L’exil : un enjeu politique. Le cas des réfugiés kurdes syriens au Kurdistan irakien

L’Irak accueille 400.000 réfugiés syriens (Unhcr, décembre 2015), dont 99 % de kurdes, installés majoritairement dans le nord du pays, au Kurdistan. Intégrée à un contexte où l’atmosphère conflictuelle rend incertaine les tracés nationaux, l’interaction entre ces personnes de même culture mais de nationalités différentes – syrienne et irakienne – devient un enjeu pour la question kurde dans sa dimension régionale. L’apparente ressource culturelle des migrants présuppose d’éventuelles allégeances intra-kurdes qui renforceraient, d’un point de vue politique, le poids de cette communauté dans la région. L’assise politique kurde irakienne est susceptible de devenir un enjeu pour la population syrienne en exil, à même d’utiliser l’influence de la région pour se renforcer. Soumis à des rivalités qui se réajustent, le terrain témoigne de l’hétérogénéité de la question kurde (syro-irakienne du moins). Un paysage politique se dessine dans les camps de réfugiés, à l’image d’une situation régionale qui se structure dans un contexte inédit. La micro-situation des camps de réfugiés devient un miroir du champ politique kurde syro-irakien.

Camp de Qushtapa, juin 2014, © Charlotte Watelet

Camp de Qushtapa, juin 2014, © Charlotte Watelet

Les camps de réfugiés, prolongements du territoire kurde syrien

On compte aujourd’hui neuf camps de réfugiés au Kurdistan irakien, établis dans les trois gouvernorats de la région – Erbil, Duhok et Suleymaniye. L’enquête sur laquelle s’appuie ce billet a principalement été menée dans le camp de Qushtapa, situé dans le gouvernorat d’Erbil, capitale du Gouvernement Régional du Kurdistan (KRG). Ce camp héberge 6.369 réfugiés enregistrés par le HCR (décembre 2015) et s’étend sur une surface de 426.000 mètres carrés. Cet espace, symptomatique de la « zone frontière », s’aménage comme un microcosme kurde syrien. L’étiquette apolitique du camp, revendiquée par les instances en charge de son organisation (Gouvernement, HCR), marque la volonté de garder sous silence un jeu politique interne pourtant très prégnant. Dans ce camp, les rivalités du terrain syrien se prolongent et s’agencent en fonction des nouveaux acteurs.

Le camp de Qushtapa se situe dans une zone où le monopole revient au Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) – parti kurde irakien dirigé par Massoud Barzani, président du KRG. C’est donc son homologue syrien, le Parti Démocratique du Kurdistan syrien (PDKS) qui obtient le leadership à l’intérieur du camp. Ce monopole, qui contredit l’officielle neutralité du camp, se manifeste d’abord visuellement : bâtiments peints aux couleurs du PDK, drapeaux du parti accrochés y compris à l’intérieur des tentes, casquettes à la même effigie.

Drapeau aux couleurs du PDK, camp de Qushtapa, juin 2014 © Charlotte Watelet

Drapeau aux couleurs du PDK, camp de Qushtapa, juin 2014 © Charlotte Watelet

Aucun autre parti n’est visuellement représenté. Leur présence est dissimulée et ne se découvre que par voie officieuse, dans les discours informels libérés par l’intimité de l’espace privé (les tentes). Tandis que dans les régions kurdes de Syrie l’hégémonie revient au Parti de l’Union Démocratique (PYD), branche syrienne du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), le gouvernorat d’Erbil est aux couleurs du PDK. La présence du PYD dans le camp est donc avouée mais atténuée et devient un sujet souvent conflictuel. Les discours locaux, ici celui d’un kurde irakien membre d’une organisation locale (Barzani Charity Foundation), présentent d’emblée le PYD comme perturbateur et dénoncent sa volonté hégémonique au Kurdistan syrien :

« Ils veulent toujours créer des problèmes. Ils veulent le contrôle en Syrie, au Rojava et avoir l’ensemble de la population sous leur joug, devenir les leaders ».

Dès lors qu’il intègre les conversations, le PYD se confronte automatiquement à des condamnations. Dans le camp, l’hégémonie du PDKS se construit en partie sur la stigmatisation du PYD dont les réflexes militaires sont désapprouvés.

