Le processus d’annexion du Sandjak d’Alexandrette

Le Sandjak autonome d’Alexandrette, sous la pression du contexte politique de l’Entre-deux-guerres et de l’offensive kémaliste pour annexer ce territoire syrien, est devenu aujourd’hui la province turque du Hatay. Après un précédent billet sur l’histoire du Sandjak autonome, nous présentons ici les circonstances de son annexion à la Turquie.

Création et organisation du Sandjak

À l’issue de la Première guerre mondiale qui voit la défaite de l’Empire ottoman, les Britanniques et les Français occupent les provinces syriennes en application des accords Sykes-Picot (1916) et les divisent en États placés sous leur mandat. Suite à l’Arrêté du 31 décembre 1921, le général Gouraud, premier haut-commissaire français en Syrie, détache les cazas d’Antioche, d’Alexandrette et de Beylan (qui deviendra Kirik-Khan) de la province d’Alep pour former une entité autonome, le Sandjak d’Alexandrette (Khoury 2012).

Carte de situation du Sandjak d'Alexandrette au Porche-Orient

Carte de situation du Sandjak d’Alexandrette au Proche-Orient (B. Dewailly CC By)

Ce Sandjak est doté d’un Conseil administratif chargé d’établir et de voter son budget. Le mandat français y est représenté par le Délégué adjoint du haut-commissaire, chargé du contrôle de l’administration et des dépenses. Son siège est établi à Alexandrette où se trouvent aussi les principaux services publics. À côté du Délégué adjoint du haut-commissaire, trois officiers du Service des renseignements sont affectés aux trois cazas du Sandjak. Le Conseil administratif, placé sous la tutelle de fait des agents du Mandat, supervise une administration locale dirigée par un moutassaref nommé par le président de la République syrienne. La réalité de la décision politique dans le Sandjak appartient donc au mandat.

Très vite, la signature d’un traité d’amitié franco-turc va radicalement modifier les données culturelles et politiques du Sandjak.

Le traité d’amitié franco-turc d’Ankara (1921)

Michel Gilquin (2000, p. 57) précise le contexte de ce traité :

« L’urgence est, bien sûr, d’arrêter la guerre en Cilicie et de délimiter la frontière entre ce qui sera, quelques années plus tard, la République turque, et celle du domaine syrien, confié à la France aux termes du mandat de la Société des nations ».

La tâche d’entamer des pourparlers avec le régime turc d’Ankara fut confiée à un ami personnel de Mustapha Kémal, Henri Franklin-Bouillon. Ce dernier négocie un accord très favorable aux demandes turques, notamment sur les questions de frontières. Les accords Franklin-Bouillon, prélude de la reconnaissance définitive par la France du régime kémaliste, ouvrent de fait le chapitre de la future « question » du Sandjak d’Alexandrette. En effet, le traité prévoit qu’ « un régime administratif spécial sera institué pour la région d’Alexandrette. Les habitants de race turque de cette région jouiront de toutes les facilités pour le développement de leur culture. La langue turque y aura le caractère officiel » (article 5 des accords Franklin-Bouillon).

Arabes et Turcs : le conflit des identités ou la rivalité pour le Sandjak

Effectivement, dès le début du Mandat français en Syrie, deux blocs linguistiques, culturels, nationaux adverses, les Arabes et les Turcs, se constituent progressivement. Ces deux blocs se préparent à la lutte pour le sort du Sandjak jusqu’à s’espionner et surveiller chacun les sympathies des agents français du mandat envers l’autre groupe (Bazantay).

Or, des oppositions internes apparaissent dans chacun de ces deux groupements : chez les Turcs, certains kémalistes se prononcent pour l’annexion pure et simple à la République turque et d’autres pour une indépendance du Sandjak. Du côté des Arabes, certains réclament le maintien du mandat français et de la séparation du Sandjak, d’autres veulent l’insertion du sandjak dans une République syrienne indépendante.

Ces querelles s’observent au lycée d’Antioche où sont rassemblées les jeunesses turque et arabe. Le lycée organise son programme en fonction de la rivalité de ces deux blocs culturels et ethniques autour d’un double enseignement, donné en arabe et en turc. Des cours civiques communs, dispensés en français, sont adjoints au programme et constituent une sorte d’arbitrage français pour éviter les heurts entre les deux blocs.

