Damas dans le miroir des écrivains et des poètes arabes (4). Saïd Aql

Damas, Al-Cham, capitale de la Syrie, est l’une des plus anciennes cités du monde. Damas, sa rivière Barada, son mont Qassioun, ses jardins, sa mosquée des Omeyyades, ses églises, ses remparts, ses palais et ses caravansérails, ses ruelles couvertes bordées de boutiques et ses souks, ses maisons traditionnelles, ses quartiers, ses artisans et ses commerçants, sa population musulmane et chrétienne… Damas vit actuellement des jours tragiques. Au moment où la ville est prise dans l’engrenage d’une guerre effroyable dont personne ne connaît l’issue, les images de chaos qui nous parviennent d’elle à travers les médias sont d’une noirceur extrême. Pourtant, Damas n’a cessé d’alimenter l’imaginaire des écrivains, des romanciers, des nouvellistes et des poètes arabes durant des siècles, d’Ibn Battuta à Ahmad Chawqi, de Nizar Qabbani à Mohammed al-Maghout, en passant par Ghada al-Samman et bien d’autres encore. C’est sous l’angle de la littérature qu’Éric Gautier a choisi d’évoquer cette ville millénaire. Dans cette optique, il a sélectionné et traduit en français quelques-uns des plus beaux textes la concernant.

Saïd Aql

Saïd Aql

La quatrième étape de notre voyage à travers la littérature arabe à la recherche de Damas est consacrée à Saïd Aql, à la fois poète, dramaturge, linguiste, théologien et politicien libanais.

Né le 4 juillet 1912 à Zahlé dans la vallée de la Békaa, Saïd Aql est considéré  unanimement comme un des plus importants poètes arabes contemporains. Paradoxalement, il fait aussi partie de ceux qui soutiennent que les Libanais ne sont pas arabes mais phéniciens. Il élabore d’ailleurs un système de transcription du dialecte libanais en caractères latins et propose même d’officialiser le libanais et de le substituer à l’arabe dans tout le Liban (Plonka Arkadiuz, 2004, L’idée de langue libanaise d’après Saïd Aql, Paris, Geuthner).

Dans les années soixante-dix, son nom est lié aux Gardiens des cèdres, une organisation nationaliste, opposée à l’identité arabe du Liban, préconisant le dialecte libanais comme langue nationale. Si Étienne Saqr (Abou Arz) est à la tête de cette organisation créée en 1975, Saïd Aql est considéré comme son chef spirituel. Les destins des deux hommes se séparent en 1982, date de l’invasion israélienne au Liban.

Saïd Aql écrit en trois langues : l’arabe standard moderne, le dialecte libanais et le français. En français, il est l’auteur de deux recueils L’or est poème (1981) et Sagesse de Phénicie (1999). En arabe, ses œuvres les plus connues sont : La Majdalénienne (1944), Poèmes de son cahier (1973), Quintains de jeunesse (1991), La fille de Jephteh (pièce de théâtre en vers, 1935), Qadmous (pièce de théâtre en vers, 1937), Si le Liban parlait (prose, 1960) etc. En libanais, nous citerons à titre d’exemple : Yaara (recueil de poèmes, 1961), Quintains (1978), Lebnaan (revue en arabe, en nouvel alphabet, qui paraît pour la première fois en 1975).

À partir de la fin des années cinquante et jusqu’au début de la guerre du Liban, Aql écrit une série de poèmes sur la ville de Damas. Fruits de la collaboration entre le poète, les compositeurs Assi et Mansour Rahbani et la chanteuse Fayrouz, ces œuvres – les fameuses Chamiyyat (Les Damascènes) – font vibrer le public syrien qui les découvre chaque année sur les ondes de la radio nationale et surtout sur la scène du théâtre de la Foire internationale de Damas inaugurée en 1954.

Saïd Aql (à droite), Assy al-Rahbâny et Fayrouz

Saïd Aql (à droite), Assi al-Rahbani et Fayrouz

« Demande-moi, ô Cham » chanté par Fayrouz en 1961 à Damas et « Cham, ô toi dont l’épée » furent publiés dans les œuvres complètes de Saïd Aql, dans le recueil Comme les colonnes (1974). En revanche, « J’ai lu ta gloire » (1962), « Le vent souffle de Syrie du sud » (1964), « Prends-moi avec tes yeux » (1966), « J’aime Damas » (1973), « Ô Cham, l’été est de retour » (1976) et les autres poèmes damascènes parurent dans des revues telle La Revue de la radio syrienne (fondée en 1953). Comme l’écrit le poète, le rendez-vous entre ses vers, Fayrouz, les Frères Rahbani et Damas était devenu à cette époque une sorte de tradition. Chaque année ou presque, à la fin de l’été, le public damascène retrouvait la star de la chanson arabe venue faire l’éloge de leur ville. Cette tradition perdura jusqu’au déclenchement de la guerre du Liban. Fayrouz chanta pour la dernière fois sur la scène du théâtre de la Foire internationale de Damas en 1976.

