Hommage à Pierre Gentelle : un géographe libre au paradis des archéologues

Pierre Gentelle à Iraq el-Amir (photo F. Larché)

Pierre Gentelle, esprit libre des sciences humaines et sociales, homme de terrain, homme de concept, est décédé le 4 octobre 2010. Certains le connaissent comme géographe spécialiste de la Chine, d’autres comme chroniqueur insaisissable (sous le pseudonyme de Cassandre), ou encore comme président de l’association franco-chinoise ; autant d’activités qui composent un puzzle riche et inattendu de toute une vie de recherche et d’action. De ce grand puzzle, on prendra garde à ne pas perdre la pièce qui correspond à sa contribution à la recherche archéologique proche-orientale : elle nous est précieuse et a ouvert une voie stimulante et innovante pour les études de géographie historique, que Pierre Gentelle a souvent appelées tout simplement « géohistoire ».

En 2003, P. Gentelle publie Traces d’eau, un géographe chez les archéologues, où il réunit six études de terrain sur l’approvisionnement et le contrôle de l’eau d’une série de sites archéologiques en milieu aride sur lesquels des archéologues l’avaient invité à travailler en Iran du Sud (désert de Lut), au Yémen (Shabwa), en Jordanie (Pétra, Iraq Al Amir), en Asie Centrale (Samarcande) et en Chine. Six carnets de terrain passionnants, même pour des non-spécialistes, qui laissent percer un peu sa personnalité et surtout sa manière de travailler, de « faire de la géographie autrement ».

« Il me semblait que je disposais d’une méthode d’analyse non encore périmée : le regard. 1 »

Pierre Gentelle n’était pas d’une école, ni d’une méthode, mais un enquêteur sur le terrain, un chercheur d’indices, de détails qui, dans le paysage ou la carte, révèlent la géométrie des systèmes élaborés par l’homme pour tirer profit des ressources environnementales. Il était de ces chercheurs qui se tiennent devant l’objet de leur étude comme devant le livre ouvert d’un moment de l’histoire des hommes : «Économique, culturelle, aménageante, la trace humaine dans l’environnement naturel est un signe qui alerte l’observateur et l’aide à comprendre un espace-temps donné, celui d’une époque, d’une culture, d’un état de civilisation. » Lire un paysage n’est pas donné à tous, c’est le fait d’esprits curieux qui ont de vastes territoires à explorer, quels que soient les périodes et les climats, et non des spécialistes qui reviennent toujours dans leur premier sillon. C’est un décryptage qui requiert autant de connaissances que d’intuitions pour discriminer ce qui est naturel, ce qui est aménagé mais qui, après tant de siècles, a déjà été fossilisé dans la topographie par le passage du temps. Venu au Yémen en 1977, à la demande de J. Pirenne, pour étudier des vestiges d’ouvrages d’irrigation, Pierre Gentelle détecte ainsi les lambeaux de terres cultivables sur les pentes érodées des wadis de la région de Shabwa. Progressivement, il redécouvre un système complet et subtil de création de champs, préparés en captant une partie des eaux de ruissellement et en retenant, centimètre après centimètre, les limons accumulés pendant plus de deux mille ans : « C’était l’eau qui construisait les champs !2 » De cette découverte, dont il observe l’homogénéité sur toute la région, Pierre Gentelle tire les conclusions historiques qui s’imposent : l’existence d’un modèle technique de contrôle de l’eau, original dans le sens où il est complètement adapté à son environnement et utilisé dans toute la région du XIIIe s. av. J.-C. au VIe s. ap. J-C. en dépit des évolutions historiques régionales et des influences culturelles apportées par la Route de l’encens. Le géographe, en disséquant le fonctionnement des barrages et digues submersibles, donne corps au concept de « société hydraulique » que l’archéologue percevait dans les textes législatifs sur l’eau que les rois mukarrib (fédérateurs) firent graver dans la pierre au IIe millénaire av. J.-C.

