De nouvelles perspectives pour l’histoire de Jérusalem à la fin de l’époque ottomane et pendant le mandat : sources et ressources en Jordanie

La table-ronde tenue le 24 novembre 2014 à l’Ifpo Amman était consacrée à l’émergence de nouvelles perspectives sur l’histoire sociale de Jérusalem à la fin de l’époque ottomane et à l’époque mandataire. Il a été particulièrement question des sources et ressources disponibles en Jordanie. Soutenue par l’Ifpo et le projet ERC « Opening Jerusalem’s Archives: for a connected history of ‘citadinité’ in the Holy City (1840-1940) », cet événement était conçu et organisé par Falestin Naili, chercheure associée à l’Ifpo Amman et membre du projet ERC. Il a réunit quatre membres du projet ERC avec leur collègues de l’Université de Jordanie. Le but de cette rencontre était de présenter et discuter leurs recherches respectives en lien avec l’objectif central du projet :  surmonter l’historiographie segmentée de Jérusalem en ouvrant et liant entre eux les archives de la ville et en posant un cadre pour une analyse résolument urbaine et citadine de l’histoire de Jérusalem.

Deux extraits des procès-verbaux de 1910 (1326 hijri) : le premier concerne un marché public pour l’approvisionnement en viande de l’hôpital municipal ; le deuxième est une annonce pour le droit d’affermage d’un impôt selon le système traditionnel connu sous le terme iltizâm.

Deux extraits des procès-verbaux de 1910 (1326 hijri) : le premier concerne un marché public pour l’approvisionnement en viande de l’hôpital municipal ; le deuxième est une annonce pour le droit d’affermage d’un impôt selon le système traditionnel connu sous le terme iltizâm.

Introduction

Vanessa Guéno (Ifpo Amman) a souhaité la bienvenue aux participants et elle a rappelé que l’Ifpo relançait actuellement les recherches sur la période ottomane. Elle a également envisagé la possibilité de synergies futures entre le projet Open Jerusalem et les programmes de recherches de l’Ifpo.

Vincent Lemire, directeur du projet ERC « Open Jerusalem » a brièvement présenté la portée, le cadre scientifique et le calendrier global du projet (2014-2019). Il a mis en exergue l’importance des sources archivistiques et des acteurs institutionnels ayant trait à l’histoire de Jérusalem en Jordanie. C’est pour cette raison que l’équipe du projet ERC était particulièrement intéressée de rencontrer ses collègues du Centre des Documents et des Manuscrits et du Comité pour l’histoire du Bilād al-Sham de l’Université de Jordanie à Amman.

La municipalité ottomane de Jérusalem, une institution clé pour une nouvelle historiographie de Jérusalem

Dans sa présentation « Jerusalem, Amman, Beirut and beyond: moving from the Jerusalem municipal archives to the collective memory of Ottoman Jerusalem in search of citadinité (urban citizenship) », Falestin Naili a partagé les premiers résultats de son analyse des procès-verbaux du conseil municipal ottoman de Jérusalem en langue arabe pour les années 1892-1917, qui constituent 45 % de cette rare source primaire. Les procès-verbaux manuscrits contiennent les décisions prises et les annonces faites par le conseil, fondé plusieurs années avant la loi ottomane des provinces sur les municipalités de 1877, qui offrent un grand nombre d’informations sur la vie quotidienne à Jérusalem. Deux tiers des membres du conseil municipal étaient élus et un tiers était constitué de membres statutaires. Les membres du conseils étaient musulmans, chrétiens et juifs. Le gouvernement ottoman choisissait le maire parmi les membres élus. Après avoir exposé les aspects matériaux et paléographiques des procès-verbaux, Falestin Naili a donné des exemples de sujets traités par ces textes. La place des activités pour générer des revenus était capitale pour cette institution urbaine à l’avant-garde du développement d’infrastructures et de services modernes à Jérusalem. En tant qu’institution urbaine interconfessionnelle et interethnique en lien direct avec les citoyens et les autorités impériales, la municipalité était probablement la structure intermédiaire la plus importante pour la société locale. Elle traduisait la politique de l’Empire en actions locales et relayait les réalités et les initiatives locales à Istanbul. Cette nouvelle image de la société de Jérusalem à la fin de l’époque ottoman devrait être complémentée par plusieurs sources différentes, à savoir les registres des tribunaux, la presse locale, les documents impériaux, sans oublier les écrits autobiographiques et les récits mémoriels de cette période.

