Perceptions libanaises des réfugiés syriens au Liban

An English version of this note is available here

Difficile pour l’observateur du terrain libanais de ne pas être touché par les répercussions de la guerre civile qui se déroule en Syrie depuis bientôt trois ans. Ses enjeux ne cessent d’alimenter les médias et les débats politiques et vont jusqu’à affecter la formation même du gouvernement libanais. Plus d’un million de Syriens résident au Liban (pour quatre millions de Libanais environ), dont plus de 800 000 sont inscrits au UNHCR en tant que réfugiés. Ces « déplacés » sont accueillis, aidés et soutenus par les familles libanaises, les ONG et les municipalités mais ils sont aussi l’objet de préjugés, de discriminations, de situations d’exploitation et de violences. Un sondage, réalisé par l’institut norvégien Fafo en partenariat avec le Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs de l’AUB, nous permet de poser un regard critique sur les perceptions complexes des Libanais envers les Syriens et les réfugiés syriens. Les résultats sont disponibles en ligne : http://www.Fafo.no/ais/middeast/lebanon/91369-syrian-refugees.html.

Principaux résultats et contexte historique

Couverture du rapport Fafo Ambivalent Hospitality. Coping Strategies and Local Responses to Syrian Refugees in Lebanon

Couverture du rapport Fafo Ambivalent Hospitality. Coping Strategies and Local Responses to Syrian Refugees in Lebanon

Malgré les limites inhérentes à tout sondage, cette enquête d’opinion réalisée entre le 15 et le 21 mai 2013 a le mérite de récolter de nombreuses données socio-économiques dans une étude conduite à l’échelle nationale (900 individus interrogés, 56 % d’hommes et 44 % de femmes). L’étude interroge des variables sociologiques classiques (mohafazat, sexe, âge, religion, statut d’emploi, niveau d’éducation, niveau de revenu par famille, réception d’aides, nombre de membres employés par famille) et les perceptions des sondés telles que le sentiment de satisfaction par rapport au niveau de vie, la confiance, le sentiment de sécurité, les perspectives d’avenir.

L’étude révèle que les chrétiens, les sunnites et ceux regroupés dans la rubrique « autres musulmans » (ni chiites ni sunnites) de même que les plus bas revenus, le mohafazat du Nord et les 18-24 ans sont plus vindicatifs à l’encontre des Syriens que la moyenne du reste des Libanais interrogés. En revanche, le fait de recevoir de l’aide d’une institution ou non, le fait d’avoir été employé les quatre derniers mois ou d’être au chômage, ainsi que le sexe, ne sont pas des variables explicatives des comportements envers les Syriens. D’une manière générale, 23 % des Libanais interrogés se méfient des « inconnus » mais 40 % se méfient des Syriens en particulier. Cependant, l’indicateur le plus révélateur du niveau d’intégration des Syriens à la société libanaise demeure le mariage mixte. Or 82 % des Libanais sont mal à l’aise avec le mariage d’un des leurs à un Syrien. Mais l’étude ne précise pas si le mariage relève de l’endogamie communautaire.

Ces perceptions sont le fruit de l’histoire récente de ces deux pays, anciens territoires du Bilâd al-Cham, dont le destin contemporain fut scellé en 1920 par la création des États de Syrie et du Liban. Les orientations idéologiques et politiques différentes de ces deux pays ont ouvert sur des oppositions identitaires et, dès les années cinquante, l’arrivée en nombre croissant de travailleurs syriens non qualifiés au Liban doubla la question identitaire d’une question sociale (Amnesty International dénombre, en 2005, entre 400 000 et 600 000 travailleurs syriens). L’opinion publique libanaise, sous l’effet des différentes phases de l’occupation syrienne (1976-2005), adossa au mépris social latent un rejet global du « Syrien ».

Les stéréotypes

La deuxième partie du sondage soumet des affirmations stéréotypées aux personnes interrogées et révèle ainsi que la crise syrienne a permis de compléter cette double perception avec l’image du « Syrien-paria ». D’un point de vue économique, 93 % des Libanais interrogés considèrent que les Syriens pèsent sur les ressources énergétiques du Liban. 98 % pensent qu’ils volent le travail des Libanais. 63 % considèrent qu’ils sont aidés financièrement de manière injuste. Selon le rapport, certains réfugiés proposent leur force de travail en dessous des prix du marché du fait des aides qu’ils reçoivent. La main d’œuvre syrienne sert pour son bas coût, ce qui explique une relative tolérance des plus hauts revenus à leur égard. Elle représente en revanche pour les plus pauvres un bouc émissaire.

Le risque d’insécurité politique : le spectre de l’expérience palestinienne

64 % des Libanais considèrent les Syriens comme une menace pour la sécurité nationale et la stabilité. Si 51 % attendent de l’État libanais qu’il établisse des camps de réfugiés, 70 % veulent que ces camps soient gérés par les Nations-Unies et 72 % refusent que les réfugiés syriens rejoignent les camps palestiniens. Mais si les Libanais ne veulent plus continuer à porter le coût des réfugiés déjà présents en contrôlant leur entrée sur le territoire, ils ne veulent pas pour autant les laisser à leur sort. Les Libanais interrogés préféreraient donc que la communauté internationale supporte le coût économique du logement des réfugiés (95 %).