« Les vestiges d’ouvrages hydrauliques qui s’offrent au prospecteur et au géographe parlent d’une histoire humaine et invitent l’arpenteur à qualifier leur usage. 3 »

En suivant ces traces d’eau, Pierre Gentelle se tenait au point d’équilibre entre la géographie physique, l’ethnologie, la démographie, la sociologie et l’économie. C’est cette pluridisciplinarité qui lui a permis de s’adapter à tous les types de témoignages que recèlent les terrains d’étude, et qui fait la valeur de sa recherche. Aucun de ses travaux ne s’arrête avant d’avoir tenté de répondre à la question sociale et économique du contrôle et de la distribution des eaux captées. En Iran du Sud, il se fait ethnologue et, dans les jardins de Shahad, analyse les normes sociales de la répartition de l’eau qui arrive des sefté antiques, sorte d’aqueducs souterrains construits à la manière des qanats (canaux) : comment se répartissent les parts ? Qui entretient les canaux ? Autant de calculs qui dessinent les liens sociaux et économiques entre les propriétaires des champs riverains d’un même canal. A Pétra, entre 1978 et 1981, avec l’équipe française dirigée par J.-M. Dentzer, il essaie de relier la répartition spatiale des réseaux de citernes et de petites réserves d’eau de la période nabatéenne à la structure sociale clanique des habitants. Il met ainsi en évidence la transformation des usages et des systèmes hydrauliques à la période romaine : la richesse de la ville caravanière permet aux habitants d’accéder à un mode de distribution urbain de l’eau (captation de sources à plus longue distance et répartition entre secteurs privé et public).

« Ce que l’archéologue demande souvent au géographe, c’est le droit d’évoquer un paysage sans se tromper lorsqu’il entend rendre compte d’une société. 4 »

Dans un monde scientifique qu’on perçoit de plus en plus cloisonné, le dialogue qu’a su nouer Pierre Gentelle avec les archéologues est précieux. L’obsession de l’archéologue est de dater son monument, son site, son objet. En milieu aride ou désertique, les ouvrages hydrauliques sont des vestiges bien encombrants et constituent en quelque sorte une énigme : quel est leur lien avec le site fouillé ? D’où venait cette eau qu’ils ont régulée et qui a aujourd’hui disparu ? Quel savoir-faire aujourd’hui oublié détenaient les hommes de l’Antiquité ? A Iraq el Amir, c’est la contradiction entre le paysage actuel et une mention tirée de Flavius Josèphe sur le palais d’Hyrcan le Tobiade, riche potentat de la région d’Amman à la période hellénistique, qui amène en 1977 le géographe à collaborer à la mission d’Ernest Will, qui était à cette période directeur de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (IFAPO). Fait rare, les résultats obtenus par Pierre Gentelle, à partir de ses observations de terrain confrontées aux descriptions publiées par les voyageurs du XIXe s., rendent réellement intelligible le texte antique. Y sont reconnues chacune des composantes du parc antique, et redécouvertes, les techniques paysagères de l’époque. Les vergers et champs irrigués sur les pentes de la vallée, les jardins d’agréments traversés par les canaux forment un écrin de verdure autour du lac artificiel qui entourait la résidence d’Hyrcan, le Qasr al Abd, monument restauré qui reste sur le site la partie émergée d’un riche domaine privé du IIe s. av. J.-C. Cette variante locale du « paradeisos », terme mieux connu par les historiens comme un aménagement de parc royal consacré à la chasse et aux loisirs de plein-air de tradition perse, a été un moment d’exception, suspendu dans l’espace-temps du géographe, mais à une échelle chronologique tout à fait familière à l’archéologue.

« Il y a bien des écrits dont on souhaiterait connaître l’auteur avant que sa nécrologie le panégyrise. Ou bien, que de son vivant son talent nous manipule. 5 »

Cette formule de Pierre Gentelle, il est dur aujourd’hui de pouvoir l’employer à son sujet, de se dire qu’on a eu la chance de le croiser, de le connaître, malheureusement sans partager un projet de recherche avec lui. L’étudiant, venu lui demander conseils et soutien, trouvait Pierre Gentelle disponible, chaleureux et ouvert ; le doctorant, tiraillé entre les instructions de son directeur de thèse, son ambition inconsciente et l’angoisse d’un avenir précaire, s’entendait, lui, répondre par Pierre Gentelle : « Il faut la finir cette thèse, ce n’est qu’une thèse, que vous y passiez trois ou cinq ans, ce sera toujours le même diplôme. Toute une vie de recherche vous attend. »

S’il y a un paradis pour les archéologues, sûr qu’il accueille aujourd’hui ce chercheur non conformiste, sûr que Pierre Gentelle l’arpente aujourd’hui les yeux bien ouverts et qu’il y met son « grain de sel/grain de sable » avec le même talent joyeux qu’ici-bas.

