L’archéologie en Palestine : une archéologie de sauvetage ?

Les observations tirées des prospections conduites dans le cadre de nos recherches doctorales au sein de l’Ifpo nous ont permis d’établir un constat sans appel : le pillage et la destruction de nombreux sites archéologiques qui étaient, il y a trente ans, en bien meilleur état de conservation qu’aujourd’hui. Ces sites ont subi les effets conjugués de l’installation des colonies israéliennes et des aménagements urbains palestiniens.

Un état des lieux alarmant

Ahmed Rjoob, directeur du Département pour la valorisation des sites du ministère des Antiquités et du Tourisme palestinien, nous a guidé à travers l’un des plus remarquables sites de la région d’Hébron : Rujm Jerida, ferme-monastère datant du iveixs. ap. J.-C. (Stern et al. 2008, p. 20-23) qui se situe en zone C, c’est-à-dire sous le contrôle et l’autorité d’Israël. Cette ferme a été fouillée en 1997 par une équipe israélienne du Staff Officer for Archaeology in Judea and Samaria. Les sondages et les secteurs de fouille n’ont jamais été rebouchés, le site n’ayant bénéficié d’aucune politique de protection des vestiges. Depuis sa mise au jour, il ne cesse de se dégrader, les mosaïques disparaissent, les murs s’effondrent. Ce cas illustre à lui tout seul une tendance lourde qui frappe les sites archéologiques de la région, plus particulièrement ceux de la zone C, laquelle représente aujourd’hui 60 % des Territoires palestiniens. Hamdan Taha, directeur du département d’Archéologie du ministère des Antiquités, estime le nombre d’entités et de sites archéologiques sous contrôle total israélien à 4500, soit environ 45 % du patrimoine archéologique, dans lequel figurent près de 500 sites majeurs (Taha 2005, p. 69). À l’image de Rujm Jerida, la grande majorité d’entre eux est en voie de destruction.

À Rujm Jerida, le sol de mosaïque, complet lors de la fouille, perd peu à peu ses tesselles. Photographie : Margaux Thuillier.

À Rujm Jerida, le sol de mosaïque, complet lors de la fouille, perd peu à peu ses tesselles.                       Photographie : Margaux Thuillier.

La partition, la segmentation des Territoires palestiniens, la construction de nouvelles colonies juives et des grandes voies de circulation les desservant et, plus récemment, l’édification du Mur de séparation, n’ont fait que conforter ce processus de destruction systématique des sites archéologiques. Adel Yahya, directeur de la Palestinian Association for Cultural Exchange, signale ainsi de nombreux sites qui n’ont pas survécu à la construction du Mur (Yahya 2008, p. 43). Les entités archéologiques partiellement ou totalement détruites par la construction du Mur sont estimées à environ 800, ce qui représente 6,7 % du patrimoine archéologique palestinien (Yahya 2008, p. 43). Toutefois, nous pouvons observer une amélioration de la situation. Quelques sites se trouvant sur le tracé du Mur ont pu être préservés, contournés ou fouillés (Al-Houdalieh 2010, p. 34-35). Des fouilles préventives sont également entreprises sur l’emplacement des nouvelles constructions israéliennes (colonies et routes). Mais cette « politique préventive » est loin de concerner l’ensemble des projets d’aménagement.

Par ailleurs, l’une des difficultés majeures rencontrées lors de nos prospections est l’inaccessibilité à certains sites. En effet, un nombre non négligeable se situe à proximité, ou même à l’intérieur des colonies et des zones militaires. Ainsi, près de 29,5 % des sites au programme de nos prochaines prospections dans la région au sud de Naplouse ne pourront être étudiés pour des raisons sécuritaires. Les sites localisés entre le Mur et la Ligne verte sont, quant à eux, inaccessibles aux archéologues palestiniens, qui se voient donc privés de nombreux terrains de recherche. Près de 2 800 entités archéologiques et monuments historiques seraient concernés par cette interdiction (Yahya 2008, p. 43). Il faut également signaler les phénomènes de pillage : passées à la pelle et au détecteur de métaux, les fouilles clandestines sont extrêmement nuisibles. Elles dévoilent des structures qui, au fil du temps, s’effondrent et privent les archéologues d’indices permettant la datation et l’interprétation des sites. La crise économique que subit de plein fouet la Palestine, l’autorisation du commerce d’antiquités en Israël et la faiblesse des mesures législatives relatives à la protection du patrimoine ne font qu’encourager ces trafics des pièces archéologiques. En matière de patrimoine, le Département des Antiquités palestiniennes s’appuie sur une législation obsolète, à savoir des lois jordaniennes et des textes datant du Mandat britannique (notamment la loi jordanienne sur le patrimoine de 1966).

Enfin, les sites archéologiques sont très largement victimes du développement urbain effréné que connaissent les Territoires palestiniens et qui se traduit par la multiplication de nouvelles constructions (immeubles et maisons individuelles) en zones urbaines comme en zones rurales. En principe, les aménageurs sont tenus de respecter les dispositions de la loi de 1929 sur les antiquités, les contraignant à faire appel au DACH (Department of Antiquities and Cultural Heritage), seul habilité à effectuer des diagnostics archéologiques avant le lancement des chantiers. En réalité, ils ne respectent presque jamais cette procédure.

