Catégorie : Histoire de l’Ifpo

Henri Seyrig

Amin Maalouf et Henri Seyrig

Premier Libanais à siéger sous la Coupole du quai Conti, Amin Maalouf vient de donner, ce jeudi 14 juin 2012, son discours de réception parmi les Immortels. Selon l’usage, sa prestation fut en forme d’hommage à son prédécesseur au vingt-neuvième fauteuil, l’anthropologue et philosophe structuraliste Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Les Libanais ont suivi l’événement avec fierté, comme en témoigne l’assistance de nombreux officiels à la cérémonie parisienne, dont le...

Photographs and memories* : à la recherche des archives scientifiques de l’Ifpo

Entre octobre 2008 et janvier 2009 se tenait au musée national de Damas une superbe exposition sur les pionniers et protagonistes de l’archéologie syrienne. Elle était constituée de panneaux illustrés reprenant la biographie des hommes qui avaient compté sur les terrains de fouilles syriens, du début du XIXe siècle aux années 19601. Parfois, entre deux panneaux, des photographies en noir et blanc ou des affichettes venaient en complément d’information. Ces documents d’archives apportaient une étonnante dimension de réalité à ces personnages, tout en laissant entrevoir le dispositif qui, à l’époque, avait permis à ces archéologues étrangers de circuler sur le territoire Syrien et d’y transporter l’outillage et les technologies nécessaires à leurs fouilles. Mais étrangement, impossible de savoir avec précision d’où venaient ces documents évocateurs. Le curieux qui visitait l’Institut de Jisr al-Abyad pouvait constater que certains tirages photographiques provenaient certainement des archives de l’Institut français du Proche-Orient… Toutefois, questionnés sur la localisation précise de ces archives, leur accès, leur contenu, les membres de l’Institut n’apportaient que des réponses évasives, interrogatives même… Les « archives » invisibles ou presque de l’Ifpo suscitaient indéniablement l’intérêt, mais il paraissait clair qu’elles ne formaient pas un ensemble défini. Elles semblaient multiples, pas forcément rangées là où elles auraient dû se trouver, certainement éparpillées, et sans doute, pour partie encore, à constituer. Pourtant nombreux étaient ceux qui pensaient qu’elles avaient beaucoup à raconter…