Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence

En 2011, M. Gelin (CNRS-Ifpo) et Sh. Shehab (Département koweïtien des Antiquités et des Musées, National Council for Culture, Arts and Letters DAMK-NCCAL),  créent la Mission Archéologique Franco-Koweïtienne de Faïlaka (MAFKF). Depuis, quatre carnets ont été publiés : « De retour de mission… Faïlaka au Koweït, 1, 2 et » et « Al-Qusūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-kowétienne de Faïlaka (2011-2013) ». Alors que les travaux scientifiques des fouilles archéologiques ont  été diffusés par ailleurs, nos efforts mis en œuvre pour la préservation de la forteresse n’avaient pas encore été spécifiquement présentés. Alors qu’une nouvelle ère s’ouvre pour la protection et la mise en valeur du patrimoine historique, archéologique et naturel de l’île, il nous a paru important d’exposer les problématiques globales liées à la conservation et la présentation de cette place forte, ainsi que nos réalisations en matière de préservation, activité intrinsèque à notre mission.

Le contexte patrimonial de la forteresse

Cette puissante place forte (un quadrilatère d’une soixantaine de mètres de côté entouré d’un fossé maçonné de pierres) comprend principalement des fortifications et édifices civils, deux temples et un puits. Construite en grès marin et briques de terre crue (fragiles et sensibles aux intempéries), elle est fouillée depuis la fin des années 1950 par diverses équipes dont les excavations ont complexifié la topographie du site. Ces fouilles, qui pour la plupart n’ont pas été parachevées par une protection des vestiges, ont en grande partie engendré les difficultés actuelles de conservation.

Vue d’ensemble du site de la forteresse hellénistique après les pluies torrentielles de novembre 2013 (H. Al Mutairi © DAMK)

Vue d’ensemble du site de la forteresse hellénistique après les pluies torrentielles de novembre 2013 (H. Al Mutairi © DAMK)

Les problématiques de préservation et de présentation du site

Avant 2012, les vestiges bénéficiaient de mesures de protection d’urgence mises en place par les missions française (en 2004) et franco-koweïtienne (de 2011 à 2013) au cours et à la suite des fouilles annuelles. Néanmoins, depuis quelques années, le NCCAL œuvre en faveur du patrimoine national et a mis en place une première mesure conservatoire : clôturer l’ensemble des zones archéologiques de l’île pour les protéger des intrusions.

Par ailleurs, le Koweït poursuit activement sa politique patrimoniale. Il a entrepris un vaste projet de conservation et de présentation des vestiges archéologiques du sud-ouest de l’île (dont deux sites de l’âge du Bronze et la forteresse hellénistique). Dans ce cadre, le NCCAL a déposé en 2013 à l’UNESCO une liste indicative recensant les biens qu’il souhaiterait voir bénéficier d’un classement au « Patrimoine Mondial », selon les critères culturel et naturel. Puisque nous avons toujours porté une attention particulière à la protection de nos secteurs de fouilles, le NCCAL désirerait que nous développions une stratégie de préservation et de présentation de la forteresse s’intégrant dans un programme général à venir.

Établir un plan de conservation se heurte à un certain nombre d’obstacles. En effet, en matière de conservation, il n’existe pas de « guide à tout faire » applicable « en série », surtout face à un site complexe où chaque vestige est un cas particulier. D’autre part, il est primordial que toutes les parties s’accordent pour concilier « bonnes pratiques patrimoniales internationales » (UNESCO) et critères esthétiques de présentation au public, qui sont imprégnés des valeurs propres aux cultures locales.

La position de l’équipe française

La préservation du site

Depuis 2011, M. Gelin tente, outre la fouille proprememt dite, de freiner le processus de dégradation du site. De menus travaux de consolidation et protection ont été réalisés et documentés.

Consolidations réalisées dès 2011 dans la partie sud de la forteresse par M. Gelin (sur la base du plan Mission française de O.Callot © MAFKF)

Consolidations réalisées dès 2011 dans la partie sud de la forteresse par M. Gelin (sur la base du plan Mission française de O. Callot © MAFKF)

Mais pour mettre en place une méthodologie d’intervention, une étude globale de la forteresse devait être réalisée en dressant des constats annuels, en enregistrant les pathologies destructives et les nouvelles interventions de protection effectuées. Ainsi, un des membres de l’équipe est chargé de traiter cette question : le Dr M. Bendakir, assisté de M. Imbert, en 2012 ; E. Devaux (architecte Ifpo), depuis 2013.

Deux premiers documents fondamentaux ont été élaborés :

  • premier état des lieux général : description et état de conservation des maçonneries ; ruissellement des eaux pluviales (M. Imbert) ;
  • axes d’orientation pour la mise en place d’un plan de gestion pour la conservation des sites de Faïlaka (le Dr. M. Bendakir).

En nous fondant sur ceux-ci, a débuté un programme d’interventions (2013, E. Devaux) dont nous poursuivons le développement.

