Palestine, le rôle des ONG en question : De la portée théorique et politique d’une recherche

En juin 2014, Sbeih Sbeih a soutenu une thèse, préparée sous ma direction dans le cadre du Laboratoire Printemps, sous le titre « La professionnalisation des ONG : entre logique d’engagement et pression des bailleurs de fonds ». Un ouvrage issu de cette thèse devrait paraître dans les mois qui viennent ; sans l’attendre, il me semble important d’évoquer cette recherche, de témoigner de la qualité du travail de terrain et du cadre théorique mobilisé, ainsi que de l’originalité de son apport scientifique. En effet, quelques publications s’en sont récemment inspirées, sur un registre beaucoup moins analytique, sans toujours lui rendre pleinement justice. C’est en particulier le cas d’un ouvrage de vulgarisation de Julien Salingue qui en reprend les concepts, les références et le matériau, sans véritablement en maîtriser la portée. Il serait dommage que cela porte préjudice à l’original et il est d’autant plus urgent de rendre compte de la nuance et de la richesse de la recherche de Sbeih.

Panneau de présentation d’un projet de l’USAID – Bethléem, juillet 2009. Cliché : S. Sbeih

Panneau de présentation d’un projet de l’USAID – Bethléem, juillet 2009. Cliché : S. Sbeih

Professionnalisation

Sous le titre indiqué plus haut, la thèse analyse la façon dont l’arrivée des financements internationaux a transformé l’action associative. L’hypothèse initiale d’une dépolitisation et d’un affaiblissement de la lutte nationale, au nom de la professionnalisation, se précise dans les termes d’une « reconfiguration et (d’une) rationalisation du politique », résultant du renversement du système de valeurs dominant, et du rapport entre « logique professionnelle » et « logique militante ».

Pour construire sa démonstration, Sbeih Sbeih compare quatre associations impliquées diversement dans des projets de développement. Son hypothèse imposait de confronter plusieurs cas d’associations dont l’origine et l’histoire auraient été différentes, mais qui toutes auraient été irrésistiblement incitées à se soumettre à la logique, aujourd’hui hégémonique, du projet (de développement) et de la professionnalisation, du fait du recours de plus en plus important aux bailleurs internationaux. Ayant tôt repéré une telle évolution dans l’action du YMCA, association chrétienne d’origine britannique, présente en Palestine depuis la fin du 19e siècle, le choix d’une association musulmane s’imposait. Ayant sélectionné l’Association Islamique, l’auteur a été en butte à un certain nombre de difficultés du fait de ses liens supposés avec le Hamas. Sa fermeture en 2008-09, en pleine période du travail de terrain, a réduit fortement les possibilités d’enquête. Cela ne l’a pas empêché de rassembler des informations extrêmement précieuses qui lui ont permis de proposer d’utiles éléments de comparaison. Le PARC, né dans les années 1980, et la plus connue des ONG palestiniennes de développement, avait déjà été étudié longuement par Caroline Abou Saada, et du fait de son caractère emblématique, Sbeih s’est proposé de le revisiter. Le Palestinian Center for Peace and Democracy (PCPD), enfin, né à la veille d’Oslo, est représentatif d’une dernière génération d’ONG dont l’action s’oriente vers les questions de droit et le plaidoyer.

Appréhendée de façon critique, la professionnalisation, comme valorisation de certaines compétences, dans le contexte de l’afflux des financements extérieurs, est analysée à trois échelles :

  • l’échelle (méso) de l’association en tant qu’organisatrice de l’action : une action fondée originellement sur le bénévolat, dont l’analyse montre comment la « professionnalisation » en transforme profondément les modalités, en même temps qu’elle transforme les rapports de pouvoir au sein de l’association
  • l’échelle macro du monde social, du glissement du projet national vers un projet universel de développement, à travers la construction du « monde du développement », et de l’idéologie qui l’accompagne, dont la « professionnalisation », comme rationalisation et dépolitisation, en est le cœur
  • enfin, l’échelle micro des trajectoires individuelles, et de la construction de carrières combinant et opposant militantisme, bénévolat, professionnalisme, et bouleversant les relations de pouvoir et la position des individus dans le champ associatif et dans le champ du pouvoir.

