Jeunesses palestiniennes au quotidien : quelles formes d’engagement ?

Le colloque intitulé « Jeunesses palestiniennes au quotidien : quelles formes d’engagement ? » s’est tenu les 18 et 19 novembre 2013 à l’Université de Birzeit. Financé par le Fonds d’Alembert, il était organisé conjointement par l’antenne de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) dans les Territoires palestiniens et l’Université de Birzeit (département des Sciences sociales et comportementales). Il a été complété par un débat entre représentants d’associations de jeunes palestiniens, intitulé « Place aux jeunes », le soir du 18 novembre, dans un des hauts lieux de la scène culturelle de Ramallah, le Khalil Sakakini Cultural Center.

À vocation internationale et pluridisciplinaire, le colloque a réuni un large panel d’intervenants internationaux et palestiniens, dont les communications ont couvert l’ensemble des situations territoriales et statutaires palestiniennes, de la Cisjordanie à Gaza en passant par Iqirith (nord d’Acre). Afin d’éviter de se focaliser uniquement sur le cas palestinien, des interventions portant sur l’étude des jeunesses au Bahreïn, en Égypte et en Jordanie ont permis d’ajouter une dimension comparative à l’événement.

L’objectif scientifique du colloque, qui s’est tenu en trois langues (arabe, français, anglais), était d’aborder les mutations politiques et sociales à travers l’étude du quotidien des jeunesses palestiniennes. Il s’inscrivait dans le prolongement de la réflexion engagée dans l’ouvrage de Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse (Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, La Découverte, 2013) autour de la catégorie de « jeunes » dans le contexte des révolutions arabes, période durant laquelle cette catégorie, souvent largement impensée, a fait irruption dans l’espace public et médiatique.

Myriam Catusse et Laurent Bonnefoy

Myriam Catusse et Laurent Bonnefoy

Pour ce faire, le colloque mettait en avant le concept d’engagement, compris au sens large et incluant, outre la mobilisation politique, des pratiques sportives ou artistiques, de loisir ou de repli (y compris les stratégies de migration). En effet, lors de la genèse de l’événement, s’était posée la question de la possibilité d’évoquer les « loisirs » pour décrire les activités des jeunes palestiniens dans un contexte marqué avant tout par l’occupation. C’est ainsi que le colloque s’est ouvert par les remarques de Nitin Sawhney, réalisateur du film Flying Paper (New School de New York), soulignant l’importance de la résilience créative en Palestine, notamment chez les jeunes de Gaza qui ont contribué au tournage de son film. Ainsi, l’occupation et le blocus, en imposant leurs contraintes drastiques sur le quotidien (comme illustré par l’intervention d’Ibrahim Abrash [Université al-Azhar], depuis Gaza par communication téléphonique, faute d’autorisation de sortie délivrée par les autorités israéliennes), infléchissent les modes et les sujets de production digitale, mais ne les étouffent pas. En outre, le débat entre jeunes (voir encadré) a montré le caractère polarisant de la colonisation, qui divise la jeunesse autour des limites des « compromissions » acceptables (en terme de financements étrangers), prise dans l’inconfort extrême généré au quotidien par le refus de « normalisation » dans le contexte de colonisation et de lutte nationale.

Débat entre représentants d'organisations de jeunes palestiniens, centre culturel Khalil Sakakini.Le débat « Place aux jeunes », qui s’est tenu au centre culturel Khalil Sakakini (photo), a réuni des représentants de six organisations de jeunes principalement financées par des bailleurs de fonds internationaux, (Baladna – Haïfa, PalVision, Jérusalem, le forum de débats de l’Université de Birzeit – Muntada al Munathara) et trois associations cisjordaniennes aux mandats assez vastes (former de nouveaux leaders, promouvoir les valeurs démocratiques et le développement local : NewPal, Pyalara et Sharek Youth Forum). Il a abordé des questions apparues centrales aux invités, comme par exemple les problèmes de confusions identitaires, les notions d’acculturation israélienne traitées par les Palestiniens hors de Cisjordanie ou bien encore le rôle – à nuancer toutefois – des nouveaux médias.

Le colloque a soulevé la question de la définition à géométrie variable de la catégorie sociologique de « jeunesse », comme l’a justement fait remarquer Ibrahim Mikkawi (Université de Birzeit). Les limites de cette catégorie sont fluctuantes, mélangeant le biologique (critère d’âge) et le social (variables telles que le mariage, les études ou l’indépendance financière). Dans la première session consacrée aux relations générationnelles, Leyla Dakhli (IREMAM) a ainsi retracé l’émergence, au cours du XXe siècle, du terme « jeunes » / « shabab » dans le monde arabe et le développement de ses ramifications dans les domaines intellectuels et artistiques où les « questions de génération » jouent un rôle particulier. Cette réflexion sur le passage de relai entre générations fut approfondie par Esmail Nashif (Université Ben Gourion) qui a étudié la transmission de l’héritage de la « tragédie palestinienne » depuis 1948.

Enfin, dans la façon même dont elle est perçue, la jeunesse est prise dans des contradictions, ce qui s’est exprimé dans deux visions opposées. La première présente la jeunesse comme un « moment d’opportunité » : c’était notamment le point de vue adopté par Ala Alazzeh (doctorant, Rice University, Houston) qui analysait les auto-représentations des jeunes, depuis la période pré-Oslo jusqu’à aujourd’hui, ou, en d’autres termes, sous la domination coloniale israélienne à laquelle s’est substituée (partiellement) l’hégémonie de nouveaux acteurs locaux et internationaux en Cisjordanie.

François Burgat, CNRS-ERC WAFAW, ancien directeur de l'Ifpo.

François Burgat, CNRS-ERC WAFAW, ancien directeur de l’Ifpo.

La seconde vision, venue de l’extérieur et de l’Occident, voit dans certains types de jeunesses tantôt des menaces (notamment islamistes), tantôt des interlocuteurs alternatifs aux représentants en place (François Burgat, CNRS, porteur du projet WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World, projet financé par le Conseil Européen de la Recherche, 2013-2016).

Abaher El-Sakka

Abaher El-Sakka, directeur du département des Sciences sociales et comportementales de l’Université de Birzeit

Le colloque a aussi interrogé les liens entre culture, identité et mobilisation politique, qui ne sont pas unidirectionnels. Dans l’engouement des jeunes palestiniens pour Mohammed Assaf, chanteur de Gaza élu nouvelle « Arab Idol », et la cristallisation identitaire que ce phénomène a suscité, Abaher El-Sakka (Université de Birzeit) a décelé le passage de figures traditionnelles politiques de l’héroïsme palestinien vers des formes plus consuméristes dictées par le contexte politique. De la même façon, au sein de la production artistique des jeunes artistes palestiniens, l’engagement collectif en faveur de la cause nationale a fait place à des formes de revendication plus universelles, individuelles et libérales ; la pratique artistique a pu devenir un moyen efficace d’accéder à l’échelle internationale, à l’heure où l’enfermement dans un espace local est de plus en plus oppressant (Marion Slitine, Ifpo).

Un des acquis du colloque a été de faire réfléchir sur les différentes facettes de l’engagement qui peut aller bien au delà de sa dimension politique, dans son objet comme dans sa forme. Dans le cas de la jeunesse sunnite politisée du jour au lendemain par la crise de 2011 au Bahreïn, l’objet de la mobilisation consiste moins en une volonté de changement politique et social ou en un projet articulé, qu’en une réaction pour établir un statut, une captation de ressources et développer un réseau (Claire Beaugrand, Ifpo). C’est également le cas de certains groupes nationalistes d’étudiants de l’université de Jordanie qui, au-delà de leurs discours politiques, permettent de développer des stratégies efficaces de carrière personnelle (Caroline Ronsin, Institut universitaire européen de Florence). Du journaliste-citoyen à Gaza (Sawhney), aux jeunes qui parviennent à tenir bon lors des interrogatoires israéliens (Lina Miari, université de Birzeit), jusqu’ à ceux qui ont décidé de revenir en août 2012 au village d’Iqirit, lieu de tranquillité où se retrouver puis organiser des actions simples comme la culture de quelques légumes (Joni Assi, université de Naplouse), bon nombre de communications ont pensé l’engagement au delà des organisations formelles, qui continuent néanmoins à jouer un rôle important. En effet, alors qu’a été soulignée la relativement faible institutionnalisation de l’encadrement de la jeunesse dans d’autres pays de la région, les structures de parti ou les associations soutenues par les donateurs extérieurs restent au contraire nombreuses en Palestine (Majdi al Malki, université de Birzeit).

Affiche du colloque

Affiche du colloque

Parfois l’engagement prend une forme ludique : c’est ce qui ressort de l’ethnographie de Perrine Lachenal au cœur des cours de self-defense féminine au Caire, où les nouvelles modalités d’ « être une jeune femme », deviennent, à la faveur de la crise qui légitime la violence dans l’espace public, à la fois loisir et activisme. Parfois l’émancipation ou l’affirmation de soi a pris une forme de mise à l’écart, d’isolement, de départ : dans le cas des jeunes palestiniens du camp d’al-Wihdat en Jordanie, perdus dans leur double identité (Luigi Achilli, associé Ifpo), dans celui des migrants de Cisjordanie qui viennent tenter leur chance dans la capitale Ramallah (Mariangela Gasparotto, EHESS), enfin dans celui, emblématique, des candidats à l’émigration clandestine pour la Grèce dans les camps palestiniens du Liban (Nicolas Puig, IRD).

À travers l’étude de pratiques quotidiennes de la jeunesse en Palestine, il s’agissait de placer la réflexion sous le double angle de la normalité du quotidien et de l’approche comparative entre divers pays arabes, questionnant les singularités des formes d’engagement des nouvelles générations palestiniennes par rapport à celles qui, tout aussi plurielles, prévalent dans le reste de la région.

Le colloque a certes semblé montrer que les discours ambiants sur le thème de la jeunesse révolutionnaire arabe, très peu abordés pendant la conférence et absents du débat, avaient peu de prise sur les jeunes palestiniens. Pourtant, une de ses forces a été de pouvoir aborder les questions transversales de l’encadrement de la jeunesse, du genre et de la construction de modèles d’héroïsme au travers d’un consumérisme globalisé : à la génération de la première Intifada, a semblé succéder, au fil des communications des figures académiques et intellectuelles palestiniennes (Nashif, Al Sheikh, El-Sakka), une génération que les élites palestiniennes se sont efforcées de modeler, pour en projeter l’image, dans l’évitement de la confrontation, d’une « force de développement » (El-Sakka).

Programme du colloque : http://www.ifporient.org/node/1384

Album photo du colloque sur FlickR : http://www.flickr.com/photos/ifpo/sets/72157638076940903/

Presse et médias


Pour citer ce billet : Claire Beaugrand, Abaher El-Sakka & Marion Slitine, « Jeunesses palestiniennes au quotidien : quelles formes d’engagement ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 6 février 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5670


pesquet-portrait

Claire Beaugrand est chercheuse à l’Ifpo, Territoires palestiniens. Elle a travaillé sur la question de l’apatridie au Koweït, se concentrant sur les conceptions de la nationalité et les réseaux transnationaux dans le Golfe.

Tous les billets de Claire Beaugrand

 

pesquet-portrait

Abaher El-Sakka est directeur du département des Sciences sociales et comportementales de l’Université de Birzeit (Ramallah-Palestine) et chercheur associé à l’Ifpo, Territoires palestiniens. Il a publié plusieurs recherches sur les modes d’expression artistique, la mémoire sociale et collective, ainsi que sur l’identité sociale et les mouvements de protestation.

Tous les billets de Abaher El-Sakka

 
pesquet-portrait

Marion Slitine est boursière AMI à l’Ifpo,Territoires palestiniens. Elle réside à Ramallah, où elle effectue ses recherches de doctorat à l’EHESS-Paris sur les mondes de l’art visuel palestinien contemporain.

Tous les billets de Marion Slitine


Vous aimerez aussi...