En parallèle aux disputes estudiantines, les affrontements sont fréquents entre Arabes et Turcs. Des jeunes des deux camps s’organisent la nuit pour monter la garde et assurer la sécurité des habitants de leurs quartiers respectifs.

Le 27 avril 1934 signale la montée en puissance, sur le terrain, de la partie turque : le délégué du haut-commissaire pour le Sandjak, M. Durieux, invite à Antioche une délégation turque, dirigée par le wali de Aïntab, qui vient de participer à une réunion bipartite sur des problèmes frontaliers à la région d’Alep. Les nationalistes turcs, prévenus de la venue de cette délégation, organisent des festivités à la gloire de Mustapha Kemal (Bazantay). Ces derniers clament leur hostilité aux Arabes et demandent le rattachement du Sandjak à la République turque, provoquant ainsi des incidents avec la partie arabe.

À compter de cette date, les Turcs du Sandjak organisent régulièrement des manifestations à l’occasion des fêtes nationales célébrées en Turquie. Cependant, il faudra attendre 1936 pour qu’éclatent alors des troubles d’une tout autre ampleur, qui nourrissent appréhensions et inquiétudes chez les populations non turques du Sandjak.

Bataille juridique et diplomatique autour du Sandjak (1936-1939)

Le 10 octobre 1936, Sua Davaz, ambassadeur de Turquie à Paris, remet au Ministère français des Affaires étrangères une note demandant des explications concernant le traité franco-syrien qui octroie l’indépendance à la Syrie. La Turquie demande que la France signe un traité similaire avec le Sandjak, le considérant comme ne faisant pas partie de la Syrie. La France rejette les revendications turques et déclare que le Sandjak fait partie intégrante de la Syrie. À ce titre, la population du Sandjak a participé aux élections parlementaires de 1936 et ses députés siègent au Parlement de Damas. La France est accusée par les Turcs de partialité. S’ensuit un échange de notes entre les deux parties qui prend le ton d’ultimatums turcs envers les Français. Ces derniers informent les Turcs, le 7 décembre 1936, qu’ils vont réclamer l’inscription de la question du Sandjak au programme de la prochaine session du Conseil de la Société des Nations (SDN).

Le 14 décembre, le litige sur le Sandjak est abordé à la session extraordinaire de la SDN. Rüstü Aras, ministre turc des Affaires étrangères, réclame que la SDN prenne en main la destinée du Sandjak et qu’une gendarmerie neutre remplace les troupes françaises qui y sont stationnées. Du côté français, Pierre Viénot, sous-secrétaire d’État français aux Affaires étrangères et artisan principal du traité de 1936 avec la Syrie, insiste sur le fait que le Sandjak ne « possède aucune vocation spéciale à l’indépendance en dehors de la communauté syrienne » (Gilquin 2000, p. 97).

Enfin, la SDN décide l’envoi sur place d’une mission de trois observateurs. Dans le même temps, un comité d’experts de la SDN travaille pendant quatre mois, à l’élaboration d’un statut pour le Sandjak devant être appliqué par la France jusqu’au terme de son mandat. Entre-temps, des manifestations quotidiennes se déroulent dans les rues d’Antioche, les unes en faveur de la Turquie et les autres pro-syriennes. Le 21 mai 1937, la France consent à ce que le Sandjak soit promu « entité distincte » appelée à la pleine indépendance dans ses affaires intérieures et rattachée à l’État de Syrie pour la gestion de ses affaires extérieures (Du Véou 1938). Le Statut et la Loi fondamentale, adoptés par la Commission des experts de la SDN, prévoyaient aussi la tenue d’élections dans le territoire le 15 avril 1938. La Turquie envoya alors quelques milliers de Turcs, originaires du Sandjak, pour se faire reconnaître comme électeurs. Le délégué du haut-commissaire dans le Sandjak, accusé de parti pris, fut démis de ses fonctions et remplacé par le commandant Collet, qui s’était distingué notamment dans la répression de la grande révolte syrienne (1925-1926).

Une inexorable annexion

Pour assurer l’ordre et la sécurité dans le Sandjak, un millier de tirailleurs marocains sont dépêchés sur les lieux par la France. Plus tard, un nouveau traité est signé le 4 juillet 1938 entre la France et la Turquie et dont l’objet essentiel est d’assurer la neutralité turque lors du conflit qui s’annonce. En effet, l’ombre de la Seconde guerre mondiale plane déjà sur l’Europe.

