Le christianisme dans le golfe Arabo-Persique : une histoire ancienne mais encore obscure

Une version en langue anglaise de ce billet est accessible à l’adresse suivante  : http://mafkf.hypotheses.org/1286

La présence de chrétiens dans le golfe Arabo-Persique remonte probablement à la fin du IVe s. Les chercheurs demeurent néanmoins en désaccord quant à la longévité de l’occupation chrétienne et à son maintien après l’islamisation de la région au VIIe s. Pourtant, si les sources écrites n’y mentionnent la présence de diocèses et de monastères que jusqu’au VIIe s., l’archéologie atteste, quant à elle, la présence de communautés chrétiennes jusqu’au IXe s. En effet, au moins trois sites chrétiens – al-Qusûr au Koweït, Khârg en Iran et Sîr Banî Yâs aux Émirats Arabes Unis – étaient encore occupés au début de la période abbasside. Un ouvrage sur le monastère de Khârg a été publié récemment (Steve 2003), al-Qusûr est en cours de fouille et Sîr Banî Yâs fait l’objet d’une étude qui doit déboucher sur la publication de travaux archéologiques anciens. Dans l’attente des résultats finaux que réservent ces deux derniers sites, une synthèse des connaissances actuelles, des données textuelles et archéologiques dont nous disposons déjà permet de mieux comprendre le christianisme ancien dans la région du Golfe.

Les témoignages textuels : une occupation chrétienne de la fin du IVe s. à la fin du VIIe s.

L’une des premières mentions écrites faisant référence à des chrétiens dans le Golfe apparaît dans les actes du synode de Séleucie-Ctésiphon (410). Cet important concile mentionne les évêques des « îles maritimes », correspondant aux îles de l’archipel de Bahreïn, alors placées sous l’autorité de l’évêque de Séleucie-Ctésiphon. Ce texte atteste une présence chrétienne antérieure à la tenue de ce synode. En l’absence de vestiges archéologiques contemporains, il est difficile de dater précisément l’apparition du christianisme dans le Golfe, mais des communautés chrétiennes devaient y être présentes, selon les textes, dès la fin du IVe s., peut-être avant.

Différentes hypothèses ont été formulées pour expliquer cette christianisation partielle. Des tribus arabes, en contact avec le centre chrétien d’al-Hîra en Irak pourraient avoir contribué à diffuser le christianisme dans le Golfe. Il semble en outre que l’Église de l’Est y ait développé des activités missionnaires, conduisant progressivement à la christianisation de populations locales. La persécution des Nestoriens sous Shâpûr II, empereur de la dynastie sassanide de 309 à 379, aurait également pu, selon certains chercheurs, pousser des populations chrétiennes à migrer hors de l’Empire, peut-être vers le Golfe.

Après 410 et le synode de Séleucie, de nombreuses sources syriaques (chroniques, actes de synodes, lettres ou récits hagiographiques) mentionnent l’existence d’évêchés et de monastères dans le Golfe, attestant la présence de nombreuses communautés chrétiennes. Ces textes fournissent des informations importantes sur la localisation et l’organisation des communautés. Il en ressort que la partie ouest du Golfe correspondait à la province ecclésiastique de Bêt Qatrayê ; délicate à localiser, elle semble se situer dans à la partie nord-est de l’Arabie, sa limite sud pouvant être approximativement située entre le Qatar et la ville de Sohâr en Oman. L’évêque de Bêt Qatrayê était placé sous l’autorité du métropolite de Rev Ardashir (Bouchehr actuelle), lui-même sous l’autorité du Catholicos qui dirige l’Église de l’Est. Cinq centres ont d’ailleurs pu être localisés grâce aux sources écrites : Dayrin, Hagar et Hatta (Arabie Saoudite), ainsi que Mâshmâhîg et Talûn (Bahreïn). Les découvertes archéologiques attestant des occupations chrétiennes restent, quant à elles, assez pauvres pour cette période. Il est possible que les sites précoces n’aient pas encore été mis au jour ou que les bâtiments religieux, qui sont des marqueurs d’identité confessionnelle, n’aient pas pu être identifiés par les archéologues dans le cas de cérémonies se déroulant dans les maisons elles-mêmes.

les établissements chrétiens dans le golfe Arabo-Persique

Fig. 1: les établissements chrétiens dans le golfe Arabo-Persique : localisation d’après mentions écrites (non-soulignés) et sites archéologiques (soulignés) (J. Bonnéric 2015, Source image : By NASA [Public domain], via Wikimedia Commons http://commons.wikimedia.org

La dernière référence à des communautés chrétiennes dans le Golfe actuellement connue mentionne un synode réuni par le catholicos Guiwarguis Ier en 676 pour résoudre les désaccords existant sur l’autorité religieuse de Bêt Qatrayê. À cette occasion, la région obtient son autonomie institutionnelle vis-à-vis du Fârs ; son premier métropolite, cité dans les actes, se nomme Thomas. Le Golfe semble ne plus apparaître ensuite dans les textes. Toutefois, un nouvel examen des sources syriaques pourrait révéler des mentions actuellement inconnues, peut-être plus tardives.