La rivière Barada et l’entrée de la Foire internationale de Damas

La rivière Barada et l’entrée de la Foire internationale de Damas

Je propose ci-dessous la traduction (accompagnée du texte en langue arabe) de deux poèmes de Saïd Aql qui, grâce à la puissance et à l’originalité des procédés et des images utilisés, au talent des frères Rahbani et à la voix limpide de Fayrouz, sont connus dans tout le monde arabe. Dans un autre poème, « Cham, ô toi dont l’épée », deux vers suggèrent d’ailleurs de manière assez explicite que la voix de la diva trouve son origine à Damas (symbolisée ici par la rivière Barada qui traverse la ville) :

« Ma voix, je la tiens de toi, ô Barada,
De même que ta source vient des nuages de mon pays

La neige du Hermon nous a nourri ensemble,
Culminant comme la splendeur de nos coupoles (…) »

1. « Prends-moi avec tes yeux »

Fayrouz interprète ce premier poème « Prends-moi avec tes yeux » en 1966 (Boubes Ahmad, 2014, Saïd Aql… son histoire avec Damas, Alazmenah.com). L’année précédente, elle n’avait pas pu participer à la Foire internationale de Damas. Aql a glissé dans le texte une première allusion au caractère traditionnel du rendez-vous de Fayrouz et des frères Rahbani avec Damas (v. 6), puis une seconde qui ressemble à des excuses adressées aux Damascènes en raison de leur absence à la précédente édition (v. 8).

L’absence fut longue et la corde [du oud ] sanglote de nostalgie
Prends-moi avec tes yeux, ô lune, et disparaît !

Rien ne subsiste dans la nuit, sinon le tressaillement de la voix,
les colombes et les fleurs égarées

J’ai avec toi, ô Barada, un pacte que je respecterai toujours
Mais de l’aimer, la vie m’a détourné

Un pacte comme les sanglots d’un dernier jour d’automne
Tandis que t’accompagnent dans ta peine le vent et la pluie

Ici, la terre est faite de parfum et de musique
En quel autre endroit sinon à Cham, les pierres sont-elles sensibles à la musique ?

Cham, tes habitants sont mes amours et nous avons rendez-vous
à la fin de l’été, à la saison où le raisin est pressé

On laisse vieillir les [notes] blanches des mélodies, on les déguste
le jour du concert et plus question ni de vin, ni de veille

J’ai été séparé d’eux, sans pouvoir rien y faire
Je suis l’aile avec laquelle joue le voyage

Toi qui est bon, ô mon cœur, tu me fais porter le poids
des soucis des gens que j’aime, ceux qui sont là et ceux qui sont partis

Cham, ô fille d’un passé à tout jamais présent,
Tu es comme l’épée, formule lapidaire de ta grandeur

Tu avais la terre dans les paumes de tes mains, vers toi
la terre s’est retournée, sans toi le sort est aveuglé

Enregistrement Live de Fayrouz à Damas en 1966 « Prends-moi avec tes yeux »

خذني بعينيك

طالَتْ نَوىً وَبَكَى مِن شَـوْقِهِ الوَتَرُ
خُذنِي بِعَينَيكَ وَاغـرُبْ أيُّها القَمَرُ

لم يَبقَ في الليلِ إلا الصّوتُ مُرتَعِشاً
إلا الحَمَائِمُ، إلا الضَائِـعُ الزَّهَـرُ

لي فيكَ يا بَرَدَى عَهـدٌ أعِيـشُ بِهِ
عُمري، وَيَسـرِقُني مِن حُبّهِ العُمرُ

عَهدٌ كآخرِ يومٍ في الخـريفِ بكى
وصاحِباكَ عليهِ الريـحُ والمَطَـرُ

هنا التّرَاباتُ مِن طِيبٍ و مِن طَرَبٍ
وَأينَ في غَيرِ شامٍ يُطرَبُ الحَجَرُ؟

شـآمُ أهلوكِ أحبابي، وَمَـوعِـدُنا
أواخِرُ الصَّيفِ، آنَ الكَرْمُ يُعتَصَرُ

نُعَتِّـقُ النغَمَاتِ البيـضَ نَرشُـفُها
يومَ الأمَاسِي، فلا خَمرٌ ولا سَـهَرُ

قد غِبتُ عَنهمْ وما لي بالغيابِ يَـدٌ
أنا الجَنَاحُ الذي يَلهـو به السَّـفَرُ

يا طيِّبَ القَلـبِ، يا قَلبي تُحَـمِّلُني
هَمَّ الأحِبَّةِ إنْ غَابوا وإنْ حَضروا

