Luttes sociales au Liban : au-delà du clientélisme, du confessionnalisme et du sécuritarisme ?

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours récurrent et stérile sur l’exception libanaise dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement…) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent.

La séance du 6 mai 2014 était consacrée au thème : « Luttes sociales au Liban : au-delà du clientélisme, du confessionnalisme et du sécuritatisme ? », avec la participation de Marie-Noëlle Abi Yaghi (chercheuse associée à l’Ifpo, présidente de Lebanon Support), Lea Bou Khater (doctorante à la SOAS de Londres, experte au Consultation and Research Institute de Beyrouth) et Michele Scala (étudiant en Master 2 « Mondes arabe, musulman et hamito-sémitique », à l’Université d’Aix-Marseille).

© Manifestation pour une loi électorale démocratique entourée par un cordon des Forces de sécurité intérieure (FSI), Vincent Geisser, Beyrouth, avril 2014.

© Manifestation pour une loi électorale démocratique entourée par un cordon des Forces de sécurité intérieure (FSI), Vincent Geisser, Beyrouth, avril 2014.

Dans une réflexion sur les mouvements sociaux au Liban, les politologues Myriam Catusse et Karam Karam établissent le constat suivant : « Par rapport à d’autres pays de la région, la protestation sociale au Liban est à la fois euphémisée et exacerbée » (2008). Il est vrai que la majorité des discours politiques et médiatiques, des expertises des ONG internationales et, parfois, des analyses en sciences sociales, véhiculent une vision binaire de l’espace public libanais, représenté tantôt comme en « ébullition permanente », tantôt comme « socialement amorphe ». La trilogie « confessionnalisme/clientélisme/sécuritatisme » se voit ainsi érigée en variable explicative des phénomènes sociopolitiques, voire en système total structurant les attitudes, les comportements et les représentations des acteurs sociaux. En somme, la société libanaise serait constamment travaillée et inhibée par les allégeances primordiales : la famille, la communauté locale, la confession, le clientélisme politique, etc.

En admettant que ces notions aient une quelconque pertinence sociologique (ce qui est loin d’être évident), elles ne constitueraient pas nécessairement un frein à l’action collective et, ceci, pour trois raisons majeures :

  • Le feed-back contestataire : le « cercle de fer » du confessionnalisme et du clientélisme peut justement constituer un moteur de l’action collective, en réaction à l’idéologie dominante et aux modes « traditionnels » de contrôle social. À la radicalité du système social correspond aussi des formes de radicalité protestataire (Marie-Noëlle Abi Yaghi).
  • Le retournement protestataire : la clientélisation des acteurs sociaux est susceptible d’induire des situations de « retournement », où le client finit par se révolter contre son patron. En ce sens, le clientélisme au Liban représente une arme à double tranchant qui maintient autant le client que le patron dans une relation de dépendance mais aussi de précarité mutuelle (Michele Scala).
  • Le clientélisme pourvoyeur d’action collective : ce n’est un secret pour personne, qu’au Liban, nombre d’organisations syndicales, d’ONG à vocation sociale et de coalitions protestataires peuvent être imbriquées dans des enjeux confessionnels et communautaires qui leur servent à la fois de supports, d’alliés et de cadres de référence. Ce n’est pas forcément très moral de le reconnaître, mais les organisations communautaires, miliciennes et confessionnelles sont, dans certaines circonstances, des vecteurs de l’action collective (M.-N. Abi Yaghi, M. Scala et L. Bou Khater).

La question sociale au Liban : les faux-semblants d’un désert protestataire

L’intervention de Marie-Nöelle Abi Yaghi s’est surtout attachée à remettre en cause un certain nombre de clichés et d’idées reçues qui en viennent à conforter l’image d’un « désert protestataire » dans le Liban d’après-guerre. Au contraire, la politologue souligne que les mobilisations construites autour de la question sociale n’ont rien d’exceptionnelles et d’inédites au pays du Cèdre : la société libanaise témoigne d’une longue et riche histoire de mouvements contestataires. Le triomphe de la « démocratie consociative », après les Accords de Taëf (1989-1990), n’a pas empêché un foisonnement d’actions protestataires, où se côtoient grèves générales, manifestations, occupations de lieux publics, funérailles politiques, rassemblements spontanés et émeutes mais aussi, de façon paroxysmique, guérilla et guerre civile. Rien que pour les années 2012-2013, l’Observatoire des droits des travailleurs et des employés (cf. site Internet : www.lebaneselw.com) recense des dizaines de mobilisations dans l’espace public, les plus emblématiques d’entre elles ayant été les manifestations des enseignants du primaire et du secondaire, les mouvements des journaliers de l’entreprise Électricité du Liban (EDL), sans parler des grèves qui ont éclaté dans de nombreuses administrations publiques (fonctionnaires et contractuels).

