Al-Quṣūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (2011-2013)

Si l’île de Faïlaka, située à l’embouchure du Chatt al-Arab, à l’extrémité nord-ouest du golfe Arabo-persique, est largement renommée pour sa forteresse hellénistique (http://ifpo.hypotheses.org/6123), elle abrite aussi un site majeur mais moins connu, le site médiéval d’al-Quṣūr. Bien que les travaux de la mission concernant les campagnes des années 2011 (http://ifpo.hypotheses.org/2908) et 2012 (http://ifpo.hypotheses.org/4929) aient déjà été exposés, il nous paraît important de dresser ici une courte synthèse des trois campagnes conduites de 2011 à 2013 et de les mettre en perspective les unes avec les autres.

Au centre de l’île de Faïlaka se dressaient, aux débuts de l’Islam, deux églises alignées sur un axe est-ouest. Elles diffèrent en taille, en plan et dans leurs techniques de construction. Tout autour se répartissent de nombreux édifices qui suivent, pour la plupart, un plan type : un enclos regroupe un édifice d’habitation à plusieurs pièces et des unités annexes (cuisine, pièce de stockage, etc.), séparées de l’unité principale. Ces habitats varient en dimensions et sont plus ou moins espacés les uns des autres.

Ce site est de première importance pour comprendre le monachisme au début de la période islamique. Il offre l’opportunité de mieux appréhender la chronologie des occupations chrétiennes, mais également la liturgie des communautés chrétiennes d’Orient et leur manière de vivre. Il est donc particulièrement riche pour la compréhension de l’histoire du christianisme dans le Golfe, mais également pour la connaissance des débuts de l’islam dans cette région de l’Empire.

Alors même que ce site fondamental avait fait l’objet de plusieurs campagnes archéologiques par diverses équipes (italienne, française, slovaque et polonaise), trois questions primordiales demeuraient encore en suspens lorsque la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka a été mise en place en 2011 : la datation de l’établissement, sa nature et son organisation.

Tesson de céramique orné de motifs gougés et incisés accompagnés de motifs imprimés de cercles pointés  (VIIIe-IXe s.) © MAFKF

Tesson de céramique orné de motifs gougés et incisés accompagnés de motifs imprimés de cercles pointés (VIIIe-IXe s.) © MAFKF

Datation

Tandis que la mission italienne conduite en 1975-1976 par l’université de Venise avait établi une datation du site du milieu du viie s. aux ixexe s., la mission des Fouilles françaises de Faïlaka (FFF) estimait que le site remontait probablement au début du ve s. Pour dissiper ce désaccord, ont été conduits, en 2011, une étude céramologique du matériel mis au jour par la mission des FFF de 2007 à 2009 et non publiée, ainsi qu’un travail sur les archives des missions de 1988 et 1989. La présence, notamment, de fragments de cruche eggshell à décor enlevé au couteau, de tessons estampés, de coupes à carène recouverte d’une glaçure turquoise, ou encore de céramiques ornées de motifs gougés et incisés accompagnés de motifs imprimés de cercles pointés, a permis de situer l’occupation d’al-Quṣūr entre le viie et le ixe s, et plus probablement aux viiie et ixe s.

Organisation

En 2011 a également été entreprise la réalisation d’un plan général des vestiges en surface sur l’ensemble du site, complétée par l’observation de photographies aériennes anciennes et de photographies par cerf-volant. Ce plan, réalisé par Jean Humbert, est particulièrement précis et suit des codes graphiques permettant de distinguer les différents niveaux d’interprétation. Par exemple, les parements apparaissant au sol sont distingués des effondrements laissant supposer la présence d’un mur. Cet outil est un support extraordinaire pour l’interprétation archéologique car il offre, sans qu’une fouille systématique ne soit nécessaire, une vision très documentée du site dans sa globalité – même si n’y figurent que les éléments en surface.

