La voie romaine d’Aelia Capitolina à Neapolis : enjeux et état de la recherche

Photographie de la voie menant de Jifna à Antipatris. Photographie : Margaux Thuillier.

Photographie de la voie menant de Jifna à Antipatris. Photographie : Margaux Thuillier.

On peut considérer une voie romaine comme la colonne vertébrale économique, politique et sociale d’une région. Construites avant tout pour des raisons militaires, afin de faciliter le déplacement des troupes, ces routes attirent en effet les populations. De nombreuses localités se créent à proximité. Elles assurent ainsi une fonction économique et politique, de même qu’elles contribuent à la diffusion des cultures et des idées. Celle qui mène de Jérusalem à Naplouse, dès sa construction, a joué ces différents rôles historiques.

Deux principaux points m’ont guidée dans le choix de ce sujet d’étude. Tout d’abord, très peu de recherches ont concerné cette voie romaine et son environnement tardo-antique, alors que le reste du Proche-Orient nous offre de très beaux exemples de routes, susceptibles de fournir des comparaisons intéressantes. En Syrie et en Jordanie, les travaux de Thomas Bauzou sur les voies du Leja ou sur la via Nova, conduits notamment à l’occasion de la fouille archéologique du site de Khirbet es-Samra, présentent ainsi des références et des parallèles à exploiter.

Le deuxième point d’intérêt réside dans la perspective de mise en valeur de cette voie antique. Depuis plus d’une dizaine d’années, fleurissent des programmes de préservation et de valorisation des voies romaines du pourtour méditerranéen. De 1998 à 2004, le programme européen INTEREG, par exemple, a financé le projet « Les voies romaines en Méditerranée » qui concernait le réseau viaire de France, d’Espagne, d’Italie, de Grèce, de Tunisie et d’Algérie. Ce travail reste à entreprendre au Proche-Orient. La thèse que je consacre à la voie romaine de Naplouse à Jérusalem constitue un premier pas en ce sens.

Les problématiques de recherche, en ce domaine, se concentrent sur le rôle structurant que joue la voie dans le paysage rural ; ici en Palestine byzantine. Dans quelles mesures la voie reliant Jérusalem à Naplouse influence-t-elle les dynamiques spatiales d’occupation rurale ? Induit-elle un modèle de dynamique rurale spécifique ? Comment s’organise la vie économique et sociale des villages établis au long de la voie ? Quelles sont les infrastructures – ainsi relais ou tours de guet – liées à son fonctionnement ? La phase de documentation de mon travail a laissé entrevoir un champ peu exploré, tant pour les sources antiques que les études contemporaines. Autant de témoignages ou analyses à exploiter.

Une voie romaine très peu étudiée…

Les sources classiques antiques et byzantines qui documentent les routes de l’empire romain et leur utilisation mentionnent cette voie. Ainsi en va-t-il bien sûr de l’Itinéraire d’Antonin, de la relation anonyme du Pèlerinage de Bordeaux à Jérusalem et de la Table de Peutinger. Cette dernière offre un aperçu assez complet de cette voie, longue de 36 miles et est bordée, à son 16e mile, d’une étape à Jifna.

Les premières études scientifiques ont été entreprises dès le xixe siècle. Les pionniers de l’archéologie en Palestine, Conder et Kitchener, exposent son tracé avec plus ou moins de détails (Conder, Kitchener 1882, p. 300). Les bornes milliaires ont fait l’objet d’un article de Peter Thomsen en 1917 dans le Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins (Thomsen 1917, p. 73-75). Enfin, au milieu du xxe siècle, Michael Avi-Yonah publie dans Israel Exploration Journal un article important sur le développement du système routier romain en Palestine (Avi-Yonah 1950, p. 54-60).

…laissant ainsi de nombreuses questions en suspens

Carte schématique du tracé de la voie romaine. Margaux Thuillier.

Carte schématique du tracé de la voie romaine. Margaux Thuillier.

La faible documentation à notre disposition laisse donc planer de nombreuses zones d’ombre concernant le tracé, la datation et les techniques de construction.

Quelques savants ont décrit le tracé mais très peu entrent dans les détails. Ainsi, seuls quelques points de repère géographique ont pu être relevés. Dans son ensemble, la voie suit la ligne de partage des eaux entre Méditerranée et Vallée du Jourdain. Elle sillonne entre les collines et passe près des localités suivantes : Shafat, Jifna, Yabrud, Singil. Puis, elle descend progressivement dans la plaine pour atteindre les villages de Khan Lubban, Huwara et enfin la cité de Neapolis.

Un voie de passage existait vraisemblablement avant l’entreprise romaine de restauration et de pavement. Flavius Josèphe la mentionne dans La Guerre des Juifs (V, II, 2) et la qualifie de « λεωφόρον » : « par où passe le peuple ». Il semble ainsi qu’une route existait pendant le règne de Titus et certainement pour les périodes précédentes.

La datation de cette voie n’a pas encore été précisée, faute de sondages et fouilles archéologiques, mais de nombreuses hypothèses ont vu le jour. En l’état actuel de nos connaissances, seules les bornes milliaires et les faits historiques peuvent aider à retracer les étapes de construction.

De nombreux chercheurs du xixe s., tels P. Thomsen et F.-M. Abel, l’ont datée du règne de Nerva (fin du Ier siècle ap. J.-C.), en raison de la découverte à Shafat, entre Jérusalem et Jifna, d’une borne milliaire présentant la titulature de cet empereur.