Lors des élections parlementaires de 1937, « la consultation électorale se déroule comme une mascarade. Elle s’achève le 20 août et donne, comme prévu, 22 députés aux kémalistes sur les 40 sièges ! » (Gilquin 2000, p. 139). Les Turcs empiètent quotidiennement sur les prérogatives d’un pouvoir qui n’a plus de mandataire que le nom. Des heurts se produisent entre militaires turcs et français qui seront minimisés par les officiels.

Des Turcs de Turquie, ainsi que des réfugiés turcs de Roumanie, entreprennent de s’installer dans le Sandjak. Dès 1939, commence l’exode des populations arabes, par peur de ces changements radicaux, vers Damas, Beyrouth, l’Europe et l’Amérique. Les régions d’Antioche et d’Alexandrette subissent alors une importante hémorragie démographique, notamment dans le milieu chrétien.

En février 1939, la plupart des lois turques sont adoptées par l’Assemblée élue du Sandjak. En avril 1939, les travaux d’abornement des frontières entre la Syrie et le Sandjak sont entamés. Le 23 juin, l’accord de cession du Sandjak à la Turquie est signé par les représentants des diverses communautés confessionnelles : Basil Huri (pour les chrétiens), Isa Kazanciyan (pour les Arméniens), Nuri Aydin (pour les Alaouites) et Izzet Guş (pour les Turcs). Le 23 juillet, les dernières troupes françaises quittent le Sandjak qui change de nom et d’identité en devenant la province du Hatay. Le gouvernement turc y ajouta deux nahiés (districts) du sud de la Cilicie, ceux de Dôrtyol et de Hassa, peuplés de Turcs et de Kurdes. La superficie, ainsi redessinée, passe alors de 4 800 km2 à 5 570 km2.

Reconstitution de la signature de l’accord de cession du Sandjak à la Turquie du 23 juin 1939. De droite à gauche, Basile Ḥüri, Isa Kazanciyan, Nuri Aydin et Izzet Guş (Musée du Hatay, Antakya - Antioche)

Reconstitution de la signature de l’accord de cession du Sandjak à la Turquie du 23 juin 1939. De droite à gauche, Basile Ḥüri, Isa Kazanciyan, Nuri Aydin et Izzet Guş (Musée du Hatay, Antakya – Antioche)

Conclusion

Après le rattachement du Sandjak à la Turquie, certaines personnalités françaises de premier plan, comme Georges Bonnet ou René Massigli, ont tenté, dans leurs mémoires, de justifier a posteriori cette annexion, en affirmant que les Turcs étaient majoritaires dans le Sandjak (Gilquin 2000). L’annexion du Sandjak à la Turquie est due évidemment à un faisceau de causalités et notamment le fait que le Sandjak constitue un port important pour le commerce du sud-est de l’Anatolie et un front stratégique pour la sécurité du sud de la Turquie. La présence voire l’acharnement kémaliste dans la conquête du Sandjak tranche avec le manque de conviction politique des Français dans la préservation d’un territoire placé par la SDN sous la haute protection du mandat.

Lettre de remerciement du lieutenant Collet à Basile Ḥüri, datée du 22 juin 1939, relative à « l’arrangement franco-turc du 23 juin 1939 »

Lettre de remerciement du lieutenant Collet à Basile Ḥüri, datée du 22 juin 1939, relative à « l’arrangement franco-turc du 23 juin 1939 »

Bibliographie


Pour citer ce billet : Basile Khoury, « Le processus d’annexion du Sandjak d’Alexandrette », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 4 juillet 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5243


Basile Khoury est documentaliste au sein de la Médiathèque de l’Ifpo. Titulaire d’un doctorat en histoire ottomane, ses recherches concernent les relations entre le pouvoir ottoman central et ses périphéries.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/basile-khoury

Tous les billets de Basile Khoury



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Muhammed dit :

    thank you Mr.Bassel for this article, and also for your objective view on Alexandrette that Turkey had sent Turkish refugees from Romania to change sandjak’s demography, but I think that nowadays Alexandretta has changed so much and Turks become minority with reference to Alawites and Christians with Syrian origin, also that the Jurisdictional side of this affair isn’t reliable, because League of Nations had been destroyed under the pressure of 2nd World war, there’s less legitimacy of accords under the supervision of the League of Nations..
    finally…thank you very much to incite this affair this date and be sure that I and other Syrian activists will never stop struggling to get our rights in Syrian identity of Alexandretta..
    « Hugs »