Damas dans le miroir des écrivains et des poètes arabes

Damas, Al-Cham, capitale de la Syrie, est l’une des plus anciennes cités du monde. Damas, sa rivière Barada, son mont Qassioun, ses jardins, sa mosquée des Omeyyades, ses églises, ses remparts, ses palais et ses caravansérails, ses ruelles couvertes bordées de boutiques et ses souks, ses maisons traditionnelles, ses quartiers, ses artisans et ses commerçants, sa population musulmane et chrétienne… Damas vit actuellement des jours tragiques. Au moment où la ville est prise dans l’engrenage d’une guerre effroyable dont personne ne connaît l’issue, les images de chaos qui nous parviennent d’elle à travers les médias sont d’une noirceur extrême. Pourtant, Damas n’a cessé d’alimenter l’imaginaire des écrivains, des romanciers, des nouvellistes et des poètes arabes durant des siècles, d’Ibn Battuta à Ahmad Chawqi, de Nizar Qabbani à Mohammed al-Maghout, en passant par Ghada al-Samman et bien d’autres encore. C’est sous l’angle de la littérature qu’Éric Gautier a choisi d’évoquer cette ville millénaire. Dans cette optique, il a sélectionné et traduit en français quelques-uns des plus beaux textes la concernant.

Nizar Qabbani

Portrait du poète sur la couverture du livre La Damas de Nizar Qabbani

La première étape de notre voyage à travers la littérature arabe à la recherche de Damas est consacrée à un poète contemporain, Nizar Qabbani.
Né en 1923 à Damas et mort à Londres en 1998, Nizar Qabbani est considéré comme l’un des plus grands poètes arabes contemporains. Après des études de droit à l’Université de Damas, il entre au Ministère des affaires étrangères syrien et fait une brillante carrière de diplomate, jusqu’à sa démission en 1966.
À la fin des années soixante, il s’installe à Beyrouth où il crée sa propre maison d’édition et se consacre à l’écriture. Son premier recueil de poèmes, intitulé La brune m’a dit, paraît en 1944. Par la suite, Nizar Qabbani publie plus de quarante ouvrages. Même si quelques-uns sont en prose, la plupart sont des recueils de poèmes dont les plus célèbres sont : L’enfance d’un sein (1948), Samba (1949), Le journal d’une femme indifférente (1968), Poèmes sauvages (1970), Je t’aime, je t’aime… À suivre (1978), Je jure qu’il n’y a de femmes que toi (1979), Je t’ai épousé, Liberté (1988), L’alphabet du jasmin (1998), etc. Certains de ses poèmes sont traduits en plusieurs langues, notamment en anglais, en russe, en italien et en espagnol. En français, Femmes paraît en 1988 aux éditions Arfuyen.
En 1982, après le décès tragique de sa deuxième épouse, Balqis, dans un attentat, il quitte Beyrouth pour Londres où il passera les dernières années de sa vie.
La femme fut la principale source d’inspiration du poète. Ses vers, empreints de romantisme sensuel et repris par les grands noms de la chanson arabe tels Mohammed Abdel Wahab, Abdel Halim Hafez, Fayrouz, Oum Kalthoum et plus récemment Kadhem al-Sahir, ont fait le tour du monde arabe et ont valu à leur auteur une popularité inégalée. Après la défaite arabe de 1967, son œuvre prend une tournure plus politique et reflète l’engagement du poète pour défendre la cause des peuples arabes. À titre d’exemple, l’un de ses derniers recueils Trilogie des enfants de la pierre (1988) fait référence à l’intifada palestinienne.

Dans un livre intitulé La Damas de Nizar Qabbani (Damas, Al-Ahali, 1995) sont rassemblés ses principaux textes sur Damas, la ville où il a vu le jour et où il est enterré. Voici la traduction d’un passage en prose tiré de Mon histoire avec la poésie (1970), puis celle d’un extrait d’une pièce en vers intitulée Le poème damascène, déclamée en public dans le cadre de la Foire internationale du livre de Damas, en 1988.

 

 1- Notre maison damascène

Je dois à nouveau vous parler de la maison de Mi’dhanat al-Chahm [quartier de Damas, ndlr] parce qu’elle est la clé de ma poésie, la meilleure manière d’y entrer. Ne pas évoquer cette maison rendrait le tableau incomplet, arraché à son cadre.

Savez-vous ce que cela signifie pour un homme d’habiter dans un flacon de parfum ? Notre maison était ce flacon.

