Un portrait d’Antonin Jaussen en 1906

Antonin Jaussen (collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

Antonin Jaussen en 1923 (collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

Le Père dominicain Antonin Jaussen (1871-1962), archéologue et orientaliste, compagnon du Père Marie-Joseph Lagrange (1855-1938) à l’École biblique et archéologique de Jérusalem dès 1890, agent des services français pendant la grande guerre, puis fondateur du couvent dominicain d’études orientales du Caire en 1933, retient depuis quelque temps l’attention des chercheurs curieux des questions d’Orient. La relation de sa grandiose expédition archéologique en Arabie, co-signée avec son confrère Raphaël Savignac (1874-1951), fait toujours autorité parmi les antiquisants (Mission archéologique en Arabie [mars-mai 1907], 1909-1922). Pour les ethnologues et les linguistes, il reste le premier analyste des tribus arabes bédouines et chrétiennes du pays de Moab (Coutumes des Arabes au pays de Moab, 1908), ainsi que celui du district palestinien de Naplouse au début du XXe siècle (Coutumes palestiniennes. 1, Naplouse et son district, 1927). Plus récemment, les historiens de la fin de l’Empire ottoman ont pu apprécier son rôle de Lawrence français dans la lutte régionale que les alliés mais concurrents Occidentaux avaient menée contre les Turcs. Géraldine Chatelard et Mohammed Tarawneh ont ainsi réuni un colloque à Amman en 1998, dont les actes ont paru l’année suivante (Antonin Jaussen : sciences sociales occidentales et patrimoine arabe, 1999). En 2012, Jean-Jacques Pérennès lui a consacré une biographie (Le père Antonin Jaussen, o.p. [1871-1962] : une passion pour l’Orient musulman, 2012).

Antonin Jaussen et Laurence d’Arabie 19 février 1917, sur le Saint-Brieuc, en rade d'el-Wedj(collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

Antonin Jaussen et Lawrence d’Arabie, 19 février 1917, sur le Saint-Brieuc, en rade d’el-Wedj (collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

Louis Bertrand

Louis Bertrand

Un témoignage semble cependant avoir échappé aux enquêteurs de la vie de Jaussen. Il procède d’un auteur désormais bien oublié mais non dépourvu d’intérêt, pour une part au moins de son œuvre, assez peu fréquentée aujourd’hui. L’académicien Louis Bertrand (1866-1941), élu en 1925 au fauteuil de Maurice Barrès, lorrain comme celui-ci et comme celui-ci nationaliste étroit, chantre du colonialisme français en Afrique du Nord, écrivain prolixe et romancier d’obédience d’abord naturaliste, avait été un jeune universitaire non-conformiste, dreyfusard même, et amateur de voyages en Méditerranée. On lui doit notamment un beau livre sur la Grèce où il expose des vues, plutôt originales pour l’époque, sur l’insertion des monuments antiques dans leur environnement naturel (La Grèce du soleil et des paysages, 1908). En 1906, pour le compte de la Revue des deux mondes que dirigeait encore Ferdinand Brunetière (1849-1906), son ancien professeur à l’École normale supérieure, il effectua aussi un périple journalistique en Méditerranée orientale (Égypte, Turquie, Liban, Syrie, Palestine), que doublait une mission officieuse d’enquête sur les écoles congréganistes au Levant. Curieusement, il anticipait sur ce point-ci la tournée effectuée en mai-juin 1914 par son futur prédécesseur au quatrième fauteuil de l’Académie française, le député Maurice Barrès (Une enquête aux pays du Levant, Paris, 1923).

Le 19 octobre 1906, Bertrand embarque à Constantinople pour Beyrouth, qu’il atteint le 22 et dont il dressera un tableau fort piquant. Pendant la traversée, son attention se trouve bientôt sollicitée par les religieux, nombreux à voyager sur le même paquebot, non sans susciter quelque ironie chez cet intellectuel formé à l’époque du positivisme scientiste :