Yasemin Avci, maître de conférences à l’Université de Pamukkale en Turquie et membre de l’équipe ERC, a donné son analyse des procès-verbaux en ottoman (qui correspondent à 55% du texte du corpus) du conseil municipal de Jérusalem pour la période 1892-1917 et leur lien avec le niveau impérial du gouvernement dans une présentation intitulée « Jerusalem Municipal Archives and Istanbul Imperial Archives: how to interconnect the two levels ». Elle a expliqué que ces procès-verbaux se présentent sous forme de brouillon manuscrit, car ils étaient réservés à l’usage interne du conseil. Toutefois, ils pouvaient occasionnellement faire l’objet d’une inspection par les autorités du gouvernement central. Elle a ensuite expliqué la position du conseil municipal dans la nouvelle structure gouvernementale créée à la suite des réformes des Tanzîmât qui ont amené au développement d’un régime autoritaire légal dans l’Empire ottoman dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Dans la structure pyramidale entre Istanbul et les provinces et sandjak-s, le conseil municipal avait pour mission de lier l’administration urbaine au centre impérial. Bien que l’objectif dans la création des municipalités n’était donc pas démocratique, les conseils municipaux pouvaient parfois nuancer, détourner et même subvertir les intentions impériales afin d’exercer des degrés variables d’autonomie.

Photo Vincent Lemire

Photo Vincent Lemire

La presse en hébreu à Jérusalem : miroir des affaires publiques au tournant du siècle

Abdul-Hameed Al-Kayyali, chercheur associé à l’Ifpo Amman et membre du projet ERC, a présenté les premiers résultats de ses recherches actuelles sur la presse en hébreu de Jérusalem, sous le titre « The Hebrew newspaper Ha-Zvi: a mirror of Jerusalem’s public affairs at the turn of the century ». La presse en hébreu pour la période 1840–1940 (disponible en ligne sur le site www.jpress.org.il), et en particulier le journal Ha-Zvi (« cerf » en hébreu), fournit des informations spécifiques qui ne se trouvent pas dans les procès-verbaux du conseil municipal, comme par exemple les noms des candidats pour les élections municipales. De plus, ce journal donne beaucoup d’informations sur la vie quotidienne à Jérusalem (écoles, hôpitaux, transport, eau, etc.), la plupart du temps du point de vue de la population juive de la ville. Ha-Zvi est relativement plus facile à analyser que d’autres journaux, car – étant une publication dirigée par Eliezer Ben Yehuda, le « père » de l’hébreu moderne – il écrit dans une langue plus simple et contient moins de termes talmudiques et yiddish que d’autres journaux de l’époque.

Les registres du tribunal : une source pour l’histoire sociale de Jérusalem

Nufan Al Sawariah, professeur dans le département d’histoire de l’Université de Jordanie, a donné une présentation intitulée « Water and its ressources in Jerusalem: The Registers of Jerusalem’s mahkama shar‘îyya as a source of study ». La mahkama shar‘îyya était, jusqu’aux réformes judiciaires de la deuxième moitié du XIXe siècle, le seul tribunal de Jérusalem dans lequel le qâdi (juge) tranchait autant de litiges (affaires criminelles, disputes commerciales, etc.) que de questions d’état civil.