شَـآمُ يا ابنةَ ماضٍ حاضِـرٍ أبداً
كأنّكِ السَّـيفُ مجدَ القولِ يَخْتَصِرُ

حَمَلـتِ دُنيا عـلى كفَّيكِ فالتَفَتَتْ
إليكِ دُنيا، وأغضَـى دُونَك القَدَرُ

2. « Ô Cham l’été est de retour »

« Ô Cham l’été est de retour » fut chanté par Fayrouz à Damas en 1976 (lors de sa dernière apparition sur les planches du théâtre de la Foire internationale de Damas). La guerre du Liban apparaît en filigrane dans le cinquième vers.

Ô Cham l’été est de retour

Ô Cham, l’été est de retour, après une longue attente, et l’aile m’a ramené

La nostalgie de toi m’a crié : largue les voiles ! Et les vents m’ont appelé

Les voix de mes amis, ses yeux, et la promesse possible d’un lendemain

Tous ceux que j’aime m’ont volé le sommeil, et ont trouvé le repos

Je suis ici blessure d’amour mais là-bas, dans ma patrie, tant de blessures

J’ai l’œil sur toi, ô Damas, car tu es celle d’où coule le matin

Ô amour, tu me repousses et tu me demandes quand il nous sera permis

Je suis vers toi le chemin, l’oiseau vagabond, la marguerite

À Cham tu es amour et à Beyrouth une chanson et un vin

Mes parents, tes parents, la civilisation nous a unis, et le samah* aussi,

Notre détermination, les caravanes des héros, ceux qui se sont sacrifiés, puis nous ont quittés

Ô Cham, ô porte de l’histoire, que les lances veillent sur toi !

* samah : nom d’une danse arabe

Enregistrement Live en 1976 à la Foire internationale de Damas de Fairuz interprétant « Ô Cham l’été est de retour »

يا شام عاد الصيف

يا شَـامُ عَادَ الصّـيفُ متّئِداً وَعَادَ بِيَ الجَنَاحُ

صَـرَخَ الحَنينُ إليكِ بِي: أقلِعْ، وَنَادَتْني الرّياحُ

أصـواتُ أصحابي وعَينَاها وَوَعـدُ غَـدٍ يُتَاحُ

كلُّ الذينَ أحبّهُـمْ نَهَبُـوا رُقَادِيَ وَاسـتَرَاحوا

فأنا هُنَا جُرحُ الهَوَى، وَهُنَاكَ في وَطَني جِراحُ

وعليكِ عَينِي يا دِمَشـقُ، فمِنكِ ينهَمِرُ الصّبَاحُ

يا حُـبُّ تَمْنَعُني وتَسـألُني متى الزمَنُ المُباحُ

وأنا إليكَ الدربُ والطيـرُ المُشَـرَّدُ والأقَـاحُ

في الشَّامِ أنتَ هَوَىً وفي بَيْرُوتَ أغنيةٌ و رَاحُ

أهـلي وأهلُكَ وَالحَضَارَةُ وَحَّـدَتْنا وَالسَّـمَاحُ

وَصُمُودُنَا وَقَوَافِلُ الأبطَالِ، مَنْ ضَحّوا وَرَاحوا

يا شَـامُ، يا بَوّابَةَ التّارِيخِ، تَحرُسُـكِ الرِّمَاحُ

N. B. : Les photographies illustrant ce billet sont tirées de l’ouvrage suivant :

زغيب هنري, 2012, سعيد عقل… إن حكى, سد البوشرية, منشورات درغام الطبعة الثانية.

Pour citer ce billet : Éric Gautier, « Damas dans le miroir des écrivains et des poètes arabes (4). Saïd Aql », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 27 mars 2014. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5859


Eric Gautier, responsable du stage de langue arabe de lâ€'Ifpo

Éric Gautier est spécialiste de littérature arabe contemporaine. Maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne, il est actuellement Responsable des cours de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, à Beyrouth. Après avoir obtenu son doctorat en langue et littérature arabes à l’Université de Provence en 1993, il part s’installer à Damas où il réside durant dix-sept ans, jusqu’en juillet 2011. Éric Gautier a publié plusieurs traductions, dont Les Fins d’Abdul Rahman Mounif, 2013, Beyrouth, Presses de l’Ifpo.

Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/eric-gautier

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo

 

Vous aimerez aussi...