Le Liban face à la crise syrienne : victime, otage ou acteur ? (extrait de Pas de Printemps pour la Syrie, à paraître)

À l’occasion de la sortie prochaine de l’ouvrage collectif dirigé par François Burgat et Bruno Paoli, Pas de Printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), aux éditions La Découverte (en librairie à partir du 5 décembre 2013), Les Carnets de l’Ifpo ont choisi de publier une série de « bonnes feuilles ». De nombreux chercheurs de l’Ifpo ont contribué à l’ouvrage. Nous débutons par un extrait de l’article de Vincent Geisser qui porte sur les répercussions du conflit syrien dans le champ politique libanais.

Des manifestants libanais brandissent le drapeau de la Syrie libre  à l’occasion des obsèques du général Wissam al-Hassan, responsable  des Forces de sécurité intérieure, © Vincent Geisser, 2012

Des manifestants libanais brandissent le drapeau de la Syrie libre à l’occasion des obsèques du général Wissam al-Hassan, responsable des Forces de sécurité intérieure, © Vincent Geisser, 2012

De tous les États du monde arabe, le Liban est sans doute le plus exposé aux effets déstabilisateurs du conflit syrien, tant les relations familiales, culturelles, religieuses, militaires, politiques et économiques entre les deux pays sont à la fois anciennes et profondes. S’il est vrai qu’aujourd’hui plus aucun acteur libanais n’oserait souscrire publiquement à la formule assadienne « un même peuple pour deux États », à l’exception des thuriféraires du régime baassiste et des nostalgiques de la « Grande Syrie », tous reconnaissent pourtant la « teneur spécifique » de la relation libano-syrienne qui, dans le contexte de crise régionale, vient réveiller les fantômes du passé (le traumatisme de la guerre civile).

De ce point de vue, les répercussions du conflit syrien dans les espaces publics libanais se manifestent de manière paradoxale. Si les représentations anxiogènes dominent les discours, les comportements et les stratégies des acteurs publics et des institutions (la peur de l’importation du conflit et d’une « syrianisation » des enjeux internes), elles suscitent également de nouveaux espoirs autour de la formulation d’un intérêt national libanais qui emprunte souvent un registre sécuritaire (la protection des frontières à l’égard des menaces extérieures), diplomatique (l’affirmation d’une certaine neutralité dans les institutions internationales) et légitimiste (la défense des grandes institutions de l’État : armée et présidence de la République).

Sur le plan officiel, le gouvernement libanais s’est constamment réclamé d’une politique de dissociation, cherchant à neutraliser les retombées « négatives » du conflit syrien sur le territoire national. Dans le même temps, les acteurs politiques n’ont cessé de polémiquer sur toutes les facettes du « dossier syrien », qu’il s’agisse de la sécurité des frontières, du rôle de l’armée, de l’implication du Hezbollah, de l’accueil des réfugiés, du traitement à réserver aux opposants et aux soutiens du régime de Bachar al-Assad… Toutes ces questions ont fait l’objet de vifs débats sur les scènes institutionnelles (gouvernement, Parlement, forces de sécurité, etc.), dégénérant parfois en violence politique dans la capitale, Beyrouth, et surtout dans les villes de l’intérieur du pays. Tripoli et Saïda ont connu, à plusieurs reprises, des affrontements meurtriers entre pro et anti-régime syrien. En somme, la politique de dissociation, si elle s’est traduite par une forme de neutralité de l’État libanais dans les arènes diplomatiques et internationales, n’a jamais empêché une hyperpolitisation de la « question syrienne », donnant parfois l’impression que la Syrie n’est finalement qu’un prétexte à l’expression d’enjeux principalement libano-libanais.

Manifestations salafistes de soutien à la rébellion syrienne, Beyrouth © Vincent Geisser, 2012

Manifestations salafistes de soutien à la rébellion syrienne, Beyrouth © Vincent Geisser, 2012.

Davantage que l’image d’une « syrianisation » des scènes libanaises, laissant croire que le Liban se contenterait de subir les événements dramatiques de son voisin historique, il faut plutôt y voir une captation de la « question syrienne » par les acteurs libanais à des fins de légitimation interne, voire d’hégémonie politique. Les discours victimaires véhiculés par les partis politiques et les leaders d’opinion, jouant la partition classique d’un « État faible » et otage de son puissant voisin, ne doivent pas faire oublier la capacité de ces mêmes acteurs locaux à se saisir des crises internationales pour faire valoir leurs propres intérêts La guerre civile en Syrie apparaît aussi comme une rente de situation pour les acteurs libanais dominants, s’exerçant au détriment des préoccupations quotidiennes des citoyens ordinaires (emploi, logement, électricité, cherté de la vie…). La « politique de la peur », agitée autant par les soutiens libanais au régime de Bachar al-Assad (Hezbollah, Amal, Courant patriotique libre du général Aoun, Parti social national syrien, etc.) que par ses détracteurs (Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt, Courant du futur de Saad Hariri, Forces libanaises de Samir Geagea, Kataëb d’Amin Gemayel, organisations salafistes, etc.), constitue également une opportunité pour ces différents acteurs de se repositionner sur la scène nationale, en comptant leurs fidèles, en remobilisant leurs troupes et en aiguisant des nouvelles stratégies de conservation ou de conquête du pouvoir.