© Manifestation des domestiques étrangères contre le système de la Kafala, Vincent Geisser, Beyrouth mai 2014.

© Manifestation des domestiques étrangères contre le système de la Kafala, Vincent Geisser, Beyrouth mai 2014.

Aussi Marie-Noëlle Abi Yaghi nous invite-t-elle à dépasser les explications culturalistes qui établissent une différence ontologique entre les sociétés dites « démocratiques » et celles qui ne le sont pas. De telles interprétations aux tonalités néo-orientalistes contribuent à entretenir le mythe d’un particularisme culturel et religieux, dont l’aspect le plus flagrant est la focalisation d’un grand nombre de recherches sur les mouvements islamistes et les mobilisations communautaires (politico-confessionnelles dans le cas libanais), passant sous silence d’autres formes moins visibles et moins spectaculaires de protestation.

Un syndicalisme sans syndicat : la success story protestataire de la Ligue des professeurs

Les « contraintes structurelles » souvent évoquées dans le cas du Liban pour expliquer les limites et les obstacles à l’émergence de mouvements collectifs doivent être prises en compte, sans pour autant sous-estimer la capacité des acteurs sociaux à les contourner et à faire preuve ainsi d’inventivité protestataire. À travers son étude sur la Ligue des professeurs du secondaire public (LPESPL), créée officiellement en 1980 (décision n°871 du 25/10), Lea Bou Khater s’intéresse ainsi aux modes d’action collectifs d’une profession (les enseignants) et d’un secteur (le public dit « officiel »), qui fait pourtant l’objet d’une interdiction légale de se syndiquer à l’instar de l’ensemble des fonctionnaires libanais. En effet, l’État libanais a toujours refusé de ratifier la Convention n° 87 sur la liberté syndicale, et interdit de facto à tous les membres de la Fonction publique d’adhérer et de créer un syndicat.

© Site Internet de la Ligue des professeurs de l’enseignement secondaire public du Liban.

© Site Internet de la Ligue des professeurs de l’enseignement secondaire public du Liban.

Ces contraintes objectives et légales, loin de freiner les mouvements revendicatifs et les luttes sociales ont, au contraire, favorisé l’éclosion de formes d’organisation originale, dotées d’une certaine efficacité contestataire. Ce d’autant plus que la Ligue des professeurs bénéficie d’un monopole de représentation de la profession (obligation et automaticité de l’adhésion des enseignants du public), qui lui permet de maintenir un rapport de force permanent avec les pouvoirs publics, en général, et le ministère de l’Éducation, en particulier. La Ligue a la particularité de combiner des modes d’action qui relèvent à la fois du registre associatif, du répertoire syndical, voire du corporatisme d’un ordre professionnel. Ainsi, l’histoire de la Ligue des professeurs du secondaire public, créée au départ par une minorité active issue des milieux communistes, de gauche et d’extrême gauche (Parti communiste libanais, Parti socialiste progressiste et Organisation de l’action communiste) offre l’image d’une success story protestataire, celle d’une forme de syndicalisme sans syndicat (Vincent Geisser), même si depuis avril 2014, les dirigeants de la Ligue ont clairement exprimé leur désir de la transformer en « véritable syndicat », bravant ainsi l’interdiction légale (cf. article de Rifaï Marisol, « Les fonctionnaires et les enseignants font trembler les rues de Beyrouth », L’Orient le Jour, 30/04/2014).

© Manifestation à l’appel des organisations féministes contre le projet de loi sur les violences conjugales,  Marie-Noëlle Abi Yaghi, Beyrouth mars 2014.

© Manifestation à l’appel des organisations féministes contre le projet de loi sur les violences conjugales,
Marie-Noëlle Abi Yaghi, Beyrouth mars 2014.

 

Une mobilisation improbable ? Le cas des salariés des supermarchés « Spinneys »

Si les conditions de mobilisation dans le secteur public sont rendues difficiles en raison d’un arsenal législatif répressif, elles apparaissent encore plus improbables dans le secteur privé commercial, où se côtoient des modes de contrôle patronaux ultralibéraux (figure du patron manager) et clientélistes (figure du patron traditionnel, « le cheikh »). Les patrons locaux (notables et zuaama) interviennent fréquemment à l’échelle d’un quartier ou d’une région pour favoriser l’embauche de leurs protégés et réprimer, si nécessaire, leur velléité d’autonomie et de contestation.

© La façade imposante du supermarché « Spinneys » d’Achrafieh, lieu de la mobilisation de 2012, Vincent Geisser, Beyrouth mai 2014.

