Étiqueté : printemps arabe

A demonstration in Mahalla, Egypt on 7 April 2008, the day after a strike was shut down by government forces sparking a series of uprisings. - James Buck / PBS. Licence : CC By-SA 3.0

Les soulèvements arabes, l’économie et le politique

Des premières revendications tunisiennes de 2011 aux protestations égyptiennes de 2013, la thématique de la crise économique et sociale se conjugue très intimement aux demandes de libertés publiques et politiques dans les « soulèvements arabes ». Bien que la région ne figure pas parmi les plus pauvres au monde, ces mobilisations rendent non seulement audible la crise de légitimité de régimes vieillissants mais aussi plus visibles...

Couverture du livre Pas de Printemps pour la Syrie

Pas de printemps pour la Syrie (La Découverte, 2013)

À l’occasion de la parution du livre Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), aux éditions La Découverte (sortie officielle le 5 décembre 2013), nous vous proposons de découvrir le sommaire de cet ouvrage dirigé par François Burgat, directeur de l’Ifpo de 2008 à 2013, et Bruno Paoli, directeur du département scientifique des études...

Manifestation en Syrie : "Ô Dieu !" (Ya Allah)

Après les « printemps » : quel avenir pour « l’islamisme » ?

À l’heure où la secousse initiée par le « printemps » tunisien n’en finit pas d’ébranler les scènes politiques arabes, que peut-on pressentir de la place à venir de la référence religieuse (islamique) dans l’espace public en général, dans le lexique politique en particulier ? Francois BurgatEn savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM – ERC WAFAW More Posts – Website

Affiche ICAANE 2012

L’archéologie en temps de crise : impressions du congrès ICAANE 2012 (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East)

La 8e édition du Congrès ICAANE, qui réunit tous les deux ans la communauté de l’archéologie proche-orientale, s’est déroulée à Varsovie du 30 avril au 4 mai 2012. La participation de l’Ifpo y a été très remarquée. Néanmoins, le congrès a été celui de la crise, avec l’inquiétude liée à la guerre civile en Syrie.

« Je suis druze et alaouite, sunnite et kurde, ismaélien et chrétien, juif et assyrien. Je suis le révolutionaire syrien. Et fier de l'être. ». Kronfel occupé, 13/04/2012. Révolution pour tous les Syriens (source : facebook)

Les Frères musulmans syriens et la communauté alaouite (Signets sur la route, 3)

Plus que jamais, le clan au pouvoir à Damas tente aujourd’hui de transférer sur le terrain sécuritaire et confessionnel une contestation qu’il sait perdue sur le terrain politique. Dans ce but, il s’emploie à radicaliser au-delà de toute mesure l’image de l’opposition qu’il a contrainte à prendre les armes. Ses arguments sont aussi anciens que la rhétorique des autres dictateurs menacés par la vague arabe de protestation « printanière »…

Section du Jabhat an-Nusra à Damas

Le groupe Jabhat an-Nusra ou la fabrique syrienne du « jihadisme »

En mars 2011, les autorités syriennes ont d’abord opté pour un traitement social de la contestation populaire naissante. Elles y ont donc fugitivement répondu, par la voix de la conseillère du chef de l’État, Buthayna Sha‘bân, en promettant un relèvement général des rémunérations. À Deraa, où les écoliers auteurs de slogans contestataires avaient été torturés et leurs parents humiliés, la réponse cinglante des manifestants (« Yâ Buthayna, yâ Sha‘bân, sha‘b Dar‘â mû jû‘ân », « Ô Buthayna, ô Sha‘bân, le peuple de Deraa n’a pas faim ») a souligné s’il en était besoin la nature avant tout politique des racines de la crise naissante. Les autorités ont alors définitivement opté pour l’option sécuritaire et commencé à réprimer systématiquement dans le sang les manifestations les plus pacifiques.

La vexillologie et le « printemps arabe »

Centrale pour l’histoire et la pensée politiques européennes du XIXe siècle, l’idée d’Etat-nation, une fois « délocalisée » dans les territoires des anciens empires arabe et ottoman, a été très vite révélatrice d’une tension originaire entre, d’une part, un projet unificateur à l’échelle de la oumma (arabe et/ou musulmane) et, de l’autre, l’affirmation de chacun des différents Etats au sein de l’ensemble régional. Cette tension entre des forces...