Catégorie : Egypte

Hassan El-Geretly, photo Tamer Eissa

L’art de raconter et l’art de jouer, entretien avec Hassan El-Geretly, artiste et homme de théâtre égyptien

Premier spectacle égyptien programmé au Festival d’Avignon, Haeeshek, Je te (sur)vivrai, a été présenté pour la première fois en France dans la Cour minérale de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse du 14 au 18 juillet 2014. Puisant dans des sources de différentes natures, le travail de Hassan El-Geretly explore la culture populaire et la tradition orale dans l’Égypte de l’après Moubarak. Entretien réalisé à...

Billet Ifpo image 1

‎إعادة النظر إلى المساحة الفكرية للنهضة العربية – من القرن الثامن عشر إلى القرن العشرين

Read the English version here : http://ifpo.hypotheses.org/6013 and the original French version : http://ifpo.hypotheses.org/5961 ظهرت «النهضة» العربية بين القرن الثامن عشر والنصف الأوّل من القرن العشرين، في سياق التغلغل الغربي الاقتصادي والسياسي والإصلاحات في الإمبراطورية العثمانية («التنظيمات»)، إلى جانب تأثيرات ثقافية وفكرية بوساطة مجموعات متنوّعة. مع ذلك، فمعرفتنا بالتبادلات بين العرب والأوروبيين في هذا العصر لا تزال تطغى عليها صورة العلاقة الثنائية بين العالم العربي بصفة...

الصورة ١: الصفحة الأولى من «تاريخ المائة عام الأولى بعد تجسّد المسيح» لأفغانيوس فولغاريس (باللغة اليونانية ، ١٨٠٥)، ترجمة عربية تمّت في دمياط في ١٨١٧. الصورة: المكتبة الشرقية، جامعة القدّيس يوسف، بيروت، المخطوطة رقم ٤٣.

Revisiting the Intellectual Space of the Nahḍa (Eighteenth-Twentieth Centuries)

Une version française de ce billet est disponible ici. An also an Arabic version The nahḍa or Arab ‘Renaissance’ took place between the eighteenth and the early twentieth centuries, in a context of Western economic and political penetration and of reforms in the Ottoman Empire (the ‘Tanzimat’), as well as intellectual and cultural influences mediated by a variety of groups. Nonetheless, our impressions of the exchanges...

Première page de l’Histoire du premier siècle après la naissance du Christ, par Eugenios Voulgaris (en grec, 1805), traduction arabe faite à Damiette, 1817. Image : Bibliothèque orientale, Université de Saint-Joseph, Beyrouth, MS 43.

Retour sur l’espace intellectuel de la Nahḍa (XVIIIe-XXe siècles)

An English version of this note is available here. An also an Arabic version La nahḍa ou « Renaissance » de la culture arabe se déroula du xviiie à la première moitié du xxe siècle, dans un contexte de pénétration occidentale économique et politique et de réformes au sein de l’Empire ottoman (les « Tanzimat »), ainsi que d’influences culturelles et intellectuelles médiatisées par des groupes divers. Néanmoins, nos connaissances...

Herz Bey 1896, p. 10, pl

L’archéologue et l’historien face à l’objet : pour une approche technique, fonctionnelle et symbolique des lampes

Dans le champ des études historiques, les lampes demeurent des objets  relativement secondaires, en dépit des nombreuses sources – textuelles, archéologiques et iconographiques – aujourd’hui disponibles. Elles ne sont jamais abordées pour elles-mêmes, en tant qu’objets véhiculant des informations d’ordre historique, mais toujours comme des supports ornementaux ou des indicateurs chronologiques. Ainsi, tandis que les historiens de l’art appréhendent généralement les luminaires – principalement en verre...

Photos 1 & 2 : Murs fermant l’accès à la place Tahrîr. Clichés R. Stadnicki, 2012

Post-Revolutionary Cairo: Blocking the City, Un-Blocking the Urban Planning?

Original text in French : http://ifpo.hypotheses.org/4419. Translation: Teo Firpo. Almost two years after the January 25th revolution, Cairo lives a paradoxical moment. Cairo is the main stage of the protests, whereby the political and social changes underway in Egypt find their repercussions on the urban scale. Between 2011 and 2012, the city experienced a material and institutional blockage that opposed its urban management to its daily...

Photos 1 & 2 : Murs fermant l’accès à la place Tahrîr. Clichés R. Stadnicki, 2012

Le Caire après la révolution : blocages de la ville et déblocage de l’urbanisme

Près de deux ans après la révolution du 25 janvier, Le Caire, principal théâtre des protestations, vit un moment paradoxal qui peut être compris comme une répercussion à l’échelle urbaine des changements politiques et sociaux en cours en Égypte. Alors que l’agglomération a connu, en 2011 et 2012, une série de blocages matériels et institutionnels contrariant sa gestion et sa pratique au quotidien, elle fait aujourd’hui...