Dessin de la borne milliaire. VINCENT Louis-Hugues, 1901, R.B., p. 97.

Dessin de la borne milliaire. D’après Vincent 1901,  p. 97.

Cependant, au dos de cette borne figure une seconde inscription, que nous pouvons interpréter comme la titulature de Trajan (successeur de Nerva) ou d’Hadrien. Des bornes similaires dédiées à Nerva et à Hadrien ont été découvertes en Pannonie. Il est probable que la voie a donc été construite à l’initiative de l’empereur Nerva, puis sa restauration ou le changement des bornes ordonnés par Hadrien. Michael Avi-Yonah propose une hypothèse de construction en deux étapes (Avi-Yonah 1950). Suite à la prise de Jérusalem par Titus, le premier tronçon Jérusalem/Jifna, se dirigeant ensuite vers Antipatris et Césarée, aurait été construit afin de relier Jérusalem, camp de la Xe légion Fretensis, à Césarée, cité administrative. Le tronçon entre Jifna et Naplouse aurait été pavé lors du règne d’Hadrien, après la révolte de Bar Kochba, afin de relier le camp de la Xe Fretensis, cantonnée à Jérusalem, et celui de la VIe Ferrata, installée à Legio. Entre Neapolis et Legio, un milliaire est d’ailleurs daté du règne d’Hadrien. Cependant, le long de ce tronçon, ont été découvertes des bornes datées de 161/162 ap. J.-C., sous le règne conjoint de Lucius Verus et Marc Aurèle. Elles n’indiqueraient nullement une réfection de la voie mais seraient étroitement liées à la propagande impériale, à l’occasion de la venue dans la région des deux co-empereurs qui préparaient la guerre contre les Parthes.

Ces quelques études présentent la voie romaine de façon très générale mais n’offrent pas d’examen approfondi des techniques de construction mises en œuvre ni de l’organisation démographique, économique et militaire relatives à cet ouvrage. Des prospections seront ainsi organisées, afin de déterminer l’état de conservation de la voie. Quelques témoignages du xixe s. attestent alors son bon état général. Edward Robinson exprime d’ailleurs sa surprise de découvrir en Palestine une voie pavée semblable à celles d’Italie (Robinson 1856, p. 262-263). Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Et l’état actuel de conservation permettra-t-il de fournir les informations que nous recherchons : détails du tracé, datation, technique de construction ? On souhaite avant tout que cette étude de terrain permette de comprendre de quelle façon la voie structurait l’espace rural et quelle était son influence sur la vie économique et sociale des localités voisines.

Bibliographie

Sources

Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, III, Livre V , éd. André Pelletier S. J., Paris, Les Belles Lettres, 1982 (Collection des Universités de France).

Fortia d’Urban, Marquis de, Lapie Pierre, 1845, Recueil des itinéraires anciens : comprenant l’itinéraire d’Antonin, la Table de Peutinger et un choix de périples grecs, éd. Emmanuel Miller, Paris, Imprimerie royale. [En ligne] https://archive.org/details/recueildesitinr00millgoog

Leconte René, 1970, L’itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, Bordeaux, Hôtel des Sociétés Savantes (Actes de l’Académie Nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux). [En ligne] http://www.arbre-celtique.com/encyclopedie/itineraire-de-bordeaux-a-jerusalem-6866.htm

Études modernes

Abel Félix-Marie, 1967, Géographie de la Palestine, Géographie physique et historique Volume I, Paris, J. Gabalda (Études Bibliques), 2 vols.

Avi-Yonah Michael, 1950, « The Development of the Roman Road System in Palestine », Israel Exploration Journal 1, p. 54-60.

Conder Claude Reignier, Kitchener Horatio Herbert, 1882, The Survey of Western Palestine, Memoirs of the Topography, Orography, Hydrography and Archaeology, Volume II : Samaria, London, Toronto, The Committee of the Palestine Exploration Fund (Robarts), 3 vols. [En ligne] Vol. I : https://archive.org/details/surveyofwesternp01conduoft ; Vol. II : https://archive.org/details/surveyofwesternp02conduoft ; Vol. III : https://archive.org/details/surveyofwesternp03conduoft

Robinson Edward, Smith Eli, Kiepert Heinrich, 1856, Biblical Researches in Palestine, and the Adjacent Regions, vol. II, Boston, Crocker and Brewster (University of Michigan). [En ligne] https://archive.org/details/biblicalresearc02smitgoog

Vincent Louis-Hugues, 1901, « Un nouveau milliaire sur la voie romaine de Jérusalem à Naplouse », Revue Biblique 10/1, p. 96-106.

Thomsen Peter, 1917, « Die römischen Meilensteine der Provinzen Syria, Arabia und Palaestina », Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins 40, p. 1-103.

Pour citer ce billet : Margaux Thuillier, « La voie romaine d’Aelia Capitolina à Neapolis : enjeux et état de la recherche », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 24 septembre 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5305


margaux-thuillier

Doctorante en archéologie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et bénéficiaire d’une Aide à la mobilité internationale à l’Ifpo, Margaux Thuillier consacre son doctorat à l’étude des Dynamiques d’occupation rurale le long de la voie romaine de Jérusalem à Naplouse à l’époque de l’empire romain tardif.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/margaux-thuillier

Tous les billets de Margaux Thuillier

 

Vous aimerez aussi...