Les incrustations figurées de Mari (Syrie, IIIe millénaire av. J.-C.) : étude archéologique et iconographique d’un corpus

Le corpus d’incrustations en coquille de Mari, mis au jour entre 1933 et les fouilles de 2010, demeure le plus important du Proche-Orient ancien. D’autres sites en ont fourni (Dolce 1978), mais jamais en nombre suffisant ni dans des contextes archéologiques assez précis pour susciter l’intérêt des chercheurs et en permettre une étude exhaustive. De plus, l’incrustation est une technique d’assemblage et, dans la majorité des cas, seuls des fragments d’incrustations ont été exhumés, ne permettant donc plus de restituer la forme originale des objets incrustés ni l’agencement initial des pièces. Seul le fameux Étendard d’Ur, unique exemplaire intégralement préservé à sa découverte, semblait suffire à la connaissance de ces objets que sont les panneaux figuratifs incrustés. Dans une telle situation, une nouvelle étude s’imposait et le réexamen du corpus de Mari pouvait faciliter la compréhension de ces objets si mal connus, pourtant partie intégrante de la culture matérielle du Proche-Orient au Bronze ancien (Couturaud 2013). Une telle étude, au-delà de la publication d’un corpus, permettait également de soulever de nouvelles questions – notamment relatives à l’utilité de ces objets et à leur fonction –, questions qu’il est, par ailleurs, possible d’étendre à toute la culture matérielle de cette époque : qui utilisait ces artefacts ? Pour qui étaient-ils produits ? Dans quels lieux étaient-ils exposés ? Que et qui représentaient-ils ? Comment comprendre et expliquer leur apparition et leur disparition ?

Étendard d’Ur, retrouvé dans le cimetière dit royal, seul panneau figuratif incrusté intégralement préservé (coquille non nacrée, lapis-lazuli, calcaire rouge, bitume, bois ; ht. 20,3 cm : l. 47 cm ; British Museum, no d’inv. WA 121201) © British Museum

Étendard d’Ur, retrouvé dans le cimetière dit royal, seul panneau figuratif incrusté intégralement préservé (coquille non nacrée, lapis-lazuli, calcaire rouge, bitume, bois ; ht. 20,3 cm : l. 47 cm ; British Museum, no d’inv. WA 121201) © British Museum

Le corpus d’incrustations de Mari a l’avantage d’offrir une relative cohérence spatiale et chronologique, puisque le matériel correspond à la production d’une cité, à une époque définie qu’est la Ville II, datée entre 2550 et 2300 av. J.-C. (Margueron 2004, Butterlin 2010). En dépit de cette cohérence, son étude nécessitait la prise en compte d’un certain nombre de difficultés. En premier lieu, l’état réellement fragmentaire du corpus – plus des quatre cinquièmes – n’en permettait pas une compréhension globale, ce qui a probablement contribué au désintérêt suscité par ce matériel. De plus, les incrustations sont de petits éléments qu’il n’est pas facile de retrouver en contexte archéologique, surtout lorsque la fouille fine n’a pas été systématiquement appliquée. Le matériau posait aussi problème : la coquille, à plus forte raison lorsqu’elle est nacrée, a tendance à se déliter dans certains milieux et se détériore très rapidement. Enfin, le site de Mari n’a pas été intégralement fouillé et l’on peut légitimement penser que d’autres incrustations demeurent à ce jour enfouies. Nous avons ainsi affaire à un corpus tronqué : dans de telles conditions, il n’était pas envisageable de recomposer un puzzle dont le modèle original demeure inconnu et qui se présente avec de nombreuses lacunes. L’objectif principal ne consistait pas à tenter une reconstitution impossible de ces panneaux – comme cela a pu être fait de manière totalement arbitraire par le passé –, mais à voir dans quelle mesure il était possible, à partir de données archéologiques et iconographiques, de dégager suffisamment d’informations pour comprendre la place de ces objets au sein de la culture matérielle et sociale à laquelle ils avaient appartenu. Ce problème de l’intégralité du corpus se posait aussi pour l’identification et l’interprétation de certains fragments. Sur ce point, il est important de rappeler que la majorité des incrustations ont été retrouvées sous la direction d’André Parrot qui a mené pendant plus de 40 ans les fouilles sur le site de Mari, de 1933 à 1974. Inventeur de ces objets et l’un des rares chercheurs à y avoir prêté attention, il n’en était pas moins resté tributaire de critères de jugement dépassés, ainsi en matière de genre ou d’ethnie, souvent inappropriés et parfois dangereux, dont il fallait résolument se départir. Ce qui passait naguère pour des évidences, en ces matières, devait se voir remis systématiquement en question.

Figure 2 : Panneau dit Étendard de Mari, reconstitution réalisée par André Parrot à partir de certaines incrustations retrouvées dans le temple d’Ishtar (coquille nacrée, schiste, calcaire rouge, bitume, bois ; ht. 35 cm ; l. 70 cm ; musée du Louvre, no d’inv. AO 19820) © B. Couturaud 2009.