Messieurs les ecclésiastiques étaient là en nombre imposant, traités avec considération par le commandant et ses officiers, et, d’ailleurs, conscients de leur importance. Ils étaient, pour la Compagnie, des clients sérieux : cela se sentait. Entre autres notabilités, il y avait, autant que je me souvienne, le chancelier de l’Université St-Joseph de Beyrouth, homme de poids, qui revenait d’une mission sans doute fort considérable : on le voyait à sa mine. C’était le célèbre Père Catin (sic), connu dans toutes ces régions du Levant, par ses fondations et son activité infatigable [cf. Jalabert 1987 ; le nom de ce Père jésuite d’origine helvétique (1851-1929), successivement recteur de l’Université Saint-Joseph, supérieur de Mission, puis chancelier de la Faculté de médecine, s’orthographie en réalité Cattin]. J’avoue que l’air triomphant de cet admirable religieux que je devais connaître plus tard commença d’abord par m’éloigner de lui. Et puis, c’était son nom, dont j’avais la faiblesse de sourire. (Pourquoi les Jésuites, en particulier, portent-ils si souvent des noms qui ont l’air d’une pénitence ou d’une bouffonnerie à la Voltaire ?).
En revanche, je fus attiré tout de suite par un autre religieux, aux allures discrètes et qui se tenait un peu à l’écart, toujours plongé dans de gros volumes d’érudition, où il s’abîmait pendant des heures. Ces façons d’intellectuel m’attiraient. Je préférais, chez un moine, le genre bénédictin au genre homme d’affaires. Cet érudit était le non moins célèbre Père Jaussen, dominicain, alors membre de l’École biblique de Jérusalem, connu par ses travaux d’explorateur et d’arabisant, et qui, plus tard, pendant la guerre de 1914, devait rendre à notre armée d’Orient les plus grands services. Je ne tardai pas à lier conversation avec lui. Nous causâmes beaucoup. Je crois bien que nous avions des connaissances communes parmi les gens de Sorbonne ou d’Institut. Je lui fis part de l’objet de ma mission et de mon intention de séjourner longtemps à Jérusalem. C’est alors qu’il me conseilla d’y descendre à l’École biblique, — qu’on appelait aussi le couvent Saint-Étienne, — m’assurant que le prieur voudrait bien m’y accueillir et que j’y trouverais le vivre et le couvert pour toute la durée de mon séjour. J’acceptai d’enthousiasme, tellement j’avais peur, sur leur réputation, des hôtels de Jérusalem, — du moins ceux de ce temps-là.
J’insiste sur cette rencontre, parce qu’elle eut pour moi, comme on va le voir, des conséquences tout à fait inattendues, et ensuite parce qu’elle m’apprit un certain nombre de choses. Nous ne touchâmes point aux sujets religieux. Pas un seul instant il ne fut question de religion entre nous. Je me bornais à interroger le Père sur ses voyages. Il avait déjà une expérience approfondie des milieux musulmans et palestiniens. Quelle aubaine pour moi ! Je ne pouvais que l’écouter. Et c’est ainsi que ces trois jours de navigation passèrent assez rapidement et de la façon la plus instructive pour le missionnaire que j’étais (Bertrand, 1939, p. 268-269).

Antonin Jaussen (collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

Antonin Jaussen (collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

En 1906, Jaussen s’est déjà fait une grande réputation scientifique comme connaisseur de la Palestine et de la Transjordanie, au double plan archéologique et ethnologique, et il venait de monter, en 1904, une expédition dans le Negueb, à ‘Abodah, à la demande de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. La même année, il avait aussi rapporté des observations ethnographiques sur les Druzes du Hauran, où il avait étudié les sanctuaires antiques. Au printemps 1906, avec Savignac, il ralliait encore Pétra depuis Nakhel, en traversant le pays de Moab, suivant un itinéraire encore inexploré. C’était alors un savant très estimé de ses pairs, qui préparait sa grande expédition d’Arabie pour 1907. Les observations de Bertrand se vérifient donc point par point. Amateur d’archéologie lui-même, ce dernier possédait dans les milieux scientifiques une importante attache en la personne de Stéphane Gsell (1864-1932), archéologue et historien de l’Afrique du Nord antique, son condisciple à l’École normale supérieure, devenu professeur à l’École supérieure des Lettres et directeur du Musée d’Alger, tandis que lui-même enseignait en rhétorique au lycée de cette ville. Bertrand a suivi sur le terrain les travaux de Gsell, et même un peu participé à la collecte de textes lapidaires pour le Corpus des inscriptions latines de l’Algérie initié par son ami, qui a pu être une connaissance commune entre lui et Jaussen.

Raphaël Savignac et Antonin Jaussen décorés de la Légion d’Honneur  (collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

Raphaël Savignac et Antonin Jaussen décorés de la Légion d’Honneur, 1920 (collection École biblique et archéologique française de Jérusalem)

Bibliographie

Couverture livre de J.-J. Pérennès

Couverture du  livre de J.-J. Pérennès

  • Barrès  Maurice, 1923, Une enquête aux pays du Levant, Paris, Plon, 2 vol. [En ligne]
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5773189n  (vol. 1) et
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5801631v (vol. 2)
  • Bertrand Louis, 1908, La Grèce du soleil et des paysages, Paris, Fasquelle.
  • Bertrand Louis, 1939, Une destinée. 6, Jérusalem, Paris, Fayard.
  • Chatelard Géraldine  et Tarawneh Mohammed  (éd.), 1999, Antonin Jaussen : sciences sociales occidentales et patrimoine arabe, Beyrouth, CERMOC.
  • Jalabert Henri, 1987, Jésuites au Proche-Orient : notices biographiques, Beyrouth, Dar el-Machreq, notice n° 297, p. 173.
  • Jaussen Antonin, 1908, Coutumes des Arabes au pays de Moab, Paris, Geuthner. [En ligne] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26099q
  • Jaussen Antonin et Savignac Raphaël, 1909-1922, Mission archéologique en Arabie [mars-mai 1907], 1-5, Paris, Leroux.
  • Jaussen Antonin, 1927, Coutumes palestiniennes. 1, Naplouse et son district, Paris, Geuthner.
  • Pérennès  Jean-Jacques, 2012, Le père Antonin Jaussen, o.p. [1871-1962] : une passion pour l’Orient musulman, préface de Henry Laurens, Paris, Le Cerf.

Pour citer ce billet : Frédéric Alpi, « Un portrait d’Antonin Jaussen en 1906 », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 17 juillet 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5261


Frédéric Alpi est épigraphiste et historien à l’Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/frederic-alpi

Tous les billets de Frédéric Alpi


Vous aimerez aussi...