Étiqueté : marché du travail

Cérémonie éthiopienne orthodoxe tewahedo à l’église Bethe Saida Saint-Gabriel © Dahdah 2010

Travailleurs étrangers au Liban : du droit à la réalité

Une population insaisissable, difficile à évaluer Selon les chiffres publiés par la Sûreté Générale, le nombre de permis de travail délivrés par ses services (renouvellement et nouveaux permis) serait passé d’un peu plus de 121 000 en 2007 à près de 185 000 en 2011, soit une augmentation de plus 50 % en moins de cinq ans. Sur cet effectif, la part des employées domestiques a...

Beyrouth, marché de Sabra, dimanche jeudi 13 juin 2013 (photo Houda Kassatly)

Travailleurs étrangers, droit du travail et réglementation de l’immigration

Au Liban, la question des travailleurs étrangers est souvent associée à celle des employées domestiques, pour lesquels le droit du travail ne s’applique pas. Ce faisant, on oublie d’un côté que les travailleurs étrangers (de toutes nationalités, arabes et non arabes) sont aussi nombreux dans d’autres secteurs de l’économie, de l’agriculture aux services en passant par le BTP et l’industrie ; de l’autre, que nombre de travailleurs...

Marché du travail et droits sociaux au Liban et au Proche-Orient

L’Institut français du Proche-Orient (Département d’études contemporaines) a organisé une table-ronde sur ce thème à Beyrouth, les 14 et 15 avril dernier, en coopération avec la Fondation Friedrich Ebert. À l’intention de ceux qui n’ont pu y assister, nous proposons ci-dessous un bref résumé des débats. Dès lors qu’on s’intéresse au marché du travail et aux droits sociaux au Proche-Orient, la première difficulté tient à l’absence de données chiffrées sérieuses. Sans recensement, dans le cas du Liban, il est difficile de construire un échantillon représentatif, de sorte qu’aucune enquête par sondage, aussi sophistiquée soit-elle, n’est vraiment fiable, ainsi que l’a rappelé K. Hamdane. La Syrie et la Jordanie procèdent il est vrai à des recensements périodiques, et produisent des chiffres et bases de données dans différents domaines. Il n’en reste pas moins que dans les trois pays, les problèmes posés par la définition des catégories (comment mesurer le chômage, l’activité des femmes ? le travail à domicile ?), par les déclarations erronées ou incomplètes, et par la volatilité de nombre de situations individuelles, rendent tous les chiffres problématiques – du moins quant aux valeurs absolues. On peut en revanche dessiner des tendances.