Étiqueté : caricatures

La résurrection d’Al-Mudhik al-Mubkî, 11 octobre 1930

Al-Mudhik al-Mubki : une revue satirique d’avant-garde en Syrie (1929-1939)

Al-Mudhik al-Mubkî [المضحك المبكي = celui qui fait rire et pleurer] … Deux mots qui ont fait rire et pleurer toute une génération de la Syrie de l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1960. Derrière ce nom s’abritent un journal laïc, « politique, satirique et caricaturiste » (éditorial), un intellectuel syrien, Habîb Kahhâla et une recette inédite dont l’ingrédient fondateur est la caricature politique. Alors qu’en Syrie, la société et le patrimoine...

Une scène du mi‘râj, « l’ascension céleste » de Muhammad. Sur le dos de sa monture ailée, le prophète rencontre lors de sa traversée des sept ciels un ange en forme de coq. Manuscrit produit à Hérat, XVe siècle (Paris, BnF, Manuscrits orientaux, Supplément turc 190, fol. 11).

La représentation figurée du prophète Muhammad

Contrairement à une idée reçue confortée par l’actualité, le monde musulman n’a pas toujours banni les représentations figurées de son prophète. De nombreux portraits de Muhammad au visage dévoilé furent produits entre le XIIIe et le XVIe siècle, et ce n’est que progressivement que la pratique se répandit de masquer les traits de son visage par un voile ou de symboliser l’ensemble de sa personne par un nimbe de flammes. La production de caricatures du prophète de l’islam, et surtout la large diffusion qui leur a été assurée, ont récemment radicalisé des débats internes à l’islam et à ses différents courants, l’interdiction de la représentation de Muhammad devenant pour certains d’entre eux un élément central de redéfinition d’une identité musulmane.