Création arabe palestinienne : théâtre, musique et beaux-arts (conférence, Haïfa, mai 2014)

Organisée par différents départements de l’université de Haïfa, kulliat-al-ādāb (Faculté des lettres), madrasat-al-funūn (École des arts), qism al-masraḥ (Département des études théâtrales), qism al-funūn al-taškīliyya (Département des beaux-arts), la conférence intitulée Ibdāʾ ʾarabī filasṭīnī masraḥ, musīqä wa funūn taškīliyya (« Création arabe palestinienne : théâtre, musique et beaux-arts ») s’est tenue du 12 au 14 mai 2014 à la « Maison des Arts » (Bayt al-fann) de l’université.

De gauche à droite : Henry Andrawes, Ḫulūd Ṭannūs, Baššār Murquṣ, Mas'ūd Hamdān, Muʿtazz Abū Ṣāliḥ, ʾᾹmir Ḥulayḥil, Wasīm Ḫayr, Mubādārāt masraḥiyya : masraḥ, ǧumhūr, wa muʿassasāt. Photo . N. Nakhlé-Cerruti

De gauche à droite : Henry Andrawes, Ḫulūd Ṭannūs, Baššār Murquṣ, Mas’ūd Hamdān, Muʿtazz Abū Ṣāliḥ, ʾᾹmir Ḥulayḥil, Wasīm Ḫayr, Mubādārāt masraḥiyya : masraḥ, ǧumhūr, wa muʿassasāt. Photo N. Nakhlé-Cerruti

L’objectif était de rassembler les principaux artistes palestiniens d’Israël et particulièrement ceux de la nouvelle génération, afin de donner une vision d’ensemble et plus précise d’une activité que ces artistes mêmes disent inexistante, mais dont la réalité tend à prouver le contraire. Les deux jours et demi se sont articulés autour de thèmes discutés par des universitaires et, surtout, par des praticiens des arts : conférences sur la musique (Muḥāḍarāt fī-l-mūsīqä), « Initiatives théâtrales : théâtre, public, associations » (Mubādārāt masraḥiyya : masraḥ, ǧumhūr, wa muʿassasāt), « Éducation théâtrale et théâtre pour enfants » (Tarbiya masraḥiyya wa masraḥ aṭfāl), « Auteurs de théâtre et metteurs en scène » (Kuttāb masraḥ wa muḫriǧūn), « Le travail du comédien » (ʿAmal al-mumaṯṯil), conférence sur la sociologie des arts plastiques palestiniens (Muḥāḍara marǧaʾiyya) , « Le monologue » (Al-Adāʾ al-munfarid).

En plus de ces rencontres, et pour donner à voir ce qui était présenté et discuté, des concerts étaient programmés. Sous la direction orchestre de Taysīr Ilyās, l’orchestre arabo-juif (al-ūrkistrā al-ʿarabiyya al-yahūdiyya) s’est produit à l’occasion de la soirée d’ouverture (12 mai 2014). Thérèse Sulaymān et ses amis (Tīrīz Sulaymān wa-l-aṣdiqāʾ) ont proposé leur « Voyage musical vers un astre tiède » (Riḥla mūsīqiyya ilä kawkab dāfiʾ) intitulé « Viens rêver » (Tīǧī neḥlam).

Tīrīz Sulaymān wa-l-aṣdiqāʿ, « Tīǧī neḥlam », riḥla mūsīqiyya ilä kawkab dāfiʿ(« voyage musical vers un astre tiède »). Photo N. Nakhlé-Cerruti

Tīrīz Sulaymān wa-l-aṣdiqāʿ, « Tīǧī neḥlam », riḥla mūsīqiyya ilä kawkab dāfiʿ(« voyage musical vers un astre tiède »). Photo N. Nakhlé-Cerruti

Les journées se sont achevées par deux chansons de rap « Notre histoire » et « La cause » (Qissatnā, Al-qaḍiyya) interprétées par Maysan Ḥamdān et ses musiciens, puis un concert donné par l’ensemble musical du département « Ensemble musical du bassin méditerranéen » (Ansābl mūsīqī ḥūḍ al-baḥr al-mutawassiṭ). Une programmation théâtrale était également proposée avec un choix de créations marquantes de la saison 2013-2014, ou inédites : « La destruction de la maison de Līd » (Ḫirbat bayt Līd), texte et jeu Ḫalīfa Nātūr ; « Siège » (Ḥiṣāṛ), à partir du poème de Mahmoud Darwich « État de siège » (Ḥālat ḥiṣār) adaptation et mise en scène Wasīm Ḫayr ; « Le temps parallèle » (Al-zaman al-muwāzī), texte et mise en scène Baššār Murquṣ ; « Au bord de la blancheur » (ʾAlä ḥāfit-al-abyaḍ), danse et arts plastiques, création Šādin Abū al-ʾAsal.

