Catégorie : Archéologie

L’archéologue et l’historien face à l’objet : pour une approche technique, fonctionnelle et symbolique des lampes

Dans le champ des études historiques, les lampes demeurent des objets  relativement secondaires, en dépit des nombreuses sources – textuelles, archéologiques et iconographiques – aujourd’hui disponibles. Elles ne sont jamais abordées pour elles-mêmes, en tant qu’objets véhiculant des informations d’ordre historique, mais toujours comme des supports ornementaux ou des indicateurs chronologiques. Ainsi, tandis que les historiens de l’art appréhendent généralement les luminaires – principalement en verre...

Forteresse hellénistique, tour 8 sur le rempart ouest ; à l’arrière de son mur nord, vestiges de l’élévation du rempart en briques crues. Vue vers le sud-est © MAFKF.

De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2)

La mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (voir « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1) ») a mené sa deuxième campagne de terrain du 12 octobre au 1er décembre 2012. Cette année la mission a été étoffée, grâce notamment au soutien affirmé des autorités koweïtiennes et à l’aide apportée par le mécénat de Total Koweït et de la Fondation Total : quatorze participants de la partie française et six...

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. ”Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

Bâle : aux portes de Pétra

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même nom et Pétra, l’antique capitale du royaume nabatéen, se trouvant dans le sud de l’actuelle Jordanie. Pourtant, le 22 août 1812, c’est un Bâlois, Jean-Louis Burckhardt, qui allait être le premier Européen à se rendre sur le site de Pétra. Il avait été commissionné par l’African Association, en 1806, pour...

Socrate, détail de la mosaïque des Sages, Musée national de Beyrouth (photo F. Alpi)

Socrate au Musée

La mosaïque dite « des Sages » constitue l’une des pièces majeures exposées au Musée national de Beyrouth (n° inv. DGA 3970). Avec celle de la « Naissance d’Alexandre », elle provient de Soueidié, dans la banlieue sud-est de Baalbeck, où ces deux pavements furent mis au jour par Maurice Chéhab, à proximité des vestiges d’une villa dont les propriétaires devaient se rattacher de quelque façon aux cercles philosophiques qui ont fleuri...

Chantier à Beyrouth (photo J. Baldi)

Les choses qui passent sans rien laisser : pour une archéologie des ruines évanescentes de Beyrouth

D’après une définition traditionnelle – et, comme le démontre Edensor (2005), bien simpliste – les ruines seraient un noyau matériel durable et solide, des « restes » qui subsistent et perdurent une fois que l’action du temps et des hommes a érodé, usé et détérioré la forme et la fonction que ces vestiges ont eues. Pourtant, au-delà des préceptes winkelmanniens et du vague romantisme qui accompagne toujours la...

Beyrouth, ruines et cicatrices récentes, photo J. Baldi

Entre traumatisme et résilience : quelques notes pour une archéologie des blessures récentes de Beyrouth

Le dernier recueil poétique de Vénus Khoury-Ghata (Où vont les arbres, 2011) n’est que l’un des plus récents ouvrages de la très vaste littérature traitant, d’une manière ou d’une autre, de la guerre au Liban. Le conflit est évoqué dans un monde où les arbres, calcinés, dépeuplés d’oiseaux et aux couleurs parfois étrangement déplacées, semblent rappeler La Guerre d’Henri Rousseau dit « le Douanier ». Cependant, celle-ci est...

Henri Seyrig

Amin Maalouf et Henri Seyrig

Premier Libanais à siéger sous la Coupole du quai Conti, Amin Maalouf vient de donner, ce jeudi 14 juin 2012, son discours de réception parmi les Immortels. Selon l’usage, sa prestation fut en forme d’hommage à son prédécesseur au vingt-neuvième fauteuil, l’anthropologue et philosophe structuraliste Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Les Libanais ont suivi l’événement avec fierté, comme en témoigne l’assistance de nombreux officiels à la cérémonie parisienne, dont le...

Affiche ICAANE 2012

L’archéologie en temps de crise : impressions du congrès ICAANE 2012 (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East)

La 8e édition du Congrès ICAANE, qui réunit tous les deux ans la communauté de l’archéologie proche-orientale, s’est déroulée à Varsovie du 30 avril au 4 mai 2012. La participation de l’Ifpo y a été très remarquée. Néanmoins, le congrès a été celui de la crise, avec l’inquiétude liée à la guerre civile en Syrie.