71 % affirment craindre un conflit communautaire et 67 % une nouvelle guerre civile. Ainsi, une majorité de Libanais imaginent que si les tensions sociales s’aggravent, la crise de 1975 pourrait se reconduire. L’arrivée massive de réfugiés syriens fait écho à l’expérience des réfugiés palestiniens qui, d’un statut temporaire de réfugiés, ont utilisé le Liban comme base arrière de la lutte pour la libération de leur pays et sont devenus des acteurs centraux du jeu politique de la guerre civile, au point de remettre en cause d’un certain consensus politique et économique entre communautés sunnite et chrétienne. Si l’équilibre actuel des forces politiques libanaises n’est plus défini uniquement en termes d’opposition chrétiens-musulmans, la question du soutien ou non au régime baassiste divise depuis février 2005 les deux grands coalitions, « 8 mars » et « 14 mars ».

Le sentiment d’insécurité exprimé par les sondés dans l’étude est uniquement lié aux événements politiques et non à la petite criminalité qui touche pourtant plus largement la population dans son quotidien. Ces affirmations sont en lien direct avec le résultat suivant : 89 % des Libanais sont contre une libre entrée des Syriens dans leur pays et 98 % sont d’accord pour renforcer les contrôles policiers à la frontière.

Des préjugés déconstruits

Malgré une xénophobie évidente, plusieurs hypothèses sont invalidées par l’étude. Alors que le principal parti chiite (le Hezbollah) est engagé militairement en Syrie aux côtés du régime et que l’arrivée des réfugiés pourrait renforcer la communauté sunnite, la communauté chiite ainsi que les régions chiites (Sud et Bekaa) sont plus tolérantes que la moyenne des Libanais.

Autre idée reçue remise en cause : une appartenance communautaire sunnite commune rapprocherait Libanais et Syriens. Au contraire, le mohafazat du Nord et les sunnites d’une manière générale sont aussi peu tolérants que la moyenne des Libanais interrogés car les populations les plus pauvres du Nord (majoritairement sunnites) sont celles qui payent le plus le coût social des réfugiés du fait de leur proximité et justement de cette appartenance communautaire commune. Pourtant, 69 % des Libanais partageraient sans problème leur lieu de culte avec des Syriens, bien que l’étude ne précise pas si une même confession est sous-entendue ou non dans cette question.

Enfin, nous aurions pu penser que les Libanais voient les réfugiés syriens comme de nouveaux Palestiniens destinés à rester au Liban. Or, l’étude montre que 55 % considèrent que les réfugiés retourneront chez eux dans les prochaines années (1 à 10 ans) alors que seulement 15 % pensent qu’ils ne retourneront jamais en Syrie. Cependant, l’enlisement du conflit en Syrie sur la longue durée pourrait conduire une partie des réfugiés à s’installer au Liban et ainsi changer ces perceptions.

Finalement, si les Syriens font l’objet d’une xénophobie largement partagée, c’est avant tout un sentiment complexe qui ressort de cette étude car, malgré une saturation évidente, les Libanais se refusent pour l’instant à laisser les réfugiés à leur sort.

Cette étude propose un instantané de la crise syrienne au mois de mai 2013 plus qu’une analyse de fond. La récente vague d’attentats visant la communauté chiite et les intérêts iraniens au Liban (attentats dans la Dahiyeh, attentat contre l’ambassade iranienne) nous rappelle que la situation sécuritaire s’aggrave. De là, les perceptions des acteurs et des situations sont susceptibles d’évolution.

Référence

Mona Christophersen, Cathrine Moe Thorleifsson and Åge A. Tiltnes, Ambivalent Hospitality. Coping Strategies and Local Responses to Syrian Refugees in Lebanon, Fafo-report 2013:48. http://www.fafo.no/pub/rapp/20338/20338.pdf.


Pour citer ce billet : Jean-Baptiste Pesquet, « Perceptions libanaises des réfugiés syriens au Liban », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 31 janvier 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5655


pesquet-portrait-web

Jean-Baptiste Pesquet is a doctoral candidate in political science. He has studied in France, Lebanon, Canada and the United Kingdom. Since January 2013, he has been conducting a field survey dealing with Syrian refugees living in Lebanon in which he tackles the spiritual and existential dimensions of their political engagement. His studies also focus on islam and secularism in liberal societies.

All posts by Jean-Baptiste Pesquet

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Elisabeth Longuenesse dit :

    Dommage que l’étude n’ai pas cherché à savoir quelle proportion des interviewés avaient un parent, syrien, en Syrie ou d’origine syrienne. Cela aurait peut-être révélé quelques surprises.