plus haut dans sa généalogie, Aḥmad al-Asīr al-Ḥusaynī appartient à une lignée prestigieuse...

Urne cinéraire au moment de la découverte

Défunts et pratiques funéraires dans la Beyrouth antique : à propos de la découverte d’un hypogée à Ashrafiyeh

Les travaux de construction d’un immeuble conduits dans la parcelle 1598 à Ashrafiyeh ont mis au jour un hypogée creusé dans la roche. Une équipe composée du Dr. Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise-Ifpo), du Dr. Joyce Nassar (Laboratoire d’Anthropologie des Populations Passées et Présentes, PACEA UMR 5199-Ifpo) de trois archéologues de l’Université Libanaise (Rita Kalindjian, Sarah Mady et Elsi Trad) ainsi que de Mathilde Gelin (CNRS –...

Beyouth, Gemmayzeh, mai 2011

The Urban Observatory of Beirut: for a polysemic reading of both city and territory

The urban observatory has just celebrated its twentieth anniversary English version by W. Parramore (Original:  L’Observatoire urbain à Beyrouth : pour une lecture polysémique de la ville et du territoire). After four years in Damascus, the Ifpo urban observatory has returned to Beirut since October 2011, where it was created exactly twenty years ago, in 1991. Beyond the purely factual description heading its institutional page, the...

Affiche de la conférence de Ray Jureidini

Les violations des droits humains : le cas des employées domestiques au Liban

Compte-rendu de la conférence de Ray Jureidini tenue à l’Ifpo le 15 novembre 2011 Professeur de sociologie à l’Université libano-américaine (Lebanese American University, LAU) et chercheur à l’Institut d’étude des migrations (Institute for Migration Studies)1 à Beyrouth, Ray Jureidini travaille depuis de nombreuses années sur la situation des employées de maison étrangères au Liban. Il a présenté lors de cette conférence quelques données issues de ses...

Aḥmad al-Asīr (Photo saidadays.com)

Le phénomène Aḥmad al-Asīr : un nouveau visage du salafisme au Liban ? (1/2)

Au sein du monde arabe, le courant salafi syro-libanais apparaît comme une exception en raison de son absence de visibilité, en comparaison avec celle dont il jouit dans  les sociétés du Golfe, au Maghreb, en Jordanie ou en Égypte . En Syrie, l’isolement, voire la marginalité du salafisme se comprend aisément en raison de la répression dont il fait l’objet depuis plusieurs décennies, avec la bénédiction...