Bibliographie du texte :

Gentelle 2003, Traces d’eau : un géographe chez les archéologues, Paris, Belin, 2003, 239 p.

Gentelle 2009, « Aménagement du territoire agricole de la ville de Pétra : la terre et l’eau », in M. Al-Dbiyat et M. Mouton (dir.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité, Presses de l’Ifpo, 2009, p. 133-148.

Les Lettres de Cassandre : chronique tenue entre décembre 2004 et septembre 2010 sur le site Internet Cafés géographiques, consulté le 19 octobre 2010.

Petite bibliographie des travaux de géohistoire de Pierre Gentelle en Orient (tirée de la bibliographie exhaustive établie par Monique Abud).

Syrie- Jordanie :

  • « Un paradis hellénistique en Jordanie : étude de géo-archéologie », Hérodote, n°20, 1981, p. 70-101.
  • « Éléments pour une histoire des paysages et du peuplement du Djebel Hauran septentrional, en Syrie du sud », in J.-M. Dentzer (dir.), Hauran I. Recherches archéologiques sur la Syrie du sud à l’époque hellénistique et romaine, Paris : Paul Geuthner, 1985, p 19-62.
  • « Aménagement du territoire agricole de la ville de Pétra : la terre et l’eau », in Mohamed Al-Dbiyat et Michel Mouton (dir.), Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité, Beyrouth : Presses de l’Ifpo, coll. « Archéologie et histoire de l’Antiquité » n°BAH 186, 2009, p. 133-148, http://ifpo.revues.org/1315.

Arabie-Yémen

  • « À la recherche de Qataban », Archeologia, n°271, 1991, p. 44-49, avec J.-F. Breton [et al.].
  • « Les irrigations antiques à Shabwa », Syria, vol. 68, n°1-4, 1991, p. 5-52.
  • « Le Yémen aride: l’environnement du Quaternaire à l’actuel », Sécheresse, vol. 6, n° 1, 1995, p. 67-75, avec Brigitte Coque-Delhuille.
  • « Crues et sédimentation contrôlée au Yémen Antique/Floods and controlled sedimentation in ancient Yemen », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 3, n°2, juin 1997, p. 99-109, avec Brigitte Coque-Delhuille.
  • « Irrigations antiques dans le Yémen aride : champs et sédiments », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 75, n°2, 1998, p. 158-169, avec Brigitte Coque.

Asie Centrale et Aï Khanoum (son premier « terrain archéologique »)

  • « Irrigation et peuplement dans la plaine d’Aï Khanoum, de l’époque achéménide à l’époque musulmane », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, tome 63, 1976, p. 59-110, avec Jean-Claude Gardin.
  • Étude géographique de la plaine d’Ai Khanoum et de son irrigation depuis les temps antiques, Paris : Éditions du CNRS, coll. « Publications de l’URA n°10 », 1978, 153 p.
  • « L’Oxus : l’irrigation, la civilisation », Les Dossiers d’archéologie, n°247, 1999, p. 10-13.

D’autres hommages à Pierre Gentelle ont été publiés sur la toile par ses amis et ses collègues géographes :

« Pierre Gentelle ou la fidélité au terrain (1933-2010) » par Christian Lamouroux.
« Hommage à Pierre Gentelle » par Lionel Laslaz.
« Le géographe Pierre Gentelle est mort » par Jean-Dominique Merchet.

Notes du texte
1
Gentelle 2003, p. 14.
2
Idem, p. 109.
3
Gentelle 2009, p. 134.
4
Gentelle 2003, p. 233.
5
Petite autobiographie intitulée « L’enfance d’un (qui ne voulait pas être) chef ».


2 réponses

  1. 14/02/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Wilfrid Niobet, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Hommage à Pierre Gentelle : un géographe libre au paradis des archéologues http://bit.ly/eTly3D […]

  2. 14/02/2011

    […] Lire la suite dans les Carnets de l’IFPO […]