Je n’essaie pas de vous soudoyer avec une comparaison éloquente, mais croyez bien qu’en faisant cette comparaison, ce n’est pas avec le flacon de parfum que je suis injuste… c’est plutôt avec notre maison.

Tous ceux qui ont habité Damas, qui se sont enfoncés dans ses quartiers et ses ruelles, savent comment le paradis leur tend les bras là où ils ne l’attendent pas…

Une petite porte de bois s’ouvre. Commence alors le voyage sur le vert, le rouge, le lilas, commence la symphonie de la lumière, de l’ombre et du marbre.

L’oranger amer étreint ses fruits, la treille porte ses enfants, le jasmin a donné le jour à mille lunes blanches et les a suspendues aux barreaux des fenêtres… les vols d’hirondelles ne passeront pas l’été ailleurs que chez nous.

Les lions en marbre autour du bassin central remplissent leur bouches d’eau, puis la recrachent… et le jeu de l’eau se poursuit nuit et jour. Ni les jets ne se fatiguent, ni ne s’arrête l’eau de Damas…

Les roses du pays sont un tapis rouge que l’on déroule sous tes pieds… Le lilas coiffe ses cheveux violets, le buis, la mauve, les Belles de nuit, les giroflées, le basilic, les dhalias et des milliers de plantes damascènes dont je me rappelle les couleurs mais dont j’ai oublié les noms, grimpent encore sur mes doigts, chaque fois que je veux écrire…

Les chattes de Damas, propres, débordant de santé et de vie, montent au royaume du soleil pour se livrer à leurs jeux amoureux et romantiques en toute liberté. Lorsqu’après avoir abandonné leurs amants, elles rentrent accompagnées d’une flopée de petits, il se trouve toujours quelqu’un pour les accueillir, les nourrir et essuyer leurs larmes…

Les escaliers en marbre s’élèvent… s’élèvent… à leur gré. Les pigeons migrent et reviennent à leur gré. Personne ne leur demande des comptes. Le poisson rouge nage à son gré. Personne ne lui demande où il va.

Vingt pots de jasmin d’Arabie dans la cour de la maison sont l’unique richesse de ma mère. Pour elle, chaque bouton de ce jasmin compte autant que l’un de ses garçons… C’est pourquoi, à chaque fois que nous trompons sa vigilance et volons un de ses enfants… elle pleure… et se plaint de nous au Ciel.

C’est entouré par cette ceinture verte que je suis né, que j’ai marché à quatre pattes et que j’ai prononcé mes premiers mots.

Ma confrontation avec la beauté fut un destin quotidien. Quand je trébuchais, c’était sur une aile de pigeon et quand je tombais, c’était dans les bras d’une rose.

Cette belle maison damascène s’empara de tous mes sens et me fit perdre l’envie de sortir jouer dans la ruelle comme le font tous les petits garçons dans les autres quartiers de la ville. C’est sans doute là qu’il faut chercher l’origine de ce tempérament casanier qui m’accompagna tout au long de ma vie.

Aujourd’hui encore, je ressens une sorte d’autosuffisance qui fait que flâner sur les trottoirs ou chasser les mouches dans des cafés bondés d’hommes est un travail que ma nature réprouve.

Si dans le monde, la moitié des hommes de Lettres sont diplômés de l’académie des cafés, moi, je ne fais pas partie des lauréats. J’ai toujours eu la conviction que l’œuvre littéraire était une pratique cultuelle, avec son rituel, son protocole, sa probité. Difficile pour moi d’envisager que la littérature sérieuse puisse sortir des tuyaux des narguilés et du crépitement des dés de trictrac…

Mon enfance, je l’ai passée sous le parasol d’ombrages et de fraicheur qu’était notre vieille maison de Mi’dhanat al-Chahm.

Cette maison représentait pour moi les limites du monde. Elle était l’ami, l’oasis, la résidence d’hiver et celle d’été…

Il est encore possible pour moi aujourd’hui de fermer les yeux et de compter les clous de ses portes, de me remémorer les versets du Coran gravés dans les boiseries de ses salons.

Je peux encore compter une à une les dalles, les marches des escaliers de marbre, et vous dire combien il y a de poissons rouges dans le bassin.

Je peux fermer les yeux et, trente ans après, revoir mon père assis dans la cour, sa tasse de café devant lui, son réchaud, sa boîte à tabac, son journal… sur lequel, toutes les cinq minutes, tombait une fleur de jasmin blanc comme une lettre d’amour venue du ciel.

