Construction et déconstruction du pouvoir politique en Irak. Le cas de Nouri al-Maliki

Affiche de campagne de Nouri Al- Maliki (Photo Omar Chatriwala, Al-Jazera English, licence Creative Communs CC BY-SA 2.0)

Affiche de campagne de Nouri Al- Maliki (Photo Omar Chatriwala, Al-Jazera English, licence Creative Communs CC BY-SA 2.0)

Dès le début de l’invasion américaine de l’Irak, il y a près de dix ans, de nombreuses erreurs d’appréciation et d’analyse ont été commises de part et d’autre, qui ont conduit à des modélisations à forte charge idéologique. Les Américains ont confondu deux processus : nation-building et state-building, « marché » et « démocratie », « organisations non gouvernementales » et « société civile ». Ils ont mis en avant une conception vague et purement juridico-administrative du « vivre ensemble » en négligeant l’importance de l’État. La société irakienne, de par sa diversité ethnique et le pluralisme de ses référents identitaires, ne pouvait et ne peut toujours pas se passer dans la durée du régulateur central solide qu’est l’État. La destruction en 2003 de celui-ci, de l’armée et des autres armatures institutionnelles a libéré toutes sortes de dynamiques, souvent segmentaires, de la société et a brutalement mis les intéressés face à cette question brûlante : comment reconstruire un pouvoir politique globalisant ? C’est sur ce terrain que les Américains dès le départ et les Irakiens aujourd’hui ont été défaillants. Face à cette logique déconstructrice, une grande majorité de la société aspire toujours à la sécurité et à l’ordre avant même de rêver d’une démocratie à ses yeux hypothétique. La population semble même prête à accepter un autoritarisme musclé qui puisse imposer la sécurité et la réconciliation comme préalables à la démocratie.

Pourtant un phénomène tout à fait nouveau est apparu en Irak depuis le printemps 2008, la tentative d’imposition d’un pouvoir central fort qui se veut crédible. On le constate sur le plan sécuritaire et sur le plan militaire avec une armée irakienne qui prend de plus en plus d’importance au sein de l’État naissant. On le voit aussi à travers une reconnaissance grandissante de l’insertion géopolitique de l’Irak dans la région et au-delà, mais également sur le plan de la négociation avec des compagnies multinationales étrangères, pétrolières particulièrement. Le discours officiel irakien entre 2003 et 2008 se résumait de la sorte : L’Irak est un pays riche. Nous appelons toutes les compagnies étrangères à s’y installer et à en tirer bénéfice. Tandis qu’aujourd’hui : L’Irak est un pays riche qui se stabilise. Nous sommes preneurs d’une coopération tenant compte de nos intérêts sans léser nos partenaires. La richesse indivisible de l’Irak doit revenir en premier aux Irakiens. Malgré les conflits politiques en cours qui divisent le gouvernement Maliki, celui-ci s’efforce de s’imposer comme le représentant national en dépassant sa base communautariste initiale.

Rappelons que ce processus de reconstruction du pouvoir, dont beaucoup contestent la forme, n’est pas irréversible.

Les formes du pouvoir politique en Irak – Le cas de Nouri al-Maliki

Tout pouvoir politique est associé à d’autres formes de pouvoir (religieux, domestique, tribal, économique, etc.). Toutefois, ceux-ci sont perçus différemment selon la société où l’on se trouve. Par exemple, les rapports politico-religieux façonnent largement la vie de la société irakienne d’aujourd’hui malgré un système parlementaire qui se veut séculier (il est vrai peu efficace) et un État formellement fédéral. Or la religion dominante en Irak, l’islam, est traversée par des rites et des confessions fortement politisés, ce qui accentue la une segmentation identitaire de la société au point de freiner l’apparition d’un nouveau pouvoir politique national. Cela fut le cas de 2003 à 2008 lorsque le tissu social s’est littéralement émietté : la violence extrême l’a emporté et une guerre civile s’est installée.