Les camps, premier théâtre des recompositions intra-kurdes

Il ne faut pas omettre une éventuelle stratégie de dissimulation de la part du PYD qui, malgré sa présence, cherche à rester invisible dans les zones affiliées au PDK. Il n’en reste pas moins que le monopole du PDKS est le fait d’affinités locales et de cooptation politique. Un système se pérennise, traduisant une réappropriation de l’espace par le PDKS qui profite de ses alliances locales pour assurer sa visibilité et son pouvoir dans la sphère syrienne. Cette pratique s’effectue par le biais des réfugiés eux-mêmes. Contrôlé par une police gouvernementale affiliée aux couleurs politiques locales, le camp de Qushtapa se divise en quatorze secteurs représentés par sept réfugiés ayant chacun deux secteurs en charge. Ces derniers sont officieusement choisis par le manager du camp, employé du gouvernement kurde qui, selon leurs dires, les rémunérait avant que les caisses ne soient vides. Appelés « enjûmân » ils représentent officiellement les réfugiés de leurs secteurs et sont chargés de distribuer des dons faits par des particuliers. Décrite comme un comité de service par les instances locales, l’organisation des enjûmâns est utilisée pour masquer un travail de recrutement politique. En plus d’une corruption visible dont elle est le relai – le manager du camp et la fondation Barzani utilisent par exemple les enjûmâns pour louer ou vendre des épiceries ou des tentes dans le camp à des réfugiés sans que les autorités ne se manifestent – elle permet aux représentants politiques d’effectuer leur travail dans la dissimulation. Les enjûmâns organisent régulièrement des réunions d’ordre officiellement humanitaire mais qui servent en fait de campagne politique. Ils ont également pour tâche de surveiller chacune des familles de leur secteur en rendant des rapports réguliers aux autorités du camp sur les sympathies politiques des réfugiés, et veillent surtout à ce qu’ils ne soient pas affiliés au PYD. Un représentant du PDKS décrit le rôle des enjûmâns (avril 2015) :

« L’organisation, ce que j’appelle enjûmân, travaille clandestinement. L’objectif est de ne pas laisser ces gens-là, comme ils sont réfugiés, collaborer avec les services de renseignements turcs ou iraniens, de rester dans le cadre de « al-party » (surnom du PDKS) […] donc cette organisation encourage les gens à rejoindre les peshmergas, et à être un membre du parti […] On se couvre donc par le biais des enjûmâns. Quand il y a un séminaire, moi je vais là-bas et je parle d’un sujet particulier, et là on ne dit pas que c’est l’organisation politique, on dit que c’est l’organisation des services civils. On travaille sous l’égide des enjûmâns ».

Cette dissimulation ne semble pourtant pas bénéfique pour les réfugiés refusant d’entrer dans cette logique. Mais ces pratiques ne traduisent pas uniquement un mode spécifique de structuration de l’échange social (Médard ; 2000). Elles reflètent également la pérennité des rivalités kurdes syriennes auxquelles les partis sont soumis et que l’exil, incarné par l’espace-camp, renforce (Tejel ; 2014). Symptomatique du territoire d’origine, le camp devient un morceau du Kurdistan occidental en exil. Suivant une dynamique semblable à celle des camps palestiniens dans lesquels la politique palestinienne s’est en grande partie formée (Doraï ; 2006), il s’aménage dans ce contexte en véritable théâtre de la scène politique kurde syrienne. Comme au Liban où les « camps et leurs habitants sont les symboles de l’activité politique palestinienne » (Doraï ; 2006 ; p. 169), les camps du KRG deviennent l’expression de l’activité politique kurde syrienne. Cette fragmentation politique qui se réajuste en fonction des couleurs politiques locales dévoile le caractère opportun de l’exil.

