Les sites d’information en ligne en Syrie : médiateurs entre la presse traditionnelle et les réseaux sociaux sur internet ?

Naseeb Bek, puissant homme d’affaires emblématique des “nouveaux riches” apparus en Syrie à la suite des politiques d’ouverture économique, parle au téléphone avec le directeur d’un journal. Ayant été gratifié d’une couverture médiatique qu’il n’apprécie pas, il menace de mettre fin à ses investissements publicitaires et de faire fermer la publication, sauf à ce que le journaliste en cause publie, nommément, des excuses.

Lors d’un discours, un responsable politique syrien divise les journalistes syriens en trois catégories : ceux qui travaillent pour les médias officiels et qui, en bons patriotes, ont conscience des intérêts de l’Etat ; ceux qui jonglent entre le secteur public et privé, et qui vivent une sorte de « schizophrénie » entre un journalisme lié aux intérêts privés et un journalisme « vraiment » responsable ; et enfin ceux qui, tout simplement, travaillent pour des médias « hostiles » (sans que l’on comprenne bien ce qu’il faut entendre par là).

Si cette description des médias syriens a bien été donnée, le 24 août 2009, par le Premier ministre Mohammed Naji Atri à l’occasion d’une conférence de presse au siège du parti Baath (Dar al-B’ath), les menaces de l’homme d’affaires appartiennent au monde de la fiction. Il s’agit en fait d’une scène de Ma malakat aimanukum, série télévisée controversée du réalisateur syrien Najdet Anzur. L’une et l’autre cependant peuvent nous aider à saisir les enjeux du système médiatique contemporain, et la façon dont la société syrienne et ses hommes politiques perçoivent les formes de journalisme qui émergent actuellement. D’un côté, le mépris d’un homme d`affaires qui ne s’intéresse qu’aux seuls rapports de force ; de l`autre, la présentation, par un homme politique, du journalisme privé comme une activité totalement asservie à des fins commerciales. Dans les deux cas, on saisit la portée de la bataille culturelle qui se joue autour du rôle des différents médias présents en Syrie, de leur légitimité.

En effet, en Syrie comme dans les autres pays arabes, le paysage de l`information politique a été profondément transformé durant la dernière décennie par les politiques de libéralisation et la globalisation de l’information, marquée notamment par un puissant mouvement d’internationalisation. Certes, la marge de liberté d’information reste très limitée, mais l’influence des médias transnationaux, l’apparition de publications et de télévisions privées, et enfin la diffusion croissante d’Internet ont entraîné la production d’un système au sein duquel coexistent plusieurs formes de communication politique. Si la présence, et même la crédibilité, d’Al-Jazeera et de ses « sœurs » transnationales ne sont plus vraiment remises en question, la question des médias à l’échelle nationale est toute autre.

Avant tout parce que, malgré l’entrée dans l’ère de la globalisation, la sphère locale (voire nationale) reste la dimension la plus importante dans l’éventuel processus de formation d’une sphère publique. À cet égard, l’impact de médias doués d’une vocation internationale comme Al-Jazeera ne peut qu’être limité : comme certains l’ont souligné, le vent a tourné et le public accorde désormais une attention croissante aux chaînes de télévision locales (voir à ce sujet, sur le site d’Arab Media & Society, cet article d’Haroutunian, Local Channels flourishing, Pan-Arab stations waning. Soft content to prevail: “News” give in to “Sports” and “Movies”). Pour cette raison, dans un pays où l’expression « paroles de presse » (kalâm sahâfa) est souvent utilisée dans le langage courant pour décrire un discours peu fiable, il est particulièrement important d’essayer d’interpréter comment les médias locaux non gouvernementaux définissent leur propre identité, ainsi que l’image qu’ils sont en train de se construire aux yeux du public. Il faut ainsi examiner les stratégies utilisées par les médias pour se présenter comme ce qu’Anthony Giddens appelle des « systèmes experts », c’est-à-dire des systèmes que le public utilise comme points de références pour reconstruire sa réalité politique et sociale.

Phénomène controversé, mais à l’importance croissante, le journalisme en ligne traverse une phase particulièrement délicate dans la construction d’une identité qui lui appartienne en propre. Ce type de journalisme vit encore une phase d’une expérimentation quelque peu brouillonne, et le processus d’approbation de la première loi sur le journalisme électronique, tout récemment passée au Conseil du Peuple (fin octobre 2010), l’amène à se poser encore plus de questions sur son devenir.

Plus encore que le reste d’une presse souvent décriée, le journalisme en ligne souffre d’un manque de crédibilité et peut-être aussi de professionnalisme. Accusé de vivre de la piraterie informatique dans la mesure où il se contente bien souvent de reprendre, sans même le modifier, ce que publient les confrères de la presse traditionnelle, il peine à se définir une identité. Les bureaux, souvent installés dans de simples appartements en sous-sol, sont difficiles à trouver car, la plupart du temps, aucune plaque n’indique leur présence : par souci d’échapper aux regards ?…

Mais, dans le même temps, cette faiblesse et ce manque de reconnaissance permettent le développement de formes de communication politique encore inédites dans le pays. Avec une liberté de parole relativement plus grande, les sites offrent un contenu moins hiérarchisé. C’est vrai pour les sources (outre l’incontournable SANA – l’agence de presse officielle -, ils leur arrive de puiser facilement dans l’immense « réservoir » d’Internet, mais ils peuvent aussi publier des articles « originaux », écrits par leurs propres journalistes). Mais on le constate aussi pour ce qui est de la présentation de l’information, classée par exemple en rubriques : articles les plus lus, les plus commentés, les plus envoyés, etc. Ces sites exploitent les dynamiques multimédia et réticulaires d’Internet, par l’ajout de liens qui renvoient à des réseaux sociaux, à d’autres sites ou à des contenus audiovisuels. Enfin, ils tendent à proposer une interaction avec le public, par le biais des commentaires, forum, chat, votes…

La construction d’une identité professionnelle et éditoriale des journaux en ligne prend la forme d’une négociation compétitive avec les autres sites, et surtout avec les autres médias. Se percevant généralement comme un monde à part, ils misent pour l’avenir sur l’originalité d’Internet vis-à-vis du journalisme traditionnel, considéré parfois comme un espèce en voie d’extinction. Du même coup, leur stratégie éditoriale repose sur une innovation technologique, plus que sur un contenu différencié. Mais parallèlement à cela, ils jouent de façon croissante le rôle de médiateur et de filtre entre, d’une part le système politique et médiatique national, et d’autre part l’ensemble des réseaux sociaux, des sites d’information étrangers et des blogs qui constituent l’océan chaotique du reste de la Toile.

Enrico De Angelis, Université de Bologne (Italie), chercheur associé à l’Ifpo-Damas (edeangelis@gmail.com)


Vous aimerez aussi...