La présentation du site

Actuellement, des vestiges de plusieurs périodes historiques (Ier millénaire av. J.-C. et époque hellénistique) sont visibles simultanément, ce qui brouille la compréhension des édifices et le phasage chronologique des vestiges. Avant toute intervention, il faut donc qu’archéologues et architectes s’accordent pour définir :

  • les priorités historiques : ce qui doit rester visible pour être présenté ; ce qu’il serait souhaitable de restituer en partie pour une meilleure lecture du site ;
  • les priorités et contraintes techniques : ce qui est en danger immédiat ; ce qui peut rester à l’air libre ; ce qui doit être à nouveau enseveli ; ce qu’il est possible ou non de restaurer ou consolider.

Pour fonder et mener à bien ce dialogue, il est essentiel de disposer de la documentation scientifique réalisée depuis les premières fouilles et actions préventives de conservation. En effet, nous sommes ici confrontés à un problème éthique. Ce qui doit être donné à voir doit correspondre à l’état des vestiges tels qu’on les a dégagés ou à une restitution que justifie l’étude archéologique et qui se conforme aux techniques de construction originelles.

Les réalisations de l’équipe française

État des lieux

En 2013, la majorité du travail de conservation s’est déroulé prioritairement sur nos propores secteurs et secondairement sur ceux des précédents fouilleurs. D’autre part, une tempête a marqué cette campagne. Elle a considérablement aggravé l’état du site et provoqué l’effondrement, partiel ou total, de nombreux murs fragiles. Malgré tout, ces intempéries nous ont permis d’affiner nos observations sur les directions des écoulements d’eau, d’apporter immédiatement des solutions pour les détourner et de  mesurer aussitôt l’efficacité de celles-ci et d’envisager sur le champ les modifications nécessaires.

Ainsi, les plans suivants ont pu être créés ou complétés :

  • zones d’accumulation des eaux et des écoulements ;
  • murs-canaux mis en place depuis 2011 ;
  • murs effondrés depuis 2004 et en danger en 2013 ;
  • zones d’interventions en 2004 et de 2011 à 2013.

Identification des facteurs de dégradation

Après l’identification des pathologies destructives, il est nécessaire, afin d’y remédier, de comprendre leurs processus de formation, c’est-à-dire de déterminer les facteurs de dégradation du site.

Les principaux facteurs naturels d’érosion sont l’action directe de l’eau de pluie ; les ruissellements superficiels et profonds, les stagnations et infiltrations ; l’érosion éolienne et la végétation.

État du fossé est lors de sa mise au jour dans les années 1950 (© Moesgard Museum Arhus) et en 2013 (©MAFKF).

État du fossé est lors de sa mise au jour dans les années 1950 (© Moesgaard Museum, Danemark) et en 2013 (©MAFKF).

Les principaux facteurs liés à l’action humaine sont de deux ordres. L’activité archéologique vient au premier rang. Sans programme de conservation initialement associé, elle est irrémédiablement destructrice. Les excavations réalisées depuis des décennies ont laissé ainsi derrière elles des sondages se remplissant d’eau de pluie qui créent des poches de rétention d’humidité, des maçonneries mises au jour et non protégées, ce qui cause leur destruction progressive, ainsi que des résidus de démolitions accidentelles de murs en briques crues, par méconnaissance de ce matériau. Les mauvaises protections précédemment mises en œuvre constituent un facteur aggravant. Ainsi, d’une part, en est-il de l’installation d’une toiture partielle mal adaptée et destructrice. Conçue sans mesure d’évacuation des eaux, elle les projette sur les vestiges avoisinants et ceux qu’elle protège. D’autre part, la réfection au ciment blanc  empêche les murs de respirer et provoque à terme leur pourrissement intérieur. Le lecture du site se trouve enfin brouillée par la transformation abusive de bermes en murs de ciment, qui masque de surcroît tout contact stratigraphique entre les structures.

Méfaits de l'utilisation du ciment blanc qui empêche l'évaporation de l'humidité (©MAFKF)

Méfaits de l’utilisation du ciment blanc qui empêche l’évaporation de l’humidité (©MAFKF)

Les différents types et degrés d’interventions d’urgence

D’une part, nous avons recours à des protections provisoires réversibles telles que :

  • le bâchage lors d’intempéries ;
  • le remplissage, entre les campagnes, des zones fouillées (sacs de sable, géotextile et terre) ;
  • le rebouchage de sondages (avec marqueurs modernes au fond) ;
  • le renforcement de structures à leur base (sacs de sable, parpaings de terre cuite ou pierres de grès marin) ;
  • l’injection de mortier de terre au cœur de maçonneries ;
  • l’application d’enduits sacrificiels protecteurs en terre  ;
  • l’étayage (structures en bois).
Exemple de consolidation et de protection réversible d'une partie du rempart nord menaçant de s'effondrer (©MAFKF)

Exemple de consolidation et de protection réversible d’une partie du rempart nord menaçant de s’effondrer (©MAFKF)

Exemple de la mise en place ponctuelle de dizaines de mètres de bâches en plastique pour protéger des averses les zones en cours d'étude (©MAFKF)

Exemple de la mise en place ponctuelle de dizaines de mètres de bâches en plastique pour protéger des averses les zones en cours d’étude (©MAFKF)