© La façade imposante du supermarché « Spinneys » d’Achrafieh, lieu de la mobilisation de 2012, Vincent Geisser, Beyrouth mai 2014.

Dans son étude ethnographique sur les luttes sociales et salariales dans la chaîne des supermarchés « Spinneys », au cours de l’année 2012, Michele Scala montre ainsi comment les formes d’allégeance clientélistes et les relations de proximité entre le client et le patron peuvent se « retourner » et devenir le support d’une action collective circonscrite dans le temps et l’espace :

« Je me suis aperçu que la rupture du rapport de réciprocité entre patron et client, entre protecteur et protégé, entre donateur et donataire avait pu modeler un terrain d’insatisfaction chez les bénéficiaires des services de ce notable politique pouvant être à la base de l’explosion du rapport de clientèle qui les liait et du déclenchement d’une réaction protestataire concertée visant l’affirmation des droits de tous les travailleurs » (M. Scala).

Au final, le chercheur se retrouve face une configuration originale et fertile pour sa réflexion sociologique :

« le clientélisme, relation verticale et personnalisée par définition, communément considéré comme inhibiteur de l’action collective justement à cause de son caractère dyadique exclusif, est à la base d’une action collective concertée ».

Cette observation de Michele Scala confirme, en partie, notre hypothèse de départ : l’apparente stabilité du rapport de dépendance entre le client et le patron cache, en réalité, une véritable précarité relationnelle, aussi bien pour le premier que pour le second, qui constitue un terrain propice à la protestation. Au-delà de ce constat, le clientélisme, perçu comme la marque culturelle « indélébile » d’une société pluricommunautaire (le Liban), se marie parfaitement avec les tendances globales observées à l’échelle internationale, aussi bien en ce qui concerne la répression des mouvements sociaux que leur éclosion et leur déploiement dans l’espace public.

À l’instar de la « question de l’État » qui est trop souvent traitée sur le mode de l’exceptionnalité au Liban, la « question sociale » nous incite à dépasser les dichotomies réductrices et paresseuses (particularisme/universalisme ; dépendance/autonomie ; communautés/Nation ; clientélisme/classisme, etc.) et à penser l’action collective dans la société libanaise actuelle sous l’angle du chevauchement, de l’enchevêtrement et de la dialogique des répertoires, des registres et des modes de mobilisation.

Références

  • Abi Yaghi Marie-Noëlle, 2011, « Et pourtant ils votent ! Entre contestation et participation : la participation de la gauche antisystème aux élections de juin 2009 », in Catusse M., Karam K. et Lamloum O. (ed.), Métamorphoses des figures du leadership au Liban. Champs et contrechamps des élections législatives de 2009 au Liban, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2011. [En ligne] http://ifpo.revues.org/2558
  • Abi Yaghi Marie-Noëlle et Catusse Myriam, 2011, « Non à l’État holding, oui à l’État providence. Logiques et contraintes des mobilisations sociales dans le Liban de l’après-guerre », Revue Tiers Monde, 2011/5, Hors série (Protestations sociales, révolutions civiles. Transformation du politique dans la Méditerranée arabe), p. 67-93. DOI : 10.3917/rtm.hs01.0067[En ligne] https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2011-5-page-67.htm
  • Abi Yaghi Marie-Noëlle, 2013, L’altermondialisme au Liban : un militantisme de passage. Logiques d’engagement et reconfiguration de l’espace militant (de gauche) au Liban, Thèse de doctorat en science politique, sous la direction d’Isabelle Sommier, Université de Paris 1-Sorbonne. http://www.theses.fr/2013PA010296
  • Catusse Myriam, Karam Karam, 2008, « Les euphémismes de la résistance sociale au Liban », Alternative Sud, 15/4 (L’État des résistances dans le Sud-2009. Face à la crise alimentaire), p. 103-109. [En ligne] http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00355247 (version auteur déposée sur Hal).
  • Karam Karam, 2006, Le mouvement civil au Liban, Revendications, protestations et mobilisations associatives dans l’après-guerre, Paris-Aix-en-Provence, Karthala-IREMAM.
  • Rifaï Marisol, 2014, « Les fonctionnaires et les enseignants font trembler les rues de Beyrouth », L’Orient le Jour, 30/04/2014 : http://www.lorientlejour.com/article/865188/les-fonctionnaires-et-enseignants-font-trembler-les-rues-de-beyrouth.html

Ressources en ligne sur les mouvements sociaux au Liban sur le site de l’ONG Lebanon Support : http://daleel-madani.org/

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « Luttes sociales au Liban : au-delà du clientélisme, du confessionnalisme et du sécuritarisme ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 27 mai 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5994


Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

 

Vous aimerez aussi...