Prime Minister of Iraq Nuri al-Maliki listens to an opening speech during the Sarafiya bridge opening in Kadhimiya, Iraq

Prime Minister of Iraq Nuri al-Maliki listens to an opening speech during the Sarafiya bridge opening in Kadhimiya, Iraq, 2008 (Photo U.S. Air Force photo/Staff Sgt. Jessica J. Wilkes, licence Public Domain)

Portrait de Nouri al-Maliki

L’actuel Premier ministre irakien, Nouri Kamel Mohammed Hassan al-Maliki, est originaire d’une petite ville du nom de Twerij (de son nouveau nom al-Hindiyya) qui dépendait autrefois de la province de Babil – Hilla, et qui est aujourd’hui rattachée à la province de Karbala. Né en 1950, il est le petit-fils de Cheikh Mohammed Hassan Abou al-Mahassen connu pour ses engagements politiques lors de la Révolution de 1920 contre les Anglais, et devenu en 1925 ministre de l’Éducation sous la Monarchie. Nouri a hérité, entre autres, de son grand-père l’engagement politico-religieux. Il a fait des études de théologie et a obtenu une licence de sciences religieuses à Bagdad et une maîtrise de langue arabe à l’Université Salahaddin d’Erbil (Kurdistan). Dès 1970, il est membre du parti al-Daawa. Sa ville natale, Twerij, est connue religieusement comme une ville étape de pèlerinage ; c’est de là qu’autrefois certains pèlerins chiites partaient à pied en direction de Karbala pour commémorer le martyr de Hussein (petit-fils du prophète assassiné par les Omeyyades au VIIe siècle). C’est à Twerij aussi qu’a eu lieu la dernière confrontation entre le pouvoir baassiste et les militants chiites d’al-Daawa en 1977, qui a entraîné plusieurs dizaines de morts et un traumatisme encore vivace au sein de la population locale. D’après la biographie officielle de Nouri al-Maliki, plusieurs membres de sa maison (bayt) et de sa tribu ont été arrêtés et pendus lors de la grande répression menée par le régime de Saddam Hussein. En 1979, après un mandat d’arrêt lancé contre lui, il se voit obligé de fuir secrètement en exil vers l’Iran (où il reste sept ans) puis vers la Syrie avant de revenir en Irak en 2003 à la chute du régime. En Syrie, il s’occupe des questions organisationnelles du parti al-Daawa et de la lutte contre le parti Baas irakien. Pour les observateurs, malgré ses études de langue arabe, Maliki ne se distingue pas comme étant un grand orateur, mais plutôt un homme austère, dépourvu de charisme, capable d’être brutal et n’ayant confiance qu’en sa famille (il est père de quatre filles et un fils), les membres de sa tribu et son parti. En 2003, Nouri al-Maliki préside la fameuse Commission de débaasification qui a participé à la dissension intercommunautaire tandis que depuis 2007, le même Nouri al-Maliki tente d’établir des ponts entre groupes religieux et ethniques. En 2007, il devient le Premier Secrétaire général du Parti al-Daawa (premier parti chiite d’Irak fondé en 1959) au détriment de l’ancien Premier ministre Ibrahim al-Jafaari et en marginalisant un deuxième concurrent gênant Ali al-Adeeb, l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur. Avant 2007, la direction du Parti al-Daawa fonctionnait selon un modèle collégial avec à sa tête un porte-parole – speaker – qui équivaut à un dirigeant. Depuis mars 2008, date de la campagne militaire à Bassora contre l’Armée d’al-Mahdi, Nouri al-Maliki bénéficie au sein de la majorité arabe chiite d’une image plus positive qu’auparavant, et qui dépasse l’audience de son propre parti. En revanche, il divise la communauté sunnite et suscite méfiance et hostilité chez les Kurdes de tendance Masud Barzani (actuel président de la Région autonome du Kurdistan, secrétaire général du Parti démocratique du Kurdistan d’Irak (PDKI) et fils de Mulla Mustafa Barzani, le chef du mouvement national kurde des années 1940 jusqu’à sa mort en 1978).