Manifestation de soutien à l’armée libanaise, Beyrouth © Vincent Geisser, 2013

Manifestation de soutien à l’armée libanaise, Beyrouth © Vincent Geisser, 2013.

Toutefois, ces stratégies communautaires, orchestrées par les leaders d’opinion et les personnalités publiques, ne parviennent pas à dessiner des « blocs politico-confessionnels » relativement homogènes mais produisent des fractures dans toutes les strates de la société libanaise. En effet, la « question syrienne » suscite des lignes de clivages dans tous les milieux sociaux, culturels et communautaires du pays. En cela, au Liban plus qu’ailleurs, la guerre civile en Syrie, représente une question éminemment politique, en dépit des lectures confessionnelles que certains acteurs et commentateurs des scènes syro-libanaises tentent d’imposer.

À rebours des représentations courantes, confortant souvent l’image d’une société libanaise comme « éternelle victime » des enjeux géopolitiques régionaux et des appétits internationaux, on voit donc comment les acteurs politiques locaux se sont emparés de la crise syrienne pour tenter de s’imposer dans l’espace public, jouant simultanément sur la fibre communautaire (les identités confessionnelles et régionales) et sur la défense de l’intérêt général (les institutions de l’État). L’accusation récurrente d’importation du conflit syrien sur le territoire libanais est brandie à l’encontre de l’adversaire pour mieux le disqualifier et se forger par-là même la stature de défenseur d’une « libanité » mythique en proie à la « syrianisation ».

L’impact de la guerre civile en Syrie a ainsi moins été une déstructuration des scènes politiques libanaises qu’un renforcement du statu quo politico-confessionnel, marginalisant toutes les tentatives de réformer le système dans une perspective universaliste et séculariste. En ce sens, nombre d’acteurs politiques libanais apparaissent moins comme des victimes que comme des « rentiers de la crise syrienne », éloignant toujours plus l’espoir d’une refonte démocratique globale des institutions. Encore une fois, le discours sur l’« exception libanaise » a fonctionné à plein : les uns pour défendre les acquis d’une « révolution du Cèdre » (2005) présentée idéalement comme la pionnière du printemps arabe ; les autres pour célébrer l’ « axe de la résistance » (Hezbollah/Syrie/Iran), seul capable selon eux de protéger le Liban face à l’ « hégémonie israélo-américaine » dans la région. Pourtant, au sein de la société libanaise, nombreux sont les citoyens ordinaires à partager le sentiment amer que si le Liban se situe bien au cœur de la crise syrienne et qu’il en subit quotidiennement les conséquences, il reste aussi en marge des révolutions arabes.

Références


Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « Le Liban face à la crise syrienne : victime, otage ou acteur ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 14 octobre  2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5340


Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

 

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Massoud Younes dit :

    L’article ne correspond pas à son titre. Il parle des acteurs libanais et explique comment ils instrumentalisent la question des réfugiés pour leur interêt mais il escamote l’essentiel et qui est l’impact de la présence de cette communauté de réfugiés sur la société libanaise et l’interaction entre les 2. C’est bcp plus important que de parler de la politique politicienne des politiciens libanais. Il y va d’un enjeu majeur pour l’avenir du Liban, pour le meilleur ou bien le pire……… Alors que dénoncer les politiciens qui sont dénoncés du matin au soir n’apporte rien d’original.

    • Geisser dit :

      Pour la question des réfugiés, vous pouvez vous référer à un autre de mes articles qui devrait paraître prochainement dans la revue Conférences Méditerranée : « La question des réfugiés au Liban : le fantôme palestinien »….

      L’article vous donnera un aperçu synthétique de l’impact de la présence des réfugiés syriens au Liban.

      Quant à l’analyse que vous dite « banale », elle a moins le mérite de ne pas verser dans le piège de la victimisation des Libanais sur eux mêmes….discours ô combien stérile qui revient toujours à faire porter les malheurs du Liban sur l’Autre, l’étranger…

      Je vous souhaite donc une bonne révolution libanaise, une vraie de vraie !!!!

      Fraternellement.

      Vincent Geisser

  1. 16/10/2013
  2. 28/10/2013

    […] L’article en entier : http://ifpo.hypotheses.org/5340 […]

  3. 02/12/2013

    […] D’autres “bonnes feuilles” de l’ouvrage sont consultables sur les Carnets de l’Ifpo. Nous remercions les éditions La Découverte pour leur aimable autorisation (La […]

  4. 06/12/2013

    […] “bonnes feuilles” de l’ouvrage sont également consultables sur les Carnets de l’Ifpo. Nous remercions les éditions La Découverte pour leur aimable autorisation (La […]

  5. 19/01/2014

    […] Découverte. D’autres “bonnes feuilles” de l’ouvrage sont également consultables sur les Carnets de l’Ifpo. Nous remercions les éditions La Découverte pour leur aimable autorisation. Les illustrations […]

  6. 20/01/2014

    […] Découverte. D’autres “bonnes feuilles” de l’ouvrage sont également consultables sur les Carnets de l’Ifpo. Nous remercions les éditions La Découverte pour leur aimable autorisation. Les illustrations […]