Dans son discours d’ouverture de la première séance de discussion, intitulée « Initiatives théâtrales : théâtre, public et associations », Masʿūd Ḥamdān, directeur du département des études théâtrales et à l’initiative de ce projet, souligne le caractère inédit de l’événement. Il s’agit de la première manifestation scientifique et artistique autour des arts palestiniens organisée au sein de l’Université de Haïfa. Dans cet établissement où la majorité des cours sont donnés en hébreu (à l’exception de la Faculté des lettres arabes, et de certains enseignements dispensés dans le département des études théâtrales, notamment celui d’histoire du théâtre palestinien), cette manifestation est la première à se tenir entièrement en langue arabe, avec traduction simultanée en hébreu. Tous les intervenants et les auditeurs maîtrisant l’hébreu, la langue arabe est employée ici comme outil de revendication identitaire. L’emploi exclusif de l’arabe, langue des Palestiniens qui vivent à l’intérieur d’Israël, participe à la reconnaissance de la culture palestinienne arabe et de l’existence d’une société palestinienne en Israël, société à la production artistique, culturelle et intellectuelle intense. L’outil linguistique sert alors l’objectif même de la conférence. Née de la volonté de réunir des artistes palestiniens, la conférence a été pensée par les organisateurs comme un « lieu de rencontre » pour donner vie à cette activité autant que donner à voir leur production par laquelle ils réclament « leur droit à l’existence culturelle et sociale ».

Derrière cet objectif de rassembler les artistes palestiniens et de donner à voir les discussions par des représentations et des concerts, la conférence cherchait à interroger et à définir le concept d’art palestinien en Israël.

Pour répondre à cet objectif, les différentes discussions ont questionné les pratiques artistiques. Il convient de noter la centralité du théâtre et des expériences théâtrales dans la programmation. Le département des études théâtrales de l’université est le seul département à enseigner, en arabe, l’histoire et les théories du théâtre, aussi bien en Israël que dans les universités palestiniennes de Cisjordanie. Cette activité intellectuelle et universitaire est alimentée par celle du théâtre Al-Mīdān de Haïfa, foyer majeur de la création locale et de la pratique théâtrale palestinienne en Israël. De nombreux théâtres sont également actifs à Acre, Nazareth ou Tel-Aviv.

Dépassant les discussions sur son origine, la question de l’existence d’un genre théâtral arabe a été largement débattue. Pour certains, le théâtre palestinien n’existe pas (Maḥmūd Ṣubḥ, entretien avec Nizār Zuʾbī) en raison de l’absence de différents courants constitutifs du genre et du manque de continuité et de cohérence entre les différentes créations. Et dans cette quête de la définition des caractéristiques du théâtre palestinien, ils sont nombreux à le percevoir comme une expérience (Baššār Murquṣ au nom de la troupe Insān ʿalä ḫašaba – « Un être humain sur scène », Haïfa ; Muʿtazz Abū Ṣaliḥ directeur de Masraḥ ʿuyūn – « Le théâtre des yeux », Maǧdal Šams).

De gauche à droite : Munīr Bakrī, Ayman Iġbāriyya, Adīb Ǧaḥṣān, ʾAlāʿ Ḥulayhil, Kuttāb masraḥ wa muḫriǧūn. Photo N. Nakhlé-Cerruti

De gauche à droite : Munīr Bakrī, Ayman Iġbāriyya, Adīb Ǧaḥṣān, ʾAlāʿ Ḥulayhil, Kuttāb masraḥ wa muḫriǧūn. Photo N. Nakhlé-Cerruti

Al-zaman al-muwāzī, texte et mise en scène Baššār Murquṣ, affiche (photo Baššār Murquṣ)

Al-zaman al-muwāzī, texte et mise en scène Baššār Murquṣ, affiche (photo Baššār Murquṣ)

Dans la tentative de définition, la production israélienne tient une place majeure et marque la création et les choix. Dans ce sens, ʿᾹmir Ḥulayḥil pour Al-Mīdān raconte : « Notre rêve était de devenir juifs. Notre rêve est de ne pas devenir juifs ». Au-delà des choix artistiques, ʿᾹmir Ḥulayḥil évoque également les problèmes matériels et financiers qui touchent l’institution dont il est le directeur artistique. Il explique que les gens de théâtre veulent que leur travail se démarque de la production israélienne dans les thèmes traités, aussi bien que dans les techniques mises en œuvre. Le genre théâtral repose sur la combinaison de trois éléments, plus ou moins présents : un texte dramaturgique, des comédiens, un public. Autour du texte dramaturgique, une tension se créé entre les deux autres éléments fondamentaux du processus de création théâtrale, entre les deux espaces de la représentation : l’espace-scène et l’espace-salle. C’est dans ce dernier qu’un théâtre palestinien doit se construire, dans le rapport et l’adresse au public (ʿᾹmir Ḥulayhil, Henry Andrawes). Toujours dans le cadre de ce travail de construction et d’affirmation d’un théâtre palestinien, dont le public est majoritairement palestinien, le rapport peut aussi être concentré sur l’autre espace, celui de la scène, où le comédien est lui aussi palestinien, comme l’a exprimé l’actrice Salwa Naqqāra, au cours de la séance intitulée « le travail du comédien » : « Je suis une Arabe palestinienne de Haïfa ».