Interactions ONG-Bailleurs

Le fil conducteur est la question du rôle des bailleurs de fonds, des interactions ONG-Bailleurs, et des implications de leur poids croissant dans la définition des objectifs de l’action de ces ONG, qui se traduit pas une « injonction à la professionnalisation », synonyme de « rationalisation », dont le poids se fait sentir dès les années 1980 et qui deviendra très largement hégémonique après Oslo.

La thèse s’est donc déployée en trois grandes parties, traitant successivement de l’association comme organisation, du projet (et des réseaux sur lesquels il s’appuie), et la des trajectoires d’engagement.

La première partie discute l’émergence et l’évolution du monde associatif, à partir d’une interrogation sur la nature de l’intérêt collectif des associations, notion centrale pour comprendre le projet associatif. Cette évolution est illustrée à travers le cas des quatre associations, dont l’histoire s’enracine dans des périodes successives de l’histoire de la Palestine. Sbeih montre comment la dépendance financière à l’égard des bailleurs remplace progressivement, à partir des années 1980 et 1990, la dépendance à l’égard des partis et organisations politiques, modifiant radicalement le rapport au politique.

Il introduit le concept de « champ associatif », inspiré par la théorie du champ de Bourdieu, dont l’analyse complète celle de l’organisation du travail associatif. Ce choix conceptuel lui permet d’inscrire le changement au sein des associations dans le contexte plus large des mutations du monde des ONG. Il met en évidence la mutation dans le système de valeur dominant dans ce champ, opposant capital militant et capital professionnel, et la position du champ associatif dans le champ du pouvoir, en tension entre champ économique et champ politique. Cette distinction lui a offert un fil conducteur tout au long de la thèse, et ce, jusqu’à l’analyse du devenir professionnel et militant de ses acteurs associatifs, dans la dernière partie.

Dans les chapitres suivants est mis en évidence, suite à l’afflux des financements extérieurs, le basculement d’une dépendance à l’égard du politique vers un autre type de dépendance à l’égard des bailleurs et des nouvelles normes gestionnaires imposées par les bailleurs.

La seconde partie situe cette évolution au niveau de l’espace social, et analyse la montée en puissance de ce que l’auteur nomme le « monde du développement » (en s’inspirant de Boltanski), dont les deux piliers pratiques sont le travail par projet et le fonctionnement en réseau (réseaux institutionnalisés dans les « grandes structures », et réseaux personnels débordant ces structures dans le champ du pouvoir, s’inscrivant par ailleurs à l’international). Ce monde du développement s’appuie sur une rhétorique de la rationalité gestionnaire qui dépolitise l’action. Fondée sur l’intériorisation des normes et la mise en place de dispositifs d’évaluation, la professionnalisation apparaît ici au cœur de la logique et de l’« esprit » de ce monde. Bien plus, s’inspirant de Boltanski, Sbeih montre que la force du discours de justification du monde du développement réside dans sa capacité à intégrer une « critique correctrice », face à laquelle la « critique contestataire » est impuissante et n’a d’autre choix que de s’exclure du nouveau monde en construction.

L’analyse que Sbeih propose ici des « grandes structures », ou méga-ONG fédérant d’autres ONG autour d’un projet, constitue un autre apport original et stimulant de ce travail, lorsqu’il montre l’institutionnalisation de la logique de réseau et son articulation à celle du projet poussée à la limite : l’exemple du NGO Development Center (NDC), « projet de la Banque Mondiale », qui n’est rien d’autre qu’un projet de mise en réseau d’acteurs et d’organisations sans contenu d’action concrète, révèle l’emballement de cette logique gestionnaire de projet. De même, l’analyse de la mise en œuvre du projet et des relations entre bailleurs et bénéficiaires met en lumière une « individualisation » de ces derniers coupée de la réalité sociale, et un aveuglement remarquable vis-à-vis de cette réalité.