Figure 2 : Panneau dit Étendard de Mari, reconstitution réalisée par André Parrot à partir de certaines incrustations retrouvées dans le temple d’Ishtar (coquille nacrée, schiste, calcaire rouge, bitume, bois ; ht. 35 cm ; l. 70 cm ; musée du Louvre, no d’inv. AO 19820) © B. Couturaud 2009.

La collecte des données, nécessaire à l’étude et à la réalisation d’un catalogue, a dû se faire en plusieurs étapes complémentaires : dans les archives de la mission dans un premier temps, dans les publications ensuite et dans les musées où le matériel a été entreposé enfin. Les archives demeurent la source primaire, puisqu’il s’agit du premier enregistrement des pièces. En effet, à chaque objet est associée une fiche comprenant des informations sommaires, mais normalement suffisantes à leur identification. Dans leur version complète, ces fiches comportent le numéro d’objet, une photographie, un dessin, un descriptif, les dimensions, la date de découverte et le lieu de conservation ainsi que le numéro d’inventaire. La réalité est souvent tout autre et il apparaît que certains lots n’ont pas du tout été enregistrés (Couturaud 2014). Dans un second temps, la consultation des publications, sous forme de monographies (Parrot 1956, 1967) ou de rapports de fouilles, a permis de compléter ces informations. Ces rapports ont été publiés dans la revue Syria entre 1935 et 1975, pour les fouilles d’André Parrot, et dans les revues M.A.R.I. (Mari, Annales de Recherches Interdisciplinaires) et Akh Purattim, pour celles effectuées sous la direction de Jean-Claude Margueron, entre 1979 et 2004, et Pascal Butterlin, depuis 2005. Ils ont facilité l’attribution aux pièces d’une localisation spatiale et stratigraphique la plus précise possible. Enfin, le travail en musée a permis une étude visuelle complète et, parfois, la rectification de certaines données. Ces diverses étapes ont non seulement favorisé le renouvellement de la documentation graphique, mais également l’établissement d’un nouveau catalogue complet du corpus des incrustations de Mari.

Figure 3 : fiche attribuée à une pièce représentant un homme en prière, extrait du catalogue des incrustations de Mari (COUTURAUD 2013).

Figure 3 : fiche attribuée à une pièce représentant un homme en prière, extrait du catalogue des incrustations de Mari (Couturaud 2013).

Les résultats obtenus dépendent directement de la méthode mise en place, fondée sur l’analyse archéologique et iconographique des fragments (Couturaud, à paraître). L’étude des contextes de découvertes, en premier lieu, a permis de mettre en avant que les lieux de dépôt des panneaux correspondent à des édifices de prestige, à savoir les temples, le palais et des bâtiments administratifs. Ces objets semblaient destinés à être exposés dans les lieux mêmes du pouvoir, sièges de la gestion administrative, économique et religieuse de la cité. L’analyse iconographique, pour sa part, a autorisé le décryptage des conventions attachées à la représentation sur panneaux figuratifs incrustés. Les thématiques sont assez réduites, puisqu’il s’agit de scènes militaires et de scènes cérémonielles ou cultuelles. Les premières correspondent principalement à la description de la victoire selon des codes visuels récurrents, tels que la démonstration de la supériorité, les défilés ou l’humiliation des ennemis. Les secondes, quant à elles, se définissent par la représentation de prêtres, de prêtresses et d’orants prenant part à des scènes de communion ou de sacrifice.

Figure 4 : représentation d’un soldat conduisant un prisonnier par le cou, retrouvés dans le palais de Mari (coquille nacrée, schiste, bitume, bois ; ht. 12,4 cm ; l. 13,7 cm ; musée d’Alep, no d’inv. 1968) © B. Couturaud 2009.

Figure 4 : représentation d’un soldat conduisant un prisonnier par le cou, retrouvés dans le palais de Mari (coquille nacrée, schiste, bitume, bois ; ht. 12,4 cm ; l. 13,7 cm ; musée d’Alep, no d’inv. 1968) © B. Couturaud 2009.

Derrière ce schéma d’apparence simple et partagé avec d’autres documents imagés du Proche-Orient au Bronze ancien, il apparaît que les panneaux figuratifs incrustés de Mari développent certaines caractéristiques qui pourraient leur être propres. On remarquera principalement l’absence notable de représentation de divinités, de souverain ou encore celle de décors et autres données pouvant fournir des informations clés sur le cadre spatio-temporel des scènes représentées. Ces éléments conduisent à penser que cette iconographie n’est pas sous-tendue par un principe de narration d’événements précis, contrairement à ce que l’analyse des images au Proche-Orient a souvent mis en avant. Il s’agirait plutôt de l’évocation de situations mettant en scène des personnages dont l’identité ne se trouve pas précisément définie. En revanche, ils revêtent certains insignes spécifiques – coiffes, parures, accessoires – qu’il est possible d’attribuer à des tenants du pouvoir, à tout le moins des personnages de haut rang. Il se pourrait ainsi que les panneaux figuratifs incrustés aient été les vecteurs privilégiés d’une frange de la société, à savoir les élites, et non spécifiquement du roi. Présents dans les lieux de l’exercice du pouvoir, ils pouvaient ainsi servir à conforter le rôle de ceux qui œuvraient derrière le souverain à la gestion de la cité : clergé, administrateurs, chefs militaires ou marchands. Ces individus ne sont pas clairement identifiables dans les sources, mais incontestablement présents, si l’on en croit les restes archéologiques retrouvés dans de nombreux cimetières qualifiés de « royaux » en raison du luxe des objets découverts. Cette période du milieu du IIIe millénaire est en effet précisément celle qui voit l’apogée de la production de biens dits « de prestige », fabriqués dans des matériaux précieux et exotiques. Ils sont les témoins d’une élite puissante, qui détourne à son profit et dans un but purement ostentatoire les réseaux d’acquisition et d’échanges qui s’intensifient.