Fouille clandestine effectuée sur le site du Khirbet el-Burj. Photographie : Margaux Thuillier.

Fouille clandestine effectuée sur le site du Khirbet el-Burj. Photographie : Margaux Thuillier.

Des nécessaires efforts de protection et de valorisation

Depuis 1993, des efforts sont engagés afin de protéger et étudier le patrimoine, notamment avec la création du ministère des Antiquités et du Tourisme palestinien (Taha 2005, p. 65-68), l’ouverture de départements d’archéologie au sein des universités palestiniennes, la mise en place par les ONG de programmes de conservation, de valorisation et de restauration des vestiges, et la présence sur place d’instituts archéologiques internationaux.

Dans ce nouveau contexte de valorisation et de protection du patrimoine archéologique palestinien, de nombreuses fouilles « de sauvetage » ont été entreprises par le ministère dans les Territoires Palestiniens et à Gaza, notamment à Bethlehem, Nablus, Beitunya, Ta’annek, Jabalia, Nuseirat, Bir el-Hammam, Tell Jenin, Tell um A’mer et Khirbet Deir Ghannam. D’autres fouilles sont aussi programmées à Khirbet Bela’meh, Tell es-Sultan, Tell el-A’jjul, Tell es-Sakan et Tell el-Mafjar.

Dans une perspective similaire, les universités de Birzeit, d’Al-Quds, d’An-Najah, d’Hébron ainsi que l’Université islamique de Gaza, ont organisé des programmes de fouilles sur une dizaine de sites archéologiques. Ce fut le cas, ces dernières années, sur les sites de Khirbet Siya et Khirbet Birzeit, qui constituent les « chantiers écoles » de l’Université de Birzeit.

De nombreuses ONG telles que Riwaq, Hebron Rehabilitation Committee, the Welfare Association, the Center for Cultural Heritage Preservation, the Mosaic Center of Jericho, the Palestinian Association for Cultural Exchange, luttent pour la préservation et la restauration du patrimoine culturel. Sur un plan pédagogique et éducatif, elles œuvrent aussi à ancrer au sein de la population palestinienne une « conscience patrimoniale ».

Dans le cadre de nos recherches doctorales au sein de l’Ifpo (Dynamiques de l’occupation rurale le long de la voie romaine de Jérusalem à Neapolis à l’époque de l’empire romain tardif, ivs. ap. J.- C. jusqu’au début du viis. ap. J.-C.), nous poursuivons, entre autres, les objectifs suivants :

  • Réaliser un recensement général des sites byzantins de la région ;
  • Fournir une carte précise des sites en danger, non accessibles, détruits, et des sites nécessitant un effort de protection et de valorisation ;
  • Mesurer l’état de conservation des sites qu’il est possible de prospecter et sur lesquels il est possible d’effectuer une étude complète et détaillée (enregistrement photographique systématique, relevé et description précise des vestiges, ramassage de surface).

Malgré les efforts engagés de toutes parts, la situation reste néanmoins préoccupante. Certains acteurs politiques, institutionnels, scientifiques et académiques, palestiniens ou étrangers, ont pris désormais conscience de la menace qui guette le patrimoine archéologique de cette région, dont le sort actuel ne peut manquer d’alerter les opinions publiques locale et internationale. Il faut espérer que notre recherche au sein de l’Ifpo, aussi modeste soit-elle, contribuera à la protection et la mise en valeur du patrimoine archéologique de Palestine et au sauvetage de sites en danger.

Vestiges du site de Kefr Ana. Photographie : Margaux Thuillier.

Vestiges du site de Kefr Ana. Photographie : Margaux Thuillier. 

Bibliographie

  • Al-Houdalieh Salah Hussein, 2010, « Archaeological Heritage and Related Institutions in the Palestinian National Territories 16 Years After Signing the Oslo Accords », Present Pasts Journal 2 /1, p. 31-53. [En ligne] http://www.presentpasts.info/article/view/pp.20/29
  • Stern Ephraim (éd.) et al., 2008, New Encyclopedia of Archaeological Excavation in the Holy Land, vol. 5, Jerusalem, Israel Exploration Society ; Washington, D.C., Biblical Archaeology Society.
  • Taha Hamdan, 2005, « A Decade of Archaeology in Palestine », in Fabio Maniscalo (éd.), Tutela, Conservazione E Valorizzazione Del Patrimonio Culturale Della Palestina, Naples, Massa Editore (Mediterraneum. Tutela e valorizzazione dei beni culturali ed ambientali), p. 63-72.
  • Yahya Adel, 2008, « Looting and Salvaging, How the Wall, Illegal Digging and the Antiquities Trade are Ravaging Palestinian Cultural Heritage », Jerusalem Quarterly 33, p. 39-55.[En ligne] http://www.jerusalemquarterly.org/ViewArticle.aspx?id=46

Pour citer ce billet : Margaux Thuillier, « L’archéologie en Palestine : une archéologie de sauvetage ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 25 avril 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5890


margaux-thuillier

Doctorante en archéologie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et bénéficiaire d’une Aide à la mobilité internationale à l’Ifpo, Margaux Thuillier consacre son doctorat à l’étude des Dynamiques d’occupation rurale le long de la voie romaine de Jérusalem à Naplouse à l’époque de l’empire romain tardif.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/margaux-thuillier

Tous les billets de Margaux Thuillier

 

Vous aimerez aussi...