La création se nourrit également des travaux théoriques européens, particulièrement les réflexions sur le statut du comédien et sa relation au personnage qu’il interprète. Les acteurs (Lāna Zurayq, Baššār Murquṣ) reconnaissent l’influence des théories de Stanislvaski qui préconisent un jeu du comédien basé sur son vécu personnel et sa mémoire effective pour construire un personnage plus réaliste (Stanislavski, La construction du personnage, 1930 ; et La formation de l’acteur, 1936).

Al-zaman al-muwāzī, texte et mise en scène Baššār Murquṣ, Murād Ḥasan, dans le rôle de Murād. Photo N. Nakhlé-Cerruti

Al-zaman al-muwāzī, texte et mise en scène Baššār Murquṣ, Murād Ḥasan, dans le rôle de Murād. Photo N. Nakhlé-Cerruti

Les thèmes traités et communs à la production participent à la définition du genre. Le « théâtre des slogans », masraḥ al-šiʾārāt (ʿᾹmir Ḥulayḥil, ʿAfīf Šliyūṭ, Munīr Bakrī), devenu trop idéologique, est abandonné au profit d’un théâtre de l’humain, un théâtre intime qui met en lumière le conflit identitaire à l’échelle de l’individu. L’image de la terre, dans les productions de Cisjordanie ou des camps palestiniens des pays arabes voisins, est travaillée et adaptée à la réalité palestinienne d’Israël : terre du village abandonné ou détruit (Hiṣār, adaptation et mise en scène Wasīm Ḫayr ; Taha, texte et jeu ʿᾹmir Ḥulayḥil, mise en scène Yūsuf Abū Warde). La question de la «palestinité» (al-falasṭana) se pose à tous, et, pour y répondre, une résistance active, intellectuelle et culturelle, se développe au sein de cette société palestinienne en Israël.

Ces journées se sont achevées par deux chansons de Rap, écrites et interprétées par Maysān Ḥamdān et ses musiciens, Qiṣṣatnā (https://www.youtube.com/watch?v=YizSLo9q07A) et Al-qaḍiyya (https://www.youtube.com/watch?v=iBlOX4Paf1I). Elles présentent une autre façon de répondre à ces questions :

Nous n’avons pas d’appartenance, pas d’identité
Nous avons perdu notre amour pour la terre et la langue arabe
(…)
La politique israélienne nous a cassés
Mais malgré l’oppression et l’humiliation, une génération éveillée est née (x2)
(…)
Tu lui demandes son identité ? Je te dis qu’il est palestinien
Comme moi, comme l’enfant de Nazareth, celui de Ramallah ou de Jénine, comme le réfugié ou l’enfant de Gaza
Comme tous ceux qui sont partis et que la dignité et la fierté ont libérés.
لا عنا انتماء لا عنا هوية
فقدنا حب الأرض ولغتنا العربية
(…)
تخاذل منا وفينا وسياسة إسرائيلية
بس رغم القهر والذل، خلق جيل واعي (x2)
(…)
بتسأله عن هويته بقولك فلسطيني
زيي زي ابن الناصرة ورام الله وجنين
زي اللاجئ في لبنان وزي ابن غزة
زي اللي راحوا من أحرار بكل كرامة وعزة
Al-zaman al-muwāzī, texte et mise en scène Baššār Murquṣ, affiche (photo Baššār Murquṣ)

Al-zaman al-muwāzī, texte et mise en scène Baššār Murquṣ


Pour citer ce billet : Najla Nakhlé-Cerruti, « Création arabe palestinienne : théâtre, musique et beaux-arts », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 2 juillet  2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6049


portrait-nakhle-cerruti-web

Najla Nakhlé-Cerruti est agrégée d’arabe et doctorante à l’INALCO (Institut National des Langues et des Civilisations Orientales) sous la direction de Luc Deheuvels, et boursière AMI à l’Ifpo-Territoires palestiniens. Sa thèse en préparation porte sur le théâtre palestinien contemporain, et particulièrement les représentations de l’identité.

Page web : http://www.ifporient.org/najla-nakhle-cerruti

Tous les billets de Najla Nakhlé-Cerutti


Vous aimerez aussi...