Manifestation en Syrie : "Ô Dieu !" (Ya Allah)

Après les « printemps » : quel avenir pour « l’islamisme » ?

À l’heure où la secousse initiée par le « printemps » tunisien n’en finit pas d’ébranler les scènes politiques arabes, que peut-on pressentir de la place à venir de la référence religieuse (islamique) dans l’espace public en général, dans le lexique politique en particulier ? Francois BurgatEn savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM – ERC WAFAWMore Posts – Website

P.Cair.Arab. III 161 - Papyrus fiscal bilingue (arabe et grec)

Dans le dédale des papyri médiévaux : repères pour l’utilisation des bases de données papyrologiques diffusées sur Internet

Pour les études arabes médiévales, les papyri grecs, coptes et arabes rédigés après la conquête de l’Égypte sont une source riche d’informations. Ils peuvent être l’outil d’une meilleure connaissance de la vie quotidienne, de la fiscalité, du commerce, de l’administration, des pratiques juridiques, mais également des relations sociales ou de la liturgie. Ces documents ont principalement été découverts en Égypte. Si les données qu’ils fournissent sont...

Coran, Paris, BnF, ms. Arabe 328a, f. 56

Le Coran d’Asmā’

En plein renouveau, l’histoire de la constitution du corpus coranique s’est récemment enrichie des travaux de François Déroche. Ce dernier a édité et analysé ce qui est peut-être le plus ancien des manuscrits coraniques, le codex parisino-petropolitanus, dont les deux principaux fragments sont conservés à Paris et à Saint-Pétersbourg1. Découvert dans la mosquée de ʿAmr, au Caire, il daterait selon toute probabilité de la seconde moitié...

Tombe

Ibn Taymiyya : « sufi or not sufi ? » (2/2)

« Sufi or not sufi ? » Telle n’est pas forcément la question ! En effet, le problème de l’adhésion d’Ibn Taymiyya au soufisme reste somme toute secondaire pour l’islamologue. D’ailleurs, toute assertion en ce sens nécessiterait que l’on établisse auparavant les critères objectifs permettant d’identifier un adepte du soufisme dans le Damas mamelouk des XIIIe et XIVe siècles.  Une tâche  d’autant plus difficile que le...

Le-chemin-et-voiture

De la difficulté de traduire « ligne éditoriale »

Commençons par « maison d’édition ». La traduction est facile, en arabe on dit « dâr » (دار), un terme particulièrement adéquat pour l’édition jeunesse arabe dont les éditeurs peuvent être classés en deux grandes catégories : d’un côté, les héritiers d’une grande structure éditoriale, le « fils ou la fille de la maison », qui la nourrissent, la rénovent ou la bousculent en développant une branche pour la jeunesse ; de...

Bîdpây en prison. Illustration d’un manuscrit de Kalîla et Dimna, XIIIe siècle

Des « parloirs intimes » dans les prisons de l’Islam médiéval ?

Alors que le système pénitencier français fait l’objet de remises en question régulières et que le droit des détenus à mener un semblant de vie familiale ou sexuelle revient périodiquement sur le devant de la scène1, un parallèle avec les prisons de l’Islam médiéval peut paraître incongru. Aujourd’hui, la charia est surtout observée à travers ses manifestations jugées les plus négatives, comme la lapidation des femmes...

source : http://www.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/Fichier:Millionmarchtahrirsquare.jpg

Le champ salafi au prisme des révolutions égyptienne et tunisienne

Le 14 janvier 2011, la chute du Président tunisien Ben Ali, chassé du pouvoir par une révolution que personne n’avait prédite, a été ressentie comme une délivrance par les islamistes aussi bien « radicaux » que  « modérés »; voire par les simples musulmans pratiquants. Durant les années 1990, la répression du mouvement  islamiste an-Nahda avait en effet été suivie d’une mise au pas radicale des secteurs conservateurs de la...

Tour-porte sud-est du Crac des Chevaliers, datée de 669/1271. Photo: Cyril Yovitchitch (Ifpo)

La ménagerie du nom. Figures animales de Baybars

Le sultan Baybars (al-Malik al-Ẓāhir Rukn al-Dīn al-Ṣāliḥī al-Bunduqdārī), né vers 1233, régna comme sultan mamelouk sur l’Égypte et la Syrie de 1260 jusqu’à sa mort en 1277. Baybars était originaire du Qipchāq, au nord de la Mer noire. Dans la langue turque que l’on parlait dans cette région, Baybars signifie littéralement « prince tigre » : bay désignant le prince, bars le tigre (Sauvaget 1950, p. 43). Cet...