Auteur : Vanessa Van Renterghem

Une scène du mi‘râj, « l’ascension céleste » de Muhammad. Sur le dos de sa monture ailée, le prophète rencontre lors de sa traversée des sept ciels un ange en forme de coq. Manuscrit produit à Hérat, XVe siècle (Paris, BnF, Manuscrits orientaux, Supplément turc 190, fol. 11).

La représentation figurée du prophète Muhammad

Contrairement à une idée reçue confortée par l’actualité, le monde musulman n’a pas toujours banni les représentations figurées de son prophète. De nombreux portraits de Muhammad au visage dévoilé furent produits entre le XIIIe et le XVIe siècle, et ce n’est que progressivement que la pratique se répandit de masquer les traits de son visage par un voile ou de symboliser l’ensemble de sa personne par un nimbe de flammes. La production de caricatures du prophète de l’islam, et surtout la large diffusion qui leur a été assurée, ont récemment radicalisé des débats internes à l’islam et à ses différents courants, l’interdiction de la représentation de Muhammad devenant pour certains d’entre eux un élément central de redéfinition d’une identité musulmane.

Fitna : des révoltes populaires à Bagdad au Moyen Âge

Au cours de son histoire, la ville de Bagdad, fondée en 762 apr. J.-C par le calife abbasside al-Manṣūr pour être la capitale de la dynastie, a connu de très nombreuses révoltes populaires, opposant tantôt deux factions parmi les habitants de la ville, tantôt la population bagdadienne aux représentants du pouvoir. Les sources arabes de l’époque médiévale décrivent volontiers ces épisodes de tumulte, désignés en arabe...