Plan en cours du site d’al-Quṣūr avec murs apparents et restitutions (J. Humbert © MAFKF)

Plan en cours du site d’al-Quṣūr avec murs apparents et restitutions (J. Humbert © MAFKF)

Quoique ce relevé ne soit pas encore achevé, il offre déjà des informations intéressantes. Le site est clairement organisé autour d’un centre caractérisé par la densité des vestiges en surface et par sa hauteur plus importante. Les édifices établis aux alentours sont de moins en moins denses. Il s’agit principalement de bâtiments entourés d’un grand enclos. L’ensemble des vestiges de surface révèle une organisation relativement homogène (types et orientations similaires). Au centre, différents schémas organisationnels apparaissent. Au nord par exemple, ces unités semblent accolées les unes aux autres suivant un même axe. Au sud-est au contraire, elles paraissent agglutinées, tout en partageant des murs mitoyens. Au sud-ouest, les édifices à enclos sont proches, mais non-alignés et sans mur mitoyen. De manière générale, il apparaît clairement que l’établissement, rationnel et organisé, ne s’est pas constitué de manière irraisonnée.

Nature du site

Ce plan, débuté en 2011, a permis de définir des zones de fouille pertinentes pour répondre à la problématique de la nature et de l’organisation du site. Lors de la reprise de l’activité archéologique, en 2012, l’objectif était de déterminer la nature du site, village ou monastère. Dans ce but, nous avons ouvert deux secteurs de fouille, l’un au nord des églises (A5), l’autre à l’ouest (A4), sur les contours d’un large espace vide de vestige en surface et qui aurait pu constituer les limites d’un monastère.

Nous voulions déterminer l’existence ou l’absence d’un mur d’enclos de monastère, monastère qui se serait organisé autour des églises, sur le modèle d’autres établissements du Golfe ou d’Irak. Différents éléments nous avaient orientés dans cette direction. Tout d’abord, le plan de l’église ouest est proche de celui des églises monastiques de Sīr Banī Yās, Kharg et ῾Ayn Sha’ia. Par ailleurs, sur ces sites, un mur ferme un espace interprété comme une clôture monastique. Or, un mur, d’orientation nord-sud et accolé au chevet de l’église, mis au jour lors la dernière campagne des Fouilles françaises de Faïlaka (2009), aurait pu dessiner une telle limite. Enfin, sur les sites monastiques précédemment mentionnés, un espace vacant sépare église et cellules des moines. À al-Quṣūr, l’espace limitrophe des églises est, en surface, vide de construction. Des alignements de bâtiments apparaissaient au nord et à l’ouest des églises dont ils étaient séparés par un espace vide. Nos campagnes visent notamment à déterminer s’il pouvait exister, à cet emplacement, des cellules similaires à celles des monastères du Golfe et d’Irak du sud.

Secteur A4

À l’ouest des églises ont été mis au jour deux types de structures, qui ne peuvent en aucun cas être assimilées à des cellules. Au nord apparaissent des bâtiments quadrangulaires construits de la même manière que les bâtiments à enclos qui constituent l’unité type de l’établissement (élévation du mur en terre ou briques et base en pierre, sols intérieurs probablement en plâtre, orientation similaire, etc.). Leur plan ne correspond pas à celui des bâtiments d’habitation les plus courants. La connexion stratigraphique qui relie ces édifices à l’église ouest n’a pas encore pu être étudiée.

Bâtiment situé au sud du secteur A4, en cours de fouille : un bâtiment de type semi-circulaire recouvre clairement un bâtiment orthogonal (H. Al Mutairi © DAM)

Bâtiment situé au sud du secteur A4, en cours de fouille : un bâtiment de type semi-circulaire recouvre clairement un bâtiment orthogonal (H. Al Mutairi © DAM)

Au sud du secteur A4 a été mis au jour un édifice dont le mode de construction est tout à fait original : le bâtiment entier, ou presque, est en pierre, caractérisé par de larges murs (80 cm) et des pierres de grands modules. Sa forme n’a pas encore pu être reconnue, mais elle est partiellement semi-circulaire. La campagne 2013 a fait apparaître, sous cet édifice, un mur d’orientation N/S contre lequel a été mis en place un sol en plâtre très altéré. Les murs de ce bâtiment, construit en brique ou terre sur assises de pierres, probablement quadrangulaires et alignées sur l’orientation globale du site, pourraient avoir étés partiellement réemployés lors de la construction du bâtiment tout en pierre qui le surmonte. En l’état, il est difficile de situer dans le temps ces édifices par rapport à ceux des autres secteurs de fouille.

Secteur A5

La fouille du secteur A5, dirigée par Marion Rivoal, se concentre au nord des églises. Dans la phase la plus tardive – celle des vestiges en surface –, plusieurs bâtiments sont alignés, ménageant parfois des passages. L’alignement visible en surface ne représentait pas la trace d’un mur d’enclos constitué d’un seul tenant, ou la limite extérieure de cellules, comme à Kharg, mais des maisons accolées. Sous cet habitat à soubassement en pierre, apparaît une autre phase de construction apparemment toute en brique crue avec des plan inédits. Il ne s’agit plus de bâtiments à enclos, mais de bâtiments composés de séries de pièces, avec un espace ouvert, enclos et orthogonal. Sols et murs sont enduits. Pour cette phase de bâtiments en brique crue, manquent encore les espaces de circulations et le plan complet d’un édifice.

Bâtiment en brique crue découvert au nord des églises et correspondant probablement à la première phase d’installation (H. Al Mutairi © DAM)

Bâtiment en brique crue découvert au nord des églises et correspondant probablement à la première phase d’installation (H. Al Mutairi © DAM)

Par ailleurs, une tranchée a été ouverte entre l’église et les murs en brique afin de comprendre les relations entre les deux. Un espace vide semble bien avoir été ménagé entre églises et bâtiments, mais il est plus réduit que ce que les vestiges en surface laissaient supposer.

Conclusion

Les trois dernières campagnes de la mission franco-koweïtienne ont largement fait évoluer nos connaissances du site d’al-Quṣūr. Si ce travail doit se poursuivre afin de déterminer plus précisément le plan des occupations, d’affiner la stratigraphie, de clarifier la datation et de compléter le plan des vestiges en surface, il a déjà permis de préciser la datation du site et son organisation. Il a également mis en valeur l’existence de phases successives d’occupation. Le site d’al-Quṣūr n’a pas fait l’objet, comme on l’a longtemps cru, d’une occupation courte et homogène. Reste à savoir si les édifices en briques les plus anciens sont des cellules de moines qui auraient préexisté à l’installation des maisons à enclos qu’on retrouve sur l’ensemble du site, ou s’il s’agit simplement des vestiges d’une installation plus ancienne dont la nature n’est pas monastique. Les deux édifices, situés à l’ouest de la grande église, sont-ils des édifices de prestige liés à une vie de village ou des bâtiments monastiques collectifs ? La question de la nature du site, village ou monastère, reste encore en suspens, mais la prochaine campagne de la MAFKF, prévue en octobre et novembre 2014, offrira probablement des éléments de réponse décisifs.

Références

  • Benediková L. (éd.), Failaka and Miskan Islands 2004-2009. Primary Scientific Report on the Activities of the Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, Koweït, 2010.
  • Bernard V., Callot O. et Salles J.-F., « L’église d’al-Qousour Failaka, État du Koweit. Rapport préliminaire sur une première campagne de fouilles, 1989 », Arabian Archaeology and Epigraphy 2, 1991, p. 145-181.
  • Galliano G. (dir.), L’île de Faïlaka. Archéologie du Koweït, Lyon, Musée des Beaux-Arts, 2005.
  • Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 26 janvier 2012 [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/2908
  • Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 18 mars 2013 [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4929
  • Kennet D., « Excavations at the site of al-Quṣūr, Failaka, Kuwait », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 21, 1991, p. 97-111.
  • S. Patitucci et G. Uggeri, Failakah: Insediamenti medievali Islamici Ricerche e scavi nel Kuwait, Rome,1984.
  • Salles J.-F., « Chronologie du monachisme dans le Golfe arabo-persique », dans Jullien F. et Pierre M.-J., éd., Monachisme d’Orient : images, échanges, influences, Turnhout, Brepols, 2011 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Sciences Religieuses 148), p. 291-312.
  • Salles J.-F. et Callot O., « Les églises antiques de Koweït et du golfe Persique », dans Briquel Chatonnet F., éd., Les églises en monde syriaque, Paris, Geuthner, 2013 (Études syriaques 10) , p. 237-268.

Soutiens de la mission archéologique franco-koweitienne de Faïlaka

Autorités scientifiques de tutelle
  • Institut français du Proche-Orient (http://www.ifporient.org), direction de la partie française de la mission : E. Kienle, Directeur de l’Ifpo.
LogoIfpo2011_b
  • Kuwaiti National Council for Culture, Arts and Letters (http://www.nccal.gov.kw), direction de la partie koweïtienne de la mission : Ing. A. Al Youha, Secrétaire Général
Logo NCCAL
Logo CNRS simple
  • Département koweïtien des Antiquités et des Musées
Transparent
Autorités françaises au Koweït
Logo ambassade
Logo Institut français
Mécénat
Logo-Total
Logo Fondation Total

Membres de l’équipe en 2013

  • Duwish S. (directeur scientifique de la partie koweïtienne).
  • Bonnéric J. (directrice scientifique de la partie française à partir de juillet 2014 ; responsable de l’étude d’Al-Quṣūr —A4).
  • Gelin M. (directrice scientifique de la partie française jusqu’en juin 2014 ; responsable de l’étude de la forteresse —A1 Sud, A2 Est, temples).
  • Alami S. (restauration d’objets).
  • Al Ansary M. (restauration d’objets).
  • Al Mutairi H. (Al-Quṣūr).
  • Alpi F. (épigraphie).
  • Al Saei T. (muséologie).
  • Baier S. (topographie).
  • Couturaud B. (forteresse —A1 Nord).
  • David-Cuny H. (dessins d’objets).
  • Devaux E. (forteresse —préservation du patrimoine bâti).
  • Gelin J.-M. (forteresse —tour 8).
  • Humbert J. (plan d’Al-Quṣūr, relevés de terrain)
  • Khawam R. (forteresse —A2 Ouest).
  • Rivoal M. (Al-Quṣūr —A5).

Pour citer ce billet : Julie Bonnéric, « Al-Quṣūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-kowétienne de Faïlaka (2011-2013) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 2 septembre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6164

julie-bonneric

Julie Bonnéric  est docteur en histoire et archéologie de l’Islam médiéval. Elle  a soutenu en novembre 2013, sous la direction de Jean-Michel Mouton (EPHE, IVe section), une thèse intitulée « Lumière et mosquées en Égypte et Syrie médiévales, des conquêtes arabes (milieu du VIIe s.) à la fin de la dynastie ayyūbide (milieu du XIIIe s.) : gestion de l’éclairage et portée symbolique ». Elle s’intéresse également à d’autres thématiques comme les implantations chrétiennes en Irak et dans le golfe Arabo-persique ou les odeurs en terre d’Islam. Céramologue et archéologue de terrain, elle participe ou a participé à des missions au Liban, en Jordanie, en Égypte, en Lybie et dans le Golfe où elle est actuellement en charge de l’étude du site médiéval d’al-Quṣūr (Koweït). Elle est responsable scientifique, depuis juillet 2014, de la partie française de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.

Page personnelle et bibliographie sur Ifporient : http://ifporient.org/julie-bonneric

Tous les billets de Julie Bonnéric


Vous aimerez aussi...