Les soulèvements arabes, l’économie et le politique

Des premières revendications tunisiennes de 2011 aux protestations égyptiennes de 2013, la thématique de la crise économique et sociale se conjugue très intimement aux demandes de libertés publiques et politiques dans les « soulèvements arabes ». Bien que la région ne figure pas parmi les plus pauvres au monde, ces mobilisations rendent non seulement audible la crise de légitimité de régimes vieillissants mais aussi plus visibles le climat d’insécurité sociale et la vulnérabilité économique qui caractérise le quotidien de très nombreux habitants de la région. La crise économique de 2008, en particulier, semble avoir encore dégradé les conditions de vie des citoyens, mais aussi celles des travailleurs immigrés et des populations réfugiées.

En apparence, ces protestations signent l’exacerbation d’une « question sociale » voire d’une « crise économique » nettement plus importante que lors des renversements, dans les années 1970, de régimes d’Europe du Sud et d’Amérique latine, ou dans les années 1990 en Europe centrale et orientale ou en Afrique sub-saharienne. En plus de la référence à la révolution française de 1789, plusieurs analystes convoquent d’ailleurs volontiers en 2011 la référence au « Printemps des peuples » de 1848-1849, en soulignant la part que purent y jouer dans les deux cas les crises agricoles et alimentaires ou industrielles et la façon dont la « question sociale » s’y politisa.

Une manifestation à Mahalla, en Egypte, le 7 avril 2008.  La veille,  un mouvement de grève avait été endigué par les forces gouvernementales provoquant ensuite ces soulèvements. - James Buck / PBS. Licence : CC By-SA 3.0

Une manifestation à Mahalla, en Egypte, le 7 avril 2008. La veille, un mouvement de grève avait été endigué par les forces gouvernementales provoquant ensuite ces soulèvements. – James Buck / PBS. Licence : CC By-SA 3.0

Trois ans après, ces sociétés continuent d’être le théâtre de conflits majeurs, en termes d’exercice du pouvoir, mais aussi en termes économiques et sociaux (mouvements ouvriers, grèves de salariés ou de fonctionnaires, mécontentements suscités par la cherté de la vie ou par les dégradations des services publics, etc.). Les « débordements du social » et les « impasses de l’économie », qui s’exprimaient de diverses façons bien avant 2011, semblent plus que jamais d’actualité, tant comme défis pour les pouvoirs publics que comme ressort de mécontentements feutrés, de stratégies d’exit comme de passage à la révolte, ou de résistances plus discrètes. Malgré l’aubaine suscitée dans certains pays par la hausse des prix du pétrole, les revendications de ce type s’accentuent, tandis que les nouveaux gouvernements n’apportent guère d’alternative, à court terme du moins, en matière de politiques de développement.

Si la thématique de la crise économique et sociale traverse ces mouvements récents, l’articulation entre les réalités socio-économiques et les causes et formes de la protestation est loin d’être univoque. À chaud, aux analyses économicistes, envisageant les évènements de 2011 comme l’expression d’une crise du capitalisme, ont répondu d’autres travaux réfutant au contraire toute forme de déterminisme, en concentrant leur attention sur les logiques internes de ces mouvements et les trajectoires de leurs acteurs. C’est en réaction à cela que s’est construite la réflexion proposée dans le cadre d’un colloque organisé à Beyrouth les 25 et 26 septembre 2014 par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) en coopération avec le Centre d’études et de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris et le Middle East Institute (National University of Singapore). L’événement a reçu le soutien du Fonds d’Alembert (IF) et du programme du Conseil européen de recherche « When Authoritarianism Fails in the Arab World » (WAFAW).

Un colloque exploratoire

Aux côtés de chercheurs en sciences humaines et sociales, le colloque a réuni l’ambassadeur de France Patrice Paoli, des représentants de la société civile et de syndicats libanais, ainsi que des journalistes et des diplomates. L’objectif principal de cette rencontre était d’établir une plate-forme d’échange à partir de recherches récentes. Il s’agissait de comparer les interactions entre l’économique et le politique en considérant les contestations et résistances multiples en ce qu’elles sont imbriquées dans des ordres politiques et économiques. C’est pourquoi l’accent était mis sur les apports possibles de l’approche néo-institutionnelle : comment sont mises en cause dans les protestations des formes multiples de dépendance, de protection ou d’échanges ? Comment lire et comprendre le rôle souvent feutré ou plus manifeste de groupes d’intérêts, de groupements professionnels et syndicaux dans les changements de régime ? Quels pactes ou contrats sociaux se dessinent, se réinventent ou au contraire se confirment ? Comment et où émergent de nouveaux porte-parole, de nouvelles questions « sociales », de nouveaux clivages politiques et économiques ? Qui porte la voix des déshérités ? En quoi ces mouvements sociaux contribuent-ils à ouvrir de nouvelles formes d’économies, de circulation, d’enrichissements ?

