Sharah Lovely

Le village antique de Sharah (©P. P.-F. Ifpo-MAFSS 2010)

La parution aux presses de l’Ifpo de Hauran V, cinquième et volumineux ouvrage consacré à l’histoire de cette région de Syrie du Sud est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir le site de Sharah auquel plusieurs articles sont consacrés. Dans le Hauran, région caractérisée par l’omniprésence du basalte dans la construction comme dans le paysage, 300 villages antiques ont été inventoriés depuis le début du XXe s. par l’explorateur américain H.C. Butler puis par plusieurs chercheurs rattachés au CNRS, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et à l’Ifpo. Le village de Sharah se situe sur la frange septentrionale du Leja, immense plateau de coulées de lave pétrifiées et, si l’on s’y rend, ce n’est pas tant pour admirer ses ruines que pour admirer la structure géologique torturée du site et l’audace des bâtisseurs qui ont su investir avec succès un terrain si mouvementé. Ces coulées de lave proviennent du volcan de Tell Shihan situé à 40 km au sud-est du site et datent du pléistocène. Lors du refroidissement de la lave, la violente sortie de gaz volcaniques qui s’étaient accumulés dans les coulées en de gigantesques poches a provoqué les très impressionnantes failles que l’on peut parcourir aujourd’hui aux alentours du site.

Le Leja en Syrie du Sud (©P. P.-F. Ifpo-MAFSS 2010)

Le village

Bien qu’occupé jusqu’à une époque relativement récente, le village antique est bien conservé dans son cœur comme dans ses limites. Il dominait dans l’antiquité une vaste plaine fertile. Un rempart presque continu (cf. plan-8), édifié dès le Ier s. ap. J.-C., délimite l’agglomération antique longue d’environ 600 m et large de 500 m dans sa partie la plus vaste. Adapté à la forme accidentée du site, renforcé dans ses points faibles et aux points d’accès par des fortins, le rempart n’a sans doute pas été conçu pour résister à des assauts militaires, mais plutôt pour dissuader les rezzous et les prédateurs de la région, loups, chacals dorés et hyènes rayées qui tentaient de s’emparer du bétail. Il englobe les 136 bâtiments inventoriés par la Mission archéologique française en Syrie du Sud qui a mené, sous la direction de J.-M. Dentzer entre 1995 et 2006 plusieurs campagnes de fouille et d’étude réalisées dans des conditions exceptionnelles grâce à l’aide de TOTAL et de Total  E & P Syrie. 74 maisons occupées aux époques médiévale et moderne dont 55 remontent aux époques romaine et byzantine, des édifices sans doute publics et plusieurs lieux de culte ont pu être repérés. La fonction d’un grand nombre d’édifices reste encore mystérieuse, mais au-delà de l’habitat, l’on a pu reconnaître des thermes, deux mosquées et les absides d’au moins deux ou trois églises. À l’extrémité sud du village, dans une vaste dépression, se trouvaient encore dans les années 1970 les très rares vestiges d’un sanctuaire d’époque romaine et de nombreux éléments de sculptures représentant des victoires, des aigles, des cavaliers, des chars, des lions d’un type inhabituel pour la région (conservés aujourd’hui à Bosra). On trouve à proximité , un hypothétique mithraeum auquel est associé une vaste grotte.

Vue aérienne du village de Sharah (©Y. G. MAFSS)

Plan du site de Sharah et parcours proposé (©MAFSS 2011)

Les bains

(cf. Plan–1) Ce petit monument édifié au IIe ou au IIIe s. apr. J.-C., est situé à l’entrée actuelle du village. Il présente aujourd’hui, dans un état de conservation exceptionnel, un vestibule, deux salles tièdes, deux salles chaudes, une grande salle froide qui a perdu sa couverture alors que les autres salles ont gardé les vestiges de leur voûte en brique et scories de basaltes prises dans du mortier de chaux. Sans doute s’agissait-il d’un petit bain public. À l’époque médiévale, les bains ont servi de nécropole, puis ont été transformés en habitat.

