Catégorie : Traduction

Abdul Rahman Mounif

Pourquoi traduire Al-Nihāyāt d’Abdul Rahman Mounif ?

Dans la collection Ifpoche de l’Institut Français du Proche-Orient, paraîtra très prochainement en édition bilingue la traduction d’Al-Nihāyāt (Les fins) d’Abdul Rahman Mounif, un roman publié pour la première fois en 1977. Nous nous proposons ici d’exposer brièvement les raisons qui nous ont amené à traduire cet ouvrage, presque quarante ans après sa sortie. Eric GautierEric Gautier est spécialiste de littérature arabe contemporaine. Maître de conférences...

Affiche du colloque d’Amman

Citoyenneté, citizenship, muwāṭana : traduction et circulation d’un concept

C’est à l’initiative de deux chercheuses, Élisabeth Longuenesse, directrice du Département des études contemporaines de l’Ifpo, et Ghislaine Glasson-Deschaumes, directrice de la revue Transeuropéennes, qu’a été organisé à Amman, les 8 et 9 octobre 2012, un colloque sur la traduction en sciences sociales, autour du concept de « citoyenneté » (al-muwāṭana). Y ont participé, pendant deux journées de conférences et de débats, dans les locaux de l’Université...

Couverture du livre de Al-Tahtawi, Le raffinement de l'or: abrégé de Paris

Traduire la citoyenneté

On sait que l’idée de citoyenneté est généralement considérée, en Europe, comme héritée de la cité grecque (polis), à l’origine de l’invention de la « politique », comme gouvernement de la cité. Les mots « cité », et « citoyen », renvoient au latin civitas, qui reprend le sens du grec polis, et qui désigne une communauté d’hommes libres regroupés dans et autour de l’espace de la ville. Elisabeth LonguenesseMore Posts