Cela ne suffit pas à expliquer pourquoi la réalité irakienne post-2003 paraissait incapable de produire un pouvoir politique dépassant les limites des groupes particularistes : ethniques, confessionnels, tribaux, etc. Quatre élément majeurs éclairent les lacunes de la période antérieure mais aussi le forcing actuel du Premier ministre irakien en vue de réussir son projet :

1. Avoir le pouvoir politique, c’est prétendre posséder la capacité de représenter la société ou, au moins, une majorité de la société. Dans le cas de Nouri al-Maliki (voir l’encadré), il convient de distinguer deux niveaux d’analyse, l’un externe et l’autre interne :

  1. Le premier niveau, celui de l’opinion, des observateurs et des acteurs extérieurs, cherche à mesurer l’autorité de Nouri al-Maliki et la réalité de son pouvoir via les attributs politiques, symboliques et imaginaires utilisés pour établir sa légitimité. Il n’est pas anodin de s’arrêter sur le type de discours, l’usage des mots, l’identité publique mise en avant de sa personne, voire même son apparence extérieure, etc. Pour une partie de l’opinion, particulièrement chez les Arabes chiites, Nouri al-Maliki est perçu comme un Premier ministre de poigne, notamment de part l’image qu’il tente de donner de lui-même : il se présente au monde extérieur comme irakien → arabe → musulman → chiite → de la tribu Albou Ali qui fait partie d’une importante confédération tribale du nom de Bani Malek → originaire de la petite ville de Twerij → issu de la chefferie du village Jnajeh (Province de Babil – Hilla) → dirigeant d’un parti politique islamiste chiite, al-Daawa.
  2. Le second niveau d’analyse tente de déconstruire de l’intérieur et de comprendre le mécanisme en cours de construction du pouvoir : Nouri al-Maliki est le Premier ministre irakien → issu de la tribu Albou Ali → du village Jnajeh → du parti al-Daawa → chiite → arabe → irakien. Ce niveau de lecture permet de présenter le fonctionnement interne du pouvoir Maliki du point de vue de la solidarité de corps (tribale ou locale, asabiiyya) qui repose sur plusieurs piliers : sa parentèle, ses proches et sa fratrie, et les compagnons et cadres politiques fidèles du parti al-Daawa. À la différence de l’ancien Premier ministre Ibrahim al-Jaafri (2005-2006), qui était également issu du parti al-Daawa, Maliki a su renforcer son emprise par une logique d’attribution des postes et des positions qui implique en retour allégeance et dévouement.
Structure et fonctionnement du pouvoir de Nouri al-Maliki

Structure et fonctionnement du pouvoir de Nouri al-Maliki

Dès lors une question, voire un défi majeur, se pose : comment le Premier ministre irakien peut-il prétendre dépasser ses référents identitaires essentialistes pour devenir politiquement et symboliquement celui qui fédère toute la société ? À cette interrogation, Nouri al-Maliki n’a apporté à ce stade qu’une réponse partielle. Depuis mars 2007, il se présente non pas en tant que chiite, musulman du parti al-Daawa et de la tribu Albou Ali de la confédération Bani Malek mais se positionne en tant que Premier ministre de tous les Irakiens, Musulmans et Arabes du Parti al-Daawa. C’est un renversement qu’il a opéré dans la façon de se présenter et de faire usage de ses multiples référents identitaires en fonction de la réalité et du contexte sociopolitique.

2. Être le représentant politique d’une société signifie posséder l’autorité et la capacité d’arbitrer entre les intérêts individuels ou collectifs, qui entraînent nécessairement des conflits au sein de la société, lesquels peuvent la faire imploser. Lorsqu’un homme politique intervient dans un conflit de cette nature, il se présente comme celui capable d’arbitrer au nom d’un bien commun. Les conflits entre les partis et les milices chiites (particulièrement contre l’Armée du Mahdi en 2008), les campagnes militaires successives contre les groupes armés arabes sunnites ou encore la tension entre Bagdad et la région autonome kurde autour de la question du statut de Kirkouk et des zones disputées ou de la gestion de la richesse pétrolière montrent que Nouri al-Maliki nourrit l’ambition de s’octroyer des attributs politiques et symboliques nationaux quitte à jouer autoritairement le rôle de cet arbitre désiré.

