Auteur : Stéphane Cartier

Beyrouth ; banalisation de la construction intensive en chantiers escarpés. Photo Caecilia Pieri, 2012

Vivre avec une extraordinaire banalité : la vulnérabilité sismique à Beyrouth

Comme tout le pourtour méditerranéen, Beyrouth est sujette à la menace récurrente des séismes et raz-de-marée. Cette fébrilité tellurique est dangereuse compte tenu de la nature de l’urbanisation. Le parc immobilier actuel de Beyrouth est dans l’ensemble récent, rarement plus que centenaire, très dense, largement constitué d’immeubles en béton armé. Or, propice à la multiplication des étages, ce dernier souffre de la corrosion des ferraillages accentuée par le climat humide et salin, et sa rigidité réduit la ductilité sismique, phénomène aggravé pour les constructions en poteau-poutre sans murs porteurs. De plus, la qualité des bétons (ciments, aciers, sable de mer) est approximative. À la géographie de Beyrouth – un promontoire formant presqu’île –, s’ajoute enfin une menace sur l’ordre social qui inquiète experts et gestionnaires des secours par l’imbrication nocive entre densité de l’habitat, séquelles des bombardements, effondrements par vétusté, ajouts d’étages périlleux, ruines, immeubles confortés en urgence, manque de contrôle parasismique, contournement clientéliste des réglementations.