Tente ornée de drapeaux du PDK, camp de Qushtapa, juillet 2014, © Charlotte Watelet

Tente ornée de drapeaux du PDK, camp de Qushtapa, juillet 2014, © Charlotte Watelet

Une géographie de l’exil à l’image de la scène politique kurde

Le gouvernorat de Dohuk, sous la direction du parti de Massoud Barzani, est également sous l’omniprésence du PDKS dans chacun des camps de la région. A l’inverse, dans les camps du gouvernorat de Suleymanyie, dirigé par l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK), le leadership revient au PYD très proche de l’UPK. Le représentant du PDKS cité plus haut fait part de cette lutte d’influence à deux échelles – micro-locale : le camp de réfugiés, puis régionale –

« A Suleymanyie, c’est géré par le PYD. Il y a des enjûmâns aussi là-bas donc ce sont que des membres de PYD. Parce que c’est l’UPK qui dirige. Mais c’est très rare de trouver des membres du PYD dans les camps à Dohuk et Erbil. Nous en réalité, donc l’organisation politique, on a des projets pour les gens, enfin contre le PYD à l’intérieur des camps. Mais c’est toujours nous qui gagnons. On est les plus forts dans le camp […]. L’organisation civile, les enjûmâns, essaient de présenter des services en plus pour que les gens n’aillent pas vers le PYD. »

Bien qu’il s’agisse initialement d’une contrainte, l’exil est redéfini selon la localité dans laquelle il s’établit et se présente comme une opportunité pour les deux partis maîtres de la scène kurde syrienne. Ces derniers tentent d’utiliser l’influence des partis kurdes irakiens pour se renforcer politiquement et s’affaiblir mutuellement, ce qui se vérifie à la fois à l’échelle des camps et à l’échelle régionale.

Conclusion

On voit au moyen de cet exil que la géographie du Kurdistan irakien devient une clé de lecture du champ politique kurde syro-irakien qui se réactualise au travers de cette migration. Elle n’est plus seulement une opportunité pour les déplacés, mais aussi pour les acteurs locaux qui utilisent leurs cousins syriens pour asseoir leur hégémonie. La frontière syro-irakienne n’apparaît donc plus comme un obstacle mais comme une ressource permettant aux différents acteurs kurdes d’étendre leur influence. A la fois objet d’affrontements et de dynamiques collectives, l’espace kurde irakien devient une scène incontournable pour la question kurde à plus grande échelle.

Bibliographie

  • Agier M., 2002, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion.
  • Agier M., 2008, Gérer les indésirables, des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, Coll. La bibliothèque des savoirs.
  • Doraï K., 2006, Les réfugiés palestiniens du Liban, une géographie de l’exil, Paris, Editions du CNRS, coll. Moyen-Orient.
  • Medard J.F., 2000, « Clientélisme politique et corruption », Tiers-Monde, Tome 41, n°161, p. 75-87.
  • Quesnay A., et Roussel C., 2013, Avec qui se battre ? Le dilemme kurde, in Burgat F., Paoli B., Pas de printemps pour la Syrie, Paris, La découverte, p. 144-157.
  • Roussel Cy., 2012/2013, « La construction d’un territoire kurde en Syrie : un processus en cours », Maghreb – Machrek, n°213, p. 87-102.
  • Tejel Jo., 2014, « Les paradoxes du printemps kurde en Syrie », Politique étrangère, n°2 été, p. 51-61.
  • UNHCR, Profil Iraq, en ligne : http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/page?page=4aae621d5fb&submit=GO [Page consultée le 20 mai 2015 ]
Pour citer ce billet : Charlotte Watelet, « L’exil : un enjeu politique. Le cas des réfugiés kurdes syriens au Kurdistan irakien », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 mars 2016. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7287

Charlotte Watelet est étudiante en deuxième année de master d’Études politiques à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) sous la direction d’Hamit Bozarslan. Elle a été boursière de courte durée à l’Ifpo Erbil (Juin-juillet 2014) et boursière de terrain Ehess (avril-mai 2015). Elle travaille sur un mémoire portant sur les réfugiés kurdes syriens au Kurdistan irakien. Cette recherche interroge plus spécifiquement l’exil comme un enjeu politique et utilise la micro-situation des camps de réfugiés comme une clé de lecture du champ politique kurde syro-irakien


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/03/2016

    […] publié sur le site de l’Institut français du Proche-Orient, le 16 mars 2016. Cliquez ici pour lire l’article […]