Les témoignages archéologiques : une présence chrétienne du VIIe au IXe s.

Constatant l’absence de mentions relatives aux chrétiens dans les sources syriaques après 676, certains chercheurs ont situé la disparition du christianisme dans le Golfe à la fin du VIIe s. Pourtant, au moins trois sites associés à une occupation chrétienne plus tardive (de la fin du VIIe au IXe s.) – al-Qusûr, Kharg et Sîr Banî Yâs – y ont été découverts. En se fondant sur les textes, ils ont donc d’abord été attribués aux Ve-VIe s. Toutefois, suite aux travaux de Robert Carter (2008), plusieurs chercheurs ont proposé une datation plus tardive. En effet, l’étude de la céramique en particulier suggère que ces sites ont été occupés de la fin du VIIe s. au début du IXe s. Ils ont clairement été identifiés comme chrétiens grâce à la découverte d’une église et de croix gravées ou moulées dans le stuc. D’autres sites ont révélé des églises ou des croix, mais demeurent difficiles à dater. Principalement situés sur la côte, ces établissements pourraient avoir été utilisés comme des lieux d’étapes sur des routes menant vers l’Inde ou la Chine, itinéraires qu’auraient empruntés en particulier des moines et des marchands chrétiens.

 

Fig. 2 : les églises de Sîr Banî Yâs, Khârg et al‑Qusûr.

Fig. 2 : les églises de Sîr Banî Yâs, Khârg et al‑Qusûr.

 

Les églises de Khârg, al-Qusûr et Sîr Banî Yâs sont relativement similaires en plan et dans leurs techniques de construction : un narthex précède trois vaisseaux conduisant à un sanctuaire rectangulaire encadré de deux annexes, les espaces étant séparés par des murs-piliers. Les sols et les murs étaient enduits de plâtre tandis que des frises ornementales décoraient les bâtiments de motifs géométriques et végétaux tels que des palmettes et des rosettes. Des croix en stuc, moulées ou sculptées, agrémentaient également l’intérieur des bâtiments.

croix en stuc

Fig. 3 : croix en stuc découverte dans l’église monumentale d’al‑Qusûr puis partiellement détruite durant la guerre du Golfe (MAFKF 2015)

Ces églises semblent faire partie d’un monastère. D’ailleurs, la nature monastique du site de Khârg est claire. Bien que des informations stratigraphiques essentielles manquent, le site ayant été fouillé extensivement durant deux mois en 1959 et 1960, les travaux ont fourni une vue d’ensemble d’un monastère cénobitique dans le Golfe : une église centrale entourée de cellules pour les moines, d’un réfectoire ou encore d’une bibliothèque. Les cellules, petits bâtiments à trois pièces, sont construites les unes contre les autres, dans l’angle nord-ouest du monastère. En revanche, le site d’al-Qusûr sur l’île de Faïlaka (Koweït) n’a pas révélé de cellules de ce type, ni de mur de monastère, durant les campagnes de fouilles conduites par des missions italiennes, françaises, slovaques et polonaises depuis les années 1970. La mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka a néanmoins découvert, en 2014, un réfectoire situé au sud-ouest de l’église monumentale. Ce large édifice, très proche de celui de Khârg, semble démontrer la nature monastique de la partie centrale du site. Il reste encore à déterminer si les nombreux bâtiments à enclos composés d’une structure domestique, d’une cuisine, d’un enclos et parfois d’une pièce de stockage, qui entourent les églises d’al-Qusûr (sur environ 2,80 x 1,60 km), constituent des cellules de moines ou des maisons pour les habitants d’un village.

hoto aérienne de la partie centrale d’al-Qusû

Fig. 4 : photo aérienne de la partie centrale d’al-Qusûr : les bâtiments à enclos encerclant les églises sont-ils des cellules ou des maisons ? (Y. Guichard, DAM, 2009)

L’histoire du christianisme dans le Golfe est donc marquée par un paradoxe : à l’époque sassanide, les sources écrites témoignent de la présence de chrétiens dont il n’existe pas de trace archéologique claire, tandis qu’au début de l’Islam, les découvertes archéologiques mettent en évidence des établissements chrétiens qui, en revanche, n’apparaissent pas dans les textes. L’analyse des sources syriaques et arabes devrait être poursuivie. L’étude archéologique est également fondamentale, non seulement pour établir une chronologie du christianisme dans le Golfe et mettre au jour les traces du christianisme le plus précoce, antérieur à l’Islam, mais aussi pour mieux comprendre l’organisation de ces communautés chrétiennes.

