Auteur : Romain Caillet

Section du Jabhat an-Nusra à Damas

Le groupe Jabhat an-Nusra ou la fabrique syrienne du « jihadisme »

En mars 2011, les autorités syriennes ont d’abord opté pour un traitement social de la contestation populaire naissante. Elles y ont donc fugitivement répondu, par la voix de la conseillère du chef de l’État, Buthayna Sha‘bân, en promettant un relèvement général des rémunérations. À Deraa, où les écoliers auteurs de slogans contestataires avaient été torturés et leurs parents humiliés, la réponse cinglante des manifestants (« Yâ Buthayna, yâ Sha‘bân, sha‘b Dar‘â mû jû‘ân », « Ô Buthayna, ô Sha‘bân, le peuple de Deraa n’a pas faim ») a souligné s’il en était besoin la nature avant tout politique des racines de la crise naissante. Les autorités ont alors définitivement opté pour l’option sécuritaire et commencé à réprimer systématiquement dans le sang les manifestations les plus pacifiques.

Montage photographique probablement réalisé par des partisans du shaykh Aḥmad al-Asīr, le représentant aux-côtés de Muhammad Yazbak, et faisant écho aux discours du shaykh al-Asīr de décembre 2011. On distingue un cœur où il est inscrit : « ‘Ā’isha que Dieu soit satisfait d’elle » (formule traditionnellement utilisée par les sunnites lorsque son nom est mentionnée). Cette allégorie est suivie de la question suivante : « Ô ma mère, ais-je bien respecté mon engagement (amāna) ? »

Le phénomène Aḥmad al-Asīr : un nouveau visage du salafisme au Liban ? (2/2)

Né en 1968, Aḥmad al-Asīr al-Ḥusaynī grandit dans un environnement peu religieux et ne reçoit pas de véritable éducation islamique durant sa jeunesse, ni son père, chanteur de profession, ni sa mère, de confession chiite, n’étant en effet très pratiquants. Cette situation familiale ne peut toutefois être un handicap car, si l’on remonte plus haut dans sa généalogie, Aḥmad al-Asīr al-Ḥusaynī appartient à une lignée prestigieuse...

Aḥmad al-Asīr (Photo saidadays.com)

Le phénomène Aḥmad al-Asīr : un nouveau visage du salafisme au Liban ? (1/2)

Au sein du monde arabe, le courant salafi syro-libanais apparaît comme une exception en raison de son absence de visibilité, en comparaison avec celle dont il jouit dans  les sociétés du Golfe, au Maghreb, en Jordanie ou en Égypte . En Syrie, l’isolement, voire la marginalité du salafisme se comprend aisément en raison de la répression dont il fait l’objet depuis plusieurs décennies, avec la bénédiction...

Le procès d’Abū Muḥammad al-Maqdisī et le délit d’opinion dans un État autoritaire

« Cette sentence ne changera pas notre voie (minhājinā), ni notre dogme (‘aqīdatinā) ! Nous resterons attachés au Livre [le Coran] et à la Sunna, nous ne cesserons pas de soutenir les combattants du Jihad (mujāhidīn) dans leur lutte contre les Américains ». Le jeudi 28 juillet 2011, la  Cour de sûreté de l’État hachémite a condamné ‘Iṣām al-Barqāwī, plus connu sous le nom d’Abū Muḥammad al-Maqdisī, à une peine...

Le champ salafi au prisme des révolutions égyptienne et tunisienne

Le 14 janvier 2011, la chute du Président tunisien Ben Ali, chassé du pouvoir par une révolution que personne n’avait prédite, a été ressentie comme une délivrance par les islamistes aussi bien « radicaux » que  « modérés »; voire par les simples musulmans pratiquants. Durant les années 1990, la répression du mouvement  islamiste an-Nahda avait en effet été suivie d’une mise au pas radicale des secteurs conservateurs de la...