3. Être le représentant politique d’une société signifie aussi posséder la capacité de mettre en action des décisions difficiles, d’imposer sa volonté aux autres, soit en les persuadant, soit en les contraignant (en somme paraître un homme d’État). Tout pouvoir légitime implique donc la possibilité d’avoir recours à la violence, que celle-ci soit physique, psychologique ou matérielle, pour imposer ses décisions et ses arbitrages. Or, sur ce point, Nouri al-Maliki ne possède ni la base sociale nécessaire ni la capacité matérielle et institutionnelle pour les imposer. Il demeure essentiellement et non sans difficultés tributaire de ses alliés politiques chiites et des accords fragiles et souvent contestés avec les partis politiques kurdes. Il est soupçonné par ailleurs par les Arabes sunnites de n’être qu’un chef politique communautariste déguisé en dirigeant national.

4. Tout pouvoir politique doit également faire appel au consentement et à l’adhésion de la majorité aux décisions qui devront apparaître aux yeux de celle-ci comme étant prises dans l’intérêt général, défendre la dignité du pays, établir la souveraineté et l’indépendance. C’est sur ces derniers points que nous constatons de plus en plus une constante chez Nouri al-Maliki, au moins dans le discours : hier contre les milices et les groupes armés, pour convaincre les partis sunnites de réintégrer le gouvernement, ou encore pour se faire passer pour le libérateur forçant les troupes américaines à quitter le territoire national, ou aujourd’hui « résister » à ce qu’il nomme « le sécessionnisme kurde ».

La formation du pouvoir politique de Nouri al-Maliki cherche à combiner deux composantes : le consentement d’une majorité de la population à l’exercice de son pouvoir et le recours à la violence pour imposer l’ordre. Mais Nouri al-Maliki sait, au moins depuis 2007, que pour qu’il y ait consentement, il faut qu’il y ait partage, attentes et espoirs (réconciliation nationale, paix civile, respect de la constitution et des intérêts communs, etc.). Un ordre ne peut s’établir dans la durée sans consentement, c’est cette équation qui conduit les individus à y adhérer en acceptant sa part de violence, même dans le contexte de l’Irak.

Pour conclure : En dépit de l’hostilité suscitée par sa politique, le pari du Premier ministre irakien est d’apparaître comme un dirigeant capable de transcender sa base d’origine et de jouer le rôle d’arbitre souhaité par une partie de la population. Ses calculs sont simples : il est conscient d’être le chef d’un parti confessionnel minoritaire (Al-Daawa), mais il est devenu Premier ministre en profitant de la dissension inter-chiite. Les Arabes sunnites voient en lui un sectaire tandis que les Kurdes le soupçonnent d’autoritarisme « non éclairé ». Il n’a donc pas d’autres choix que de jouer Irakien quitte à surfer sur une vague nationaliste. Ce faisant, Nouri al-Maliki est devenu aux yeux d’une partie des Irakiens le porteur d’un pouvoir musclé capable de s’imposer davantage par la force que par le consentement.


Pour citer ce billet : Hosham Dawod, « Construction et déconstruction du pouvoir politique en Irak. Le cas de Nouri al-Maliki  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 5 octobre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4302


Hosham Dawod est anthropologue au CNRS et responsable de l’antenne de l’Ifpo en Irak (Erbil), son terrain principal est l’Irak. Il a publié des études sur plusieurs questions, ethnicité, tribalisme, pouvoirs et parenté, dont :
2004 : Dawod H. (dir.), Tribus et pouvoirs en terre d’Islam, Paris, A. Colin.
2005 : Jabar F. A. & Dawod H. & al., Strategic Conflict Assessment of Iraq, London, DFID, January, 2005 (traduit et publié en arabe par IIST – Beirut, 2007).
2006 : Dawod H. & Jabar F. A. (eds), The Kurds, Nationalism and politics, London, Saqi Books (traduit et publié en arabe et kurde, Beyrouth, Bagdad et Erbil 2006).
2012, Dawod H., « Saddam Hussein’s “house”, Tribalism and power in Iraq », in Bruce Kapferer & Angela Hubart, Contesting the State, London, Sean Kingston Publishing & Publishing Services.
À paraître : Tribus et États en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Paris, A. Colin.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. C Pieri dit :

    Très clair et éclairant. Ce serait intéressant d’en livrer une traduction en anglais et en arabe, pour atteindre les publics les plus directement concernés…