Les bains d’époque romaine de Sharah (©T. F. Ifpo-MAFSS 2010)

Voûte en béton romain et scories basaltiques (©T. F. Ifpo-MAFSS 2010)

La grande mosquée

(cf. Plan–2) Sa construction remploie peut-être de nombreux éléments d’une église édifiée à une époque antérieure dans le quartier. En retrait par rapport à la rue, la mosquée est introduite par une petite cour et présente un plan tout à fait classique : une grande salle de prière et trois grandes nefs longitudinales, le mihrab inscrit dans le mur sud. Un minaret est adossé à son angle nord-ouest extérieur. Une salle annexe au sud-est a pu faire office peut-être de salle mortuaire. La salle de prière abrite la dépouille d’un Sheikh enseveli là dans les années 1960. C’est à cette époque sans doute que la mosquée ruinée, abandonnée, ainsi que ses abords ont fait office de cimetière. La présence d’une communauté musulmane à Sharah est attestée dès l’époque omeyyade par le remploi d’inscriptions de cette époque dans les murs mêmes de la mosquée. Son édification n’est pas datée, mais elle pourrait être attribuée à l’époque ayyoubide.

Porte d’entrée de la mosquée de Sharah (©P. P.-F. Ifpo-MAFSS 2010)

L’hypothétique sanctuaire dédié à Mithra

(cf. Plan-4) Un vaste ensemble semi-construit semi rupestre – cela se fait fréquemment dans le Leja – présentant un aménagement original, a été édifié au sud-ouest du village, quartier qui se distingue par la faible densité de son occupation. Il comportait deux salles indépendantes précédées par une avant-cour de plan irrégulier. À l’ouest se trouve une vaste grotte de 38 m de long. À l’est, une salle carrée de 7 m de côté présente sur son côté nord une abside surélevée d’un mètre dont la façade était ornée de reliefs où l’on reconnaît les signes du zodiaque et, sur les retombées de l’arc, des scènes à connotation religieuse. Une porte permettait autrefois de fermer cette abside. Sur les murs de la pièce de plan carré, des banquettes prenaient appui. Si cet ensemble constitue un mithraeum, l’abside représentait la caverne sacrée et devait contenir une statue ou un groupe statuaire, et la pièce qui la précède, une salle de banquet. Les salles mithriaques étaient en général édifiées dans des grottes, rappelant l’endroit où Mithra avait tué le taureau. Cet ensemble semble ne pas avoir été édifié avant le IIe s. apr. J.-C. Les reliefs qui ornaient l’arc et ses piédroits ont fait l’objet d’un martelage systématique qui doit être attribué aux iconoclastes chrétiens de la deuxième moitié du IVe s. On sait que les militaires étaient les plus fervents adeptes du mithriacisme, or Sharah, est au cœur d’un secteur, à l’entrée du désert de lave, où, dès le IIe s apr. J.-C., les troupes de l’armée romaine faisaient étape.

Façade de la niche de l’hypothétique Mithraeum de Sharah (©MAFSS)