Un point intéressant, pour finir : l’étude stratigraphique a permis d’établir que la production de ces panneaux disparaît avec la prise du pouvoir par les Akkadiens. Ce moment correspond à un tournant idéologique : le souverain règne alors sur un important territoire allant de la mer Méditerranée à l’Iran et de l’Anatolie au Golfe arabo-persique. Bien que le terme ne soit pas forcément le plus approprié, on parle ainsi de « premier empire » instauré par Sargon, le fondateur dynastique. De fait, le pouvoir royal est renforcé, devenant quasi exclusif, selon un processus qui culminera sous le règne de Naram-Sin, premier monarque à se faire diviniser de son vivant (Liverani 1993). En parallèle, cette époque voit également la transformation du système des élites et la réduction du pouvoir qui leur était conféré, notamment le pouvoir économique, avec l’apparition de la propriété privée et la diminution consécutive de la rétention des richesses par les proches du souverain. Dans un tel contexte d’écrasement de tous ceux qui pourraient porter ombrage à celui-ci, s’explique la disparition des supports associés à la glorification de ces catégories sociales. C’est probablement là l’une des multiples clés qui nous permettent de saisir le rôle des panneaux figuratifs incrustés dans les sociétés proches-orientales du IIIe millénaire.

Bibliographie

  • Butterlin Pascal, 2010, « Cinq campagnes à Mari : nouvelles perspectives sur la métropole du Moyen Euphrate », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres fascicule 1, p. 171-229.
  • Couturaud Barbara, 2013, Mise en scène du pouvoir au Proche-Orient au iiie millénaire : étude iconographique du matériel d’incrustation en coquille de Mari, thèse de doctorat, université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines (02/07/2013). [En ligne] http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00844093
  • Couturaud Barbara, 2014, « Reconsidération iconographique de l’Étendard de Mari et des incrustations du temple d’Ishtar », dans Cluzan Sophie & Butterlin Pascal (éd.), Voués à Ishtar. Syrie, janvier 1934, André Parrot découvre Mari, Beyrouth, Presses de l’Ifpo (Guides archéologiques de l’Institut français du Proche-Orient 11), p. 295-299.
  • Couturaud Barbara, à paraître (2014), « L’image et le contexte : nouvelle étude des panneaux figuratifs incrustés de Mari », Syria 91.
  • Dolce Rita, 1978, Gli intarsi mesopotamici dell’Epoca Protodinastica, Rome, Istituto di Studi del Vicino Oriente, 2 vol.
  • Liverani Mario (dir.), 1993, Akkad, the First World Empire: Structure, Ideology, Traditions, Padoue, Sargon.
  • Margueron Jean-Claude, 2004, Mari, métropole de l’Euphrate, Paris, Picard.
  • Parrot André, 1956, Mission archéologique de Mari, vol. I : le temple d’Ishtar, Paris, Geuthner (Bibliothèque archéologique et historique 55).
  • Parrot André, 1967, Mission archéologique de Mari, vol. III : les temples d’Ishtarat et de Ninni-Zaza, Paris, Geuthner (Bibliothèque archéologique et historique 86).

Pour citer ce billet : Barbara  Couturaud, « Les incrustations figurées de Mari (Syrie, IIIe millénaire av. J.-C.) : étude archéologique et iconographique d’un corpus », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 13 février 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5722


Barbara Couturaud

Barbara Couturaud est docteure en Histoire et archéologie des mondes anciens. Ancienne membre de l’Ifpo (allocataire d’une Aide à la mobilité internationale), elle est aujourd’hui chercheure postdoctorale dans l’équipe VEPMO du laboratoire ArScAn-UMR 7041 et associée à l’Ifpo. Archéologue et spécialisée dans l’étude de l’iconographie des sociétés du Proche-Orient au Bronze ancien, elle a participé à des missions en Syrie, en Jordanie, au Koweït et au Kurdistan irakien.

Page personnelle : http://ifporient.org/barbara-couturaud

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 13/02/2014

    […] Les incrustations figurées de Mari (Syrie, IIIe millénaire av. J.-C.) : étude archéologique et i…. […]

  2. 27/02/2014

    […] Barbara  Couturaud, « Les incrustations figurées de Mari (Syrie, IIIe millénaire av. J.-C.) : étude archéologique et iconographique d’un corpus », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 13 février 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5722 […]