Exemple des mesures de protection mises en place entre deux campagnes dans les secteurs fouillés : pose de géotextile, renforcement avec des sacs de sable et remplissage avec de la terre (©MAFKF)

Exemple des mesures de protection mises en place entre deux campagnes dans les secteurs fouillés : pose de géotextile, renforcement avec des sacs de sable et remplissage avec de la terre (©MAFKF)

 

D’autre part, nous avons établi, systématiquement, autour et aux abords de nos zones de travail, un système de drainage en surface qui oriente et évacue les eaux pluviales grâce à un réseau de banquettes de terre, façonnées et fondées sur des pierres pour les plus importantes. Cependant, un projet global de drainage pour tout le site doit être élaboré et va impliquer d’importants rebouchages. Ces choix seront à décider en accord entre le NCCAL et les archéologues, puisqu’ils auront un impact sur l’aspect, la perception et la lecture du site.

Exemple du système de drainage de surface mis en place dans le secteur de la tour 4 (nord-est) et s'évacuant dans le fossé (Y. Guichard©DAMK)

Exemple du système de drainage de surface mis en place dans le secteur de la tour 4 (nord-est) et s’évacuant dans le fossé (Y. Guichard©DAMK)

Œuvrer pour la mise en valeur du site

Les actions que nous avons réalisées sont les balbutiements d’un vaste programme à venir. En fonction de notre identification précise des facteurs dévastateurs, il conviendra de passer par des phases de tests plus approfondis et in situ, avant de planifier des interventions « lourdes ». Celles-ci devront s’inscrire dans un programme complet, détaillé et planifié. En effet, la gestion et la planification sont les clefs indispensables à la pérennité des mesures conservatoires qui seront mises en œuvre. C’est donc une véritable politique de conservation à l’échelle locale qui doit prendre forme. Bien que le chemin à parcourir reste long, nos efforts et investissements humains commencent à porter leurs fruits. Nous pouvons à présent espérer que, dans un avenir proche, nos opérations ponctuelles de sauvetage laisseront place à un projet de planification et de réflexion d’ensemble sur la mise en valeur des divers sites de l’île qui, nous en sommes convaincus, représente un intérêt scientifique et patrimonial hors du commun.

Bibliographie

  • Feilden B. M., Jokilehto J., Guide de gestion des sites du patrimoine culturel mondial, Rome, ICCROM, 1996.
  • Houben H. et Guillaud H., Traité de construction en terre, Marseille, Éditions Parenthèses, 1995.
  • Bendakir M., Les vestiges de Mari. La préservation d’une architecture millénaire en terre, Paris, Éditions de la Vilette, 2009  (collection École nationale d’architecture de Grenoble).

Soutiens de la mission archéologique franco-koweitienne de Faïlaka

Autorités scientifiques de tutelle
  • Institut français du Proche-Orient (http://www.ifporient.org), direction de la partie française de la mission : E. Kienle, Directeur de l’Ifpo.
LogoIfpo2011_b
  • Kuwaiti National Council for Culture, Arts and Letters (http://www.nccal.gov.kw), direction de la partie koweïtienne de la mission : Ing. A. Al Youha, Secrétaire Général
Logo NCCAL
Logo CNRS simple
  • Département koweïtien des Antiquités et des Musées
Transparent
Autorités françaises au Koweït
Logo ambassade
Logo Institut français
Mécénat
Logo-Total
Logo Fondation Total

Membres de l’équipe en 2013

  • Duwish S. (directeur scientifique de la partie koweïtienne).
  • Bonnéric J. (directrice scientifique de la partie française à partir de juillet 2014 ; responsable de l’étude d’Al-Quṣūr —A4).
  • Gelin M. (directrice scientifique de la partie française jusqu’en juin 2014 ; responsable de l’étude de la forteresse —A1 Sud, A2 Est, temples).
  • Alami S. (restauration d’objets).
  • Al Ansary M. (restauration d’objets).
  • Al Mutairi H. (Al-Quṣūr).
  • Alpi F. (épigraphie).
  • Al Saei T. (muséologie).
  • Baier S. (topographie).
  • Couturaud B. (forteresse —A1 Nord).
  • David-Cuny H. (dessins d’objets).
  • Devaux E. (forteresse —préservation du patrimoine bâti).
  • Gelin J.-M. (forteresse —tour 8).
  • Humbert J. (plan d’Al-Quṣūr, relevés de terrain)
  • Khawam R. (forteresse —A2 Ouest).
  • Rivoal M. (Al-Quṣūr —A5).

Pour citer ce billet : Emmanuelle Devaux, « Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 23 octobre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6231

Emmanuelle Devaux est architecte DPLG, spécialisée en architecture de terre (DPEA) et archéologie. À l’Ifpo depuis septembre 2010, elle est co-responsable, avec Mathilde Gelin, du programme de restauration de la forteresse hellénistique de Faïlaka-Ikaros pour la mission franco-koweïtienne (MAFKF).

Page personnelle et bibliographie sur Ifporient : http://ifporient.org/emmanuelle-devaux

Tous les billets d’Emmanuelle Devaux


Vous aimerez aussi...