La publication par Marie-Joseph Steve des fouilles anciennes du monastère de Kharg ainsi que les fouilles conduites à al-Qusûr par la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka atteste la persistance du christianisme après la conquête musulmane au VIIe s et l’islamisation de la région, confirmant les hypothèses de R. Carter. La présence de chrétiens à cette période dans le Golfe n’est pas étonnante au regard de la tolérance de la plupart des premiers califes abbassides tels qu’al-Mahdî (775-785), Hârûn al-Rashîd (786-809) ou al-Ma’mûn (830-833). Bien que la situation des chrétiens soit relativement instable et intimement dépendante des décisions des souverains musulmans, les chrétiens occupèrent d’importantes positions dans l’administration du calife et à sa cour. À l’instar de l’Égypte et de la Syrie, le Golfe représente un exemple de cohabitation religieuse, non seulement dans les catégories intellectuelles et administratives, mais également populaires.

Mafkf

La Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (Mafkf) s’intéresse à deux sites, la forteresse hellénistique de Tell Sa’id (resp. M. Gelin) et l’établissement chrétien d’époque islamique d’ al-Qusûr (resp. J. Bonnéric). L’étude de ce dernier offre l’opportunité de questionner l’évolution du christianisme dans le Golfe au tournant de l’Islam. La Mafkf est le fruit d’une collaboration entre le National Council for Culture, Arts and Letters (NCCAL) du Koweït et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Elle bénéficie par ailleurs d’une aide de la Fondation Total et de Total Kuwait. Elle collabore avec le Centre français d’archéologie et de sciences sociales (CEFAS), ainsi qu’avec l’Institut français et l’Ambassade de France au Koweït. Ses travaux sont régulièrement présentés sur Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït) (https://mafkf.hypotheses.org/) ainsi que sur Les carnets de l’Ifpo (voir http://ifpo.hypotheses.org/6164 et http://ifpo.hypotheses.org/7321).

Bibliographie

  • Beaucamp Joëlle et Robin Christian, 1981, « Le christianisme dans la péninsule Arabique d’après l’épigraphie et l’archéologie », in Hommages à Paul Lemerle, Paris, p. 45‑61
  • Bernard Vincent et Salles Jean-François, 1991, « Discovery of a Christian Church at Al-Qusur, Failaka (Kuwait) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 21, p. 7‑21
  • Bonnéric Julie, 2015, « Christianity in the Arab-Persian Gulf: an ancient but still obscure history », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 23 décembre 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1286
  • Briquel-Chatonnet Françoise, 2010, « L’expansion du christianisme en Arabie : l’apport des sources syriaques », Semitica et Classica 3/1, p. 177‑187
  • Carter Robert, 2008, « Christianity in the Gulf during the first centuries of Islam », Arabian Archaeology and Epigraphy 19/1, p. 71‑108
  • Elders Joseph, 2003, « The Nestorians in the Gulf: Just Passing Through? Recent Discoveries on the Island of Sir Bani Yas, Abu Dhabi Emirate, UAE », in D. Potts, H. Al Naboodah & P. Hellyer, Archaeology of the United Arab Emirates. Proceedings of the First International Conference on the archaeology of the United Arab Emirate, Londres, p. 229‑236
  • Salles Jean-François, 2011, « Chronologies du monachisme dans le Golfe arabo-persique », in F. Jullien et M.-J. Pierre (dir.), Monachisme d’Orient : images, échanges, influences. Hommage à Antoine Guillaumont, cinquantenaire de la chaire des « Christianismes orientaux », Turnhout, p. 97‑111
  • Salles Jean-François et  Callot Olivier, 2013, « Les églises antiques de Koweït et du golfe Persique », in F. Briquel-Chatonnet (dir.), Les églises en monde syriaque, Paris, p. 237‑268
  • Steve Marie-Joseph, 2003, L’île de Kharg : une page de l’histoire du Golfe Persique et du monachisme oriental, Neuchâtel

Pour citer ce billet : Julie Bonnéric, « Le christianisme dans le golfe Arabo-Persique : une histoire ancienne mais encore obscure », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 22 juin 2017. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7572

Julie Bonnéric  est docteur en histoire et archéologie de l’Islam médiéval. Elle  a soutenu en novembre 2013, sous la direction de Jean-Michel Mouton (EPHE, IVe section), une thèse intitulée « Lumière et mosquées en Égypte et Syrie médiévales, des conquêtes arabes (milieu du VIIe s.) à la fin de la dynastie ayyūbide (milieu du XIIIe s.) : gestion de l’éclairage et portée symbolique ». Elle s’intéresse également à d’autres thématiques comme les implantations chrétiennes en Irak et dans le golfe Arabo-persique ou les odeurs en terre d’Islam. Céramologue et archéologue de terrain, elle participe ou a participé à des missions au Liban, en Jordanie, en Égypte, en Lybie et dans le Golfe où elle est actuellement en charge de l’étude du site médiéval d’al-Quṣūr (Koweït). Elle est responsable scientifique, depuis juillet 2014, de la partie française de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.

Page personnelle et bibliographie sur Ifporient : http://ifporient.org/julie-bonneric

Tous les billets de Julie Bonnéric


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *