Entre l’art, l’histoire et la recherche : The Lebanese Rocket Society

Timbres postaux  libanais (source : http://hadjithomasjoreige.com/)

Timbres postaux libanais (source : http://hadjithomasjoreige.com/)

Le film de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, The Lebanese Rocket Society, a été salué par la critique de cinéma. Mais il fait aussi partie des rares documentaires sur le Liban qui soient en mesure d’intéresser les universitaires. La démarche artistique des auteurs leur permet de remettre en cause un certain nombre de clichés touchant au contexte sociopolitique des années 1960 et de l’écriture de l’histoire au Liban.

Ce documentaire est d’abord une superbe illustration du paradigme indiciel de Carlo Ginzburg et de l’intérêt de la micro-histoire (Ginzburg 1980, Revel 1996) : à partir d’une histoire de fusées lancées de Dbayeh, The Lebanese Rocket Society aborde d’autres aspects de la société libanaise, qui tous prennent une certaine importance dans l’histoire de ce projet balistique/spatial. L’originalité de la démarche réside dans l’attention minutieuse avec laquelle les deux artistes respectent la temporalité propre à leur recherche, partent d’un détail et, de fil en aiguille, restituent l’ambiance de l’époque et ses acteurs : l’armée libanaise qui s’intéresse aux usages militaires et soutient ce projet en espérant, plus ou moins secrètement, le récupérer à son profit, le contexte régional qui finit par prendre de l’importance lorsque les protagonistes prennent conscience que les fusées ont une portée dépassant largement les frontières nationales, la période des années 1960 enfin, qui ont été autant porteuses d’immenses espoirs que de tensions sociétales, préludes à la guerre civile. Par contraste, le documentaire laisse penser à quel point la perspective d’une guerre marque le sens du calcul des acteurs, et va clore au-delà de la possibilité de réaliser un tel projet aujourd’hui (la suite du film nous le rappellera), le fait même de le penser.

Ensuite, c’est une démarche iconoclaste qui est adoptée : contrairement à de nombreux ouvrages et documentaires sur le pays du Cèdre, l’on ne retrouve pas dans le documentaire de laborieux rappels à l’histoire du Liban, ses guerres, ses communautés et son caractère de « petit pays à la si grande importance », mais plutôt une interrogation simple, dans laquelle nombre de chercheurs qui ont travaillé sur ce pays reconnaîtront probablement leur propre énigme de départ.

The Lebanese Rocket Society (source : http://hadjithomasjoreige.com/

The Lebanese Rocket Society (source : http://hadjithomasjoreige.com/)

Hadjithomas et Joreige font un documentaire faussement naïf, où ils se mettent en scène comme de simples curieux, entraînés dans une spirale de recherche sans trop la maîtriser, leur qualité d’artistes semblant les mettre à l’abri des débats politiques et communautaires, à l’instar de leur sujet qui paraît a priori inoffensif et apolitique. Les auteurs partent très intelligemment d’un détail qui est totalement dissonant avec l’image que l’on se fait d’un pays en guerre, ou toujours en passe de l’être, jouant habilement avec les représentations de leurs spectateurs majoritairement européens. C’est une démarche qui relève probablement chez eux du hasard, mais qui laisse penser à quel point la stratégie dans le choix d’un sujet de recherche au Liban peut avoir de l’importance.

Un autre intérêt de ce documentaire est de donner à voir le cours même de la recherche. En effet, une grande partie du film est consacrée à la mise en scène des deux artistes lorsqu’ils demandent des autorisations aux autorités, collectent des archives et interrogent des témoins de l’époque. En creux, le film dessine un « état » de la recherche sur le Liban et des difficultés qui y sont liées : archives publiques non inventoriées, parcellaires, manquantes, inexplicablement inaccessibles (l’accès à plusieurs institutions leur est souvent refusé), ou archives privées que l’on localise seulement par hasard et qui sont parfois hors du pays (celles d’un des piliers du projet spatial). Il illustre ainsi la difficulté de localiser des acteurs des années 1960, dont on perd la trace avec la guerre et l’émigration.

The Lebanese Rocket Society est riche de nombreux détails que la focalisation sur une histoire politique, une démarche macro-historique et plus encore une histoire des communautés laisseraient de côté. Il prouve tout l’intérêt qu’il peut y avoir à faire une histoire par les marges, le cœur (politique et communautaire) de l’histoire libanaise étant on le sait difficile à aborder – voir à ce sujet le classique de Kamal Salibi (1988), et plus récemment Franck Mermier (2010), Aïda Kanafani-Zahar (2001), et Sune Haugbolle (2010). Plutôt que d’attendre la sortie du film pour présenter l’histoire de ce projet spatial et provoquer des débats politiques, les deux artistes en inventent délibérément un avatar qui constitue la dernière partie du film. Ils lui donnent littéralement corps en faisant fabriquer une réplique de l’une des dernières fusées de la Society (de 8 m de long), puis en ayant le projet de l’installer dans la cour de l’université qui l’a vu naître. Un véritable parcours du combattant les attend lorsqu’ils mettent sur pied cette fascinante situation expérimentale, où soudain débats politiques (la fusée ressemble à une roquette), implication de l’armée (pour le transport), des politiques (pour les autorisations) et tensions régionales (le voisinage s’inquiète des conséquences que ce genre d’objet pourrait avoir lors d’une confrontation avec Israël) s’entrecroisent, sous couvert d’une attitude ingénue de la part des auteurs, qui laissent ces différents registres se déployer les uns après les autres.