Le panel interdisciplinaire et international comprenait des économistes, des historiens, des sociologues et des politistes. La perspective comparative dépassait les frontières du Proche-Orient, grâce à la contribution notable de Jérôme Sgard (Science Po/CERI), dont sont reconnus les travaux sur les réformes économiques en Europe de l’Est et les crises financières dans les économies émergentes.

Comment se transforment les institutions ?

Dans son propos introductif sur les interactions entre changements de régime et processus économiques, et notamment sur les effets de « dépendance au sentier » (path dependancy), Eberhard Kienle (Ifpo) a invité les participants à dépasser certaines interprétations conventionnelles des bouleversements que connaît la région, qui envisagent la « crise » économique comme principal catalyseur des contestations. En particulier les logiques de rente (qui mettent l’accent sur les usages politique revenus perçus sur un marché extérieur) ou de crony capitalism (« capitalisme des copains » qui supposent des formes stabilisées d’échanges et d’interdépendances) – pour reprendre des catégories classiquement mobilisées par l’économie politique des sociétés du Proche-Orient – se révèlent peu utiles pour comprendre le changement social. Ainsi, les monarchies du Golfe ont vu non seulement un changement de politique sociale (expansion des services sociaux pour promouvoir l’emploi de nationaux dans le secteur privé), mais aussi l’émergence d’organisations syndicales au cours de ces dernières années face à la crise du modèle de régulation sociale par l’emploi public. Pour Laurence Louer (Science po/CERI), s’intéresser aux systèmes de « Providence » des pays du Golfe, au-delà du caractère « rentier » de leur économie, permet de comprendre l’enjeu du devenir de leur régime de répartition dans le processus de privatisation de l’emploi et de salarisation de la société qu’ils connaissent. Plusieurs des intervenants insistent sur les limites du paradigme « rentier » (avec la dépolitisation des questions sociales qu’il suppose) pour comprendre nombre de dynamiques actuelles. Fawwaz Traboulsi (American University of Beirut) préconise une approche qui réintègre dans l’analyse de la compréhension des mobilisations (ou de l’absence de protestation) des dimensions idéologiques et géopolitiques souvent contradictoires : les soulèvements à ses yeux ont été pour une grande partie des réactions à des politiques sociales néolibérales ; un point de vue discuté lors de cette table ronde.

Pour renouveler méthodologiquement et théoriquement l’étude des dynamiques économiques au Proche-Orient, le retour au terrain ou aux archives s’avère fécond. Plusieurs contributions ont ainsi mis l’accent sur l’émergence, certes timide mais intrigante, d’institutions dans les mondes du travail qui défient les organisations syndicales installées. Outre le cas traité par L. Louer dans les monarchies du Golfe, un bel exemple est le Comité de coordination syndicale au Liban, qui se présente comme une alternative aux syndicats en place face à la sectorisation de leurs demandes et leurs crises de leadership (Marie-Noëlle Abi Yaghi, Lebanon Support). Par contre, dans la région minière de Gafsa en Tunisie, d’anciennes doléances socio-économiques, en tête desquelles le droit à l’emploi, prennent de l’ampleur après la révolution. Si l’Union générale des travailleurs tunisiens fut associée au renversement du régime, sur ce terrain minier dont on se souvient du rôle avant-gardiste que joua le mouvement de 2008, le mouvement syndical est dépassé par des formes inédites de prises de paroles. Il faut alors s’interroger sur les transactions politiques qui se jouent autour de la question de l’emploi (Amin Allal, CNRS/CERAPS).

La résilience des régimes en place dépend notamment de la façon dont ils réagissent aux troubles sociaux. Des revendications matérielles ne sont pas simplement un facteur déstabilisant mais peuvent devenir un instrument régulateur potentiel pour les autorités afin de contrôler l’agitation sociale ; hypothèse que développe Montserrat Emperador Badimon (Université Lumière – Lyon 2) dans sa recherche sur le « Mouvement des diplômés chômeurs » et la protestation des mineurs de phosphates à Khouribga (Maroc). De même, une institution telle que celle du patronage, généralement considérée comme un frein au changement social, peut également contribuer à l’escalade d’un conflit, comme le montre au Liban Michele Scala (Aix-Marseille Université/IREMAM) au sujet d’un conflit salarial.

Replacer les changements de régimes dans leur histoire socio-économique

Alors que l’économie politique au Proche-Orient s’est surtout développée dans un dialogue entre politistes et économistes, ce colloque s’est enrichi de la contribution d’historiens, afin de creuser les pistes néo-institutionnelles de la « dépendance au sentier » : dans le cadre d’une réflexion sur les changements de régime, il s’agit de penser le poids des choix effectués dans le passé et des institutions au sens large du terme sur les décisions et trajectoires contemporaines.