Sur le tapis persan qui recouvrait le carrelage, j’ai révisé mes leçons, rédigé mes devoirs et appris par cœur des poèmes de Amr Ibn Koulthoum, Zouhaïr, Al-Nabigha al-Dhoubyani et Tarafa Ibn al-Abd.

Cette maison-parasol a clairement marqué ma poésie, tout comme Grenade, Cordoue et Séville ont laissé leur empreinte sur la poésie andalouse.

Lorsqu’elle parvint en Espagne, la poésie arabe était recouverte d’une épaisse couche de poussière du désert. En entrant dans une région d’eau et de froideur, dans les montagnes de la Sierra Nevada et sur les rives du Guadalquivir, en pénétrant dans les oliveraies et les vignobles de la plaine de Cordoue, elle ôta ses vêtements et plongea dans l’eau… Ce choc historique entre la soif et l’eau donna naissance à la poésie andalouse.

C’est pour moi la seule explication à ce bouleversement radical qui frappa la poésie arabe lors de son périple en Espagne, au septième siècle. Elle est simplement entrée dans un salon climatisé. Les mouwachahat [genre de poésie chantée qui s’est développée dans l’Espagne arabe, ndlr] andalouses ne sont pas autre chose que de la poésie climatisée.

Ce qui arriva à la poésie arabe en Espagne, je l’ai vécu aussi. Mon enfance, mes cahiers, mon alphabet, tout était fait de fraicheur et de délicatesse.

Cette langue de Damas qui pénètre dans les jointures de mes mots, je l’ai apprise dans la maison-parasol dont je vous ai parlé.

Par la suite, j’ai beaucoup voyagé. Appartenant au corps diplomatique, j’ai vécu loin de Damas durant près de vingt ans. J’ai appris de nombreuses autres langues, mais mon alphabet damascène est resté accroché à mes doigts, à ma gorge, à mes vêtements. Je suis toujours cet enfant qui porte dans sa valise la menthe, le jasmin et les roses issues des jardinières de Damas…

Dans tous les hôtels du monde où je suis entré, j’ai emmené Damas et j’ai couché avec elle dans le même lit.

Traduction: E. Gautier

 

2- Le poème damascène

Voici Damas, voici le verre et le vin

J’aime… et l’amour est parfois assassin

Je suis le Damascène… Si vous autopsiez mon corps

En couleraient des grappes de raisin et des pommes

Et si vous m’ouvriez les veines avec votre poignard

Vous entendriez dans mon sang les cris de ceux qui nous ont quitté.

La greffe du cœur soigne quelques uns de ceux qui ont aimé

Mais pour mon cœur, lorsque j’aime, aucun chirurgien.

La demeure de Fatima va-t-elle toujours bien ?

Le sein est en alerte… et le kohol chante.

Le vin ici… est un feu parfumé

Les yeux des femmes de Cham sont-ils des verres ?

Les minarets de Damas pleurent quand ils me serrent dans leurs bras

Les minarets, comme les arbres, ont des âmes.

Les jasmins ont des droits dans nos maisons

Le chat, chez nous, sommeille là où il se sent bien

Le moulin à café est une partie de notre enfance

Comment oublier ? Quand le parfum de la cardamome est partout

Ici sont mes racines, mon cœur, et ma langue

Comment expliquer ? L’amour peut-il être expliqué ?

Combien de femmes de Damas ont vendu leurs bracelets

Afin que je leur fasse la cour… La poésie est une clé…

Je viens, ô saule pleureur, te demander pardon

Mais Haïfa et Waddah pardonneront-ils ?

Traduction: E. Gautier 

Pour citer ce billet : Éric Gautier, «  Damas dans le miroir des écrivains et des poètes arabes  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 10 janvier 2014. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5584


Eric Gautier, responsable du stage de langue arabe de lâ€'Ifpo

Éric Gautier est spécialiste de littérature arabe contemporaine. Maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne, il est actuellement Responsable des cours de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, à Beyrouth. Après avoir obtenu son doctorat en langue et littérature arabes à l’Université de Provence en 1993, il part s’installer à Damas où il réside durant dix-sept ans, jusqu’en juillet 2011. Éric Gautier a publié plusieurs traductions, dont Les Fins d’Abdul Rahman Mounif, 2013, Beyrouth, Presses de l’Ifpo.

Page personnelle et bibliographie : http://www.ifporient.org/eric-gautier

Billets écrits pour les Carnets de l’Ifpo

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pauline dit :

    Magnifique ! Merci.