Enfin, et ce n’est pas la moindre de ses qualités, ce film montre l’intérêt d’aborder le Liban des années 1960, et d’éviter cet autre aléa que présente la pratique de l’histoire dans ce pays : au-delà de sa politisation et de son absence, il nous fait prendre conscience du risque de se laisser perpétuellement rattraper par l’actualité. Le fait que l’histoire y semble toujours en train de se faire et que le chercheur soit incité à en être le témoin est ici habilement contourné.

En savoir plus sur le film

 Références

  • Ginzburg Carlo, 1980, « Signes, Traces, Pistes, racine d’un paradigme de l’indice », Le Débat 6, p. 3-44.
  • Haugbolle Sune, 2010, War and memory in Lebanon, Cambridge University Press, 2010.
  • Salibi Kamal 1988, A House of Many Mansions: The History of Lebanon Reconsidered, London, I.B. Tauris.
  • Kanafani-Zahar Aïda, 2011, Liban, la guerre et la mémoire, Presses Universitaires de Rennes.
  • Mermier Franck, Varin Christophe (dir.), 2010, Mémoires de guerre au Liban (1975-1990), Arles-Beyrouth, Actes Sud-Sindbad-Ifpo.
  • Revel Jacques (dir.), 1996, Jeux d’échelle, la micro-analyse à l’expérience, Paris, le Seuil.

Pour citer ce billet : Pierre France, « Entre l’art, l’histoire et la recherche : The Lebanese Rocket Society », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 28 juin 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5222

pierre-france-portrait-corr

Pierre France, doctorant en sciences politiques à l’université de Paris I, prépare une thèse sur les parlementaires libanais (1972-1992) et l’activité de l’État pendant la guerre civile, sous la direction de Bastien François (CESSP-Paris I), et de Michel Dobry (Professeur émérite, Paris I).

Tous les billets de Pierre France


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. everdeil dit :

    PS : et pour finir, un écho tunisien de ce film, la poésie en moins, mais la nostalgie bien là : http://www.leaders.com.tn/article/les-debuts-de-l-activite-spatiale-en-tunisie-histoire-d-une-epopee?id=12089

  2. everdeil dit :

    Merci pour votre billet. J’ai beaucoup aimé ce film qui restitue très bien une des caractéristiques à mon sens oublié aujourd’hui des années soixante au Liban : l’appétence pour les utopies futuristes. Lors des recherches de ma thèse, j’avais ainsi identifié certains de ces projets, parfois délirants, comme celui de transformer Beyrouth en île en creusant un canal qui l’aurait isolé de sa banlieue, ou d’autres, plus sérieux et qui se sont en partie réalisés, visant à construire des zones en remblais sur divers points du littoral… D’ailleurs, j’ai été très frappé, dans la dernière partie du film, par les décors de ce qu’aurait été ce Liban et Beyrouth, si on y avait alors découvert du pétrole qui lui aurait permis de financer cette aventure scientifique et technologique. Hypothèse peu farfelue d’ailleurs, des témoignages récents de scientifiques ou d’ingénieurs géologues ayant évoqué que cette recherche était prise très au sérieux. En effet, ces décors dessinés, type BD, sont complètement dans l’esprit des projets d’urbanisme pour le futur de Beyrouth qu’on peut visualiser dans certains documents, je pense notamment au Livre blanc sur le futur de Beyrouth paru en 1972-73.

  3. Philippe Marbach dit :

    Bonjour et d’abord merci pour cet article ; à propos de  » Je veux voir « , salué par la critique en 2008, les réalisateurs déclaraient dans un entretien publié avec le DVD paru chez Shellac :  » la fabrication du film devient l’un des enjeux du récit. Il devient une aventure qu’il s’agit de capter et qui modifie la conception du tournage (…). Et s’il y a de l’imprévu, on sera prêts à l’accueillir, voire à le provoquer (…) « . Dans le même entretien, Hadjithomas et Joreige évoquent les réflexions et travaux de Sontag et Rancière  » devant la douleur des autres  » et  » le partage du sensible  » ; j’étais encore adolescent quand le Liban plongeait dans la guerre civile en 75/76, la presse française couvrait l’événement au quotidien, aujourd’hui, quand la Syrie à son tour se dévore, que le Liban paraît si près de se livrer à nouveau à la tragédie de ses « identités meurtrières « , l’indifférence semble tout (re) couvrir, ou presque. Merci encore à vous de nous faire part de vos réflexions et recherches, ainsi bien sûr qu’à Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige.