De retour de mission… Faïlaka au Koweït (3). La forteresse hellénistique

Introduction

Sur l’île de Faïlaka au Koweït, la forteresse hellénistique de Tell Sa‛id – sur la rive sud-ouest – et le site médiéval d’Al-Quṣūr – au centre de l’île –, ont été l’objet des recherches de la mission archéologique franco-koweïtienne, qui a mené sa troisième campagne du 10/10 au 30/11/2013 (voir « De retour de mission… Faïlaka au Koweït, (article 1) et (article 2) »). La mission a également achevé l’implantation de bornes topographiques reliées au système national de coordonnées koweïtien, destinées à être utilisées par l’ensemble des missions travaillant sur l’île : la zone sud-ouest a été couverte, ainsi qu’une partie du secteur nord. Le matériel archéologique a été traité (conservation, dessin, photographie, bases de données) au fur et à mesure des découvertes ; à la demande du Département des antiquités et des musées (DAM) le matériel de la précédente mission française, mis au jour de 2007 à 2009, a pu être enregistré sur une base de données. Les chantiers ont été relevés et les vestiges protégés avant notre départ. L’ensemble de nos informations a été copié et transmis au DAM.

Comme les deux années précédentes, les implications respectives de l’Ifpo, du National Council for Culture, Arts and Letters (NCCAL) et du DAM du Koweït, de l’ambassade de France et de l’Institut français à Koweït, ainsi que l’aide apportée par Total Koweït et la Fondation Total, ont été décisives pour permettre à la mission de travailler dans les meilleures conditions possibles ; nous remercions vivement l’ensemble de ces partenaires.

Soutiens de la mission archéologique franco-koweitienne de Faïlaka

Autorités scientifiques de tutelle
  • Institut français du Proche-Orient (http://www.ifporient.org), direction de la partie française de la mission : E. Kienle, Directeur de l’Ifpo.
LogoIfpo2011_b
  • Kuwaiti National Council for Culture, Arts and Letters (http://www.nccal.gov.kw), direction de la partie koweïtienne de la mission : Ing. A. Al Youha, Secrétaire Général
Logo NCCAL
Logo CNRS simple
  • Département koweïtien des Antiquités et des Musées
 Transparent
Autorités françaises au Koweït
Logo ambassade
Logo Institut français
Mécénat
Logo-Total
Logo Fondation Total

À partir de juillet 2014, notre mission a le plaisir d’accueillir le Dr Julie Bonnéric comme nouvelle responsable scientifique de la partie française. Pour refléter ce changement ainsi que la diversité de nos recherches et la richesse de nos résultats, nous présenterons désormais séparément chaque volet afin d’en permettre une description plus détaillée. C’est ainsi que l’on trouvera dans ce Carnet essentiellement les résultats archéologiques obtenus sur la forteresse hellénistique. Ceux d’Al-Quṣūr seront exposés par J. Bonnéric dans un prochain Carnet (« Al-Quṣūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka, 2011-2013 »), qui synthétise l’historique et l’ensemble de nos travaux sur ce site. Enfin, E. Devaux présentera les actions menées par la mission pour la préservation de la forteresse (« Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence »).

La forteresse hellénistique

De 1958 à 2009, la forteresse hellénistique a été partiellement fouillée par des missions internationales qui ont établi une première chronologie de l’établissement ; cependant, la publication des travaux n’a pas été achevée et nombreux sont les secteurs dégagés pour lesquels on ne possède aucune information. La mission franco-koweïtienne s’applique à compléter la chronologie de cette fondation militaire, de sa création à son développement, en s’appuyant principalement sur l’étude des fortifications, de la circulation interne, de la stratigraphie (y compris celle d’anciens sondages non publiés), du matériel et, lorsque c’est possible, sur les archives des anciennes missions.

Comme les années précédentes, nos recherches ont concerné en 2013 les secteurs nord-ouest et ouest, ainsi que l’étude de la circulation interne à la forteresse. Un nouveau chantier a été ouvert à proximité des temples.

Les fortifications

De manière générale, l’étude des fortifications nous a permis de compléter notre connaissance des différentes périodes et phases de construction et d’élargissement de la forteresse. Ainsi, la première période se dessine en trois phases différentes (Fig. 1), qu’il restera à confirmer.

Figure 1 : Schéma des fortifications du premier état, phases 1 à 3. M. Gelin © MAFKF.

Figure 1 : Schéma des fortifications de la première période, phases 1 à 3. M. Gelin © MAFKF.

La première phase comprend la mise en place des courtines, des tours d’angle et de la porte nord, peut-être précédée d’un avant-mur (proteichisma). Cette année, les travaux dans la tour ouest (T8) ont été achevés et confirment son appartenance à la deuxième phase, durant laquelle ont probablement également été construites la tour est (disparue) et les tours de part et d’autre de la porte nord (T2 et T3). La troisième phase aurait vu la mise en place de la chicane protégeant la porte nord et, peut-être, des renforts des tours d’angle.

Dans la grande tranchée stratigraphique ouverte au nord-ouest entre les deux remparts nord (secteur A1 Nord), la majorité des fosses-dépotoirs percées dans l’ensemble du secteur, découvertes en 2012, a été caractérisée. Les niveaux de destruction du premier rempart nord ont de plus été révélés : des fragments de briques crues, tombés de l’élévation, ainsi que des pierres des parements, ont été retrouvés mêlés à de la cendre dans une épaisse couche d’effondrement. Il semble que le rempart a subi deux étapes de destruction, l’écroulement étant amassé en deux niveaux séparés d’accumulations plus régulières. Parmi le matériel découvert dans ces niveaux, on compte une anse d’amphore rhodienne timbrée, dont la traduction a été assurée par F. Alpi (Fig. 2), une lampe et un petit autel de pierre.

Figure 2 : Secteur A1 Nord, timbre sur une anse d’amphore rhodienne © MAFKF.

Figure 2 : Secteur A1 Nord, timbre sur une anse d’amphore rhodienne © MAFKF.

L’évolution de l’occupation à l’intérieur et à l’extérieur de la forteresse

En prolongeant vers le sud la tranchée A1 (secteur A1 Sud), nous avions, en 2011, partiellement dégagé une pièce de stockage de vaisselle. Cette année, nous avons pu découvrir son mur méridional, qui remplace un mur antérieur. La pièce a ainsi connu deux états : du premier subsistent le mur ouest, venu s’appuyer contre le premier rempart nord encore en place, ainsi que la fondation du mur sud. Le deuxième état, qui lie l’actuel mur sud et le mur oriental ainsi que l’ensemble de la céramique qui était stockée dans la pièce, est plus tardif et survient après la destruction du rempart (Fig. 3). La première pièce pourrait être en relation avec une multiplication des constructions ayant entraîné le développement urbain à l’extérieur de l’enceinte au nord, situation elle-même liée au second rempart nord venu protéger et consacrer ces édifices. Son deuxième état suit la destruction du premier rempart et pourrait être contemporain de la grande excavation de l’ensemble du secteur nord-ouest (voir « De retour de mission… Faïlaka au Koweït, 2 ») qui a détruit la totalité des bâtiments établis entre les deux remparts.

Figure 3 : Secteur A1 Sud (la mire pose sur le 1er rempart) ; au 2e plan, tour 2 à gauche, secteur A2 à droite. Vue vers l’est © MAFKF.

Figure 3 : Secteur A1 Sud (la mire pose sur le 1er rempart) ; au 2e plan, tour 2 à gauche, secteur A2 à droite. Vue vers l’est © MAFKF.

La circulation interne

À l’intérieur de la forteresse, après avoir étudié en 2012 l’extrémité méridionale de la rue principale nord-sud et mis en évidence le prolongement de la rue jusqu’à la porte sud, nous avons pu en 2013 reprendre le chantier (ouvert en 2009) sur son extrémité septentrionale (A2 Est) ; la coupe stratigraphique contre le rempart et la tour 2 (secteur A2 Ouest) a également été poursuivie.

À l’ouest de la porte septentrionale du premier rempart, il apparaît que des constructions couraient jusqu’à la muraille contre laquelle elles s’appuyaient directement. Cette pratique a existé depuis les débuts de la forteresse jusqu’après la destruction de ce rempart, empêchant toute circulation le long des fortifications. En revanche, côté est, les murs établis le long de la rue principale nord-sud tournaient vers l’est parallèlement à la muraille, préservant un espace : la circulation pouvait se faire le long du rempart et permettait probablement d’accéder au quartier religieux. Ce passage semble avoir perduré, avec une largeur moindre, après la multiplication des constructions à l’intérieur de la forteresse, desservant sans doute les habitations localisées à proximité du rempart nord.

L’implantation de la première forteresse : les temples ?

En 2012, nous avions pu établir que le puits n’était pas le paramètre décisif pour comprendre la construction de la forteresse à cet endroit précis. En revanche, la nature rocheuse de la côte méridionale écartant toute possibilité d’abordage direct, il semble évident qu’elle a pu jouer un rôle dans la motivation des bâtisseurs grecs. Cependant, il reste à découvrir la raison de cette exacte localisation. D’après Arrien (Anabase d’Alexandre, VII, 20, 3-5), Alexandre avait été informé qu’il se trouvait sur l’île un sanctuaire dédié à une divinité que les Grecs ont associée à Artémis. Si ce sanctuaire a bien existé, il pourrait être celui découvert sur le site achéménide de Tell Khazneh, ce qui néanmoins reste à démontrer. Une autre hypothèse est que les deux temples de la forteresse ont pu être bâtis sur les vestiges d’édifices religieux antérieurs.

C’est pour vérifier cette théorie que, en 2013, nous avons commencé à travailler entre le rempart oriental, appartenant de manière certaine à la première implantation de la forteresse, et l’autel du temple A : la comparaison de leurs niveaux d’établissement respectifs pouvait nous informer sur leur contemporanéité, ou non. D’anciens sondages (missions danoise et américaine) ont été repérés, mais nous avons pu constater que l’ensemble des excavations réalisées par nos prédécesseurs du temple A jusqu’au rempart oriental et jusqu’aux habitations au nord et au sud, ont éliminé les niveaux de circulation d’origine, laissant dans l’ensemble du secteur un niveau artificiel situé à une altitude inférieure, proche des fondations des bâtiments (muraille, temples, autels) (Fig. 4). La seule possibilité désormais reste de travailler à l’intérieur des temples, ce que nous espérons commencer lors de notre prochaine campagne.

Figure 4 : Secteur des temples, surcreusé. De gauche à droite : rempart, autel, temple A ; derrière le personnage, temple B. Vue vers le sud. © MAFKF.

Figure 4 : Secteur des temples, surcreusé. De gauche à droite : rempart, autel, temple A ; derrière le personnage, temple B. Vue vers le sud. © MAFKF.

Le secteur de la forteresse avant l’arrivée des Macédoniens

Des constructions, apparues dès 2012 au sud ainsi que sous la tour ouest (Fig. 5), confirment une présence antérieure à la forteresse. À la tour ouest, elles ont fourni cette année de la céramique qu’il semble plus prudent d’associer au 1er millénaire av. J.-C. Il ne nous appartient pas, dans l’immédiat et en l’état de nos travaux, d’approfondir ces recherches sur les niveaux antérieurs, désormais mis en évidence ; l’objectif de notre mission est avant tout d’avancer dans le programme établi lors de sa création.

Figure 5 : Vestiges antérieurs à l’établissement grec, sous la tour 8. Vue vers l’ouest. © MAFKF.

Figure 5 : Vestiges antérieurs à l’établissement grec, sous la tour 8. Vue vers l’ouest. © MAFKF.

Conclusion

Grâce aux informations livrées par nos campagnes successives de terrain, nous connaissons de mieux en mieux la forteresse, dans sa construction et dans son fonctionnement, particulièrement pour les fortifications et la circulation interne. Ceci nous permet de dégager les différentes périodes et phases historiques et chronologiques, entreprise qui sera complétée lors des prochaines campagnes. L’étude de la céramique, que nous espérons reprendre au plus tôt, nous permettra d’affiner encore ces résultats.

Bibliographie

  • Mathilde Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 18 mars 2013. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4929
  • Mathilde Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 26 janvier 2012. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/2908

Membres de l’équipe en 2013

  • Duwish S. (directeur scientifique de la partie koweïtienne).
  • Bonnéric J. (directrice scientifique de la partie française à partir de juillet 2014 ; responsable de l’étude d’Al-Quṣūr —A4).
  • Gelin M. (directrice scientifique de la partie française jusqu’en juin 2014 ; responsable de l’étude de la forteresse —A1 Sud, A2 Est, temples).
  • Alami S. (restauration d’objets).
  • Al Ansary M. (restauration d’objets).
  • Al Mutairi H. (Al-Quṣūr).
  • Alpi F. (épigraphie).
  • Al Saei T. (muséologie).
  • Baier S. (topographie).
  • Couturaud B. (forteresse —A1 Nord).
  • David-Cuny H. (dessins d’objets).
  • Devaux E. (forteresse —préservation du patrimoine bâti).
  • Gelin J.-M. (forteresse —tour 8).
  • Humbert J. (plan d’Al-Quṣūr, relevés de terrain)
  • Khawam R. (forteresse —A2 Ouest).
  • Rivoal M. (Al-Quṣūr —A5).

Pour citer ce billet : Mathilde Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (3). La forteresse hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 juillet 2014. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6123


mathilde-gelin-2

Mathilde Gelin est archéologue, chercheuse au CNRS (ARSCAN – Archéologie et Sciences de l’Antiquité – UMR 7041, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Nanterre). Elle est responsable de l’étude de la forteresse hellénistique de Faïlaka-Ikaros.

Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/mathilde-gelin

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo



Vous aimerez aussi...