Étiqueté : crise syrienne

وداعاً بل

تكريماً لمدينة تدمر. معبد بل : ٦ نيسان ٣٢ م ـ ٢٨ آب ٢٠١٥ Read the English version here : http://ifpo.hypotheses.org/7101 and the original French version : http://ifpo.hypotheses.org/7020 Traduction vers l’arabe : Khaled Alsaleem Révision : Iyas Hassan ترجمة خالد السليم مراجعة إياس حسن « حتى دون أن أتكلم عن المفاتن الكامنة في أسقفه أو عن تماثيله الحديدية الكثيرة التي كانت مودعة فيه بعيدا عن عيون الناس،...

So long, Bel

In memoriam, Palmyra (6 April 32 – 28 August 2015) Translation from the French version : «Bel est bien mort» http://ifpo.hypotheses.org/7020 «But that temple, so magnificent and so large, not to mention the wonderful structure of the roof, and the many brass statues, now hid in darkness out of the light of the sun, is quite perished. » Libanius, Oration 30: For the temples (Pro templis)...

Bel est bien mort

In memoriam, Palmyre (6 avril 32 – 28 août 2015) « Cependant ce temple si beau et si grand — et je ne parle pas des beautés cachées de son plafond ni de ses nombreuses statues de fer qui étaient recelées dans l’ombre loin du soleil — ce temple est détruit, il est perdu. » Libanios, Discours XXX, 45, Pro Templis (ive s.)   Alors que l’arc monumental...

Couverture du livre Pas de Printemps pour la Syrie

Pas de printemps pour la Syrie (La Découverte, 2013)

À l’occasion de la parution du livre Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), aux éditions La Découverte (sortie officielle le 5 décembre 2013), nous vous proposons de découvrir le sommaire de cet ouvrage dirigé par François Burgat, directeur de l’Ifpo de 2008 à 2013, et Bruno Paoli, directeur du département scientifique des études...

Réfugiés syriens du camp de Zaatari se préparant pour l'hiver. Crédits: B. Sokol. UNHCR

La Jordanie face à la crise syrienne (extrait de Pas de Printemps pour la Syrie, à paraître)

À l’occasion de la sortie prochaine (début décembre 2013) de l’ouvrage dirigé par François Burgat et Bruno Paoli, Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), aux Éditions La Découverte, les Carnets de l’Ifpo publient un extrait de l’article de Jalal al-Husseini consacré à « la Jordanie face à la crise ». D’autres extraits de...

Des manifestants libanais brandissent le drapeau de la Syrie libre à l’occasion des obsèques du général Wissam al-Hassan, responsable des Forces de sécurité intérieure, © Vincent Geisser, 2012

Le Liban face à la crise syrienne : victime, otage ou acteur ? (extrait de Pas de Printemps pour la Syrie, à paraître)

À l’occasion de la sortie prochaine de l’ouvrage collectif dirigé par François Burgat et Bruno Paoli, Pas de Printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), aux éditions La Découverte (en librairie à partir du 5 décembre 2013), Les Carnets de l’Ifpo ont choisi de publier une série de « bonnes feuilles ». De nombreux chercheurs de l’Ifpo ont...

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine)

De mars 2011 à septembre 2012, les positions des gouvernements latino-américains ont oscillé entre franche hostilité à l’égard des rebelles syriens et attachement à une solution négociée avec le régime. Rares sont ceux, tels le Chili ou le Mexique, qui ont clairement condamné les exactions du régime syrien. Janaina HerreraJanaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au...

« Je suis druze et alaouite, sunnite et kurde, ismaélien et chrétien, juif et assyrien. Je suis le révolutionaire syrien. Et fier de l'être. ». Kronfel occupé, 13/04/2012. Révolution pour tous les Syriens (source : facebook)

Relectures d’été (1) : la crise syrienne, de Damas à Beyrouth

La série « Relectures d’été » propose des sélections de billets parus dans les Carnets de l’Ifpo, autour d’un thème lié à l’actualité et à nos programmes de recherche. La crise syrienne a aussi des échos dans les pays voisins, notamment au Liban. Au-delà du champ politique, les sites archéologiques souffrent aussi en temps de guerre. Malgré le redéploiement provisoire de l’Ifpo de Damas à Beyrouth,...

Appel du père Nebras Chehayed aux évêques de Syrie

La crise que traverse la société syrienne prend plus que jamais des intonations confessionnelles. Le régime persiste à nier avec arrogance qu’elle est née de la répression brutale d’une revendication initialement pacifique et très profane de « liberté ». Il tente d’accréditer contre toute vraisemblance la thèse d’une réaction légitime que lui aurait imposée le « complot » de « bandes d’extrémistes », « infiltrées »...

Affiche ICAANE 2012

L’archéologie en temps de crise : impressions du congrès ICAANE 2012 (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East)

La 8e édition du Congrès ICAANE, qui réunit tous les deux ans la communauté de l’archéologie proche-orientale, s’est déroulée à Varsovie du 30 avril au 4 mai 2012. La participation de l’Ifpo y a été très remarquée. Néanmoins, le congrès a été celui de la crise, avec l’inquiétude liée à la guerre civile en Syrie.

« Je suis druze et alaouite, sunnite et kurde, ismaélien et chrétien, juif et assyrien. Je suis le révolutionaire syrien. Et fier de l'être. ». Kronfel occupé, 13/04/2012. Révolution pour tous les Syriens (source : facebook)

Les Frères musulmans syriens et la communauté alaouite (Signets sur la route, 3)

Plus que jamais, le clan au pouvoir à Damas tente aujourd’hui de transférer sur le terrain sécuritaire et confessionnel une contestation qu’il sait perdue sur le terrain politique. Dans ce but, il s’emploie à radicaliser au-delà de toute mesure l’image de l’opposition qu’il a contrainte à prendre les armes. Ses arguments sont aussi anciens que la rhétorique des autres dictateurs menacés par la vague arabe de protestation « printanière »…

Section du Jabhat an-Nusra à Damas

Le groupe Jabhat an-Nusra ou la fabrique syrienne du « jihadisme »

En mars 2011, les autorités syriennes ont d’abord opté pour un traitement social de la contestation populaire naissante. Elles y ont donc fugitivement répondu, par la voix de la conseillère du chef de l’État, Buthayna Sha‘bân, en promettant un relèvement général des rémunérations. À Deraa, où les écoliers auteurs de slogans contestataires avaient été torturés et leurs parents humiliés, la réponse cinglante des manifestants (« Yâ Buthayna, yâ Sha‘bân, sha‘b Dar‘â mû jû‘ân », « Ô Buthayna, ô Sha‘bân, le peuple de Deraa n’a pas faim ») a souligné s’il en était besoin la nature avant tout politique des racines de la crise naissante. Les autorités ont alors définitivement opté pour l’option sécuritaire et commencé à réprimer systématiquement dans le sang les manifestations les plus pacifiques.

Jeune fille portant le drapeau du Hezbollah et de Amal. Beyrouth, Sodeco, juin 2099. Photo © Julie Schneider

« Résistance » et/ou « révolution » : un dilemme libanais face à la crise syrienne

L’insurrection syrienne, commencée en mars 2011, excède aujourd’hui ses propres frontières. Ses effets différés se jouent en partie au Liban, confirmant un clivage bien ancré entre deux camps antagonistes, dont les principales lignes de démarcations se sont peu à peu dessinées à la suite de l’assassinat de l’ancien Premier Ministre Rafiq al-Hariri en février 2005. Le mouvement du 8 mars aujourd’hui au pouvoir, et plus particulièrement son organisation...