Nufan Al Sawariah a insisté sur le fait que le sijill shar‘i (registre du tribunal) doit être considéré comme un miroir important de la vie quotidienne à Jérusalem qui donne à voir les préoccupations de la population. Une des préoccupations centrales des habitants de la ville étaient les coupures d’eau régulières qui allaient parfois jusqu’à un arrêt total de l’approvisionnement. Les sijillât contiennent beaucoup de détails sur la souffrance de la population engendrée par ce manque d’eau et sur les efforts du gouvernement local et des autorités impériales pour résoudre ces problèmes. Les registres incluent également de nombreux détails sur l’infrastructure hydraulique à et autour de Jérusalem, y compris les fontaines publiques, les réservoirs et aqueducs, qui faisaient objet d’inspections et de réparations régulières par les employées du gouvernement.

La dernière présentation de cette table-ronde a été proposée par Abla Muhtadi, chercheure au Centre d’Archives et de Manuscrits de l’Université de Jordanie. Intitulée « Jerusalem’s court registers as a source for social history », cette présentation était l’occasion d’entendre la perspective d’une experte des sijillât mahkama shar‘îyya. Elle a souligné que les tribunaux sont une source extrêmement riche pour comprendre la vie quotidienne des habitants de Jérusalem, même si leurs prérogatives ont été limitées au cours des réformes du système judiciaire de la deuxième moitié du XIXe siècle. En effet, même après la séparation des tribunaux civils selon les confessions, des chrétiens et des juifs optaient parfois pour une consultation du qâdi (juge) au lieu de se tourner vers les tribunaux de leur confession. Les sijillât contiennent également de nombreuses informations sur les fonctionnaires de l’administration, les enseignants et les écoles, les commerces, restaurants, hôpitaux et hôtels, pour mentionner quelques lieux publics. Dans les mots d’Abla Muhtadi, les sijillât sont « la mémoire vivante » de la ville et de ses habitants et nous fournissent la texture de la vie quotidienne.

Le débat en anglais et arabe était stimulant et a montré tout le potentiel d’un travail qui établit davantage de connexions entre diverses archives locales, notamment les registres des tribunaux et la presse locale en arabe, hébreu et ottoman. Tous les participants se sont prononcés en faveur d’une rencontre plus large organisée l’année prochaine au Centre d’Archives et de Manuscrits. Son directeur Mohammed Adnan Al Bakhit a d’ores et déjà exprimé le souhait de l’accueillir.

Mahmoud Yazbak, professeur en histoire à l’Université de Haifa présent lors de la table ronde, a offert ses conseils pour la suite des travaux sur la base de ses propres recherches utilisant les sijillât mahkama de Haifa et Jaffa. Il a encouragé tous les participants à prêter une attention particulière aux continuités entre la période qui précède les Tanzîmât et la période des réformes. Vanessa Guéno a partagé ses perspectives à propos des effets des réformes judiciaires basées sur son travail sur Homs (Syrie) à l’époque ottomane.

L’histoire sociale de Jérusalem à la fin de l’époque ottomane et pendant la période mandataire exige une prise en compte d’une grande diversité d’archives, de différents types, localisées dans plusieurs pays. Pour dépasser les récits segmentés de l’histoire de Jérusalem, il est indispensable de créer des liens entre ces corpus. Les archives et les ressources disponibles en Jordanie sont clairement d’une importance particulière pour cette démarche.

NB : ce billet est la l’adaptation en français d’un article publié en langue anglaise sur hypotheses.org : http://openjlem.hypotheses.org/664


Pour citer ce billet : Falestin Naili, « De nouvelles perspectives pour l’histoire de Jérusalem à la fin de l’époque ottomane et pendant le mandat : sources et ressources en Jordanie », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 24 avril 2015. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6402

Falestin Naili

Falestin Naili est historienne et anthropologue associée avec l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Amman et le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) à Lyon. Ses recherches concernent l’histoire ottomane et mandataire du Bilad Al Sham et la mémoire collective de cette période.

Tous les billets de Falestin Naili

Page Web : http://www.ifporient.org/falestin-naili

Academia : https://ifporient.academia.edu/falestinnaili


Vous aimerez aussi...