Bombardement de Qalaat al-Mudiq (15 mars 2012)

Le patrimoine archéologique, dommage collatéral

En dépit de tentatives de protection du patrimoine archéologique, celui-ci est presque systématiquement atteint lors des conflits, souvent de manière intentionnelle.  De nombreux dégâts, irréversibles, sont recensés sur les sites et les objets. Après le conflit, ce patrimoine est encore victime de destructions, soit par manque de moyens, soit par choix. Le patrimoine de l’humanité disparaît peu à peu, entraînant avec lui notre passé et notre avenir. À l’heure où des combats ont lieu en Syrie, le pire est à craindre pour de nombreux sites archéologiques, comme par exemple Qalaat el Mudiq.

Cimétière de Mzar Mitr

Une promenade entre les tombes à Mar Mitr : considérations archéologiques

Parmi Les cités invisibles d’Italo Calvino, Melania, Adelma, Eusapia, Argia et Laudomia témoignent du rapport entre la ville et les morts : des relations concernant à la fois l’osmose démographique entre les deux mondes, les liens sociaux qui se nouent des deux côtés, et les connexions physiques, d’ordre symétrique, renversé, ou de simple continuité. Mar Mitr (Saint Dimitri) à Achrafieh (Beyrouth), comme tout cimetière, tient quelque chose...

Urne cinéraire au moment de la découverte

Défunts et pratiques funéraires dans la Beyrouth antique : à propos de la découverte d’un hypogée à Ashrafiyeh

Les travaux de construction d’un immeuble conduits dans la parcelle 1598 à Ashrafiyeh ont mis au jour un hypogée creusé dans la roche. Une équipe composée du Dr. Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise-Ifpo), du Dr. Joyce Nassar (Laboratoire d’Anthropologie des Populations Passées et Présentes, PACEA UMR 5199-Ifpo) de trois archéologues de l’Université Libanaise (Rita Kalindjian, Sarah Mady et Elsi Trad) ainsi que de Mathilde Gelin (CNRS –...

Localisation du chantier sur l'image google du quartier de Minet al-Hosn (centre ville de Beyrouth)

Les cales sèches ou cales à bateaux phéniciennes de Minet El-Hosn (Beyrouth)

Avec la découverte de Minet al-Hosn, les archéologues ont franchi une étape importante pour la connaissance de Beyrouth phénicienne. Les vestiges mis au jour viennent compléter le puzzle compliqué des fouilles du centre ville auxquelles l’Ifpo — à l’époque l’IFAPO — avait participé, aux côtés des missions libanaises et internationales, dans les années 1990. Il était donc essentiel que Martine Francis-Allouche présente pour les Carnets de...

« Temple A » de la forteresse hellénistique. Au 1er plan, l’autel. Photo Y. Guichard © DAMKuwait.

De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1)

L’île de Faïlaka, d’environ 7 km Nord-Sud × 12 km Est-Ouest, culmine à 8 m au-dessus des eaux moyennes du Golfe arabo-persique. Elle appartient à un archipel dont on aperçoit, depuis ses rivages, les îles de Miskan au Nord-Ouest et de Auhah au Sud-Est. Située à une vingtaine de kilomètres au Nord-Est de Koweït City, elle se trouve à proximité du Shatt El Arab, le débouché du confluent de...

L’histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie

Sous les auspices de la Direction générale des Antiquités du Liban (DGAL), en partenariat scientifique avec l’Ifpo et l’UNESCO (bureau de Beyrouth), un colloque intitulé L’histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie s’est tenu sur place, au Centre d’archéologie sous-marine, les 3 et 4 octobre 2011. L’objectif assigné à cette réunion était de dégager les grands axes selon lesquels présenter les collections du futur musée de...

Charbons ardents et grains à moudre. Approche archéobotanique du site de Dharih (Jordanie)

L’archéobotanique1, en tant que science archéologique, s’appuie sur l’étude de découvertes matérielles, les vestiges de plantes, afin d’améliorer notre connaissance du passé en développant un aspect précis, celui des relations entre l’homme et le monde végétal. Cette discipline, dont les balbutiements remontent au XIXe siècle, est le produit d’une rencontre entre deux géants scientifiques, les sciences humaines d’un côté, les sciences de la vie de l’autre....