L’habitat

(cf. Plan-11 et 12) Les circulations dans le village sont assurées par deux voies principales presque parallèles desservant plusieurs rues secondaires qui franchissent à plusieurs endroits le rempart, sauf du côté du plateau basaltique. La disposition des habitations accessibles par des ruelles semble avoir été contrainte par l’ensoleillement et les vents dominants, par l’organisation du relief, par les monuments environnants et probablement par l’organisation familiale ou tribale qui régissait la vie des habitants. Les maisons sont composées, comme toutes les maisons villageoises de Syrie, de bâtiments associés à une cour. Certaines n’en comportent qu’un, droit ; d’autres présentent un bâtiment en L ; d’autres, plus rares, un plan en U. Le village semble s’être particulièrement développé à l’époque byzantine, puis aux époques médiévale et moderne. La plupart des maisons présente une superficie de 300-500 m2. Comme dans les autres villages de Syrie du Sud, leur rez-de-chaussée était destiné à abriter les activités domestiques et les animaux : en témoignent les auges des écuries et étables encore visibles dans beaucoup d’entre elles. Les pièces véritablement privées, d’habitation, étaient à l’étage, offrant plus de protection aux habitants en les isolant des animaux, nuisibles, etc. Le basalte constitue l’unique matériau de construction. Pas de bois, pas de charpente, pas de dallage en calcaire, pas de tuiles dans ces maisons construites de fonds en comble en blocs et en dalles de basalte, les baies étant fermées par des portes et des volets en basalte. La plupart des maisons qui comportent des mangeoires se situent en périphérie du village, peut-être pour donner aux bêtes un accès plus aisé aux pâturages. Plusieurs maisons présentent des cachettes : petites pièces étroites, allongées et hautes, accessibles par le toit, dissimulées, dans lesquelles on pouvait cacher des denrées et des biens, ou encore grottes naturelles qui rappellent que dans l’Antiquité, le Leja, appelé Trâchonitis par Strabon et Flavius Josèphe au Ier s. avant J.-C., était réputé pour son insécurité et pour abriter les brigands.

Façade d’une maison de Sharah (©MAFSS)

Porche d’entrée d’une maison de Sharah (©T. F. Ifpo-MAFSS 2008)

Écuries ou étable d’une belle maison de Sharah (©MAFSS)

Informations pratiques

Sharah est situé à environ 40 km au sud de Damas. Quittez la route Damas-Amman à la hauteur du village de Mismiyé situé sur la frange septentrionale de l’immense plaine de lave. Parcourez environ un kilomètre dans le Leja, quittez la route principale sur la droite, traversez la voie de chemin de fer et le village moderne de Sharah pour arriver au village en ruine situé au-delà de l’école. Attention : le soleil tape durement, la roche volcanique écorche et tranche et il n’y a pas moyen de se sustenter dans le village… Pour les enfants : chèvres dans les bains, tortues sur les chemins et pelotes de réjection de rapaces à disséquer, dans la mosquée.

Sharah, village désolé du Leja (©P. P.-F. Ifpo-MAFSS 2008)

Le village de Sharah dans le Leja (©P. P.-F. Ifpo-MAFSS 2008)

Pour en savoir plus

J.-C. Bessac, « Le basalte en Syrie du Sud : quelques repères techniques, économiques et chronologiques », Hauran V, 2010, p. 413-424.

J. Bruant, « Premiers sondages archéologiques sur le rempart oriental du village antique de Sharah (Syrie du Sud, Leja), Hauran V, 2010, p. 215-222.

P. Clauss-Blaty, « Les villages et l’habitat rural à l’époque romano-byzantine : le cas de Sharah, sur le rebord nord-ouest du Leja », Hauran V, 2010, p. 199-214.

Th. Fournet, « Les bains romains de Shâ’ra, interprétation et hypothèses » Annales archéologiques arabes syriennes, 47-48, 2004-2005, p. 159-178 (Texte intégral).

M. Kalos, « Un sanctuaire de Mithra inédit en Syrie du Sud », Topoi, 11/1, 2001, p. 229-277.

M. Perrin, « La mosquée de Shâ’ra (Syrie du Sud) », TPFE à l’école d’Architecture de Paris-Belleville, sous la dir. de J.-M. Dentzer et de M. Deming, nov. 2002.

Fr. Villeneuve, « L’économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique (Ier s. av. J.-C. – VIIe s. ap. J.-C.). Une approche », Hauran I, Paris, 1985, p. 63-136.


3 réponses

  1. Rami Yassine dit :

    Lovely Popo… mabrouk

  2. Mathieu dit :

    Merci, Pauline, pour cette visite virtuelle. Je vais très bientôt aller voir de plus près ces pelotes de réjections !

  1. 18/02/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by ifpo, Jean-Christophe. Jean-Christophe said: Sharah Lovely http://bit.ly/dT0UrL #syria #hypotheses.org #ifpo […]