L’articulation des réseaux institutionnalisés dans les grandes structures et des réseaux personnels de pouvoir, l’internationalisation de ces réseaux, le rôle du NDC vont dans le sens de la mise en place d’une gouvernance internationale palliant l’absence d’État, et contournant l’option de construction d’un État.

La troisième partie montre comment les processus analysés dans les deux précédentes se traduisent dans les histoires de vie des individus engagés dans l’action au sein des associations devenues ONG. Elle met en évidence des mécanismes d’ascension et de promotion dans le monde du développement, ou de déclassement et de marginalisation, selon le degré d’adhésion au modèle « universel » de « professionnalisation » qui y est promu. Plutôt que de se limiter à l’observation des stratégies des individus, l’auteur les inscrit fortement dans le basculement des valeurs et des hiérarchies qu’il a observées précédemment. Ceux qui adhèrent aux valeurs du monde du développement peuvent ainsi devenir de « grands professionnels du développement », tandis que la profession emblématique y est désormais celle de développeur. Mais la conversion est plus ou moins aisée selon le type de capital dont disposent les individus : le capital militant se transforme en handicap, et ceux qui font le choix de la critique contestataire se placent volontairement hors du monde du développement, et en marge du champ associatif, désormais dominé par les développeurs.

Conclusion

Ainsi, l’approche microsociologique, au niveau des individus, l’analyse de leurs trajectoires militantes et professionnelles, au sein du monde associatif, des déclassements et reclassements relatifs de leurs positions dans la hiérarchie du monde du développement, éclairent-elles les processus observés au niveau de l’association ou plus largement du monde du développement et du monde social.

Après avoir montré l’enjeu (et la complexité) du processus de professionnalisation au niveau du travail des associations, puis son contenu idéologique dans le monde du développement, Sbeih met en évidence sa traduction dans les trajectoires de ses acteurs, et dans l’évolution de leurs positions dans le champ associatif et dans le champ du pouvoir.

L’originalité et l’apport de cette thèse résident tant dans le fait de prendre au sérieux la professionnalisation d’un point de vue sociologique, que dans la capacité à articuler l’analyse aux différentes échelles, et dans l’effort de théorisation déployé. En amont des effets de l’occupation israélienne, est mis en évidence un mécanisme par certains aspects infiniment plus lourd, parce qu’invisible, de domination et de délégitimation de la lutte nationale.

Bibliographie

    • Abu-Sada C., (2013). ONG palestiniennes et construction étatique : L’expérience de Palestinian Agricultural Relief Committees (PARC) dans les TPO, 1983-2005. Beyrouth: Presses de l’Ifpo.
    • Salingue J., (2015). La Palestine des ONG. Entre résistance et collaboration, Paris : La Fabrique.
    • Sbeih S., (2014) La professionnalisation des ONG : entre logique d’engagement et pression des bailleurs de fonds, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (téléchargeable sur : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01220122)

 

Pour citer ce billet : Élisabeth Longuenesse, « Palestine, le rôle des ONG en question : De la portée théorique et politique d’une recherche », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 22 juillet 2016. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7348

Élisabeth Longuenesse a été directrice du Département scientifique des Études contemporaines de l’Ifpo (2009-2013). Elle est depuis membre du Laboratoire Printemps, à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines. Sociologue, spécialiste des questions du travail et du syndicalisme au Proche-Orient, elle est impliquée dans une réflexion sur la traduction en sciences humaines et sociales, en coopération avec Transeuropéennes.

Page personnelle sur ifporient.org

Tous les billets d’Élisabeth Longuenesse