La communautarisation des conflits actuels en Syrie et en Irak par exemple n’est pas un phénomène religieux en tant que tel mais peut s’expliquer par l’enchevêtrement de solidarités ethniques et de relations économiques depuis le 19e siècle : en effet, les interactions sont denses entre la formation d’États « modernes » et les mutations de « survival units » communautaires. Dans des situations de crise économique ou politique, quand la confiance dans l’institution étatique se dégrade, les individus se tournent volontiers vers les solidarités communautaires (Sami Zubaida, Birkbeck University). Les grandes transformations politiques des 19e et 20e siècles  – et notamment le règne d’Abdul Hamid II (1876-1909) –, l’établissement des mandats, puis les indépendances, ont profondément affecté les économies locales. Les structures socio-économiques antérieures ont néanmoins continué à jouer un rôle en matière d’échanges et de production. Peter Sluglett (Middle East Institute – National University of Singapore) évoque ainsi la nostalgie de la période ottomane des marchands d’Alep pour expliquer l’orientation anatolienne du commerce en Syrie du Nord au début 20e siècle. Cette piste est également explorée par Matthieu Rey (Middle East Institute – National University of Singapore), qui montre comment l’organisation corporatiste du champ politique syrien s’explique par la crise agraire des années cinquante et soixante, le mouvement paysan qui l’accompagna d’une part, la promotion de la jeunesse rurale par l’armée et la bureaucratie d’autre part. De la même manière, la stabilité de la monarchie hachémite ne peut s’expliquer par les seuls effets de rente (l’aide internationale aidant à l’achat de paix sociale). Tareq Tell (American University of Beirut) met en avant les effets des réformes agraires et le rôle de l’armée en Jordanie pour expliquer les logiques de la régulation des luttes sociales.

<h2Repenser l’économie politique de la région ?

Les intervenants du colloque ont enfin évoqué la question des modifications et des continuités des politiques socio-économiques dans les changements de régime. Dans un contexte de transition d’un système autoritaire à un régime politique plus inclusif et démocratique (où le vote compte), les politiques sociales sont-elles plus égalitaires ? Le cas de la Tunisie montre que, du fait notamment de la crise financière, la révolution ne s’accompagne pas vraiment de transformations décisives des politiques économiques, vers un système plus redistributeur (Asya El-Meehy, ESCWA, University of California – Berkeley). Observant cela en Égypte, Eberhard Kienle (Ifpo) explique l’absence de réorientation majeure par le parallélisme social au sein des institutions (les différents régimes qui se succèdent recrutent leurs fonctionnaires au sein de la même classe sociale). En revanche, la guerre civile en Syrie entraîne des changements plus frappants : à la fois une hausse rapide du taux de pauvreté et la continuation, voire la progression, des investissements dans certaines régions (Jihad Yazigi, Syria Report, European Council on Foreign Relations).

Le colloque a ainsi permis d’explorer différentes pistes d’analyse, s’émancipant du modèle rentier et questionnant l’inscription de la région dans l’économie globalisée. Dans sa conclusion du colloque, Jérôme Sgard (Science po/CERI) suggère ainsi de prêter une attention particulière aux modes de production (et pas seulement aux logiques de rente) et de maintenir l’effort de réflexion sur des catégories fondamentales de l’économie, comme le travail et le salaire, la propriété et la dette.

Bibliographie

  • Heydemann S. (dir.), Networks of Privilege in the Middle East: The Politics of Economic Reform Revisited, Palgrave Press, 2004.
  • Kienle E. et Louer L. (dir.), L’économie politique des soulèvements arabes, numéro thématique de Critique internationale, 61, 2013/4. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2013-4.htm
  • Moisseron J. et Mouhoud E. (dir.), Dynamiques institutionnelles dans le monde arabe, numéro thématique de Revue Tiers Monde, 212, 2012/4. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2012-4.htm
  • Owen R. et Pamuk S., A History of Middle Eastern Economies in the Twentieth Century, Harvard University Press, 1999.

Pour citer ce billet : Matthias Dalig et Myriam Catusse, « Les soulèvements arabes, l’économie et le politique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 15 décembre 2014. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6268

m-dalig1

Matthias Dalig est étudiant en sciences politiques à l’Université de Freiburg et à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Il est stagiaire au Département scientifique des études contemporaines à l’Ifpo.

Tous les billets de Matthias Dalig

 
m-catusse

Myriam Catusse est politologue. Elle est directrice du Département scientifique des études contemporaines de l’Ifpo. Elle est core researcher du programme WAFAW (ERC) et du programme Power2Youth (7e PCRD). Elle est notamment l’auteur de Le Temps des entrepreneurs. Politique et transformations du capitalisme au Maroc, Paris, Maisonneuve & Larose, 2008 et, avec B. Destremau et E. Verdier (dir.), de L’État face aux débordements du social. Formation, travail et protection sociale, Paris, Iremam-Karthala, 2010.

Page personnelle et bibliographie : http://ifporient.org/myriam-catusse

Tous les billets de Myriam Catusse

 

Vous aimerez aussi...